Technique Archives - Joannie Therrien

Archives de catégorie pour \ " Technique "

5 trucs pour améliorer votre composition!

Est-ce qu’il vous arrive de vous retrouver devant une photo qui avait tout pour réussir, mais qui est restée un peu BOF? 

Vous êtes vous déjà demandé pourquoi vos photos n’attirent pas l’attention? 

Si oui, vous allez adorer le thème de la semaine! Cette semaine, je vous donne mes trucs les plus utiles pour améliorer votre composition! 


Truc numéro 1 : gardez la ligne d’horizon droite!
 

Imaginez entrer dans une maison et voir un plancher qui penche! Vous allez vous sentir en déséquilibre, n’est-ce pas? Ça ne sera pas agréable. 

C’est exactement ce que ressentent vos spectateurs lorsqu’ils voient une photo «croche».

Mais comment s’assurer d’avoir un horizon droit? 

D'abord, activez la grille dans votre viseur. Ainsi, vous allez voir tout de suite si l’horizon n’est pas droit. Vous pouvez aussi valider le tout en affichant le niveau dans votre appareil. Si la ligne d’horizon n’est pas visible, utilisez les lignes verticales comme repères (les arbres, les édifices, etc).

Grille dans le viseur d'un appareil nikon

Mais si l’horizon n’était pas droit à la prise de vue ou que la ligne d’horizon semble courbée, voici quoi faire!

Premièrement, activez la correction de l’objectif dans votre logiciel de traitement. Cet outil permet d’éliminer les défauts de l’objectif quand votre photo a l’air bombée.

Panneau de Correction de l'objectif dans Lightroom

Ensuite, dans l'outil transformation, vous pouvez  corriger les perspectives s’il y a lieu. C'est très utile surtout en architecture lorsque les verticales ne sont pas droites. 

Module de transformation de Lightroom

Deuxièmement, utilisez l’outil de recadrage pour faire tourner votre photo jusqu’à qu’elle ait l’air bien droite! 

Outil de recadrage de Lightroom


Truc numéro 2 : utilisez la règle des tiers!
 

Vous avez probablement déjà entendu parler de la fameuse règle des tiers. Mais qu’est-ce que c’est exactement? 

La règle des tiers divise une image en 9 parties égales, avec deux lignes verticales et deux lignes horizontales, comme une grille de tic-tac-toe.

La règle des tiers veut que les points les plus forts de l’image se trouvent sur les lignes et au croisement des lignes de tiers. 

Donc, essayez de placer votre sujet principal ou la ligne d’horizon sur la ligne de tiers. En portrait, placez l’oeil le plus net au croisement des lignes. 

Si vous avez de la difficulté à visualiser la règle des tiers, vous pouvez aussi utiliser les outils de recadrage de vos logiciels de traitement. Ils ont souvent une grille pour vous aider à mieux visualiser la règle des tiers! 

Photo recadrée selon la règle des tiers dans Lightroom


Truc numéro 3 : Simplifiez! 

Avez-vous déjà eu besoin d’expliquer ce que vous avez photographié? C’est poche! Mais pourquoi ça arrive?

Si vous devez expliquer ce que vous avez photographié, c’est parce que le sujet principal de votre photo n’est pas évident.

Quand vous décidez de prendre une photo, posez-vous la question : «qu’est-ce que je veux montrer?». 

Puis, simplifiez. Avant de prendre votre photo et de vous en aller, demandez-vous ce que vous pouvez éliminer de votre photo. 

Ensuite, vous pouvez: 

  • Vous rapprocher de votre sujet
  • Zoomer quitte à remplir le cadre presque uniquement avec ce sujet
  • Rendre l’arrière-plan plus flou
  • Vous déplacer et changer l’angle de l’appareil pour éliminer les distractions


Il y a plein de solutions possibles! Mais le principe est simple : si ça n’ajoute rien à la photo…enlevez-le! 

Voici un exemple de photo simplifiée par la composition. Dans la première photo, la fenêtre est une distraction. Alors, je me suis déplacée de l'autre côté de la rue pour avoir un arrière-plan plus uniforme.

Photo de modèle sur la rue avec une fenêtre derrière elle qui dérange la composition
Photo de modèle sur la rue devant un mur de couleur et texture neutre et uniforme


Truc numéro 4 : faites des compositions équilibrées

Avez-vous déjà utilisé la règle des tiers, pour ensuite constater que votre photo n’est pas tellement mieux? 

La vérité est que la règle des tiers n’est pas parfaite. Parfois, de placer le sujet au tiers de la photo crée du vide inutile. Tout le «poids» dans l’image se retrouve d’un seul côté. 

Pour régler le problème, on ajoute alors un autre élément dans l’image pour redonner de l’équilibre à la photo.

Comment fonctionne l'équilibre en composition? Voici quelques exemples.

Pour la première photo prise par Robert Lukeman, la cascade est très à droite dans le cadrage. Par contre, son «poids» est balancé avec celui du ciel, qui a autant d’intérêt et occupe autant d’espace, du côté opposé.

Photo d'une cascade au coucher du soleil par Robert Lukeman

Pour la deuxième photo, prise par David Marcu, le lac et la montage sont de la même taille et sont placés de façon presque symétrique de part et d’autre de la diagonale centrale. Encore une fois, un équilibre parfait! 

Photo d'un lac dans les montages, par David Marcu

Pour la troisième photo, il y a un bel équilibre entre les tons clairs et foncés. La moto prend beaucoup d’espace, mais la personne à côté en plus des rochers vient équilibrer la composition. Remarquez aussi comme l’espace entre les sujets et les côtés de la photo est pratiquement identique!

Photo d'un motard et sa moto en silhouette sur le bord de l'eau au coucher du soleil, par harley davidson

Comment appliquer l'équilibre à vos images? 

Pensez en termes de grand vs petit, vertical vs horizontal, ombre vs lumière, intérêt primaire et secondaire, emplacement dans le cadrage. Essayez de vous positionner de différentes façons pour créer de l’équilibre! 

Insert Video


Truc numéro 5 : encadrez vos sujets! 

Avez-vous déjà entendu parler du cadre dans le cadre? 

Cette technique de composition est très simple. Le but est d’utiliser des éléments du décor pour encadrer votre sujet. 

De cette façon, vous empêchez au regard de vos spectateurs de se «sauver» en dehors de votre photo! Cool, non? 

Vous pouvez utiliser toutes sortes de choses pour encadrer vos sujets : les bâtiments, les arbres, du feuillage, etc. 

Voici quelques exemples, de Nathan Dumlao, Benjamin Suter et Ole Witt ! 

Rocher encadré par des rochers sur la plage, par Nathan Dumlao
Piéton encadré par les édifices et les lignes au sol dans une grande ville américaine, par Benjamin Suter
Chalet dans les montages encadré par les branches enneigées d'un connifère, par Ole Witt

Conclusion

Bref, il y a une tonne de façons d'améliorer votre composition. 

Dans cet article, j'ai inclus les trucs et astuces qui m'ont le plus aidé à avoir des photos mieux cadrées qui ont plus d'impact! 

J'espère que cet article vous aidera à faire de meilleurs photos! 

N'hésitez pas à me partager vos astuces préférées dans les commentaires! 

Sur ce, je vous dit à bientôt, et bonnes photos! 


à propos de moi

Plusieurs années après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Comment changer la couleur des vêtements dans Photoshop

Il peut arriver que vous ayez besoin de changer la couleur des vêtements dans Photoshop.

Que ce soit pour mieux agencer les vêtements de plusieurs personnes dans un portrait de famille ou pour un catalogue à la demande d'un client,  savoir changer la couleur vous sera très utile. 

Donc, aujourd'hui, je vous enseignerai comment changer la couleur des vêtements dans Photoshop, avec l'outil teinte-saturation et le filtre de couleur unie. 

Ces deux techniques très simples vous dépanneront dans la une gros éventail de situations. Vous allez pouvoir utiliser la même méthode pour changer la couleur d'à peu près n'importe quoi. 

Et si vous préférez apprendre en vidéo, voici le tuto! 

Étape 1 : la sélection


Il existe plusieurs façons de faire un sélection dans Photoshop. 

Par contre, plusieurs méthodes sont longues, difficiles ou simplement inefficaces. 

Ma méthode de sélection préférée, surtout lorsqu'il s'agit de précision, est la sélection par plage de couleurs.

Avec cette méthode, Photoshop sélectionne tout ce qui est inclus dans les teintes que vous avez déterminées. 

Voici comment utiliser la sélection par plage de couleur : 

Allez à sélection / plage de couleurs.

Dans la fenêtre de plage de couleur, sélectionnez l'option pipette dans le menu déroulant en haut de la fenêtre.

Cliquez sur le vêtement à modifier avec la pipette.

Vous pouvez enlever ou ajouter des parties à la sélection avec les pipettes à droite de la fenêtre.
Si la sélection n'est pas parfaite à ce point-ci, pas de panique! La sélection est enregistrée sur un calque, que vous pourrez modifier facilement.


étape 2 : le changement de couleur


Pour changer la couleur des vêtements ou d'autres objets, il y a 2 techniques que j'utilise très souvent : teinte-saturation et couleur unie.  Certaines situations se prêtent mieux à l'une ou l'autre des techniques. Alors n'hésitez pas à essayer les deux!

Changer La couleur avec teinte-Saturation

La technique de teinte saturation permet de changer n'importe-quelle couleur pour une autre en faisant des variation de la couleur (teinte) et de la saturation.

Cette méthode permet aussi de changer uniquement certaines plages de couleurs sans avoir fait de sélection au préalable. Si vous voulez voir comment faire, je vous suggère d'aller voir cette vidéo.

Pour notre photo d'exemple, voici la marche à suivre. 

Assurez-vous que la sélection faite précédemment est encore active. Sélectionnez le réglage de teinte-saturation dans le panneau des ajustements. Un masque sera automatiquement ajouté au réglage.

Comme la sélection a déjà été faite pour le chandail, nous allons simplement bouger les curseurs de teinte et de saturation jusqu'à ce que la couleur soit convenable, en laissant le paramètre prédéfini  à par défaut et le réglage de zone à global.

Dans le cas de cette photo, il semblerait que le chandail ait certaines dominantes de couleurs. Pour avoir un meilleur résultat, nous allons utiliser un autre technique.

CHANGER LA COULEUR AVEC le filtre de couleur unie

Le filtre de couleur unie sert à appliquer une couleur spécifique à l'image en entier ou à certaines zones. La beauté de cette technique est qu'il est très facile de changer l'effet de la couleur sur l'image en changeant le mode de fusion ou en ajoutant un masque.

En plus, comme c'est un réglage dynamique, il est très facile de changer la couleur en quelques clics. C'est donc beaucoup plus efficace que de peindre directement sur un calque et avoir à changer le calque en entier. 

Pour notre photo, voici comment faire.

Dans le bas du panneau des calques, cliquez sur le biscuit demi-lune. Puis, cliquez sur le premier réglage en haut du menu, c'est à dire couleur unie.

Dans le sélecteur de couleur, choisissez une couleur proche de ce que vous voulez. Pas besoin d'être précis, parce que vous pourrez changer la couleur très facilement plus tard.

Changez le mode de fusion de l'ajustement pour teinte ou couleur. Vous pouvez le changer pour teinte si vous voulez conserver le niveau de saturation d'origine. Dans ce cas, on veut avoir plus de saturation, alors allons-y pour couleur.

Maintenant, la couleur prendra toute la place dans la photo. Par contre, nous pouvons utiliser la sélection faite précédemment pour appliquer la couleur à ce qu'on veut. Pour cela, il suffit de cliquer sur le masque en tenant la touche opt ou alt enfoncée, puis de le glisser sur l'ajustement de couleur unie.

Si la couleur n'est pas exacte, il suffit de cliquer à nouveau sur l'ajustement de couleur unie pour changer la couleur. Le sélecteur apparaîtra et vous pourrez cliquer sur un élément du décor avec la pipette pour l'agencer parfaitement.

ÉTAPE 3 : Parfaire la sélection

Généralement, la sélection par plage de couleur fonctionne très bien sans laisser trop d'éléments indésirable dans la sélection. 

Par contre, lorsque la couleur sélectionnée se retrouve un peu partout dans le décor, on a un peu plus de défi à relever. 

Dans ce cas-ci, le chandail à changer de couleur était peu saturé, et notre sélection a inclus la neige et le ciel aussi. 

Voici donc comment y remédier. 

Pour modifier un masque facilement, il faut d'abord bien voir ce qu'on fait. Pour bien voir votre masque, cliquez dessus tout en tenant la touche opt ou alt enfoncée. 

Sélectionnez l'outil pinceau avec l'opacité et le flux à 100%. Puis, peignez par dessus les parties blanches autre que le chandail à changer. N'allez pas trop près du chandail pour ne pas dépasser.

Pour noircir les parties près du chandail sans dépasser, utilisez l'outil densité plus. Puis, dans la barre d'outils du haut, changez la gamme pour tons foncés. De cette façon, vous allez foncer uniquement les tons foncés.

Pour pâlir les zones déjà pâles sans affecter les zones foncées, utilisez l'outil densité moins. Pour la gamme de tons, utilisez tons clairs.

S'il reste des zones à arranger, vous pouvez finir avez le pinceau. 

Une fois terminé, cliquez à nouveau sur votre réglage en tenant la touche alt ou opt enfoncée pour revoir votre photo dans son état normal.


Conclusion

Bref, c'est comme cela que je change la couleur de n'importe quel objet dans Photoshop. 

Que vous ayez des vêtements à changer de couleur ou n'importe quoi d'autre, la méthode demeurera sensiblement la même. 

En résumé, pour changer la couleur d'un élément dans Photoshop, vous devez, dans un premier temps, effectuer une sélection efficace. Pour cela, j'utilise souvent la sélection par plage de couleur. 

Ensuite, vous pouvez utiliser l'ajustement de teinte-saturation ou le filtre de couleur unie. Dans ce cas précis, nous avons vu que le filtre de couleur unie était plus efficace. 

Enfin, il faut finaliser la sélection si la sélection initiale n'était pas parfaite. Pour y arriver facilement, je vous ai enseigné comment le faire en affichant d'abord clairement votre masque, puis en peignant par dessus. Pour éviter de dépasser, n'oubliez pas la magie de l'outil densité plus et densité moins! 

Bref, j'espère que ce tutoriel vous sera utile pour vos futurs projets de retouche! 

N'hésitez pas à me laisser vos questions et impressions dans les commentaires!

Sur ce, je vous dit à bientôt, et bonnes photos! 


à propos de moi

Quatre ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Comment ajouter de la netteté avec Lightroom!

Ça nous est tous déjà arrivé de souhaiter avoir des photos vraiment nettes, avec les contours aussi tranchants qu’une lame de rasoir.

Mais, on rencontre souvent plusieurs défis lorsque vient le temps d’ajouter de la netteté. Comment faire? Quelle est la meilleure façon de faire pour avoir un beau résultat naturel? 

Aujourd’hui, je vous montre comment y arriver grâce à Lightroom! Vous allez voir que son module de développement nous donne de très bons outils pour ajouter de la netteté.

Pour y arriver, on va se baser sur l’outil de netteté qui se cache dans l’onglet Détails du module de développement. Prêts? C’est parti!


Les erreurs à éviter lors de l’ajout de netteté 


Évidemment que les photos nettes sont plus intéressantes que les photos floues, ça ne fait aucun doute.

Alors, on est tous intéressés par l’idée de rendre nos photos ultras nettes dans différents logiciels de traitement comme Lightroom et Photoshop.

Mais, on peut se retrouver avec certains problèmes si on ne fait pas assez attention.

Par exemple, il arrive souvent qu’on y aille un peu trop fort, ce qui a tendance à rendre les images trop texturées.

On voit aussi apparaître des espèces de halos plus pâles au niveau des contours de l’image.

Il arrive aussi que le fait d’ajouter de la netteté va aussi accentuer le bruit dans la photo.

Le pire est quand on  ajoute de la netteté à une photo qui avait déjà été prise avec un iso élevé, parce que dans ces cas-là, le bruit est vraiment très accentué.

On peut aussi, à l’occasion, voir les lignes droites plus fines devenir comme des escaliers, et les photos qui deviennent pixellisées. Bref, avec l’ajout de netteté comme avec la consommation d’alcool, la modération a meilleur goût! 


Pourquoi ajouter de la netteté avec Lightroom? 


Lightroom vient avec plein d’outils très pratiques pour ajouter de la netteté à vos photos, facilement et rapidement, dans l’onglet Détails du module de développement.

Cet outil ressemble beaucoup à l’outil unsharp mask (ou renforcement), mais en mieux, parce qu’il nous donne plus de contrôle sur la façon exacte d’ajouter de la netteté.

L’avantage d’utiliser Lightroom est que vous pouvez facilement appliquer la même netteté à une série complète d’images en seulement quelques clics.

En plus, le faire dans Lightroom est non destructif, c’est-à-dire que vous pourrez facilement annuler ce que vous avez fait si jamais vous changez d’avis, en autant que vous n’ayez pas fait d’autres retouches dans Photoshop par la suite.

Enfin, vous pouvez aussi créer un paramètre prédéfini d’ajout de netteté que vous pourrez ensuite ajouter à toutes vos photos lors de l’importation, ce qui vous fera sauver beaucoup de temps. 


Quels réglages utiliser pour ajouter de la netteté dans Lightroom?


Maintenant que je vous ai convaincu que Lightroom était une excellente option pour ajouter de la netteté à vos photos, je vais vous montrer comment le faire sur vos images.

Je vais utiliser une de mes photos comme exemples, mais je vous conseille de suivre avec votre propre photo en même temps pour vous exercer.

Premièrement, une fois dans Lightroom, appuyez sur le raccourci clavier D de votre clavier pour accéder au module de développement.

Zoomez ensuite dans votre photo pour la voir à 100%. Vous pouvez le faire en appuyant sur la barre espace. Si cela ne fonctionne pas, vérifier que vous avez appliqué la bonne échelle dans la fenêtre de navigation qui se trouve en haut du panneau de gauche.

Ensuite, dans le panneau de droite, défilez vers le bas jusqu’à arriver à l’onglet détails. Si vous ne voyez rien, cliquez sur le triangle à droite pour ouvrir cet onglet.

Vous allez voir 4 différents curseurs que vous pourrez utiliser. Voici leur utilité.


Le curseur de gain


Le curseur de gain sert à décider de la quantité de netteté à appliquer. Lorsque le curseur est à zéro, cela signifie qu’il n’y a pas d’ajout de netteté.

Plus le chiffre augmente, plus il y a de netteté d’ajouté.

Personnellement, je mets souvent ce curseur entre 50 et 60 par défaut, mais il arrive que j’en mette plus ou moins selon si j’ai du bruit dans mes images ou non.


Le curseur de rayon

Le curseur de rayon sert à déterminer en quelque sorte de quelle largeur vous voulez appliquer la netteté.

Par exemple, si vous utilisez un rayon de 1, cela veut dire que Lightroom va appliquer la netteté à raison de 1 pixel autour des lignes de votre image.

Si vous allez jusqu’à 3, qui est le maximum, vous allez ajouter 3 pixels au niveau des contours, ce qui va être un peu trop intense. Je vous suggère de rester autour de 1, voir 1.5 au maximum.


Le curseur de détail


Le curseur de détail vous permet de contrôler à quel point Lightroom va ajouter de la netteté aux détails fins de votre photo.

Si la valeur de détail est à 0, cela signifie que la netteté va être appliquée seulement aux contours les plus marqués, tandis qu’à 100, même les plus petits détails seraient touchés.

Essayez de rester en bas de 50 pour garder le bruit au minimum.

Le curseur de masquage

Le curseur le plus intéressant est probablement le curseur de masquage. Cet outil vous permet d’être vraiment précis pour déterminer ce qui sera touché ou non par la netteté.

En fait, le masquage sert à cacher certaines parties de la photo pour qu’elles ne soient pas touchées par l’ajout de netteté.

Par exemple, pour un portrait, vous pourriez vouloir ajouter de la netteté pour les contours du visage, les sourcils, les cils, les yeux, les lèvres, mais pas tous les pores de peau.

Ou, si vous avez un sujet sur un fond flou, appliquer de la netteté partout va créer du bruit dans les zones floues.

Mais, avec le masquage, vous pouvez l’éviter facilement.


La fonction cachée de Lightroom : la touche ALT ou OPT

Même quand votre image est à 100%, il peut être difficile de vraiment bien voir l’effet de l’ajout de netteté dans votre photo.

Mais, si vous appuyez sur la touche alt sur PC ou opt sur mac, en même temps que vous utilisez les curseurs, vous verrez exactement l’effet sur votre photo.

Par exemple, si vous le faites avec le curseur de rayon, vous allez bien voir l’effet sur votre photo. Si on monte le curseur à 3, vous allez vous que la photo a beaucoup de halos blancs au niveau des contours.

Avec les curseurs gain et de détail, vous allez aussi voir votre photo sur un fond gris pour mieux percevoir la différence.

Pour le curseur de masquage, c’est un peu différent avec la touche alt ou opt.

En fait, un peu comme les masques dans Photoshop, ce qui est noir est caché et ce qui est blanc apparaît.

Donc, lorsque le curseur de masquage est à zéro, vous allez voir des éléments blancs un peu partout dans la photo.

Mais, plus vous allez bouger le curseur vers la droite, plus il y aura de parties noires, et donc des parties qui n’auront pas d’ajout de netteté. 


La netteté de sortie, c’est quoi?

La netteté de sortie dans Lightroom est faite pour rajouter de la netteté lorsque vous exportez votre photo en dehors de Lightroom.

Vous vous demandez certainement pourquoi il serait nécessaire d’ajouter de la netteté à une photo que vous venez de rendre plus nette.

En fait, si vous exportez votre photo en taille réelle, vous n’avez pas besoin d’activer la netteté de sortie.

Je vous recommanderais même de la laisser décochée.

Mais, si vous devez redimensionner vos photos en plus petit pour le web, les photos ont tendance à perdre un peu de netteté. Vous pouvez donc l’activer en mettant l’option netteté pour écran à faible.

Allez-y avec parcimonie, parce que cette fonction n’est pas aussi précise que les outils du module de développement et l’image va devenir plus nette dans l’ensemble. 


Conclusion

Bref, dans cet article, je vous ai montré comment bien utiliser l’onglet détails du module de développement.

On a vu comment les 4 curseurs fonctionnent, ainsi que leurs principaux avantages.

Grosso modo, j’utilise pour la plupart de mes photos, un gain d’environ 50 à 60, un rayon de 1 à 1.5, le détail autour de 50 au maximum et le masquage varie selon les photos. Évidemment, c’est à titre de référence seulement, mais vos photos pourraient avoir besoin de plus ou moins selon les situations. 

Sachez aussi que ce tutoriel a été pensé plutôt pour les photos normales qui ont besoin d’un léger ajout de netteté. Mais, si vous avez une photo qui est vraiment floue, il se peut que vous n’arriviez pas à la corriger avec Lightroom.

Sur ce, n’hésitez pas à me laisser vos questions et vos impressions dans les commentaires!

À bientôt et bonnes photos! 


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Softbox, parapluie, beauty dish… lequel choisir et pourquoi!

crédit photo Sam McGhee sur unsplash

Si vous débutez en photographie de studio, vous allez être confronté à un choix difficile. En effet, débuter en photographie de studio implique de se procurer de l'équipement parfois coûteux, et le choisir n'est pas toujours une partie de plaisir!

En effet, le nombre d'accessoires sur le marché est plutôt assommant. Il y en a énormément, de tous les types et de tous les prix.

Alors, inévitablement, vous vous poserez LA fameuse question : softbox, parapluie ou beauty dish? Lequel choisir? À quoi ça sert?

Pas de panique! Aujourd'hui, je vous enseignerai tout ce qu'il faut savoir sur la lumière et les différents modificateurs de lumière. Vous allez apprendre les principales différences entre les différents modificateurs ainsi que le résultat qu'ils ont sur vos photos.

En bonus, je vous montre une série d'images pour voir les différences dans la vraie vie!

Prêts? C'est parti!

À quoi servent les modificateurs de lumière comme les parapluies et les softbox?

La lumière est notre principal outil en photographie, exactement comme la peinture pour un peintre. Pas de lumière, pas de photo.

Même si cela peut paraître évident, le rôle que la lumière a à jouer pour la réussite d'une photo est souvent sous-estimé.

Vous pouvez avoir le sujet le plus extraordinaire qui soit, avoir tout planifié, avoir le meilleur équipement, votre photo peut être très ordinaire si la lumière n'a pas été prise en compte.

Lorsqu'on parle de la lumière, il y a 3 éléments qui entrent en ligne de compte: la force de la lumière, la direction de la lumière, et la qualité de la lumière.

Les modificateurs de lumière : un outil pour contrôler la qualité de la lumière!

Quand on parle de qualité de la lumière, on fait surtout référence à son aspect, si elle est douce ou dure.

La lumière dure, c'est comme la lumière du soleil. Les ombres sont noires et marquées. La lumière douce, elle, ressemble plus à la lumière d'une journée nuageuse : les ombres sont moins foncées et plus estompées.

Selon le sujet photographié en studio (ou même à l'extérieur) vous aurez besoin de prendre contrôle de la qualité de la lumière. Et la façon de la contrôler, c'est d'utiliser le bon accessoire pour obtenir le résultat que vous avez imaginé.

Qu'est-ce qui rend la lumière douce ou dure?

Il y a principalement deux choses qui influencent si la lumière est douche ou dure :

  1. La taille de la source de lumière par rapport au sujet
  2. La diffusion de la lumière

Plus la source de lumière est grosse, plus la lumière est douce

Avez-vous déjà fait des photos avec le flash intégré de votre appareil? Probablement que oui! Et comme vous l'aurez probablement constaté, la lumière qu'il nous donne est très dure. C'est parce que le flash intégré de l'appareil est minuscule!

Par contre, si vous utilisez un flash cobra et que vous faites rebondir votre flash sur un plafond, votre nouvelle source de lumière devient le plafond. C'est donc beaucoup plus gros, et la lumière devient beaucoup plus douce.

Le principe est le même si vous utilisez un accessoire plus gros pour diffuser la lumière. À même distance de votre sujet, un softbox plus gros donnera une lumière plus douce qu'un softbox identique, mais plus petit.

Par contre, la distance entre la source de lumière et le sujet a aussi un impact sur sa taille relativement au sujet. Pensons au soleil entre autres. Il est énorme. Pourtant, sa lumière est dure. Pourquoi? Parce qu'en étant très loin de nous, il est petit par rapport à nous.

En studio, vous avez beau avoir le parapluie le plus énorme du monde, s'il est très loin, la lumière ne sera pas aussi douce!

Crédit photo : Randy Fath sur unsplash

Diffuser la lumière pour l'adoucir

Lorsque le temps est couvert, la lumière est plus douce parce que les nuages diffusent la lumière. En studio, le même concept s'applique avec les accessoires.

Si vous utilisez un flash nu, c'est un peu comme utiliser la lumière directe du soleil. Votre source de lumière est petite, et vous n'avez rien pour la diffuser. Par contre, du moment qu'une couche de tissus se retrouve entre le flash et le sujet, la lumière est plus diffuse. Plus il y a de couches entre le flash et le sujet, plus ce sera diffus!

Quel accessoire choisir?

Le choix de votre accessoire de studio préféré dépendra principalement de votre budget, et aussi de la qualité de lumière que vous cherchez à avoir. Si vous faites beaucoup de photo de portrait, vous serez probablement attiré vers les accessoires qui donnent une lumière plus douce.

Si vous faites de la photo de mode, vous serez plus intéressé par un éclairage un peu plus dur, qui laisse place au détail, pour le maquillage, entre autres.

Cher ou pas cher? Est-ce vraiment important?

Autant être honnête, quand vous débutez, acheter l'accessoire le plus cher ne vous sera d'aucune utilité. Oui, les accessoires plus chers sont plus durables et souvent plus pratiques, mais il est bon de ne pas trop investir au début, pour essayer sans se ruiner. D'autant plus qu'un prix plus élevé amène souvent des fonctionnalités qui sont pratiques, mais pas forcément essentielles.

Par exemple, j'adore les softbox Paul C Buff parce qu'ils se montent plus facilement. Cependant, cette fonction ne serait pas très utile pour quelqu'un qui n'a jamais besoin de démonter son équipement!

À force d'utiliser certains accessoires, vous développerez des préférences. Quand vous saurez ce que vous aimez le plus et ce que vous utilisez le plus souvent, vous serez en mesure d'investir dans un accessoire de qualité en sachant pour quoi vous payez!

Évidemment, vos préférences auront un lien direct avec le genre de photo que vous faites le plus souvent!

L'ami des petits budgets : le parapluie

Les parapluies ont plusieurs avantages, surtout lorsqu'on débute en photographie de studio. Ils sont économiques, peu encombrants et faciles à monter et à démonter. De plus, pas besoin de se casser la tête à savoir si le parapluie pourra être utilisé avec la source de lumière qu'on a : c'est plutôt universel!

Un autre avantage des parapluies est que vous pouvez en avoir de très grands parapluies pour beaucoup moins cher qu'un softbox de taille équivalente!

On retrouve 3 types de parapluies :

  1. Les parapluies blancs translucides. On placera alors le flash pour que la lumière passe au travers du parapluie, ce qui la rend plus diffuse.
  2. Les parapluies réfléchissants argent ou blancs. Dans ce cas, le flash sera pointé vers l'intérieur du parapluie, dans le sens opposé au sujet. Ainsi, la lumière se réfléchit dans le parapluie et devient plus grosse. Par contre, elle n'est pas diffusée en tant que telle. Ce type d'éclairage sera plus contrasté que le parapluie translucide.
  3. Les parapluies réfléchissants avec diffuseur. Ces parapluies sont exactement comme les parapluies réfléchissants, mais avec en plus une couche de tissus diffuseur. C'est pratiquement le croisement d'un parapluie et d'un softbox.

Les parapluies ont par contre certains désavantages. D'abord, comme ils sont ronds, il ont tendance à envoyer de la lumière partout, ce qui rend l'éclairage un peu plus difficile à contrôler! Ensuite, les baleines des parapluies ainsi que la tête de flash sont souvent visibles dans les yeux des sujets ou sur les objets réfléchissants, ce qui est moins intéressant.

Portrait éclairé avec un parapluie argent
Portrait éclairé avec un parapluie blanc translucide

Pour la première photo, j'ai utilisé un parapluie argent. La lumière est plutôt dure. Pour la deuxième photo, j'ai utilisé un parapluie blanc translucide. L'éclairage est plus doux. 

Pour un éclairage doux et facile à contrôler, utilisez un softbox!

Généralement plus dispendieux que les parapluies, les softbox ont plusieurs avantages.

Le premier est que comme ils ont souvent deux panneaux de tissus diffuseur, ils produisent un éclairage plus doux.

Ensuite, leur forme rectangulaire (quoiqu'il y a aussi des softbox en forme d'octogone) rend la lumière plus facile à diriger. Vous pourrez plus facilement concentrer la lumière sur votre sujet.

Finalement, les softbox se réfléchissent en forme de rectangle complètement blanc, ce qui vous rendra la tâche énormément plus simple pour les photos de produits, surtout ceux qui sont très réfléchissants.

Vous trouverez des softbox rectangulaires, étroits (aussi appelés stripbox) et en forme d'octogone (aussi appelés octobox). La forme à choisir dépendra de votre usage. Vous devrez aussi vous assurer que le softbox que vous achetez a la bonne monture pour votre flash.

portrait pris avec un softbox 32 par 40 pouces
portrait pris avec un stripbox 10 par 36 pouces
portrait pris avec un octobox

Pour la première photo, j'ai utilisé un softbox de 32 par 40 pouces. La deuxième photo a été faite avec un strip bos de 10 par 36 pouces. Le fait qu'il soit plus petit crée une lumière plus dure. Remarquez aussi le reflet plus étroit dans les yeux. Finalement, la 3e photo a été faire avec un octobox. Le résultat est semblable au softbox rectangulaire, mais avec un reflet rond dans les yeux. 

Le bol beauté ou beauty dish : pour une lumière bien définie

Un bol beauté, aussi appelé beauty dish, est un modificateur de lumière en métal en forme de cercle.

Son fonctionnement est simple. On le place sur la tête de flash. Puis, une plaque de métal devant le flash renvoie  la lumière vers le fond du bol beauté. La lumière est ainsi redirigée vers le sujet, comme avec un parapluie. La principale caractéristique de la lumière d'un beauty dish est qu'elle est relativement douce, mais laisse quand même place aux détails, ce qui en fait le choix par excellence pour les photos de beauté et maquillage!

On trouve habituellement deux ou trois tailles différentes de bols beauté, soit environ 16 pouces, 22 pouces et 27 pouces. La taille du beauty dish a un impact sur la qualité de la lumière. Plus il est gros, plus la lumière sera douce, à distance égale du sujet.

Il existe des bols beauté de différentes finitions. Certains ont l'intérieur argent, d'autres ont l'intérieur blanc. La différence entre les deux est que le bol beauté argent produit une lumière un peu plus dure et contrastée que le beauty dish blanc.

bol beauté avec nid d'abeille

Ce qui est bien avec les bols beauté est qu'ils sont très polyvalents. Vous pouvez les utiliser seuls, ou y ajouter des accessoires! Par exemple, vous pouvez y ajouter un nid d'abeille pour concentrer la lumière sur votre sujet. Vous pouvez aussi y ajouter un tissu diffuseur pour le transformer en softbox rond!

portrait pris avec un bol beauté
portrait pris avec un bol beauté et nid d'abeille
portrait pris avec un bol beauté et nid diffuseur

Pour la première photo, j'ai utilisé mon beauty dish blanc. Sut la deuxième photo, j'ai ajouté le nid d'abeille pour concentrer la lumière, ce qui a créé l'effet de vignette dans la photo. Sur la 3e photo, j'ai enlevé le nid d'abeille et j'ai mis le diffuseur sur le bol beauté. Le résultat ressemble à l'octobox mentionné plus haut.

Les autres accessoires à connaître

Si les parapluies, softbox et beauty dish sont les principaux accessoires d'éclairage à connaître, il y a d'autres accessoires intéressants! En voici quelques-uns!

Les panneaux diffuseur

Les panneaux diffuseur existent dans plusieurs formes et plusieurs tailles différentes. Vous pouvez trouver des réflecteurs multi-usages qui vont avoir les côtés réfléchissants et un diffuseur également. C'est très pratique pour les photos à l'extérieur lorsque vous devez adoucir la lumière du soleil.

Il y a aussi de grands panneaux diffuseurs rectangulaires que vous pouvez utiliser pour diffuser n'importe quel flash de studio. C'est une option très intéressante lorsque vous voulez avoir une lumière douce sans dépenser pour un softbox.

joannie tenant un diffuseur rond durant une séance de portrait

Les V-Flats

Il s'agit de gros panneaux en foamcore blanc ou noir qu'on assemble pour former un V. La plupart des photographes en ont des blancs, qui agissent comme réflecteurs, ou noirs, qui contrôlent les débordements de lumière.

En studio, ils sont très pratiques parce qu'ils tiennent tout seuls.

Dans cette vidéo, vous pouvez voir comment faire vos prores v-flats pour vraiment pas cher!

Les nids d'abeille

Les nids d'abeilles sont des accessoires circulaires avec des alvéoles. Ces alvéoles servent à concentrer la lumière. Plus les alvéoles sont petites, plus le cercle de lumière est concentré. On les utilise souvent pour créer un halo sur le fond derrière le sujet, ou encore éclairer de petites parties des sujets séparément.

nid d'abeille devant un flash équipé d'une gélatine rouge et de portes de grange

Conclusion

Bref, dans cet article, nous avons vu qu'avant de choisir un modificateur de lumière, il faut connaître les principales caractéristiques de la lumière qu'on veut avoir, et ce qui peut nous donner les résultats voulus.

En gros, pour avoir une lumière très diffuse, vous aurez besoin d'un modificateur de lumière de grande taille en rapport avec le sujet. Ensuite, la forme et les matériaux de votre accessoire influencent aussi le résultat.

Voici, en ordre de la lumière la plus dure vers la plus douce, à taille égale :

  • flash nu
  • beauty dish argent
  • parapluie argent
  • beauty dish blanc
  • parapluie blanc (réfléchi)
  • parapluie blanc (translucide)
  • parapluie blanc ou argent (réfléchi) avec diffuseur devant
  • Softbox ou beauty dish avec diffuseur

J'espère que cet article vous aura aidé à faire le choix du bon accessoire pour vos besoins. Comme toujours, si vous avez des questions, n'hésitez pas à me les écrire en commentaires!

À bientôt, et bonnes photos!


à propos de moi

4 ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Comment exposer dans les situations très contrastées?

On cherche tous à avoir l’exposition parfaite. Que nos photos ne soient jamais trop claires ou trop sombres. Qu’on ait toujours les réglages parfaits pour la photo parfaite, qui fonctionnent dans toutes les situations. Que l’appareil photo ne se trompe jamais.

Mais, en vérité… ce n’est pas si simple que ça. Comme vous le savez certainement, chaque situation est unique, et les réglages à utiliser pour avoir la bonne exposition le sont tout autant.

Évidemment, l’appareil photo vous donne plusieurs outils pour trouver la bonne exposition, comme l’histogramme et le posemètre.

D’ailleurs, pour en savoir plus sur l’exposition et le triangle d’exposition, ainsi que l’histogramme et le posemètre, je vous invite à aller lire mes articles à ce sujet!

Alors que d’avoir une exposition qui semble globalement bonne est un objectif atteignable pour la majorité d’entre nous, avoir du détail partout dans une image où il y a beaucoup de contraste est beaucoup plus complexe que ça en a l’air.

De plus, certaines situations particulières font en sorte que l’appareil photo se trompe à presque tous les coups.

Alors, aujourd’hui, je m’attaque aux situations qui rendent l’exposition parfaite impossible à obtenir…ou presque!

Nous allons voir pourquoi l’appareil peut se tromper, et que faire pour rectifier la situation. Nous allons aussi voir pourquoi il est parfois mieux de surexposer ou sous-exposer une photo volontairement. Puis, nous parlerons aussi de la photographie HDR (ou grande plage dynamique) pour les situations les plus complexes.
 

La plage dynamique : pourquoi votre appareil ne peut pas tout voir

La plage dynamique, c’est ce qui définit l’étendue des tons dans une scène, du plus foncé au plus pâle. La plage dynamique s’exprime en stops ou IL (pour indice de luminance).

Pour vous faire un rappel, une différence de +1 stop revient à doubler la quantité de lumière, et -1 stop à couper la lumière de moitié. Encore une fois, je vous invite à aller lire mon article sur le triangle d’exposition pour en savoir plus!

Même si les appareils modernes sont de plus en plus performants, ils ne peuvent quand même pas voir toute l’étendue des tons que nos yeux sont capables de voir.

À titre indicatif, nos appareils photo voient normalement autour de 10 stops de plage dynamique. Nos yeux, eux, en voient 24 stops! C’est énormément plus!

Alors évidemment, pour avoir une photo fidèle à ce qu’on a vu, il faut utiliser quelques stratagèmes pour tirer le meilleur des fichiers que notre appareil nous donne! Ces stratagèmes auront tous le même but : réduire la plage dynamique de la scène et contrer les erreurs de lecture d’exposition.


Comment l’appareil décide-t-il de la bonne exposition?

Avant d’expliquer comment régler les problèmes d’exposition, il faudrait en savoir un peu plus à propos de comment l’appareil décide de ce qui correspond à une bonne exposition.

En fait, l’appareil photo possède un posemètre interne qui lui permet de deviner la bonne exposition. Pour analyser l’image, l’appareil n’a aucune notion de couleurs. Il voit la scène en noir et blanc, et cherche à amener la photo à un gris 18%. Ce gris est en fait la moyenne entre les tons les plus clairs de l’image et les tons les plus foncés de l’image.

Peu importe le mode de mesure de l’exposition et peu importe si vous faites vos photos en mode priorité à l’ouverture, priorité à la vitesse, manuel, etc., l’appareil cherchera toujours à amener la zone analysée vers le gris moyen.

À quoi ça rime dans la vraie vie?

Ça veut dire que dès que vous demandez à votre appareil d’analyser une scène où il y a des éléments très pâles ou très foncés, il va se tromper.

Ça peut être lorsque vous faites une photo à contre-jour, une photo des mariés qui portent du blanc et du noir un à côté de l’autre, un paysage où vous avez des zones d’ombres et des zones très éclairées, un sujet pâle sur fond pâle, et ainsi de suite.

Voici quelques exemples. Pour ces exemples, j’ai décidé de donner un défi à mon appareil avec des photos à moitié noires, et à moitié blanches.

Dans cette photo, j’ai utilisé le mode de mesure spot, et j’ai fait la lecture d’exposition avec mon collimateur de mise au point en plein centre. L’appareil m’a donné un résultat plutôt satisfaisant. 

Maintenant, voici ce qui s’est passé lorsque j’ai fait ma lecture d’exposition sur le blanc, puis sur le noir. Ça ne va pas du tout. L’appareil a ramené vers le gris moyen dans les deux cas, et j’ai obtenu la mauvaise exposition.

résultat de mesure spot sur le blanc
résultat de la mesure spot sur le noir

Alors quelle est la solution pour éviter ce genre d’erreurs? Voici quelques pistes!


Réduire la plage dynamique dès la prise de vue


Comme nous l’avons vu précédemment, pour arriver à un bon résultat dans les cas de fort contraste, il faut réduire le contraste à la prise de vue, réduire la plage dynamique.

Pour faire cela, il faut soit réduire la luminosité des parties les plus claires, ou augmenter la luminosité des zones plus sombres! Voici quelques solutions possibles.


Utiliser un filtre gradué dans vos photos de paysage


Le filtre gradué est un morceau de verre qui est teinté seulement en partie. Il en existe de différentes densités, de plus pâle à plus foncé.

filtre gradué tenu devant l'objectif

Souvent, on utilise un filtre gradué pour assombrir un ciel trop clair dans les photos de paysages ou de coucher de soleil.

L’avantage du filtre gradué est que vous passerez moins de temps au post-traitement. Le désavantage est que vous devrez tenir le filtre gradué devant votre objectif, rendant la prise de photo à main levée un peu trop compliquée.


Utiliser un réflecteur


Si vous photographiez un sujet à l’ombre, mais que l’arrière-plan est trop clair parce qu’il est au soleil, vous pouvez utiliser un réflecteur.

Le réflecteur va vous permettre de renvoyer de la lumière du soleil vers votre sujet et de contrôler du même coup l’angle de la lumière.

 En éclairant davantage votre sujet, vous aurez une luminosité plus uniforme entre l’arrière-plan et le sujet. L’exposition sera donc plus facile à maîtriser!

Dans la première photo, j'ai fait mon exposition en utilisant la mesure spot sur le ventre du chien. Malheureusement, les parties les plus claires de l'image sont brûlées. Dans la deuxième image, j'ai fait mon exposition sur les hautes lumières pour éviter de les brûler, mais le reste de la photo est trop sombre. Finalement, en conservant les mêmes réglages que sur la deuxième photo, j'ai ajouté un réflecteur argent à gauche du petit chien pour ajouter de la luminosité. L'exposition est bonne partout.

Utiliser un flash pour déboucher les ombres

Si vous faites des photos à l’intérieur, mais que vous voulez aussi voir à l’extérieur, ou encore si vous êtres à l’ombre et que l’arrière-plan est au soleil, vous pouvez utiliser un flash pour éclaircir les zones plus sombres.

 Attention par contre! Le flash intégré de votre appareil ne vous donnera pas de très beaux résultats.

Essayez plutôt d’exposer pour que les parties plus claires ne soient pas surexposées. Puis, utilisez un flash cobra en mode TTL, que vous ferez rebondir sur une surface neutre pour avoir une lumière uniforme.

Dans la première photo, j'ai fait mon exposition en utilisant la mesure spot sur le ventre du chien. Malheureusement, les parties les plus claires de l'image sont brûlées dans ce cas aussi. Dans la deuxième image, j'ai fait mon exposition sur les hautes lumières pour éviter de les brûler, mais le reste de la photo est trop sombre. Finalement, en conservant les mêmes réglages que sur la deuxième photo, j'ai  utilisé mon flash cobra en mode TTL, en le faisant rebondir au plafond, pour ajouter de la luminosité. L'exposition est bonne partout.

Cadrer autrement

Si vous avez le soleil en pleine face, il est possible que vous ayez de la difficulté à faire votre mise au point ou à exposer correctement.

Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, où vous aurez probablement un éclairage qui est tout sauf idéal. 

Si vous voyez que c’est le cas, n’hésitez pas à vous déplacer!


Modifier la plage dynamique au traitement


Si vous faites vos photos en raw, vous savez à quel point vous avez de la latitude pour modifier l’exposition après la prise de vue!

Si vous ne l’avez jamais essayé, je vous conseille de lire mon article sur les fichiers jpeg vs les fichiers raw. Cela vous donnera certainement envie de commencer à faire vos photos en raw!

Cependant, pour faire une belle retouche de votre fichier raw et corriger la plage dynamique, vous devrez avoir toute l’information nécessaire, à la base.

Donc, il faut parfois exposer différemment que ce que notre appareil pense correct, pour exploiter au maximum la plage dynamique que notre appareil veut bien nous donner.


Exposer à droite : c’est quoi et pourquoi?


Vous avez probablement déjà entendu parler de l’expression «exposer à droite». Mais ça vient d’où? À quoi ça sert?

Exposer à droite vient du fait que pour utiliser cette technique, on tient compte de la partie à droite de notre histogramme : les hautes lumières.

Le principe est assez simple. Pour exposer à droite, il faut que les parties les plus éclairées de votre image soient aussi claires que possible, mais sans que la partie de droite de l’histogramme ne touche le côté de l’histogramme. Vous pouvez aussi activer l’avertissement des hautes lumières pour voir si certaines zones sont surexposées.

L’idée d’exposer à droite est d’avoir le plus d’information possible dans votre photo, sans jamais brûler les hautes lumières dans votre photo, parce que les hautes lumières brûlées sont IMPOSSIBLES à récupérer.

Le fait de prioriser les hautes lumières et d’éclaircir le plus possible sans rien brûler vous permettra d’avoir une photo retouchée qui sera plus «propre».

Pourquoi?

Parce qu’il y a plus d’information dans les hautes lumières que dans les ombres d’une image. Sans tomber dans un excès de technique, récupérer les ombres au traitement crée beaucoup plus de bruit numérique, et il est préférable d’avoir une photo légèrement plus claire qu’une photo avec des ombres bouchées qu’on essaie de ramener!

Pour arriver à exposer à droite, il faudra utiliser la correction d’exposition ou le mode manuel.

Voici un exemple de deux photos. L’une a été prise à une exposition normale, et l’autre en exposant à droite. Avec le traitement, ces deux images ont l’air identiques. Mais, si je zoom dans les photos, sans corriger le bruit numérique, vous voyez que la photo avec une exposition à droite a beaucoup moins de bruit!

D’ailleurs, exposer à droite ne veut pas forcément dire que votre photo sera globalement surexposée. Elle pourrait aussi être sous-exposée, dans certains cas, si les hautes lumières que vous tentez de protéger sont très claires. Si c’est le cas, il faudra que vous décidiez si certaines de ces zones claires peuvent être sacrifiées.

Ce sera le cas, entre autres, si le soleil est visible dans votre photo!


Sous-exposer volontairement une image : quand et pourquoi?

Si votre photo est très contrastée et que vous ne pouvez pas améliorer la situation avec les méthodes que j’ai mentionnées plus haut, exposer à droite est une des solutions les plus simples et les plus efficaces.

Mais, si l’écart est très grand entre les hautes lumières et les ombres, comme quand vous faites un portrait au coucher du soleil, par exemple, vous pourriez être forcé de sous-exposer de beaucoup votre photo.

Si, par exemple, il y a une partie du soleil qui est visible, et que les cheveux de votre sujet sont éclairés par-derrière, une exposition normale va les rendre complètement surexposés. Même si vous essayez de réduire l'exposition au traitement, ces zones resteront blanches.

Pour les récupérer, il faudra réduire l’exposition pour les protéger. Mais, ce faisant, vous allez sous-exposer l’image en entier. Donc, lorsque vous récupérerez les zones plus sombres, vous créerez du bruit numérique. Ce n’est pas idéal, MAIS c’est probablement préférable à une zone complètement brûlée!

L’idée est que lorsque vous faites des photos en raw, essayez de capturer votre photo pour avoir le plus d’information possible dans votre fichier, quitte à surexposer ou sous-exposer lorsque c’est nécessaire.


Quand rien ne va plus : le HDR (grande plage dynamique)

Si vous n’avez rien sous la main pour réduire la plage dynamique dans la scène dès la prise de vue, et que l’écart entre les hautes lumières et les ombres est beaucoup trop important pour tout capturer dans une même photo, vous pouvez essayer le HDR.

Le HDR, qui est un acronyme pour High Dynamique range, est une technique de photo qui permet, comme son nom le dit, de capturer une plus grande place dynamique.

En gros, pour faire un HDR, il faut capturer plusieurs images avec une exposition différente, certaines étant sous-exposées, bien exposées, et surexposées. On appelle cette méthode le bracketing.

Selon les appareils photo, il est possible de faire un bracketing d’exposition très facilement. Il suffit d’activer la fonction de bracketing automatique (AEB chez canon et BKT chez Nikon) et l’appareil changera automatiquement l’exposition entre chaque photo.

Pour voir comment utiliser le bracketing automatique de votre appareil, vous pouvez consulter une de ces vidéos!

Si votre appareil ne vous permet pas de faire un bracketing automatique, vous pouvez le faire vous-même. Il suffit d’utiliser une correction d’exposition d’abord à -3, puis à -2, à -1, à 0, plus à +1, +2 et +3.

Attention par contre, vous devez vous assurer que votre appareil ne bougera pas trop entre les photos. Un trépied est préférable.


Comment créer votre photo à grande plage dynamique?

Une fois que vos photos sont prises, vous devrez les combiner dans un logiciel de traitement d’image.

Dans Lightroom, c’est très facile à faire. Il suffit d’importer vos images de différentes expositions. Puis, sélectionnez vos images. Enfin, faites un clic droit sur l’une de vos images et cliquez sur Fusion, puis HDR. 

Vous verrez ensuite un aperçu de l’image finale. Puis, cliquez sur fusionner. Ensuite, vous pourrez ajuster votre photo pour en tirer le maximum!

Conclusion


Avoir l’exposition parfaite, ce n’est pas évident. Parfois, avoir l’exposition parfaite à la prise de vue est presque impossible.

Dans cet article, on a vu que l’appareil photo ne voit pas une plage dynamique aussi large que nos yeux. Donc, il faut utiliser quelques petits stratagèmes pour capturer le plus d’information possible dans nos photos.

 Dans un premier temps, le mieux est toujours d’essayer de réduire les écarts entre les ombres et les hautes lumières, soit avec un réflecteur, un flash, ou encore en modifiant notre composition.

Si réduire la plage dynamique n’est pas possible à la prise de vue, il faut plutôt essayer de capturer autant d’information que possible en une seule photo en exposant à droite, ou en faisant un bracketing pour faire une fusion HDR par la suite.

Bref, j’espère que cet article va vous avoir donné les outils pour maîtriser les photos très contrastées.

Comme toujours, si vous avez aimé l'article, n’hésitez pas à le partager et à me laisser vos impressions dans les commentaires!

À la prochaine, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Réussissez vos photos en faible lumière en 5 étapes!

Comment faire des photos en faible lumière? On le sait, quand il fait très sombre, faire de bonnes photos peut être assez complexe. On a souvent des photos floues, de mauvaise qualité, ou mal exposées.

Récemment, mon amie Julie m’est arrivée avec un bon défi. En effet, Julie est une artiste maquilleuse et voulait des photos de ses oeuvres. Mais en plus des maquillages traditionnels, elle offre aussi un type de maquillage hors de l’ordinaire : le maquillage blacklight.

Ce maquillage ne se voit pas avec un éclairage normal et n’est visible que sous un éclairage UV. Mais, vous le savez sans doute, le blacklight n’est certainement pas un éclairage idéal pour faire des photos. En fait, avec le blacklight, on est presque dans l’obscurité totale. Tellement qu’en plus d’utiliser mon fond de studio noir, j’ai dû le coller par-dessus la fenêtre de mon studio pour qu’aucune lumière extérieure ne puisse entrer!

Alors, comment ai-je fait pour arriver à faire les photos dans de telles conditions? Voici comment y arriver!

Étape 1 : Utilisez le mode manuel

Lorsque vous faites des photos en faible lumière, votre appareil n’arrivera pas à prendre les bonnes décisions au niveau des différents paramètres et vous risquez de rater votre photo. Ce qui risque le plus d’arriver, c’est que votre appareil surexpose la photo parce que le fond noir lui fait croire que le sujet au complet est sous exposé, comme sur cette photo.

Donc, pour éviter cela, vous allez devoir décider de l’ouverture, de la vitesse et de l’ISO vous-même en travaillant avec le mode manuel.

Étape 2 : choisissez la bonne ouverture

L’ouverture est le paramètre que vous devriez régler en premier lorsque vous faites des photos en faible lumière. Pourquoi? Parce que c’est la façon la plus sûre d’obtenir le plus de lumière possible dans vos photos sans risquer d’avoir du flou de mouvement ou une perte de qualité. Pour en savoir plus sur l’ouverture, allez voir cette vidéo.

Pour les photos du maquillage, j’ai utilisé mon objectif 70-200 à son ouverture maximale, c’est à dire, f/2.8. Si votre objectif ne vous permet pas de vous rendre à d’aussi grandes ouvertures, pas de panique! Vous pourrez compenser avec les autres réglages ensuite!

Étape 3 : choisissez la bonne vitesse d’obturation

Après avoir choisi l’ouverture la plus grande possible, vous allez devoir choisir la bonne vitesse d’obturation.

Pour en savoir plus sur la vitesse d’obturation, allez voir cette vidéo!

Vous devrez choisir une vitesse qui vous permet de prendre votre photo sans avoir de flou de mouvement.

À cette étape, si vous photographiez un sujet immobile, placez votre appareil sur un trépied. De cette façon, vous allez pouvoir utiliser des vitesses plus lentes sans que le mouvement de vos mains ne soit un problème. Pour ma photo, j’ai utilisé une vitesse de 1/30 seconde, sur trépied.

Si je n’avais pas utilisé de trépied, j’aurais pu me retrouver avec une photo comme ça…

Ou pire, comme ça : 

Comme Julie ne bougeait pratiquement pas, une vitesse de 1/30 était suffisante. Par contre, une vitesse plus basse faisait en sorte qu’un simple battement de cils causait du flou. Voici un exemple de photo que j’ai pris sur trépied, à 1/10 seconde:

Bref, la vitesse à utiliser en faible lumière dépendra de votre sujet. Commencez autour de 1/60 de seconde. Si vous avez du flou, augmentez la vitesse jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. Si vous n’avez pas de flou, essayez des vitesses plus basses jusqu’à ce que vous ayez du flou, puis gardez la vitesse limite la plus lente possible où vous n’avez pas de flou.


Étape 4 : choisissez un iso plus élevé pour les photos en faible lumière

L’iso, c’est ce qui contrôle la sensibilité du capteur de l’appareil photo à la lumière. Normalement, on recommande de garder l’iso le plus bas possible, pour éviter qu’il y ait des petits points dans nos photos, qu’on appelle du bruit numérique.

Mais, quand on est aux limites de l’ouverture possible de notre objectif et que la vitesse est déjà la plus lente possible pour éviter le flou, mais que la photo est encore trop sombre, il faut monter l’iso.

Dans la situation présente, j’ai augmenté l’iso jusqu’à 5000. Pour savoir où m’arrêter pour avoir la bonne exposition, j’ai activé l’avertissement des hautes lumières. Dès que l’avertissement s’est allumé dans les parties plus brillantes du maquillage, j’ai arrêté d’augmenter l’iso.

Maintenant, est-ce qu’il y a du bruit dans la photo. Absolument. Si je vous montre la photo de plus près, vous allez percevoir les petits points dans l’image.

Mais comme je le dis toujours, la photographie est un monde de compromis. Dans ce cas-ci, on n’avait pas le choix! Si jamais vous êtes confrontés à utiliser un iso plus élevé, vous pouvez utiliser la réduction du bruit dans Lightroom. Comme le démontre la prochaine photo, on peut s'en tirer à bon compte quand même!

Étape 5 : choisissez la bonne balance des blancs

La balance des blancs, c’est ce qui sert à avoir les bonnes couleurs dans nos photos selon la couleur de l’éclairage dans la scène.

Le blacklight étant une lumière naturellement bleue, je ne voulais pas perdre cet aspect, sans non plus l’exagérer.

J’ai donc testé les preset de balance des blancs ombragé, nuageux, flash et lumière du jour.

J’ai finalement arrêté mon choix sur lumière du jour, que j’ai modifié légèrement au traitement dans Lightroom.

Conclusion

Bref, dans cet article, je vous ai expliqué tout ce qu’il faut savoir pour réussir ses photos lorsqu’il fait très sombre.

Pour y arriver, il faut faire ses photos en mode manuel, choisir l’ouverture la plus grande possible, utiliser une vitesse aussi lente que possible sans avoir de flou, et compenser avec l’ISO, qu’on augmente graduellement jusqu’à ce que l’exposition soit bonne.

Pour déterminer la bonne exposition, votre meilleur outil sera l’avertissement des hautes lumières, qui clignotera lorsque les parties plus claires de l’image seront surexposées. À ce moment-là il va falloir réduire l’ISO d’un cran.

Et voilà! C’est déjà tout pour cet article à propos de comment réussir ses photos en faible lumière! J’espère que ces conseils vous auront aidé à conquérir les situations extrêmes. Si vous avez aimé l'article, n’hésitez pas à me laisser vos impressions dans les commentaires!

Sur ce, je vous dis à la prochaine, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

7 trucs pour réussir ses photos de groupes à tous les coups!

Comment réussir ses photos de groupes? C’est une question qu'on me pose très souvent. Et ce n’est pas pour rien.

En effet, photographier un groupe de personnes peut être assez intimidant. Il faut s’assurer d’avoir un bon cadrage, de voir tout le monde, d'avoir tout le monde bien net, diriger tout le monde… Bref, il y a beaucoup de défis à relever.

Alors, comment éviter les problèmes lorsqu’on fait des photos de groupes?

La meilleure chose à faire est de bien se préparer, en lisant les trucs que je vous ai préparés pour l’article d’aujourd’hui! Si vous voulez ne plus jamais rater vos photos de groupes, lisez ce qui suit! 

Conseil numéro 1 : utilisez le bon objectif!

Pour réussir vos photos de groupes, vous devez voir tout le monde dans votre photo. Mais, avec certains objectifs, ça ne sera tout simplement pas possible.
 

Choisissez la bonne focale

Si vous essayez de faire une photo de groupe avec un téléobjectif de 200 millimètres, vous serez tellement loin de votre groupe qu’il faudra les diriger avec un porte-voix… et ça, c’est si le lieu où vous êtes vous permet de reculer! 

Donc, vous l’aurez deviné, vous allez avoir besoin d’un objectif plutôt grand-angle. Une focale de 24 à 35mm serait un bon point de départ.

Reculez!

Mais attention! Si vous utilisez un objectif à très grand angle, vous risquez de déformer vos sujets. Les gens qui sont sur les côtés apparaîtront plus larges que la réalité. Si vous êtes trop près du groupe, les gens à l’arrière auront l’air très petits en comparaison. 

Alors, pour corriger la situation, reculez et utilisez une focale un peu plus longue. 

Pour cette première photo, j’étais près des sujets, avec une courte focale. Remarquez comme les personnes sur les côtés semblent étirées.

Maintenant, regardez comme l’aspect des photos change quand on utilise une focale un peu plus longue. C'est beaucoup mieux, n’est-ce pas?


Conseil numéro 2 : Choisissez les bons réglages!

Pour les photos de groupes, il faudra choisir les réglages adéquats pour que chaque personne soit bien nette. Le plus important sera assurément votre ouverture, puisque c’est elle qui contrôle la profondeur de champ, en majeure partie. Pour en savoir plus sur la profondeur de champ, allez lire cet article!
 

Comment choisir la bonne ouverture pour les photos de groupe?

Plus vous aurez de gens dans votre photo, plus vous aurez de rangées. Et plus vous allez avoir de rangées, plus vous allez avoir besoin d’une grande profondeur de champ. 

Qui dit grande profondeur de champ dit petite ouverture. Donc, en règle générale, vous allez devoir choisir une ouverture de plus en plus petite selon le nombre de personnes sur votre photo. 

Voici quelques points de départ.

Lorsque vous avez une seule rangée de personnes qui sont toutes à distance égale de l’appareil, vous pouvez utiliser une ouverture assez grande, comme f/2.8. Si vous avez deux rangées, utilisez au maximum f/4 ou f/5.6. À trois rangées, f/8 serait un bon point de départ. Faites la mise au point sur la première rangée.

Naturellement, ces réglages ne sont pas infaillibles et il faudra tester sur le terrain! 

Pour cette photo, j'ai utilisé une ouverture de f/1.8, ce qui était une trop grande ouverture pour que les trois enfants soient parfaitement nets. À 2.8, j'aurais eu une bonne netteté partout. 

Comment choisir la vitesse d’obturation et l’idée pour les photos de groupe 


Pour contrôler l’ouverture sans trop avoir à réfléchir aux autres réglages, utilisez le monde priorité à l’ouverture. Essayez toutefois d’avoir une vitesse assez rapide pour éviter d’avoir du flou de mouvement. Ayez au moins une vitesse de 1/60 de seconde. Pour l’ISO, gardez-le aussi bas que possible pour avoir un maximum de qualité.


Conseil numéro 3 : choisissez votre éclairage judicieusement!

 

Si vous êtes à l’extérieur, positionnez les gens à l’ombre ou dos au soleil. Déjà que d’avoir les yeux de tout le monde ouverts n'est pas évident, vous ne voudrez pas que le soleil vous nuise!  

Si vous faites des photos à l’intérieur, éviter le flash de votre appareil. Comme il n’est pas très puissant, il y a de fortes chances que les gens de la première rangée soient beaucoup plus pâles que ceux qui sont derrière.

Si le flash est absolument nécessaire, utilisez un flash cobra. Pointez la tête du flash vers le plafond ou un mur de couleur neutre qui se trouve à mi-chemin entre vous et le groupe. La lumière sera répartie de façon plus uniforme avec cette technique. 

En pointant mon flash vers le plafond, la lumière de mon flash cobra s'est répandue dans l'ensemble de la scène, éclairant ainsi les membres de ce collectif de hip-hop de manière plus uniforme.

Conseil numéro 4 : gardez l’ordre et n’hésitez pas à diriger.

Un groupe de gens peut vite se transformer en chaos si vous ne prenez pas le contrôle rapidement. Assurez-vous de donner des instructions claires et concises.

Essayez autant que possible d’appeler chaque personne par son prénom si vous les connaissez. Vous aurez leur attention plus facilement.

Placez les gens en vous assurant de ne pas trop laisser de trous entre eux. S’ils font partie de la même famille ou qu’ils sont des amis proches, faites-leur placer leurs mains sur une épaule ou un bras de la personne à côté, par exemple. 

Pour cette image, le photographe Edward Cisneros a réussi à nous faire sentir l'amour entre la maman et ses garçons en les plaçant très près les uns des autres.

Conseil numéro 5 : assurez-vous que tout le monde vous regarde

Avant de prendre la photo, demandez au groupe si chaque personne vous voit bien avec ses deux yeux.

C’est un principe de base, mais si les gens ne vous voient pas bien, votre appareil ne les verra pas bien non plus! Ensuite, avant de prendre votre photo, dites à tout le monde de tenir la pose pendant 5 secondes, pour être capable de faire plusieurs photos. 

Faites une série d’images, puis dites à tout le monde de rester immobile le temps que vous vérifiiez vos prises. Regardez les visages un à un pour valider que tout le monde a un beau sourire et les yeux ouverts. Dans le doute, recommencez. 

Les gens seront peut-être impatients, mais si c’est le cas, dites-leur à la blague que ça ira plus vite si tout le monde collabore! 

Pour photographier un groupe de jeunes du secondaire, il faut savoir être rapide et diriger d'une main de fer dans un gant de velours! Pour les groupes plus nombreux, se placer en hauteur est aussi très avantageux. Pour cette photo, j'étais debout dans les estrades.

Conseil numéro 6 : Utilisez des poses dynamiques!
 

Lorsque vous placez les gens, ne vous contentez pas de les placer en rang d’oignon! Placez-la à différentes hauteurs et essayez de former des triangles entre leurs têtes. 

Essayez aussi des poses ou les gens se regardent entre eux. Donnez leur quelque chose de drôle à faire et guettez les rires qui vont suivre pour prendre votre photo à ce moment-là!

Pour cette photo d'Émilie et sa famille, du blogue Famille Keto, nous avons décidé de donner des actions à faire à tout le monde, pour donner un effet spontané à la pose!

Conseil numéro 7 : utilisez les éléments du décor pour mieux placer les gens!

Le plus gros défi pour les photos de groupe est sans doute d’avoir tout le monde dans la photo. Mais, la meilleure façon de vous aider et de vous servir de ce que vous avez à porté de main pour placer les gens à différentes hauteurs… ou VOUS placer en hauteur! 

Lorsque vous êtes à l’extérieur, cherchez des escaliers! Ils vous aideront énormément à voir plus de gens! Une table à pique-nique peut être très pratique! Placez des gens debout ou à genoux par terre, des gens assis ou debout sur le banc et debout ou à genou sur la table! 

Si vous n’avez rien de tout cela, essayez de vous positionner en hauteur.

Pour cette photo de mariage, le fait de placer mes sujets sur le pont m'a permis d'ajouter du dynamisme à la photo et de me placer à bonne distance sans laisser trop de vide dans ma photo.

Conclusion


Bref, les photos de groupes ne sont pas toujours faciles à réussir. Par contre, en ayant la bonne préparation, vous y arriverez sans trop de problèmes! 

En gros, utilisez une focale courte pour arriver à avoir tout le monde dans le cadre. Faites seulement attention aux déformations. Ensuite, choisissez une ouverture assez petite pour avoir tout le monde net.

Assurez-vous que tout le monde soit bien éclairé.

N’ayez pas peur de diriger les gens et de garder l’ordre en travaillant efficacement avec des directives courtes et précises. N’hésitez pas à appeler les gens par leur nom! Assurez-vous que tout le monde vous voit bien et prenez plusieurs photos pour que tout le monde ait les yeux ouverts et un sourire! Vérifiez vos photos avant de laisser votre groupe se disperser!

Enfin, utilisez ce que vous avez sous la main pour vous positionner en hauteur, ou pour faire varier les hauteurs des sujets. Votre composition sera plus intéressante!

Enfin, j’espère que cet article vous aura aidé à prendre confiance pour réussir vos photos de groupe! Si vous avez aimé l'article, n’hésite pas à le partager et à me laisser vos impressions dans les commentaires!

Sur ce, je vous dis à la prochaine, et bonne photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

7 trucs de pro pour éviter les reflets de lunettes

femme avec des lunettes remplies de reflets dans un éclairage tamisé

Ahhhhhh les reflets dans les lunettes...

Avez vous déjà eu des problèmes de reflets dans les lunettes quand vous faites des portraits? Si vous avez déjà photographié des gens, la réponse est assurément OUI.
 
Que vous fassiez des photos en lumière naturelle ou en studio, vous devrez, tôt ou tard, trouver des solutions pour éliminer ces fichus reflets. Et quand on ne sait pas comment s’en débarrasser dès la prise de vue, retoucher des reflets de lunettes sera assurément un véritable CAUCHEMAR!

enfant qui prend son petit déjeuner et qui porte des lunettes avec des gros yeux


Essayer de redessiner les motifs uniques dans l’iris de quelqu’un lorsqu’ils sont cachés derrière une tache blanche est un gros défi, même pour les retoucheurs les plus chevronnés.
 
Mais alors, comment faire pour les éviter? Doit-on faire enlever leurs lunettes à tous nos sujets? Absolument pas! En fait, je vous ai préparé aujourd’hui un guide complet pour dire bye bye aux reflets dans les lunettes!

Pour connaître tous mes lisez ce qui suit!

Pourquoi les gens ont des reflets dans leurs lunettes


Typiquement, les reflets qui apparaissent sur les surfaces transparentes sont là parce qu’il y a un objet plus lumineux d’un côté que de l’autre de la surface.

Par exemple, s’il fait noir dans votre maison, mais qu’il fait clair dehors, alors vous verrez des reflets dans les fenêtres. Si le fond d’un lac est sombre, le ciel, qui est plus clair, se réfléchit sur l’eau.

image symétrique d'une montage qui se réfléchit dans l'eau transparente d'un lac

Crédit photo Christian Holzinger sur Unsplash


Le même phénomène se produit sur les lunettes. Comme votre source de lumière est plus claire que les yeux et la peau de votre sujet, les reflets apparaissent.

Mais si avoir une source de lumière est important pour avoir un regard lumineux, comment fait-on pour ne pas avoir de reflets de lunettes? Voici quelques solutions.

Solution numéro 1 : changez d’angle!


Si votre sujet regarde vers la lumière, il y aura un beau catchlight dans ses yeux, mais il y aura aussi, fort probablement, des reflets dans ses lunettes.

Pour l’éliminer, il suffit, bien souvent, de faire des petits ajustements dans l’angle de l’appareil par rapport au sujet.

Essayez de prendre votre photo légèrement en plongée (au-dessus) ou en contre-plongée (en dessous) et vous pourriez être surpris du résultat.

Essayez aussi de vous déplacer légèrement vers la gauche ou vers la droite, si c’est possible. De cette façon, le reflet changera de position par rapport à l’appareil, et vous pourrez l’atténuer ou le faire carrément disparaître!

Pour cette photo, j’avais des reflets dans les lunettes de mon sujet. Pour les éliminer, je me suis simplement déplacé vers la gauche, et hop! Le reflet est disparu!

portrait d'un jeune homme en studio qui a des reflets dans ses lunettes
photo d'un jeune homme en studio sans reflets de lunettes


Pour ce deuxième exemple, mon modèle avait un gros reflet dans les yeux à cause de la position de sa tête. Comme je ne pouvais pas déplacer mon flash, je lui ai fait baisser le menton, et le problème s’est réglé tout de suite!

portrait sur fond noir d'un jeune homme avec reflets dans ses lunettes
photo d'un jeune homme sur fond noir sans reflets de lunettes

Solution numéro 2 : modifiez l’angle des lunettes elles-mêmes!


Si vous ne pouvez pas vous déplacer ou changer votre angle parce que vous cherchez à avoir un résultat bien précis au niveau du cadrage, essayez d’ajuster la position des lunettes sur le visage de votre sujet.

Pour ce faire, demandez à votre sujet de faire remonter la branche de ses lunettes sur ses oreilles.

Ainsi, les verres des lunettes se retrouveront inclinés vers le bas.

Cela va vous donner un bon coup de pouce pour éviter que la lumière s’y réfléchisse directement.

un garçon à la peau noir avec un éclairage et un habillement coloré baisse ses lunettes sur le bout de son nez


Solution numéro 3 : placez votre sujet à contre-jour!

Si les deux premiers trucs que j’ai mentionnés ne fonctionnent pas du tout, vous pouvez essayer de faire faire demi-tour à votre sujet.

En plaçant la source de lumière derrière la personne, vous vous assurerez qu’il n’y aura pas de reflets… tant que vous n’avez pas un réflecteur pour renvoyer la lumière directement vers le sujet!

Ce truc fonctionne particulièrement bien si vous photographiez un groupe de personnes qui ont toutes des lunettes et que la lumière naturelle devient trop difficile à gérer!


Solution numéro 4 : déplacez la source de lumière!


Si vous utilisez un flash de studio ou un réflecteur, vous vous faciliterez déjà beaucoup la vie!

Pourquoi? Parce que dans la majorité des cas, votre problème de reflet pour être résolu en déplaçant tout simplement votre éclairage.

Si vous utilisez un parapluie ou un softbox en studio, placez-le plus haut et inclinez-le légèrement vers l’avant. Vous pouvez faire la même chose si vous utilisez un réflecteur!

Si votre plafond de studio est bas et que vous êtes limités en hauteur, essayez d’utiliser les trucs numéro 1 et 2 pour corriger la situation!

Si jamais vous utilisez le flash intégré de votre appareil photo, il se peut que vous n’arriviez tout simplement pas à vous débarrasser des reflets, puisque la source de lumière est attachée directement à votre appareil.

Si vous devez utiliser un flash sur votre appareil, à l’intérieur, privilégiez un flash cobra. Pointez la tête du flash vers le plafond. La source de lumière proviendra donc du plafond au lieu de l’appareil directement.

S’il reste des reflets, essayez de placer votre main ou un morceau de carton ou de mousse opaque sur le devant du flash.


Comment retoucher des reflets de lunettes?


La façon de retoucher des reflets dans les lunettes dépend du type de reflet que vous avez. Certains reflets sont plus intenses et plus opaques que d’autres. Certains reflets ont une teinte particulière, d’autres non. Voici quelques solutions pour les différents types de reflets.


Le facile : corriger un voile dans les lunettes.

Dans cette image, mon sujet regardait vers la lumière, qui débordait sur le mur blanc de mon studio. Sans que ce soit un reflet direct, on dirait qu’il y a une espèce de voile blanc devant ses yeux. 

lunettes avec un voila blanc

Heureusement, retoucher cela est très facile. Il suffit d’ajouter simplement du contraste à cet endroit précis.

Pour ce faire, je vais utiliser le pinceau de retouche de Lightroom. Je vais augmenter le contraste. Tout le reste va rester à zéro.

pinceau de retouche avec contraste dans Lightroom
ajout de contraste dans Lightroom

Il ne reste qu’à peindre sur les verres des lunettes et ajuster l’intensité du contraste.

Et voilà!

L’intermédiaire : retoucher un reflet coloré


Si vous avez un reflet dans les lunettes qui n’est pas opaque, mais qui a une teinte de couleur, votre retouche se fera en deux temps. Je vous conseille de retoucher d’abord la couleur, et ensuite le reflet.

La façon la plus simple de corriger les couleurs localement est d’utiliser un calque en mode de fusion couleur dans Photoshop.

Pour ce faire, ouvrez votre image dans Photoshop. Ensuite, créez un nouveau calque vide. Puis changez le mode de fusion pour couleur.

mode de fusion couleur dans Photoshop


Ensuite, avec l’outil pinceau, vous devrez peindre la bonne couleur par-dessus les parties affectées.

Pour choisir la bonne couleur, appuyez sur ALT ou OPT pour faire apparaître la pipette et cliquez sur la couleur que vous voulez copier.

échantillonnage de couleur avec la pipette dans Photoshop

Puis, avec une opacité à environ 30 pour cent, peignez par dessus les zones affectées.

Si vous avez dépassé, il faudra appliquer un masque de fusion pour effacer certaines parties de l’effet.

lunettes avec correction des couleurs


Ça se peut que vous ayez à faire quelques essais et erreurs pour avoir des couleurs qui semblent logiques.
 
Ensuite, créez un nouveau calque vide. Vous utiliserez celui-ci pour corriger les lignes de contour du reflet qui pourraient rester.
 
Faites des essais avec l’outil pièce. 

retouche d'un reflet de lunettes avec l'outil pièce

Si vous voyez qu’il semble rester un voile dans les lunettes, vous pouvez utiliser la même technique qu’on a utilisée dans Lightroom, mais avec le filtre de luminosité et contraste dans Photoshop.

ajout de contraste avec le calque de réglage luminosité/contraste dans Photoshop
ajout de contraste avec le calque de réglage luminosité/contraste dans Photoshop
ajout de contraste avec le calque de réglage luminosité/contraste dans Photoshop

Le difficile : le reflet blanc opaque.


Avant de commencer cette retouche, je tiens à dire qu’il sera parfois quasi impossible de retoucher ce type de reflet parfaitement. Par contre, si votre sujet était de face, vous avez de bonnes chances de vous en sortir avec un usage rusé de l’outil tampon et quelques sélections!

La première chose à faire est d’ouvrir la photo dans Photoshop. Créez un nouveau calque vide.

Ensuite, sélectionnez l’outil tampon. Puis, allez au menu Fenêtre et choisissez source de duplication. Ce panneau est très utile parce que vous pouvez inverser le sens de ce que vous dupliquez! C’est exactement ce que tous allons faire.

source de duplication

Cliquez sur l’icône rectangulaire qui a une flèche au-dessus à côté de la lettre L (pour Lenght). Ensuite, échantillonnez l’oeil qui n’a pas de reflet, puis copiez-le de l’autre côté. Si ce n’est pas parfait, vous devrez procéder autrement.

panneau source de duplication
échantillon de l'outil tampon inversé sur le sens horizontal avec le panneau source de duplication

La deuxième option est de copier l’oeil qui est correct au complet, puis de transformer la sélection pour que ça s’assemble bien.

Pour ce faire, je vais sélectionner le bon oeil avec la sélection rectangulaire (raccourci clavier M).

Ensuite, je vais ajouter un contour progressif à ma sélection. Pour faire cela, allez dans la barre d’outils en haut à gauche et entrez un nombre de pixels. Je vais utiliser 10.

Puis, je vais sélectionner le bon oeil. Enfin, je vais le dupliquer sur un nouveau calque avec le raccourci clavier CMD J.

sélection rectangulaire avec 10 pixels de contour progressif

Maintenant, il faut transformer ce nouvel oeil.

D’abord, il faut l’inverser de sens pour qu’il corresponde à l’autre oeil. Appuyez sur la touche cmd ou ctrl T. Vous verrez qu’il y a maintenant une sorte de sélection autour de l’oeil. Faites un clic droit et cliquez sur symétrie axe horizontal.

Maintenant, déplacez l’oeil par-dessus celui que vous voulez remplacer.

symétrie axe horizontal
positionnement de l'oeil après la transformation


Réduisez l’opacité pour essayer de bien le positionner. Maintenant, vous verrez que ça a l’air très bizarre. Vous allez devoir le déformer un peu pour que tout s'aligne bien.

Appuyez à nouveau sur le raccourci cmd T. Dans la barre d’outils en haut de la fenêtre, environ au centre, vous allez voir trois symboles. Cliquez sur le premier des trois, celui qui ressemble à un encadré courbe. C’est l’outil de déformation.

Maintenant, jouez avec les différents points jusqu’à ce que la sélection semble bien alignée avec l’oeil original.

icône de l'outil déformation
outil de déformation

Enfin, ajoutez un masque de fusion sur ce calque et peignez seulement là où c’est nécessaire pour cacher le reflet.
 
Terminez avec l’outil correcteur, l’outil tampon ou l’outil pièce si nécessaire.
Vous pouvez répéter la même opération pour un autre reflet!

correction avec l'outil pièce

Conclusion


En conclusion, les reflets dans les lunettes peuvent être un vrai cauchemar pour un photographe.
 
Heureusement, il existe plusieurs trucs que vous pouvez utiliser pour vous en débarrasser dès la prise de vue.

En effet, vous pouvez changer l’angle de votre appareil par rapport au sujet ou lui faire incliner la tête. Vous pouvez aussi lui faire positionner ses lunettes autrement. Ensuite, si cela ne fonctionne pas, vous pouvez prendre votre photo à contre-jour!

Si vous faites des photos au flash, changer la position du flash par rapport au sujet vous aidera beaucoup. En règle générale, le meilleur truc est de simplement remonter le flash un peu plus haut.

Si vous faites des photos au flash cobra, pointez-le vers le plafond et bloquez la lumière sur le devant!

Enfin, si tous ces trucs n’ont pas fonctionné, ou que vous avez des reflets parce que vous avez pris une photo en vitesse, pas de panique! Référez-vous à mes trucs de pros pour retoucher les lunettes en restant zen!

J’espère que cet article vous a plu! Si c’est le cas, partagez-le et laissez moi vos impressions en commentaires!

Sur ce, je vous dis à la prochaine, et bonne photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

La profondeur de champ : pour un arrière-plan flou…ou pas!

Avez vous déjà voulu créer de magnifiques photos avec un bel arrière-plan flou? Créer le look minimaliste commun à tous les plus beaux portraits? Ou juste enlever un élément de distraction dans l’arrière plan?

Vous est-il déjà arrivé de rater une photo parce que votre sujet n'était pas assez net, ou du moins, pas au complet?  

Pour obtenir de la netteté dans votre image, aux endroits prévus, il faut d’abord être au courant d’un concept fondamental dont vous avez certainement déjà entendu parler: la profondeur de champ.

Pour tout savoir sur cette notion fondamentale en photographie, lisez ce qui suit!

(pour la vidéo, par ici!)

Qu’est-ce que la profondeur de champ? 

La profondeur de champ correspond à la zone dans l’image qui est nette, ou «au focus». Elle peut être plus longue, ou plus courte, en fonction de différents facteurs.

Peut importe la photo, il y aura toujours des zones plus nettes et d’autres moins. La différence de netteté peut soit être très marquée, ou presque imperceptible. Ces zones moins nettes se situent devant ainsi que derrière le sujet.

Lorsque la zone de netteté est courte, on parlera de faible profondeur de champ. À l’opposé, la nous avons une grande zone de netteté, alors on parlera de grande profondeur de champ.

Trois facteurs influencent la profondeur de champ : l’ouverture du diaphragme, la distance entre la caméra et le sujet, et la longueur focale de votre objectif. Voici quelques explications qui vous aideront à mieux comprendre.

Comment contrôler la profondeur de champ avec l’ouverture?

L’ouverture du diaphragme fait référence à l’ouverture par laquelle passe la lumière, à travers l’objectif, pour ce rendre au capteur. C’est probablement la manière la plus facile de contrôler la profondeur de champ. La règle à retenir est très simple. Plus le nombre f est grand, plus il y a de profondeur de champ. Plus le nombre f est petit, moins il y a de profondeur de champ.

Si vous voulez avoir du flou d’arrière plan, vous voudrez avoir un faible profondeur de champ. Pour avoir une faible profondeur de champ, utilisez une grande ouverture, donc un petit nombre f, comme 1.4, 2, 2.8, etc.

Si, à l’inverse, vous ne voulez pas avoir de flou d’arrière plan, avoir toute la scène nette, vous voudrez avoir une grande profondeur de champ. Pour avoir une grande profondeur de champ, utilisez une petite ouverture, donc un grand nombre f, comme 16,22, etc.

D’ailleurs, un petit truc pour se rappeler que les petits nombres f correspondent à une grande ouverture et vice versa, est de penser à l’ouverture du diaphragme comme une fraction. Si on prétend que f/2 (f sur 2) est équivalent à 1 sur 2 (une demie) et que f/16 est équivalent à 1 sur seize, donc un seizième, il est plus facile de comprendre que f/16 est plus petit que f/2. Notez par contre que ce n’est qu’un exemple pour vous aider à comprendre, mais que f/2 n’est pas forcément la demi de la taille de l’objectif! 

Pour résumer :

grande ouverture = petit nombre f = faible profondeur de champ

petite ouverture = grand nombre f = grande profondeur de champ

Avec une ouverture de f/2.8 (sur la première image) les arbres à l’arrière plan ainsi que les bâtons colorés plus éloignés sont flou. Avec une ouverture de f/22 (sur la deuxième image), l’ensemble de la scène est nette.

Comment la distance influence-t-elle la profondeur de champ?

Votre objectif ne vous permet pas d’accéder à de très grandes ouverture pour avoir une faible profondeur de champ? Soyez rassuré, vous pourrez également obtenir l’effet que vous souhaitez simplement en vous approchant de votre sujet, en restant dans les limites de votre objectif pour que la mise au point s’effectue correctement. Plus vous êtes près de votre sujet, plus il y aura de flou derrière ce dernier.

Ces deux photos ont été prises à une longueur focale de 50mm, avec une ouverture de f/5.6, qui est un standard sur à peu près tous les objectifs. Cependant, la première photo a été prise à environ 5 mètres du bâton bleu, tandis que la deuxième à été prise à environ 1 mètre du même bâton. Vous remarquerez que sur la première des deux images, les arbres et les bâtons les plus éloignés sont nets, alors qu'ils sont flous sur la deuxième image.

Comment changer la profondeur de champ selon la focale de l’objectif?

La longueur focale de l’objectif, aussi communément appelée simplement «focale» fait référence à la capacité d’un objectif à «grossir» un sujet plus éloigné, comme une loupe ou des jumelles. La longueur focale s’exprime en millimètres, par exemple 10mm, 35mm, 85mm, 200mm, etc. Plus le nombre est grand, plus l’objectif peut «zoomer».

On parle de courte focale lorsque le nombre est petit, et longue focale lorsque le nombre est grand.

Le lien avec la profondeur de champ est que plus on zoom, moins il y aura de profondeur de champ (plus de flou).

Quand y pense, c’est assez logique. Nous venons de voir que de se rapprocher du sujet physiquement nous donne moins de profondeur de champ. Considérant que le zoom sert également à se rapprocher du sujet (virtuellement), le même effet s’applique.

Plus on zoom, plus la profondeur de champ sera réduite. Pour ces trois images, l’appareil photo est resté exactement au même endroit. J’ai aussi conservé exactement la même ouverture, soit f/5.6. Par contre, le fait d’utiliser différentes focales a eu un impact direct sur la profondeur de champ. Dans la première photo (prise à 24mm, la scène est nette du début à la fin. Dans celle du centre, prise à 105mm, on voit apparaitre du flou à l’arrière plan. Enfin, sur la dernière image, prise à 200mm, seul le bâton bleu est net.

Comment obtenir une faible profondeur de champ avec un cellulaire?

Si vous n’avez que votre cellulaire sur vous, ou un appareil compact, vous pouvez aussi obtenir une faible profondeur de champ en vous approchant autant que possible de votre sujet. Sur les appareils compact, en règle général, vous pouvez également utiliser le monde scène illustré par un visage (mode portrait) pour obtenir un flou d’arrière plan.

Si, au contraire, vous souhaitez avoir beaucoup de profondeur de champ, ce sera relativement simple : sur un cellulaire, la focale de la caméra est très courte et tend à donner, par défaut, une grande profondeur de champ. Sur un compact, pour s’assurer une grande profondeur de champ, vous pouvez sélectionner le mode paysage (souvent illustré par une montagne) et le tour est joué!

Pour obtenir un flou d’arrière plan avec votre téléphone cellulaire, il suffit d’approcher la lentille aussi près que possible de votre sujet. Cela causera cependant une certaine distorsion de la perspective, comme vous pouvez le voir dans cette photo de mon petit déjeuner aux avocats et sauce sriracha. Oui, j'adore manger épicé! 

Le contrôle de la profondeur de champ

Vous pouvez contrôler assez précisément la quantité de profondeur de champ que vous souhaitez avoir dans toutes les situations. Cependant, il faut garder en tête que lorsqu’on modifie l’ouverture, la vitesse d’obturation sera aussi affectée. Cela qui risque de causer des flous de bougé si votre but était d’obtenir une grande profondeur de champ. Il faut donc y porter une attention particulière et utiliser un trépied si nécessaire.

Dans quelles situations la profondeur de champ peut-elle vous aider?

Votre habileté à contrôler la profondeur de champ vous aidera énormément à isoler votre sujet principal de son environnement. En photographie de portrait, de nature ou même de sport, vous serez souvent confrontés à des environnements remplis de distractions de toutes sortes. Le fait de pouvoir accéder à une profondeur de champ réduite vous aidera à concentrer l’attention sur le sujet.

Inversement, pour des sujets comme l’architecture ou la photo de voyage, il peut être plus intéressant de montrer votre sujet dans son environnement. Ainsi, une plus grande profondeur de champ sera préférable pour avoir toute la scène bien nette. En photographie de paysages, une grande profondeur de champ est également préférable. Naturellement, ce ne sont pas des règles inviolables. Vous pouvez vous amuser et tester comme vous voulez.

Comment avoir toute la scène nette?

Il est possible d’avoir une image nette partout. Pour obtenir ce résultat, il faut utiliser une ouverture d’au moins f/11 (ou plus petite), et de faire la mise au point sur un élément qui se trouve environs au tiers de la scène.

Vous avez utilisé l’ouverture maximale de votre objectif, mais l’arrière plan est encore net. Comment ça se fait?

Les trois variable dont nous avons parlé influencent toutes la profondeur de champ. Elles s’additionnent, mais peuvent aussi s’annuler.

En effet, si vous avez un objectif à très grand angle, comme un 14mm par exemple, et que vous êtes loin de votre sujet, il y a de fortes chances que la profondeur de champ soit plutôt grande, même si votre ouverture est au maximum. 

Rappelez vous l’exemple de la focale où, à 24mm, tout était nette, même avec une grande ouverture de f/5.6. 

Avec un 200mm, même si vous avez une petite ouverture, il y a de fortes chances que le zoom réduise la profondeur de champ. Bref, si vous n’avez pas les résultats escomptés, n’hésitez pas à tester!

Bref, pour augmenter la profondeur de champ :

Réduisez votre ouverture, éloignez vous de votre sujet, dézoomez.

Pour réduire la profondeur de champ :

Élargissez votre ouverture, rapportez vous du sujet, zoomez.

Conclusion

En conclusion, la maîtrise de la profondeur de champ peut vous aider significativement à arriver à de très beaux résultats dans vos images.

Pour avoir un beau flou d'arrière-plan, il suffit d'utiliser une grande ouverture, de zoomer et/ou de vous rapprocher de votre sujet.

Si vous souhaitez avoir une grande profondeur de champ (avoir une plus grande zone de netteté), vous devez utiliser une plus petite ouverture, dézoomer, et vous éloigner de votre sujet principal.

N'oubliez pas que toutes ces conditions peuvent s'additionner, autant que s'annuler. Enfin, comme toute connaissance, vous deviendrez à l'aise avec la profondeur de champ grâce à la pratique sur le terrain!

Sur ce, je vous invite à me laisser vos impressions dans les commentaires, et n'hésitez pas à me poser vos questions!

À très bientôt, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Comment réussir vos photos pour Noël!

L’année tire déjà à sa fin, et qui dit fin de l’année dit Noël! 

Et Noël vient toujours avec son lot de beaux moments, de souvenirs qu’on veut immortaliser! Que ce soit un enfant qui découvre ses cadeaux ou qui s’assoit sur les genoux du Père-Noël, les décorations lumineuses ou le toast porté à la fin du réveillon, les raisons de faire de belles photos à Noël sont nombreuses.

Mais, alors qu’on veut tous prendre de belles photos durant les fêtes, s’exécuter est loin d’être aussi simple.

On fête le soir et les lumières tamisées du sapin, bien que charmantes, n’aident pas notre appareil à saisir l’instant! 

Alors, que faire pour réussir ses photos à Noël?

Dans l’article de cette semaine, je vous présente mes meilleurs conseils pour réussir vos photos à Noël! 

Notez que ces trucs sont aussi applicable à tout moment de l’année dans les situations de faible lumière, que ce soit un anniversaire, un mariage, ou tout autre événement! 

Enfin, je dois vous faire un aveux. Je suis la pire des cordonnières mal chaussées quand vient le temps de prendre des photos de famille. Ainsi, plusieurs photos de cet article de sont pas de moi et proviennent de banques d’images. 

Maintenant que les disclaimers sont faits, allons-y! 

Pssst! L'article a aussi un compagnon vidéo! Le voici! 


Conseil numéro 1 : utilisez une grande ouverture


Lorsqu'on fait des photos de noël, la premier problème qu’on rencontre, c’est de manquer de lumière pour exposer les photos correctement. La façon la plus sure de réussir des photos bien exposées, nettes et de bonne qualité, c’est de commencer par choisir une ouverture aussi grande que possible. 

Ainsi, plus de lumière entrera par l’objectif pour atteindre le capteur de l’appareil, mettant toutes les chances de votre côté.

Pour ce faire, choisissez le mode manuel (M) ou le mode priorité à l’ouverture (A ou Av) sur votre appareil. Puis, utilisez la molette de contrôle et tournez là jusqu’à ce que vous arriviez au maximum, avec le plus petit nombre possible, par exemple f/3.5. Si vous avez la chance de posséder un objectif à grande ouverture, comme le 50mm f/1.8 par exemple, vous aurez encore plus de facilité! 

Attention cependant! Plus l’ouverture utilisée est grande, plus la zone de netteté dans l’image sera courte. Cela veut donc dire que vous pourriez prendre un portrait et vous retrouver avec un seul des deux yeux qui soit net! Si c’est le cas, fermez légèrement l’ouverture, jusqu’à arriver à un résultat satisfaisant.

En plus d'avoir plus de lumière sur le capteur, vous aurez de beaux flous d'arrière-plan! Profitez-en pour créer du bokeh intéressant en plaçant votre sujet devant l'arbre de Noël!

Et si vous n’avez pas de mode manuel ou priorité ouverture sur votre appareil? Le mode scène portrait sur les appareil compacts utilise généralement une grande ouverture. Le mode chandelle ou anniversaire pourrait également faire le travail.


Conseil numéro 2 : assurez-vous d’avoir une vitesse d’obturation assez rapide… mais pas trop!

Une fois que votre appareil est en mode Manuel ou Priorité ouverture et que vous avez sélectionné une grande ouverture, il faut s’assurer de ne pas avoir de flou de mouvement. 

Le flou de mouvement, c’est ce qui se produit lorsque votre appareil capte la photo plus lentement que votre sujet ne bouge. Résultat, votre photo est floue. D’ailleurs, si vous voulez voir les effets du flou de mouvement, je vous invite à consulter cet article.

Assurez-vous d’avoir une vitesse d’au moins 1/60 seconde. Cela vous permettra de tenir votre appareil à main levée et de photographier des sujets immobiles sans avoir de flou de mouvement. En mode manuel, vous pourrez programmer cette vitesse. En mode priorité à l’ouverture, il faudra choisir un ISO assez haut pour que l’appareil n’ait pas besoin de descendre la vitesse.

Si vous photographiez des enfants surexcités, la vitesse à privilégier sera beaucoup plus rapide. Je vous recommande un minimum de 1/125 ou 1/250. Il faudra tester au préalable pour vous assurer que c’est suffisant. Après tout, je ne connais pas vos enfants! 

L’idée est d’avoir la vitesse juste assez rapide pour figer le mouvement des sujets, mais sans plus. Car plus la vitesse est rapide, moins il y a de lumière qui entre dans l’appareil, et plus c’est difficile d’exposer correctement 😉

Assurez-vous d'avoir une vitesse d'obturation assez rapide pour figer le mouvement des enfants! 

Conseil numéro 3 : L’ISO est votre allié. Utilisez-le!

Oui, l’ISO crée du bruit numérique. Oui, il réduit un peu la qualité des images. Mais en photographie, il faut parfois faire des compromis. Les photos en basse lumière nous oblige à faire des compromis. 

Alors, une fois que vous avez une grande ouverture et que vous avez déterminé la vitesse minimale à atteindre pour figer le mouvement de vos sujets, il est temps de déterminer l'ISO

Si vous êtes en mode manuel, faites plusieurs essais à différents ISO jusqu’à ce que l’exposition de votre photo semble bonne. Référez vous à l’histogramme ou au posemètre de l’appareil pour en avoir le coeur net. 

Si vous êtes en priorité vitesse, augmentez l’ISO jusqu’à ce que votre appareil vous donne automatiquement la vitesse minimale que vous visez. 

Cette image remplie d'émotion nous fait vite oublier le bruit numérique causé par l'ISO élevé. Entre une photo floue ou mal exposée et un peu de bruit, je préfère de loin la deuxième option 😉

Conseil numéro 4 : Utilisez la bonne balance des blancs et faites vos photos en Raw.

À Noël, les lumières dans la maison auront toutes sortes de teintes différentes. Pour éviter de vous retrouver avec des visages oranges, je vous conseille d’utiliser le pré-réglage de balance des blancs au tungstène. 

Cependant, comme ce préréglage ne sera probablement pas exact, prenez vos photos en Raw. Vous pourrez ainsi parfaire les couleurs au traitement dans le logiciel de votre choix.

Dans cette photo, l'éclairage provient de plusieurs sources différentes. D'où l'importance de choisir la bonne balance des blancs et de pouvoir l'ajuster au post-traitement.

Conseil numéro 5 : et le flash dans tout ça?

Certains me diront «ne serait-il pas plus simple de juste activer mon flash»?. La réponse est…non. 

Si vous souhaitez conserver l’ambiance dans vos photos et éviter de les gâcher avec un éclair de flash trop blanc, trop fort, il vaudrait mieux ne pas utiliser le flash direct de votre appareil. 

Par contre, si vous possédez un flash cobra, il peut vous aider énormément! Personnellement, j’utilise le Nikon Sb-910 et il ne m’a jamais déçu! 

Bref, voici comment utiliser le flash cobra durant le temps des fêtes! 

Étape 1 : suivre les conseils 1 à 4

Eh oui! Si vous voulez conserver l’ambiance dans vos images autant que possible, vous devez d’abord capturer cette ambiance comme s’il n’y avait pas de flash. Ainsi, vous devez programmer les paramètres de votre appareil comme si vous n’utilisiez pas de flash. Il n’est pas obligatoire d’exposer parfaitement la photo. L’idée est d’avoir assez de lumière ambiante pour que votre flash ne soit pas la seule source de lumière dans la photo!  

D’ailleurs, je trouve qu’il est plus facile de travailler au flash lorsque l’appareil est en mode manuel!

Voici la photo de départ, sans flash. La photo est sous-exposée, mais ce n'est pas grave puisque c'est le flash qui compensera pour le reste. La photo a été prise à F/1.8, 1/60 seconde, ISO 2000. 

Étape 2 : Pointez votre flash ailleurs que sur votre sujet

L’idée ici est d’envoyer la lumière du flash vers un mur ou un plafond de couleur neutre. Pourquoi de couleur neutre? Parce que si votre mur est d'une couleur vive, la lumière de votre flash prendra cette couleur et ce n'est pas souhaitable.

De cette façon, vous aurez une plus grande source de lumière qui sera plus flatteuse pour vos sujets. En procédant de cette manière, vous pouvez également mieux contrôler la direction de votre éclairage pour imiter l’ambiance de la scène. 

Voici un exemple. Dans cette première photo, j’ai utilisé le flash direct.

Voici maintenant la même photo, avec mon flash déporté derrière moi. Remarquez comme les ombres et lumières sont beaucoup moins marquées  dans cette image: 

Étape 3 : Assurez-vous que votre flash soit de la bonne couleur!
 

Souvent, les lumières à l’intérieur sont très jaunes ou oranges. Le flash nu, lui, est très bleu en comparaison. Si vous le laissez tel quel, le mélange de flash et de l’éclairage ambiant sera très laid. Remarquez la couleur bleue sur le dessus des boites cadeaux :

Pour éviter cela, utilisez un gel orange. Votre flash cobra venait probablement avec cet accessoire. Sinon, je recommande cet ensemble de gels correcteur de Rogue. Ils sont faciles à installer et peu chers!

Étape 4 : Réglez la puissance du flash

Maintenant, allumez votre flash et sélectionnez le mode TTL. Dans ce mode, le flash envoie un petit éclair de flash très rapide juste avant la photo. Cet éclair est invisible à l’oeil nu. C’est ce petit éclair de flash qui permet au flash cobra de déterminer quelle puissance utiliser pour les photos. 

Le mode TTL est donc une sorte de mode automatique intelligent qui fonctionne généralement très bien sans intervention du photographe. 

Toutefois, si vous trouvez que le flash est trop fort, utilisez la correction d’exposition de votre flash à environ -1 EV.  

Après avoir suivi ces étapes, il sera impossible de déceler qu’un flash a été utilisé dans vos photos! 

Conclusion

À l’approche des fêtes, je souhaite de tout coeur que cet article vous aidera à capturer de magnifiques souvenirs de Noël! 

En résumé, nous avons vu que pour réussir vos photos en faible lumière, il vous faut 3 ingrédients essentiels : une grande ouverture, une vitesse assez rapide (mais pas trop) et un ISO relativement élevé. 

Normalement, si vous suivez ces conseils, vous arriverez probablement à des paramètres qui ressemblent à une ouverture entre 1.8 et 3.5, une vitesse de 1/60 seconde et plus, et un ISO entre 1000 et 2000. Utilisez le mode de balances des blancs tungstène et faire vos photos en raw si possible.

Si vous utilisez un flash cobra, pointez le vers un mur ou un plafond de couleur neutre pour obtenir un éclairage plus doux et moins direct. Utilisez le mode TTL et n’hésitez pas à utiliser la correction d’exposition sur votre flash pour réduire l’intensité! 

Enfin, je terminerais en vous disant de ne pas oublier de vivre l’instant présent! Après tout, les photographes officiels de la soirée peuvent s’amuser, eux aussi! 

À très bientôt, et joyeuses fêtes! 


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi!