Retouche Archives - Joannie Therrien

Archives de catégorie pour \ " Retouche "

Comment retoucher une photo sur fond blanc facilement et rapidement!

photo corpo sur fond blanc trasparent

Cette semaine, comme promis, je vous présente la fin de cette minisérie sur la photo sur fond blanc : comment retoucher une photo sur fond blanc rapidement et facilement!

Comme vous l'avez constaté dans mes articles précédents sur la photographie de gens sur fond blanc et comment photographier des objets, notre objectif devrait toujours être d'obtenir un fond bien blanc dès la prise de vue.

Par contre, ce n'est pas toujours réalisable, soit parce qu'on a simplement pas tout l'équipement nécessaire, ou pour toute autre raison. C'est possible que le fond ne soit pas entièrement blanc ou qu'on ait des ombres à enlever.

En plus, il arrive souvent qu'on doive retoucher une photo sur fond blanc simplement parce qu'on a besoin de remettre une photo sans arrière-plan (avec de la transparence).

Donc aujourd'hui, je vais vous présenter les techniques que j'utilise le plus pour retoucher une photo sur fond blanc le plus facilement et rapidement possible.

En effet, détourer les images peut être un vrai cauchemar lorsqu'il faut le faire à la main, une à une. Ce n'est pas très pratique lorsqu'on a des dizaines de photos à faire.

Alors, je vais vous parler de 3 techniques très efficaces pour retoucher une photo sur fond blanc : la sélection par plage de couleur, et l'outil éclaircir-assombrir (densité +, densité -) et l'outil niveaux. Puis, en bonus, je vous montrerai comment automatiser le tout en créant une action Photoshop!

Prêts? Allons-y!

La méthode la plus rapide pour retoucher une photo sur fond blanc : la sélection par plage de couleur!

Il existe plusieurs façons de détourer rapidement les photos sur fond uni. L'une des plus rapides est sans doute la sélection par plage de couleur! Cette méthode vous sauvera de longues minutes de détourage complexe, c'est garanti!

Étape 1 : créer un calque vide

La première étape pour détourer avec cette méthode est de commencer par créer un nouveau calque vide, sous votre calque principal. Pour y arriver, double-cliquez sur le calque d'arrière-plan pour le déverrouiller. Sinon, vous ne pourrez rien mettre en dessous. Gardez le nom Calque 0 et appuyez sur OK.

déverouiller l'arrière-plan

Ensuite, ajoutez un nouveau calque. Vous pouvez le faire en utilisant le raccourci clavier cmd (ou ctrl) shift N. Nommez-le arrière-plan, cliquez sur OK, puis déplacez le sous le calque 0.

organiser les calques


Étape 2 : effectuer la sélection par plage de couleur

Maintenant, cliquez sur le calque zéro. Puis, allez dans le menu Sélection, Plage de couleurs...

sélection plage de couleurs

Vous devriez voir apparaître une fenêtre avec un outil pipette, un menu déroulant, des curseurs et une espère de version noir et blanc de votre image.

fenêtre de l'outil place de couleurs

Dans le menu déroulant sélection, choisissez l'option pipette. Cela devrait être l'option par défaut. Puis, cliquez n'importe où sur le fond blanc de votre photo. Enfin, utilisez le curseur de tolérance jusqu'à ce que vous voyiez que votre fond blanc est bien blanc.

Étape 3 : perfectionner la sélection avec le masque de fusion

À ce point-ci, il se pourrait que des zones qui ne devraient pas être sélectionnées le soient, mais ce n'est pas grave pour le moment. Appuyez sur OK.

Maintenant, vous allez voir que tout ce qui est blanc ou presque dans votre image est sélectionné. Pour enlever ce qui est blanc de façon non destructive, nous allons créer un masque de cette sélection.

Pour ce faire, appuyez sur la touche opt (ou alt) et cliquez sur l'icône du masque en bas du panneau des calques. Cela aura pour effet de cacher tout ce qui faisait partie de votre sélection pour laisser voir le calque du dessous.

Vous allez constater qu'il reste de la transparence à certains endroits. Pour l'enlever, il faudra retravailler notre masque.

Pour mieux voir le masque, appuyez sur opt (ou alt) et cliquez sur votre masque. Vous verrez une image en noir et blanc. Petit rappel : le noir est caché, le blanc est visible. Il faut donc rendre blanches toutes les parties noires qui ne correspondent pas au fond.

afficher le masque de fusion

Pour ce faire, il suffit de peindre en blanc sur ces zones, avec un pinceau qui a une dureté et un flux de 100%

Étape 4 : finaliser la sélection avec l'outil densité + et densité -

Que se passe-t-il si vous devez peindre près du rebord et que vous avez peur de dépasser?

Il suffit d'utiliser l'outil éclaircir (densité -)! Vous pouvez le trouver dans la barre d'outils à droite, l'icône ressemble à une punaise. Vous pouvez aussi l'activer avec le raccourci clavier O. Si vous ne le trouvez pas, il pourrait être caché sous l'outil assombrir (densité +), qui est illustré par une main qui forme un o.

outil densité plus

Ensuite, dans la barre d'outils en haut, choisissez l'option tons clairs dans le menu déroulant de gamme. Cette option est géniale parce qu'elle permet de peindre grossièrement sur les zones plus claires que le fond, sans affecter les parties plus foncées. Je vous recommande d'utiliser une exposition de plus ou moins 50% pour éviter les débordements.

Si vous voyez que vous dépassez, alternez avec l'outil densité + avec la gamme tons foncés. Vous arriverez rapidement à un bon résultat!

Enfin, pour valider votre sélection, vous pouvez ajouter un calque rempli de noir sous votre sujet. Cela vous permettra de détecter rapidement les zones problématiques.

Et voilà!

Que faire lorsque vous avez un sujet blanc (ou clair)...sur fond blanc?

Lorsque vous retouchez une photo sur fond blanc, vous n'aurez pas toujours une photo aussi bien éclairée sur le fond... ni un sujet qui contraste beaucoup avec le fond!  Alors, que faire dans les situations difficiles?

Étude de cas numéro 1 : le gris sur gris

Donc, voici un exemple particulièrement difficile. Le fond est plutôt gris, le vêtement du sujet aussi. De plus, le fond a une teinte un peu chaude, comme la peau du sujet. Malgré cela, OUI c'est possible de détourer sans y aller à la main!

super gris sur fond gris

Pour réussir ce détourage, nous allons à nouveau utiliser l'outil de sélection par plage de couleur, mais nous allons l'utiliser différemment! Commencez par créer vos calques comme à l'exemple précédent. Puis, lisez ce qui suit!

La solution: tester les différentes options de l'outil plage de couleur

Je commence toujours par tester l'option de sélection avec la pipette. Cliquez à plusieurs endroits sur votre image pour obtenir le meilleur résultat possible. Pour cette image, le défi est d'affecter le t-shirt le moins possible, tout en ayant un maximum d'arrière-plan de sélectionné.

L'ennui est que, peu importe où je clique avec la pipette, l'outil sélectionne toujours un peu du t-shirt.

Nous allons donc tester une autre option. Dans le menu déroulant de sélection, essayez l'option tons clairs. Déjà, cette option me plaît plus, car quoique la peau ait été sélectionnée, les contours du sujet sont assez nets!

plage de couleur - sélection des tons clairs

Maintenant, jouez avec la tolérance pour avoir le plus de fond sélectionné possible, tout en gardant le plus de contours noirs possible avec votre sujet.

Cliquez sur OK. Et voilà! Il ne reste qu'à créer votre masque de fusion et à le corriger comme vous l'avez fait avec l'outil densité + , densité - et le pinceau!

Finaliser la sélection plus rapidement avec l'outil niveaux

Si finaliser votre sélection avec l'outil densité et le pinceau vous paraît un peu trop long, vous pouvez essayer de prendre un raccourci avec l'outil niveau. Voici comment.

D'abord, affichez votre masque en appuyant sur opt (ou alt) et en cliquant dessus. Puis, utilisez le raccourci clavier cmd (ou ctrl) L pour activer l'outil niveaux.

reviser la sélection avec l'outil niveaux

Cet outil sert principalement à affecter les différences entre les tons. Comme on veut que tout ce qui est pâle soit le plus blanc possible, et le noir, le plus noir possible, nous allons utiliser les curseurs pour les rapprocher du centre.

L'idée ici est, encore une fois, de conserver des contours aussi nets que possible. À défaut d'arriver à une sélection parfaite, vous pouvez quand même la retravailler rapidement avec les outils de densité et le pinceau par la suite!

finaliser la sélection au pinceau

Étude de cas numéro 2 : rose clair sur blanc

Pour ce sujet, la difficulté est que la casquette se trouve exactement dans la même plage de tons que l'arrière-plan, c'est-à-dire qu'ils ont à peu près la même luminosité. Donc, si on utilise l'outil plage de couleurs avec l'option tons clairs comme dans l'exemple précédent, les résultats ne seront pas du tout satisfaisants.

Nous allons donc retourner à la pipette. Cliquez sur l'arrière-plan jusqu'à ce que vous voyez une bonne différence entre la casquette et l'arrière-plan. Puis, appuyez sur OK et créez votre masque à partir de cette sélection. Nettoyez votre fond en essayant d'abord l'outil niveaux. Puis, finalisez avec les outils de densité et le pinceau.

Que faire s’il reste du détourage à faire?

Dans le cas présent, la casquette avait une ombre rose, étant donné que sa couleur se réfléchissait sur mon fond de papier. Il faudra donc terminer la sélection à la main. Cependant, il existe un outil qui nous permettra de le faire rapidement : le lasso magnétique!

Cet outil est extrêmement simple à utiliser pour sélectionner les parties à enlever. Vous pouvez le trouver dans la barre d'outils de gauche juste en dessous de l'outil lasso régulier. Son icône ressemble à celui du lasso polygonal, avec un aimant.

Cliquez sur un point près du rebord de l'objet. Puis, en tenant le bouton de la souris enfoncé (ou la point de votre stylet sur votre tablette graphique) faites glisser l'outil le plus près possible du contour, mais grossièrement. Le lasso s'y attachera de lui-même!

outil lasso magnétique

Il ne vous restera plus qu'à remplir ses zones de noir, sur votre masque. Évidemment, cet outil est un peu grossier, alors il faudra utiliser un coup de pinceau ou deux pour parfaire le contour de l'objet!

Étude de cas numéro 3 : retoucher une photo sur fond blanc...quand le sujet est blanc!

Ce cas est probablement le pire d'entre tous. La couleur est la même, les tons sont proches. Comme pour le cas précédent, nous allons tester différentes façons d'utiliser la sélection par plage de couleurs.

Comme la tuque (ou le bonnet sur vous êtes en France!) est plus pâle que le fond, je vais utiliser l'option tons clairs de l'outil. Ensuite, Il ne reste qu'à finaliser la sélection comme dans l'exemple précédent!

Automatiser la retouche sur fond blanc : créer une action dans Photoshop

Comme vous l'avez sûrement remarqué, la méthode de détourage d'une photo à l'autre reste exactement la même, à quelques petites différences près. C'est le genre de retouche qui s'automatise particulièrement bien avec une action!

Comment fonctionnent les actions Photoshop?

Les actions dans Photoshop sont en fait une série de gestes effectués dans Photoshop que l'on enregistre pendant que nous les faisons. Il suffit de commencer un enregistrement dans le logiciel, et à partir de là, Photoshop mémorise chaque geste pour pouvoir le répéter à l'infini, dans la même séquence.

Quelles sont les limites des actions Photoshop?

Cependant, comme ce seront exactement les mêmes gestes qui seront répétés d'une image à l'autre, les actions ne fonctionnent pas pour les ajustements très localisés. Elles ne fonctionnent pas non plus du moment qu'un calque ne porte pas le bon nom. C'est la raison pour laquelle les actions créées en anglais ne fonctionnent généralement pas en français : les calques s'appellent layer. C'est suffisant pour faire planter une action.

Enfin, si vous créez une action avec une sélection de plage de couleur, elle ne fonctionnera que pour une série d'images ayant un fond de la même couleur.

En tenant cela en compte, les actions créées doivent affecter les calques dans leur ensemble et être non destructives. Ça tombe bien parce que c'est  exactement ce qu'on a fait jusqu'à présent!

Photoshop dispose aussi d'une fonction de traitement par lot, qui permet d'appliquer une action à une série d'images, en cliquant simplement sur un bouton. C'est exactement ce que je vais vous enseigner, tout de suite!

Comment créer une action Photoshop pour une série d'images

Ouvrez toutes les images que vous voulez détourer dans Photoshop. Puis, sélectionnez-en une qui a un niveau de difficulté normal. Bref, une photo qui risque de présenter les mêmes contraintes que la majorité.

Avant de faire quoi que ce soit sur cette image, ouvrez le panneau des actions, qui se trouve généralement sur la barre d'outils à gauche du panneau des calques. Il est indiqué par un triangle, comme la touche Play. Pour créer une nouvelle action, cliquez sur l'icône de la petite feuille en bas à droite. Nommez votre action détourage 1, disons. Puis, cliquez sur enregistrer.

À partir de ce moment, vous verrez un cercle rouge apparaître en bas du panneau des actions pour indiquer que vous enregistrez tout ce que vous faites!

Marche à suivre pour créer une action de détourage, étape par étape

  1. Double cliquer sur le calque d'arrière-plan pour le déverrouiller et laisser le nom calque 0
  2. Avec le raccourci clavier Cmd (ou ctrl) shift N, créer un nouveau calque, nommé arrière-plan
  3. Glisser le calque arrière-plan sous le calque 0
  4. Cliquer sur le calque 0
  5. Aller au menu sélection / plage de couleur...
  6. Sélectionner l'option de sélection pipette et cliquer sur le fond de votre photo jusqu'à trouver un point qui vous donne un bon résultat
  7. Ajuster le curseur de seuil jusqu'à ce que le sujet et le fond se détachent de façon distincte et cliquer sur OK
  8. Appliquer un masque à la sélection en appuyant sur la touche Opt (ou alt) et en cliquant sur le bouton de masque au bas du panneau des calques
  9. Cliquez le masque en tenant la touche Opt (ou alt) enfoncée pour mieux voir votre masque
  10. Affichez le réglage de niveaux avec le raccourci cmd (ou ctrl) L, puis ajustez un peu les curseurs pour obtenir un peu plus de contraste dans votre sélection
  11. Retournez au panneau des actions et cliquez sur le petit carré (stop). Votre action est prête!

Évidemment, il faudra parfaire vos sélections par la suite, mais le plus gros sera déjà fait! Notez aussi que l'action ne fonctionnera pas forcément pour les cas complexes, mais en sachant comment les régler, vous pourrez refaire le détourage, le cas échéant.

Comment appliquer l'action à toutes les images

Maintenant que vous avez créé votre action, il ne reste qu'à l'appliquer à toutes les images que vous avez ouvertes dans Photoshop!

Pour ce faire, allez dans le menu fichier / automatisation / traitement par lots. Dans la fenêtre, il y a plusieurs sections à prendre en compte. Dans la section exécuter, sélectionnez l'ensemble action par défaut, puis l’action détourage 1.

Dans la section source, sélectionnez Fichiers ouverts dans le menu déroulant.

Dans la section destination, sélectionnez l'option sans dans le menu déroulant.

Puis appuyez sur OK. Votre action est maintenant en train de s'appliquer sur toutes vos photos.

Il ne vous reste plus qu'à vérifier le résultat sur toutes les photos et à faire les corrections nécessaires!

Conclusion

Bref, dans cet article, je tenais à vous enseigner la méthode de détourage qui est, à mon avis, la plus efficace dans toutes les situations pour retoucher une photo sur fond blanc.

Il s'agit de la sélection par plage de couleur, qui permet d'isoler le fond sans avoir à détourer quoi que ce soit à la main, ou presque!

La beauté de cette méthode est que, bien que nous l'ayons utilisée sur un fond blanc, elle fonctionnera aussi bien sur un fond noir ou d'une autre couleur, pourvu que, si vous utilisez une action, celle-ci ait été faite avec des photos ayant un fond de la même couleur.

J'espère que cet article vous aidera à améliorer vos retouches de photo sur fond blanc!

À la prochaine, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Comment choisir un logiciel de traitement d’image

Lightroom, Photoshop, ou autre chose? Quel logiciel choisir?

Si vous venez tout juste de commencer la photographie, peut-être que le choix d’un logiciel pour traiter vos images vous sembler très complexe.

De quoi avec-vous besoin pour commencer? Quels sont les meilleurs logiciels de traitement d’image? Quel est le mieux adapté à ce que vous voulez faire? Quels sont les logiciels qui existent? Pourquoi choisir un logiciel plutôt qu’un autre?

Ce sont toutes des questions auxquelles j’ai bien l’intention de répondre dans cet article!

Comment choisir un logiciel de traitement photo : de quoi avez vous besoin?


Il y a trois fonctions principales dont vous aurez besoin dans votre flux de travail (ou workflow) comme photographe. D’abord, le tri, le classement et le catalogage de vos images, ensuite le développement Raw et enfin, la retouche locale plus avancée. Plusieurs logiciels, payants et gratuits , existent pour compléter votre travail sur une image. Certains agissent comme logiciel spécialisé pour l’une de ces trois étapes, alors que d’autres jouent le rôle de tout-en-un.


Le tri, classement et catalogage des images


Imaginez ceci. Vous faites maintenant beaucoup de photos. Votre ordinateur en est rempli. Vous êtes submergé par une marée de dossiers et de fichiers aux noms tous semblables, et vous y retrouver est un vrai cauchemars.

Ce problème peut être évité assez simplement avec l’aide d’un bon logiciel de classement d’images. Pour en choisir un qui convienne à vos besoins, voici ce que votre logiciel de tri devrait avoir comme caractéristiques :

  • Afficher une vue d’ensemble de vos images dans une grille selon vos dossiers
  • Vous donner la possibilité de trier photos selon plusieurs critères (date, appareil et objectif utilisé, ouverture, vitesse, iso)
  • Vous permettre de choisir rapidement les images que vous souhaitez traiter et celles qui sont bonnes pour la poubelle.
  • Noter vos images pour retrouver les meilleures en quelques secondes
  • Attribuer des mots-clés pour retrouver vos photos facilement, même des mois après la prise de vue
  • Vous permettre de renommer facilement vos photos

Ces options vous seront vraiment très utile lorsque vous aurez des milliers de photos à gérer, croyez moi!


Le développement Raw


Une fois vos photos importées dans votre ordinateur, une fois qu’elles sont classées et triées correctement, il faudra les développer. Le développement Raw, c’est l’étape où vos images recevront des ajustements qui affecteront l’ensemble de vos images.

Ces ajustements sont généralement très facile à faire en bougeant des curseurs. Parmi ces réglages, on retrouve généralement la balance des blancs, l’exposition, le contraste, la saturation et la vibrance, la netteté et la réduction du bruit.

En général, le développement Raw n’impliquera pas de retouche très poussée pour enlever ou ajouter des éléments. Il ne sert qu’à ajouter de la vie à vos images, à les rendre plus fidèles à ce que vous avez vu, mais en mieux!


La retouche


La principale différence entre développement et retouche se trouve dans le fait de modifier plus que seulement la couleur, la luminosité et les contrastes d’une photo. Quand je parle de retouche, je fais référence à toutes les modifications qui n’affectent qu’une seule partie de l’image.

Lorsque vous débutez, le type de de retouche que vous ferez le plus souvent vont être assez simples. Vous ferez probablement ce genre de retouches :

  • Éclaircir et assombrir certaines zones de l’image pour ajouter de l’intérêt à votre sujet, ou modifier l’exposition dans les zones plus lumineuses
  • Enlever des petits détails dérangeant comme des petits boutons, des poussières de capteur ou des reflets d’objectif (lens flare), des détritus dans vos photos de paysage, etc.
  • Faire de petites retouches esthétiques, comme blanchir les dents, illuminer les yeux, adoucir la peau de façon minimale, etc.

À vos début, ce sont les retouches dont vous aurez besoin en général. Évidemment, lorsque vous serez à un niveau plus avancé, vous aurez des besoins plus poussés, mais commençons par le commencement, comme on dit!

Quels logiciels vous permettront de faire tout cela?


Comme je l’ai dit plus haut, certains logiciels sont spécialisés dans l’une de ces 3 tâches principales, alors que d’autres peuvent vous servir de solution pour toutes ces options!

À ce niveau, je l’avoue, j’ai vraiment un chouchou : Lightroom!

Qu’est-ce que Lightroom?


Lightroom, aussi connu sous le nom de Adobe Photoshop Lightroom est une logiciel de traitement d’images très répandu. Créé en 2006 par Adobe, ce logiciel a été conçu pour devenir une solution complète pour le travail des photographes.

De la capture à l’impression, Lightroom offre plusieurs fonctionnalités. Parmi celles-ci on retrouve la retouche non destructive, le classement et l’archivage des images, le traitement par lot, les corrections localisées, la mise en page de livres photo, l’impression et encore plus!

Ce logiciel est en quelque sorte une solution tout-en-un qui associe les avantages de Bridge, Camera Raw et Photoshop. Bref, on peut dire que Lightroom est une solution complète vraiment géniale!

À quoi sert Lightroom?


Lightroom est un outil très performant pour trier vos images, déplacer des fichiers sur votre ordinateur, créer des dossier, ajouter des mots clés et plus encore! Pour voir les performances de Lightroom pour le classement d’images, je vous suggère d’aller voir ma vidéo à ce sujet!

Lightroom est également très performant pour le traitement Raw. Il est parfait pour le traitement de base des image.

Parmi les modifications possibles, on retrouve le recadrage, la balance des blancs, le réglage de l’exposition, les ajustements dans l’histogramme, les modifications dans la courbe, la conversion en noir et blanc, suppression des petits défauts, correction des yeux rouges, les dégradés, ajustement localisés, ajout de netteté, réduction du bruit, correction de l’objectif, saturation, vibrance, et plus encore!

Si vous êtes un photographe débutant, ces fonctions combleront la plupart, voir tous vos désirs!


Quels sont les avantages de Lightroom?

Le premier avantage de Lightroom est définitivement le fait qu’il vous permet de tout faire, de la capture à l’impression, sans jamais sortir du logiciel.

Vous pouvez importer vos images sur votre ordinateur, les classer dans des dossier, les renommer, leur ajouter des mots clés, regrouper vos images par thèmes dans des collections, créer des diaporamas, imprimer des livres, publier vos images directement sur facebook…

Tout cela en plus de tous les réglages que vous pouvez faire sans jamais craindre d’abimer vos images.

En effet, Lightroom est un logiciel de traitement qui fonctionne sous un système de catalogue.

Toutes les modifications que vous faites sur une image ne sont donc pas enregistrées dans l’image elle-même, mais dans le catalogue. Cela vous permet de créer plusieurs versions de vos images, sans avoir à créer de fichiers supplémentaires dans votre ordinateur!

Enfin, l’une de mes fonctions préférées de Lightroom est sa capacité à traiter des dizaines, voir centaines de fichiers à la fois. Pour appliquer un style particulier à plusieurs dizaines de photos en un clic, il suffit de les sélectionner dans le module de bibliothèque, et de leur appliquer un paramètre prédéfini. Vous pouvez aussi simplement retoucher une photo pendant que les autres sont sélectionnées, et les réglages se mettront à jour dans toutes les images.

Combien coûte Lightroom?

Lightroom est disponible en formule abonnement avec Photoshop sur le site de Abobe pour 9,99$ USD par mois. À ce prix pour toujours avoir accès à la dernière version de ces deux logiciels, pour moi, c’est un no brainer. Parlant de photoshop, voici un peu plus d’information sur ce logiciel légendaire!

Les logiciels de retouche photo : Photoshop, maître incontesté

Pour faire des retouches plus avancées, vous aurez éventuellement besoin de logiciels plus avancés, cela va de soi. À cet égard, de tous les logiciels de retouche qui existent, Photoshop est celui que même les gens qui n’on jamais fait de photo connaissant, et ce n’est pas pour rien : il fait à peu près tout!

Qu’est-ce que Photoshop?

La réputation de Photoshop n’est plus à faire! Photoshop est désormais synonyme de retouche photo, et ce n’est pas pour rien! Alors que Photoshop a été créé d’abord pour faire des modifications très simples sur les images, Photoshop est maintenant un logiciel très performant et complet qui est utilisé autant par les photographes que les graphistes, architectes, ou quiconque ayant besoin d’un outil qui comble ses besoin créatifs!

Photoshop est un logiciel basé sur les pixels, c’est à dire que chaque pixel de l’image peut être modifié, déplacé, effacé, etc. De plus, Photoshop prend en charge les calques, les masques et autres outils de sélections perfectionnés. Il est donc possible d’ajouter les réglages par couches, pour revenir plus facilement en arrière dans les projets plus complexes.

À quoi sert Photoshop?

Photoshop est l’outil de prédilection des retoucheurs professionnels autant que les graphistes, car il permet de faire des retouches précises, d’ajouter du texte, de créer des éléments 3D, etc.

En photographie, son principal avantage est qu’il est la norme de l’industrie pour retoucher des images. Ainsi, vous pouvez trouver énormément d’informations à son sujet! Non seulement cela, mais vous pouvez créer absolument tout ce que vous voulez dans Photoshop, sans jamais craindre d’être bloqué par l’absence de certaines fonctions.

De plus, Photoshop est offert avec Camera Raw et Bridge, qui peuvent en quelque sorte remplacer Lightroom lorsqu’ils sont utilisés ensemble.
Son seul désavantage est peut-être le même que sa plus grande qualité : tellement complet qu’il peut être intimidant au début! Mais, ne vous laissez pas impressionner pour autant! Il deviendra éventuellement votre meilleur allié!

Quelques alternatives à Lightroom et Photoshop

Si, après tout cela, je ne vous ai pas convaincu d’utiliser Lightroom (non, je ne suis pas commandité par Adobe pour vous dire tout cela), il existe des alternatives gratuites et payantes à Lightroom. J’aborderai les options que je considère intéressantes. Voici les plus communes!

Les alternatives gratuites

Raw Therapee


Raw Therapee est une bonne alternative à Lightroom pour effectuer le traitement Raw. Il est bien pensé et il est facile de s’y retrouver. Il possède plusieurs fonctions de Lightroom en ce qui à trait au tri de fichiers et au développement raw. Cependant, il n’offre pas la géolocalisation, la création de diaporamas ou l’impression.

DarkTable

Darktable est, à mon avis, l’option gratuite la plus proche de Lightroom au niveau des outils possibles. La table lumineuse de Darktable est très similaire au module de bibliothèque de Lightroom et comprend la majorités des fonctions principale de tri et de classement photo, incluant les filtre de recherche, les mots clés, etc.

La chambre noire, elle, est l’endroit où on fait les ajustements du Raw. La présentation ressemble à Lightroom. Darktable a plus d’outils de développement Raw que Lightroom et offre aussi la géolocalisation, la création de diaporama et le module d’impression! Bref, si vous débutez avec Darktable, vous ne serez pas perdu si jamais vous décidez de migrer vers Lightroom.

Gimp

Gimp est une alternative gratuite assez populaire pour agir comme remplacement à Photoshop. Il possède plusieurs outils qui ressemblent à ceux de Photoshop. Il prend en charge les calques et masques de fusion et possède plusieurs outils de dessin et de sélection. Bref, il comprend plusieurs des fonctions les plus courantes de Photoshop pour les photographes.

Les alternatives payantes

Affinity Photo

Afinity Photo est un logiciel très abordable pour le nombre de fonctions qu’il offre! Il est disponible sous Mac Os et Windows, pour la modique somme de 70$. Il prend en charge à peu près tous les outils de manipulation d’image qu’offre photoshop, en plus d’inclure un module de développement Raw qui prend en charge les fichiers Raw de tous les appareils photo!

Capture One

Capture One est un excellent logiciel de traitement Raw. Créé par Phase One, c’est probablement l’un des meilleurs sur le marché. L’une de ses qualités principales vient du fait que Capture One possède des profils de couleurs pour chaque appareil photo, ce qui fait en sorte que les images affichées dans Capture One ont généralement meilleure allure en sortant de l’appareil photo.

Le logiciel possède aussi plus d’option pour corriger les couleurs que Lightroom.

Du coté des ajustements locaux, Capture One prend en charge les calques. Du côté du classement d’image, les fonctions des deux logiciels sont semblables.

Enfin, Capture One se démarque grâce à sa fiabilité pour la capture en mode connecté. Donc, si vous faites régulièrement de la photo en studio et que vous devez travailler rapidement, capture one est une bonne option! Ce logiciel est disponible en formule d'abonnement mensuel, à 20$ US par mois, ou à l'achat une seule fois de la dernière version pour 405$ canadien.

ON1 Photo raw

ON1 Photo raw offre toutes les possibilités que Lightroom, en plus de vous donner la possibilité de remplacer facilement le ciel et faire du masquage assez sophistiqué.

Non seulement cela, mais ON1 intègre parfaitement plusieurs effet de la Nik Collection en plus de vous fournir des ciels ou des arrière plan pour les remplacer dans vos photos.

Un autre avantage de ON1 est le fait que l’importation n’est pas nécessaire pour ajouter vos photos au logiciel avant de les traiter. Cela permet de commencer votre traitement plus rapidement, en plus de vous éviter les fameuses erreurs de photo introuvable. On1 photo raw est disponible pour un achat de la dernière version à 99$ pour la version "full" et 129$ pour la version "pro plus".

Photo Mechanic

Nous avons parlé de catalogage de photo, de développement raw, la retouche, etc. Mais la toute première tache que vous devez faire avant même de penser à tout cela, c'est l'importation. Et l'importation peut prendre beaucoup de temps.

Pendant l'importation, vous ne pouvez généralement pas regarder vos images à leur pleine grandeur immédiatement ni commencer à les trier et ajouter des informations sur chacune d'elles avant qu'elles soient importées.

La force de Photo Mechanic, c'est qu'il vous permet de faire tout cela très rapidement. Avant même que la photo soit dans votre ordinateur, vous l'aurez déjà regardé, sélectionnée ou supprimée et vous lui aurez ajouté des mots-clé et autres informations. Photo Mechanic peut donc vous épargner énormément de temps perdu!

Cependant, ce logiciel ne sert vraiment qu'à faire le tri initial en un éclair. Pour toute forme d'édition (a l'exception du recadrage) il faudra utiliser un autre logiciel. Celui ci est disponible à l'achat pour 150$ us.

Conclusion

Bref, avant de prendre la décision finale sur votre logiciel de traitement d'image, nous avons vu que le plus important, c'est de connaître vos besoins.

Généralement, lorsque vous débutez, vous avez besoin d'un logiciel qui vous permette de facilement trier et catalogue vos images, leur faire un traitement de base, et les imprimer ou les publier sur le web.

Le meilleur logiciel qui vous permet de faire tout cela, c'est Lightroom. Si vous souhaitez avoir plus d'option pour vos retouches et faire des modifications plus précises à vos photos, Photoshop fera votre bonheur. La bonne nouvelle, c'est que si vous n'êtes pas encore certain d'avoir besoin de Photoshop, il sera inclu avec Lightroom pour la modique somme de 10$ par mois.

Vous ne voulez pas utiliser Lightroom et Photoshop pour l'instant? Pas de problème! Si vous préférez explorer, il existe plusieurs autres logiciels qui peuvent remplacer Lightroom ainsi que Photoshop, autant parmi les logiciels gratuits que payants.

Encore une fois, tout dépend de vos besoins!

Sur ce, je vous conseille d'essayer les logiciels avant de choisir pour déterminer ce qui vous plait!

À la prochaine, et bonne retouche!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

La vérité sur la retouche photo!

Retoucher ou ne pas retoucher? Telle est la question.

Le débat fait rage dans notre société.

On parle à tort et à travers de l'impact des images dans les magazines sur l'image de soi.

On se moque des erreurs de retouche avec des centaines de diaporamas sur les sites à sensations. Les fameux Photoshop FAIL.

Certains photographes prétendent que de retoucher est un «mal nécessaire». D'autres disent détester retoucher. D'autres encore disent que la retouche est une béquille pour ceux qui ne savent pas bien photographier. On m'a également déjà dit que du moment qu'on retouche, on est un graphiste et non un photographe...

Mais qu'en est-il vraiment? Est-ce que la retouche, c'est mal? Est-ce que c'est nécessaire?

Je vais le dire de façon directe : oui, la retouche est nécessaire. Elle est essentielle.

À mon avis, de s'en passer serait une grossière erreur si votre objectif est de produire les meilleures photos possible. Aujourd'hui, je vais vous parler de l'importance de la retouche comme un outil qui vous permettra de terminer le travail d'une image. De faire de vous des artistes accomplis.

La différence entre développement et retouche : quelques nuances

Avant d'entrer dans un débat sur la retouche photo, à savoir si c'est bien ou pas, il faudrait définir ce qu'on entend par «retouche photo». 

Selon le Petit Robert, la définition de retouche est simplement de «reprendre (un travail, une oeuvre) en faisant des changements partiels». Ainsi, on pourrait dire que toute modification d'une image après le déclenchement de l'obturateur pourrait être une retouche, n'est-ce pas?

En réalité, ce n'est pas si simple que cela. Il existe plusieurs degrés de modifications qui peuvent être faites sur une image, selon la demande d'un client et selon le flux de travail (ou workflow) du photographe. Voici quelques nuances.

Étape 1 : le développement

Lorsqu'on prend une image en RAW, l'appareil ne nous montre qu'une version temporaire de l'image. Cependant, l'image finale n'existe pas encore. En fait, elle n'est une série de codes qui donne la «recette» de l'image. Pour obtenir l'image finale, il faut la développer dans un logiciel de traitement RAW

Parmi les logiciels les plus populaires, on retrouve Lightroom, Camera Raw et Capture One. Ces logiciels permettent d'ajuster l'exposition d'une image, la plage dynamique et le contraste, les couleurs, et d'ajouter certains effets localisés.

Ainsi, le développement de l'image pourrait être défini comme un traitement global de la lumière et des couleurs, sans réglages esthétiques majeurs. C'est un passage obligé d'une image avant l'étape de la retouche.

Étape 2 : la retouche

La retouche est l'étape où la photo fait son voyage dans Photoshop, pour y recevoir toute sorte de modifications.

Retouche de peau, retouche des cheveux, des yeux, montages, effets spéciaux, tout y passe. L'objectif de cette étape est de donner une apparence déterminée à une image dans un but artistique et esthétique.

On élimine les distractions qui nuiraient au look global de la photo, on ajoute un beau color grading ou on ajoute des éléments si nécessaire.

Bref, avec une vision artistique bien définie, le développement et la retouche servent à arriver à notre objectif.

La retouche photo avant Photoshop : on retouche depuis plus de 100 ans!

Certains prétendent que la retouche photo est un péché des temps modernes. Ce qu'ils semblent oublier, c'est que la retouche photo, d'un point de vue purement esthétique, existe depuis plus de 100 ans!

Vous n'avez qu'à faire quelques recherches et vous trouverez rapidement une tonne d'exemples de retouche au 19e siècle! Ne vous en faites pas, j'en ai quelques-uns pour vous dans cet article!

L'origine de la retouche

Déjà, en 1846, la première photo retouchée faisait son apparition. Le photographe Calvert Richard Jones avait photographié cinq personnes sur le toit d'un édifice à Malta. Quatre de ses sujets étaient placés dans un groupe homogène. Le cinquième de ses sujets, cependant, se trouvait derrière les autres, et Jones trouvait qu'il gênait la scène. Il a donc peint sur le négatif avec de l'encre, remplaçant ainsi «l'intrus» par du ciel blanc.

Autant dire que la retouche existe depuis aussi longtemps que la photographie elle-même!

Retoucher ou non : un débat qui dure depuis plus d'un siècle!

Autant au 19e et 20e siècle qu'aujourd'hui, les photographes débattaient de l'éthique derrière la retouche.

Déjà en 1872, Henry Hunt Snelling, un éminent écrivain dans le domaine de la photographie, s'insurgeait contre la retouche dans le journal  The Philadelphia Photographer.

Pour lui, le besoin de retoucher n'était que la preuve d'un manque de talent de la part d'un photographe.  En mars 1872, il écrivait :  «Celui qui ne peut pas produire un négatif qui s'imprimera avec la même qualité que n'importe quelle photo retouchée ne mérite pas d'être considéré comme un photographe.» Ouch!

D'autres photographes de l'époque n'étaient pas du même avis.

Alors que le fait de trop retoucher était problématique, le fait de retoucher une image ne l’était pas, au contraire!

En 1881, dans le livre The Art and Practice of Silver Printing, on écrivait : “Il est maintenant généralement accepté que le travail sur le négatif n'est pas seulement légitime, mais il est nécessaire si on désire imprimer un portrait qui soit présentable. La seule question que l'on doit se poser est de savoir où s'arrêter.» Sounds familiar?

La retouche avant Photoshop : les pratiques les plus répandues

Comme aujourd'hui, les photographes de l'époque cherchaient des façons d'améliorer leurs photos. Que ce soit pour éclaircir ou assombrir certaines parties, masquer des défauts ou accentuer certains détails, plusieurs techniques étaient utilisées.

À l'époque, la retouche se faisait à même les négatifs. On peignait ou on dessinait pour masquer des défauts et on taillait littéralement la silhouette au scalpel. Bref, aussi jolie soit-elle, Marilyn Monroe ne se levait pas le matin avec le visage parfait qu'on lui connaît!

Voici quelques exemples de retouche au début du 20e siècle :

Retouche de peau. À gauche, négatif et positif avant retouche. À droite, négatif et positif après retouche

Retouche du cou effectuée au salpel. De gauche à droite : avant, pendant, après.

Pour voir d'autres exemples impressionnants, je vous invite à aller lire cet article! 


La retouche, péché des temps modernes...ah oui?

En résumé, même si la retouche est plus accessible de nos jours, les photographes professionnels y ont recours depuis plus de 100 ans et la considèrent comme un outil essentiel pour des photos réussies.

Alors, pourquoi traiter la retouche comme un outrage à un art révolu? Pourquoi ne pas simplement la voir comme une partie intégrante d'un art qui ne cesse d'évoluer?

La différence entre une bonne retouche et un désastre

La popularité des recherches de termes comme Photoshop Fail, Photoshop Disaster ou autres synonymes ne cesse d'augmenter sur Google. Est-ce que cela signifie que la retouche photo est devenue clownesque et ridicule dans l'ensemble? Je ne crois pas.

Est-ce que la retouche est apparente?

En réalité, la retouche photo est un peu comme la chirurgie plastique. Une chirurgie réussie ne laissera aucune trace. Sans avoir connu la personne avant qu'elle soit passée sous le bistouri, vous ne pourriez jamais savoir qu'elle a changé son apparence. Vous pouvez vous douter que ce n'est pas naturel, mais les preuves sont impossibles à déceler.

À l'opposé, une chirurgie ratée et de mauvais goût se verra immédiatement. Sans être un expert dans le domaine, vous serez en mesure de juger que le travail accompli est de piètre qualité.

En retouche photo, le même concept s'applique. Une peau trop lisse et sans pores, des proportions étranges et des yeux qui brillent beaucoup trop activeront certainement le radar de vos spectateurs.

Ils sauront que quelque chose cloche, que l'image a été grossièrement retouchée. Au lieu de les faire rêver, votre photo les laissera perplexes, avec le sentiment qu'on essaie de les duper!

Pour éviter de tomber dans le piège de trop retoucher, allez lire cet article sur les erreurs en retouche photo!

Quelles sont les normes en retouche photo?

Pensez-y. Nous sommes bombardés de photos commerciales retouchées par des experts tous les jours. Ces photos impeccables sont, qu'on le veuille ou non, le standard reconnu par monsieur et madame tout le monde comme étant de calibre professionnel. Et qu'on le veuille ou non, en tant que photographes, nos photos sont continuellement comparées à ce standard.

Ceci étant dit, la définition d'une bonne retouche dépend du type de photo.

Une image capturée dans un but de documenter, comme en photo de presse, ne devrait pas être altérée de façon intensive. Un développement sera toléré sans plus.

En photographie artistique, la retouche sera essentielle pour créer l'oeuvre finale, à l'aide de montage et d'effets spéciaux.

Entre les deux, le portrait demandera un minimum de retouche, simplement pour représenter la personne sous son meilleur jour, sans la dénaturer. Enfin, la photo de mode a pour but de faire rêver de la perfection, et la retouche devra refléter cette intention.

Ainsi, il faut cesser de prendre les gens pour des cons. Ils savent que les photos sont retouchées et acceptent la pratique comme un standard. D'aller à contre-courant n'est pas une mauvaise chose, mais d'ignorer complètement les standards de l'industrie et des différents créneaux ne nous aide pas à atteindre notre plein potentiel...

L'aspect moral de la retouche : la vérité sur les mannequins et la mode

L'aspect moral de la retouche est un débat en lui même. Est-ce que la retouche est un «mensonge»? Est-ce qu'on retouche trop?  Est-ce que la retouche a un trop gros impact sur l'image de soi des gens? Ce sont des questions légitimes qui méritent d'être débattues!

La retouche photo est-elle un mensonge?

Pour répondre à cette question, je crois qu'il est pertinent d'observer la problématique dans son ensemble. Prenons l'industrie de la mode et de la beauté en exemple.

Croyez-vous que les vêtements font parfaitement aux modèles lors des séances photo? Non. On ajoute des pinces pour s'assurer que les vêtements tombent exactement comme il faut. On ne se demandera pas pourquoi rien ne fait parfaitement lorsqu'on l'essaie en cabine!

Et que dire des faux cils dans les publicités de mascara? Des faux cheveux dans les publicités de produits capillaires? La retouche est-elle vraiment le problème?

Poser la question, c'est y répondre...


Est-ce qu'on retouche trop les mannequins?

Quant aux modèles eux-mêmes, soyons réalistes. On ne peut simplement pas prendre quelqu'un de très laid et en faire un top modèle. Le faire est possible, mais beaucoup trop long. Et le temps, c'est de l'argent. Photoshop est un outil et non une baguette magique.

Les modèles professionnels ont du succès parce qu'ils ont été génétiquement très gâtés. C'est leur travail de faire attention à ce qu'ils mangent, d'être suivi par des entraineurs pour avoir un corps (presque) parfait et de recevoir régulièrement des soins de beauté que la plupart d'entre nous ne pouvons nous offrir.

Bref, ils commencent la course avec une longueur d'avance. Est-ce que cela veut dire qu'on ne les retouche pas? Bien sur que non, et ce n'est pas un secret! La peau est retouchée parfois pore par pore. On ajoute régulièrement de la dimension au visage avec des ombres et lumières, comme on le fait avec du maquillage, pour accentuer la beauté de ces gens qui sont déjà, disons-le, hors norme.

Alors, est-ce qu'on les retouche trop? Tout dépend de l'intention. Tel que mentionné plus haut, l'industrie de la mode survit grâce au rêve de perfection qu'elle entretient. La retouche n'est qu'un outil pour y arriver.

Photoshop est-il à blâmer pour le culte de la minceur?

Dans un article paru sur Buzzfeed, un retoucheur professionnel nous dit que les déformations du corps sont une pratique beaucoup moins répandue qu'on le croit. «Pour les photos de mode, dit-il,  je ne fait pas beaucoup de modifications pour altérer la forme du corps des femmes, car je trouve cela horrible. On m'a demandé d'amincir un peu la taille ou rendre les jambes un peu plus fines, mais rien de trop fou.»

Dans l'un de ses cours sur la plateforme Creative Live, le retoucheur Pratik Naik nous dit que les déformations du corps à la retouche sont, la plupart du temps, utilisées pour compenser aux déformations causées par l'angle de l'appareil photo et la focale de l'objectif utilisée. Là encore, rien de bien méchant.

De plus, choisir les bons angles et les bonnes poses pour faire apparaître quelqu'un plus mince fait partie du travail d'un bon photographe.

Et rappelez vous que, même dans les années 1900, on taillait les négatifs au scalpel pour améliorer la forme du corps...

Est-ce que c'est bien ou pas, la réponse dépend de chacun. Cependant, avant de montrer la retouche photo du doigt en la considérant comme mauvaise, immorale ou une atteinte à l'estime de soi, peut-être devrions-nous nous questionner sur les standards de beauté et les subterfuges qu'on utilise pour s'en approcher...

Retoucher fait de vous au mauvais photographe. Vraiment?

Après tout ce que j'ai écris, n'allez pas croire que vous devez mettre tous vos efforts dans la retouche pour être un photographe accompli. Que tout peut être fait sans égard au sens moral ou au gros bon sens. Nous sommes tous des êtres dotés de jugement, et nous sommes assez grands pour prendre des décisions éclairées dans nos choix artistiques, selon notre intention...ou celle de nos clients!

Ceci étant dit, je suis particulièrement agacée lorsque certains disent que le fait de retoucher une photo n'est qu'une béquille pour camoufler une mauvaise technique. Qu'ils ne croient pas en la retouche.

En fait, pour tout dire, je crois que c'est une excuse pour ne pas terminer le travail, pour ne pas se donner la peine d'apprendre à bien faire les choses.

Aborder la retouche avec le bon état d'esprit

La retouche photo est une étape de finition, à l'exception de la photographie purement artisique. La traiter autrement peut vous diriger tout droit vers une colossale perte de temps.

Une erreur fréquente en traitement d'image est de tenter de sauver une photo qui n'aurait jamais du être retouchée dès le départ. Un éclairage médiocre, une pose peu flatteuse, une mauvaise expression et l'absence complète de maquillage ne peuvent pas être sauvés grâce à Photoshop.

En réalité, les images qui nous impressionnent ont souvent été créées en étant réfléchies avant, pendant, et après la prise de vue.

La palette de couleur a déjà été déterminée d'avance. Le modèle s'est préparé correctement, est coiffé et maquillé, bien habillé et a fait tout ce qui était possible pour être à son meilleur. Il y a peut-être une coiffeuse et une maquilleuse présents sur place. Et bien sur, le photographe a fait ses devoirs pour éclairer et positionner le sujet pour les meilleurs résultats possibles.

Ce n'est qu'après tout cela que la retouche rehausse ce qui était déjà une réussite. Elle est la touche finale, l'aboutissement du travail de création, le point culminant de votre labeur!

Bref, la retouche ne fait pas de vous un mauvais photographe. À mon avis, c'est plutôt l'inverse, vous ne croyez pas?

Conclusion

Bref, la retouche photo est, d'abord et avant tout, un outil. Un outil qui peut être utilisé d'une main de fer, ou de velours, selon les créneaux et l'intention!

Alors que certains croient que la retouche est quelque chose de nouveau, nous avons fait un voyage dans le temps pour découvrir l'histoire de la manipulation d'image...qui ne date pas d'hier!

Nous avons également discuté de ce qui différencie une retouche réussie d'une retouche ratée, en plus de discuter de l'aspect moral de la retouche photo.

Enfin, nous avons discuté de pourquoi la retouche fait de vous un artiste accompli. Elle boucle la boucle, vous pousse à atteindre de nouveau sommets avec des images planifiées et bien exécutées!

En passant, si vous souhaitez en apprendre plus sur la retouche photo, n'hésitez pas à venir me parler! Il me fera plaisir de partager ma passion avec vous!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Tout sur la retouche de cheveux dans Photoshop!

Salut tout le monde! Aujourd’hui, je vous parle de la retouche des cheveux dans Photoshop!

On va se le dire, les cheveux ont leur propre petit caractère. Ils font ce qu’ils veulent, et un rien peut les déplacer. Sans parler du fait qu’avec des cheveux longs, même un nuage étouffant de spraynet ne peut empêcher les frisottis.

Si avoir une chevelure absolument impeccable dans vos photos est impossible à la prise de vue, il faut donc forcément avoir recours à la retouche. Mais, la retouche des cheveux peut être un processus particulièrement long et frustrant, en plus de souvent donner des résultats vraiment ordinaires.

Alors, comment faire pour retoucher les cheveux dans Photoshop sans y passer des heures? Comment faire une belle retouche de cheveux de façon réaliste et efficace?

Aujourd’hui, nous allons voir plusieurs méthodes pour retoucher les cheveux sans s’arracher les cheveux de sur la tête. Si vous souhaitez suivre les techniques de A à Z, voici la vidéo! 

Comment retoucher les cheveux : enlever les frisottis

Peu importe le temps que votre sujet aura passé devant le miroir à se coiffer, les frisottis vont apparaître dans vos images, plus souvent qu’autrement. Heureusement, certains outils peuvent vous donner d’excellents résultats pour retoucher les cheveux avec Photoshop.

Retoucher les frisottis à l’aide du correcteur localisé

Le premier outil à essayer est l’outil correcteur localisé

Pour obtenir les meilleurs résultats possible avec cet outil, il faudra changer quelques paramètres. D’abord, vous allez devoir changer le mode normal par le mode remplacer. Le type doit être contenu pris en compte. Enfin, cochez l’option échantillonner tous les calques.

Nous allons faire la retouche sur un calque séparé, pour garder le contrôle sur le travail que nous allons faire.

Pour avoir un résultat satisfaisant, il va falloir utiliser un pinceau légèrement plus gros que les frisottis qu’on souhaite enlever. Ensuite, il suffit de tout simplement peindre par dessus les cheveux que vous voulez effacer. Pour les meilleurs résultats possible, peignez d’un trait dans la direction du cheveu à retoucher.

Si cet outil ne donne pas de résultats satisfaisants, passez au prochain…

Retoucher les frisottis à l’aire de l’outil tampon

L’outil tampon est très pratique pour enlever les frisottis. Pour obtenir de très bons résultats, il suffit de l’utiliser en réduisant le flux autour de 30 à 40 pour cent. Le flux, c’est ce qui indique à Photoshop que vous souhaitez augmenter graduellement l’effet à chaque passage de votre pinceau. Vous pouvez donc bâtir vos retouches par couches, en quelques sortes.

Dans ce cas-ci, avec une opacité de 100% et un flux de 30%, échantillonnez le fond en tenant compte des éléments d’arrière plan.

Pour échantillonner, appuyez sur la touche alt ou option, et cliquez sur le point de source. Si votre fond comporte des dégradés, il faudra échantillonner dans le but de continuer ces dégradés.

Lorsque j’utilise cet outil, je ne cache pas les frisottis complètement. De cette façon, les cheveux n’ont pas l’air d’avoir été découpés de façon trop abrupte.

Retoucher les frisottis avec le filtre anti poussière

Le filtre anti poussière peut être une alternative intéressante pour corriger les cheveux dans Photoshop, surtout pour enlever les frisottis rapidement. Ce filtre était souvent utilisé pour corriger les poussières et égratignures sur les négatifs numérisés, en ajoutant un peu de flou.

Pour l’utiliser, dupliquez le calque d’arrière-plan. Puis, transformez le calque en objet dynamique. Cela va vous permettre de modifier le flou que nous allons appliquer autant de fois que vous voudrez.

Enfin, allez à filtre, bruit, anti poussière. Vous allez devoir choisir un rayon qui va vous donner une ligne distincte entre les cheveux de votre sujet et l’arrière-plan.

Maintenant, l’image est complètement floue. Il faudra donc utiliser un masque pour cacher l’effet du filtre antipoussière et l’appliquer seulement où on veut.

 Tenez la touche alt ou option enfoncée et appuyez sur le bouton de masque au bas du panneau des calques. Puis, pour enlever les frisottis, vous n’avez qu’à peindre sur le masque avec un pinceau blanc, pour révéler l’effet. Les frisottis disparaîtront comme par magie!

Remarquez cependant que cette technique ne fonctionne que pour les images qui ont un fond flou ou relativement uniforme.

Si vous voyez en zoomant dans votre image que votre retouche laisse une trace trop floue, vous pouvez ajouter du bruit, pour en quelque sorte imiter le bruit dans le reste de l’image. Pour ce faire, allez à filtre, bruit, ajout de bruit. Choisissez les options uniforme et monochrome. Un rayon de 1,5 est généralement suffisant. Et voilà!

Ajouter du volume aux cheveux et réduire les frisottis en une étape avec le filtre de fluidité

Le filtre de fluidité est reconnu par plusieurs comme le filtre de la minceur. En effet, le filtre de fluidité est souvent utilisé pour altérer les courbes du corps de nombreuses façons.

Mais, le filtre de fluidité peut aussi être utilisé pour augmenter le volume dans les cheveux ainsi que de dompter les frisottis qui sont trop difficiles à retoucher. Voici comment.

Ajouter du volume aux cheveux dans Photoshop

Pour ajouter du volume aux cheveux, il suffit d’utiliser l’outil déformation avant du filtre de fluidité. En utilisant une pression entre 20 et 30 et une densité de plus ou moins 60, «tirez» les cheveux vers l’extérieur. C’est aussi simple que cela.

Réduire les frisottis avec le filtre de fluidité

Pour réduire les frisottis qui seraient trop difficiles à retoucher avec les outils précédents, le filtre fluidité peut être très efficace. Pour obtenir un beau résultat, il suffit de bloquer l’effet du filtre sur les cheveux qui sont déjà à leur place, puis de pousser les frisottis vers l’intérieur.

Pour y arriver, activez l’outil «blocage de masque». Peignez par dessus les cheveux qui ne doivent pas bouger. Si jamais vous peignez au-delà des régions qui vous intéressent, il est possible d’efface le blocage de masque avec l’outil juste en dessous : libération de masque.

Enfin, utilisez l’outil déformation avant pour pousser les frisottis vers l’intérieur. Attention de ne pas y aller trop fort, sinon votre retouche va sembler trop évidente.

Ajouter des cheveux dans Photoshop

Il arrive assez souvent que plusieurs mèches de cheveux se déplacent lors d’une séance photo. Se faisant, elles laissent des trous dans les cheveux qui peuvent être un peu distrayants.

Boucher ces trous peut être assez simple. Voici comment faire!

Copier des mèches de cheveux avec l’outil lasso

D’abord, sélectionnez une section de cheveux près du trou que vous voulez camoufler à l’aide du lasso. Pour activer le lasso, il suffit d’appuyer sur la touche L de votre clavier. Avant de faire votre sélection, il faudra ajouter un contour progressif à votre lasso, pour que votre retouche se mélange plus facilement au reste de l’image. Je vous recommande environ 20 pixels.

Sélectionnez une section de cheveux dont la couleur, la luminosité et la netteté se rapprochent de la section à camoufler. Puis, dupliquez votre sélection sur un autre calque. Pour ce faire, il suffit d’appuyer sur cmd ou ctrl J.

Enfin, pour changer la direction des cheveux, activer l’outil de transformation avec le raccourci clavier cmd ou ctrl T. Ensuite, activez la déformation en cliquant sur le troisième bouton à partir de la droite dans la barre d’outils. Ainsi, vous allez pouvoir cliquer sur les points d’intersection entre les lignes pour changer la forme de la mèche de cheveux que vous avez copiée!

Si votre copie de la mèche de cheveux ressemble trop à l’originale, vous pouvez la foncer ou la pâlir avec l’outil courbe. Vous pouvez aussi y ajouter un masque de fusion pour en cacher certaines parties.

Le détourage des cheveux dans Photoshop

Détourer les cheveux dans Photoshop peut être très difficile quand on ne sait pas par où commencer. Voici une méthode très efficace pour détourer les cheveux!

Détourer les cheveux dans Photoshop avec plage de couleurs

Pour cette image, nous allons placer notre modèle sur un fond de couleur plutôt qu’un fond blanc. L’avantage sur fond blanc est que nous allons pouvoir sélectionner le blanc de l’arrière-plan pour ne conserver que notre modèle.

Créer une sélection avec l’outil plage de couleur

Faites une copie de votre travail sur un nouveau calque avec le raccourci clavier cmd opt shift E (ou ctrl alt shit E). Puis, allez dans le menu sélection, et plage de couleurs. Commencez par choisir hautes lumières dans le menu déroulant de l’outil.

Vous allez voir dans le rectangle du bas ce qui a été sélectionné ou non. Ce rectangle correspond au masque qui sera créé avec la sélection. Votre sujet devrait être blanc. Comme nous avons choisi de sélectionner le fond, votre sujet va être noir. Pour inverser la sélection, cocher l’option inverser. Cliquez sur OK.

Créer et modifier un masque de fusion pour détourer les cheveux

Maintenant, notre sujet a été sélectionné. Pour pouvoir altérer notre sélection à l’infini, nous allons créer un masque de fusion. Cliquez sur le bouton de masque en bas du menu des calques.

Vous allez voir que le masque n’est pas tout à fait parfait. Nous avons encore des parties qui n’ont pas été sélectionnées correctement. Pour nettoyer le masque, il suffit de remplir ces zones de blanc. Appuyez sur opt ou alt et cliquez sur le masque pour voir uniquement le masque. Puis avec l’outil lasso, sélectionnez les zones à corriger. Assurez-vous que le sélecteur de couleur est en blanc. Puis, vous pouvez remplir votre sélection de blanc grâce au raccourcis clavier alt ou opt delete. 

Maintenant, le masque est très bien, mais il reste encore beaucoup de blanc dans les cheveux du modèle. Pour changer cela, il va falloir raffiner le masque.

Raffiner le masque pour obtenir une sélection parfaite

Pour raffiner le masque, double cliquez sur le masque de fusion. Dans les options de masque, vous allez voir un bouton sélectionner et masquer.

Cette fonction permet de modifier le masque de façon globale pour obtenir de meilleurs résultats.

Dans le mode d’affichage, choisissez afficher sur noir. Vous allez voir plus facilement où se trouvent les résidus blancs qu’il faut enlever.

Essayez d’abord d’augmenter le rayon, jusqu’à ce que vous ayez un maximum de cheveux de sélectionné, mais avec le moins de blanc possible.

Ensuite, cliquez sur l’outil amélioration des contours. Passez votre pinceau sur le contour des cheveux. De cette façon, Photoshop détectera mieux les cheveux à retoucher.

Enfin, utilise le curseur de décalage du contour. Cet outil sert à ramener le contour plus loin vers l’intérieur ou l’extérieur. Dans ce cas-ci, nous allons le ramener vers l’intérieur, pour enlever encore un peu de résidus blancs.

Lorsque vous avez terminé, appuyez sur OK. Si la sélection n'est toujours pas parfaite, vous pouvez toujours la modifier en peignant en noir ou en blanc sur le masque de fusion créé au départ!

Conclusion

En conclusion, il existe plusieurs façons de retoucher les cheveux pour améliorer vos images.

Que ce soit pour enlever des frisottis, ajouter du volume aux cheveux ou carrément placer un modèle sur un autre fond, Photoshop nous offre plusieurs possibilités.

D’abord, nous avons vu plusieurs façons de retoucher les frisottis. L’outil correcteur localisé, l’outil tampon et le filtre anti poussière sont de bonnes méthodes pour effacer les cheveux déplacés.

Nous avons également vu une façon impressionnante de modeler les cheveux avec le filtre de fluidité.

Puis, j’ai parlé de comment ajouter des cheveux pour masquer les trous dans la coiffure avec l’outil lasso et transformation.

Enfin, je vous ai montré une technique de détourage des cheveux avancée pour vous permettre de facilement changer le fond de vos portraits.

J’espère que cet article vous aura aidé à améliorer vos retouches de cheveux. Si vous avez des questions ou suggestions, n’hésitez pas à me les écrire en commentaire!

Sur ce, je vous dis à la prochaine, et bonne retouche! 



à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Évitez ces erreurs de débutant en retouche photo!

Comment faire pour éviter les erreurs en retouche photo?

La retouche photo est quelque chose de vraiment merveilleux. Lorsqu’une photo a été bien exécutée à la prise de vue, la retouche peut être un excellent outil pour exercer votre créativité et donner une signature visuelle à vos images.

Avec des logiciels aussi puissants que Photoshop, les possibilités sont vraiment infinies. Tout peut être fait avec les bonne techniques, les bonnes connaissances et une bonne dose de minutie et de patience. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que la culture populaire a bien intégré le verbe Photoshoper à son vocabulaire.

Mais si tout peut être fait, est-ce que tout DOIT être fait?

Comme je suis une grande passionnée de retouche photo, je n’effleurerai même pas la question de si on doit retoucher ou non. Pour moi, la retouche est une nécessité et un plaisir. Je ne dirai donc jamais à quelqu’un qu’il ne devrait pas retoucher.

Cependant, il est très facile d’aller trop loin en retouche. Lorsqu’on a les yeux collés sur une image depuis de longues minutes, il est facile de ne plus voir clair.

Alors comment faire pour savoir si un portrait est retouché correctement? Aujourd’hui, je vous montrerai quelques exemples, ainsi que quelques conseils pour vous aider à juger votre travail de manière objective!

Les erreurs en retouche de peau


La retouche de peau est définitivement très répandue. Avec les mannequins à la peau parfaite dans les magazines et les filtres sur les applications comme instagram, Facebook et Snapchat, il semblerait que tout le monde cherche a avoir la peau le plus lisse possible. Mais pour les photographe, à quoi ça rime? Quelles sont les normes? Comment savoir si un retouche de peau est bien exécutée, ou de mauvais goût? Voici quelques exemples.

La peau : trop retouchée


Dans ce cas précis, on a eu recours à un type de retouche qui est indiqués par plusieurs pseudo experts en retouche. L’idée générale : rendre la peau plus floue, pour ainsi faire presque disparaître les irrégularités dans la peau. Le problème avec cette approche est qu’elle ne fait pas disparaître uniquement les problèmes de texture…mais bien toute la texture de peau! On se retrouve donc avec une peau qui semble être en plastique et une retouche qui paraît beaucoup trop.

Comment retoucher la peau de la bonne façon?


À mon avis, la meilleure façon de retoucher la peau, c’est de traiter les problèmes de couleur de peau, de luminosité et de texture séparément. Ainsi, la retouche est non destructive.

Il existe deux techniques utilisées dans l’industrie de la mode pour une retouche de peau indétectable : la séparation de fréquence et Dodge and Burn.

La séparation de fréquence est une technique qui utilise deux copies d’une même images, sur deux calques différents dans Photoshop. L’une de ses copies est rendue floue pour n’affecter que les couleurs. L’autre copie ne conserve que la texture de l’image. Ainsi, on retouche les problèmes de couleur sur un calque et les problèmes de texture sur l’autre.

De cette façon, on peut lisser la peau sans que la texture ne disparaisse. Attention cependant de ne pas trop ajouter de flou sur le calque de couleur! Si vous voulez vous assurer que votre effet est réaliste, essayez de regarder votre image en plus petit. Si la beau semble floue, vous êtes allés un peu trop loin. Pour en savoir plus sur cette technique essentielle, je vous recommande de lire mon article à ce sujet!

L’autre technique, Dodge and burn, est celle qui est utilisée dans les magazines haut de gamme. Aucun flou n’est appliqué. À la place, chaque creux ou bosse sur la peau est éclairci ou assombri pour égaliser la texture. Cette technique prend cependant beaucoup de temps. Je ne la recommande que si vous faites des projets qui nécessitent un très haute qualité ou que vous êtes payé pour le faire!

Voici une vidéo qui démontre le procédé du Dodge and burn, par le retoucher de renommée mondiale Pratik Naik : 

Les erreurs en retouche des yeux


La retouche des yeux est souvent effectuée pour ajouter un peu d’éclat au regard et faire ressortir la beauté qui s’y trouve déjà. Les pratiques les plus communes sont la retouche des veines, éclaircir le blanc des yeux, accentuer l’iris, etc. Il est important de mentionner qu’aucune retouche ne pourra sauver un mauvais éclairage. Si les yeux n’ont pas été éclairés correctement, essayer de les éclaircir à la retouche ne donnera jamais un résultat naturel.

Les yeux : trop retouchés


Voici un exemple de photo où les yeux ont été trop retouchés. Le blanc des yeux est beaucoup trop blanc partout, ce qui donne un air d’extra terrestre au modèle. Le contour de l’iris est beaucoup trop foncé par rapport au reste de l’oeil, ce qui est à éviter. Enfin, la couleur de l’iris est beaucoup trop saturée. Personne n’a les yeux de cette couleur dans la réalité.

Retoucher les yeux de la bonne façon


Il existe une foule de méthodes pour retoucher les yeux. Je décris mes préférées dans cet article. Pour éclaircir le blanc des yeux, il est préférable d’appliquer l’effet un peu plus autour de l’iris en diminuant vers les côtés.  De cette façon, on conserve l’effet 3D. Pour foncer le contour de l’iris, allez-y doucement, quitte à activer et désactiver votre réglage fréquemment. De plus, appliquez chaque effet sur des calques séparés. Ainsi, vous pourrez diminuer l’intensité de n’importe quel effet à tout moment.

Les erreurs en retouche des couleurs : saturation, vibrance et actions photoshop


S’il y a bien un type de retouche dont il est facile d’abuser, c’est bien les retouches de couleurs en général. Comme je l’explique dans mon article sur le Color Grading, les couleurs peuvent vraiment améliorer une image en y ajoutant de l’harmonie, ou en lui donnant votre signature visuelle. Toutefois, le secret est d’y aller en subtilités afin de rester dans le bon goût sans endommager vos images. Alors comment faire pour ne pas tomber dans le panneau?

La saturation


Honnêtement, si j’étais conceptrice de logiciels de traitement d’image, j’enlèverais carrément la possibilité de toucher à la saturation de façon globale.

Pourquoi?

Quand on y pense, la saturation accentue toutes les couleurs de l’image, partout, à la même puissance. Supposons que vous faites un portrait dans la nature. Vous voulez accentuer un peu (je dis bien un peu) la couleur du ciel et du feuillage. Alors, vous augmentez la saturation.

Le problème, c’est que ce n’est pas que le vert des feuilles et le bleu du ciel qui est accentué. Tout ce qui est rouge, orange ou jaune aussi. Et qu’est-ce qui est orange, rouge et jaune? La peau de votre sujet. Si la personne a des rougeurs au visage, bonjour les problèmes.

Alors quelle est la solution? Mon conseil serait de modifier la saturation pour chaque canal de couleur séparément, grâce à l’outil TSL de Lightroom.

J’aime beaucoup utiliser cet outil avec la cible, qui permet de changer la saturation des couleurs par glissement dans l’image.

En passant, peu importe la technique utilisée pour saturer une image, toute ou en partie, il faut y aller avec pacimonie. Autrement, les zones de l’image qui sont très saturées pourraient manquer de détails. Ce problème ressemble à une surexposition, mais par les couleurs.

La vibrance


La vibrance sert à faire briller un peu plus les couleurs dans vos photos. Au lieu de saturer toutes les couleurs de la même façon, la vibrance est en fait un type de saturation intelligente. La vibrance ne sature que les couleurs qui sont plus terne, en laissant les couleurs déjà saturées telles quelles. Ainsi, il est plus facile d’éviter d’en faire trop.

Les actions photoshop


Avec l’industrie des actions photoshop qui ne cesse de grandir, vous avez probablement déjà essayé ou acheté des actions dans Photoshop. Le but de ces actions est de vous permettre de reproduire un style particulier en quelques clics.

Cependant, je comparerais les actions photoshop aux vêtement one size. Est-ce que le one size fait à tout le monde? Non.

Même chose pour les actions Photoshop. Comme chaque image est différente, les actions n’agissent pas toutes de la même façon sur toutes les photos. Il faut donc ajuster l’effet.

Par expérience, je trouve que les effets des actions photoshop sont un peu trop intense. Souvent, je diminue l’opacité de l’effet d’au moins 10%. Ainsi, cela m’évite les débordements!

Les erreurs en ajout de netteté : clarté, détail, accentuation, passe haut et compagnie


Les outils sont nombreux pour ajouter de la netteté à vos images. L’ajout de netteté est d’ailleurs nécessaire pour tirer le meilleur de vos images, surtout si vous les avez prises en raw.

Les outils les plus fréquemment utilisés pour ajouter de la netteté sont la clarté et le détail dans Lightroom et l’accentuation et le filtre passe haut. Cependant, il y a généralement deux règles à respecter pour s’assurer de faire un ajout de netteté non destructeur.

La première est de ne pas tenter de sauver une photo floue avec un des outils mentionnés plus haut. Peu importe la quantité de netteté ajoutée, une photo floue ne deviendra pas nette pour autant. Il y a de fortes chances que le fait d’ajouter de la netteté ajoutera plus de problème qu’autre chose.

La seconde règle  à respecter est de garder l’effet de netteté assez faible pour éviter de faire apparaître des halos. Les halos sont des zones plus pâles près des contours de l’image qui peuvent apparaître lorsque les effets comme la clarté, l’accentuation ou le filtre passe haut sont appliqués.

Si vous voyez des halos apparaître, essayez de réduire votre effet jusqu’à ce qu’ils disparaissent.

Comment juger ses photos objectivement : quelques conseils pour éviter l’embarras


Il nous est tous déjà arrivé de publier une photo sur notre site web sur les médias sociaux pour ensuite recevoir des commentaires peu favorables. Ce genre de situation peut être vraiment embarrassante. Alors comment faire pour l’éviter?

Conseil numéro 1 : demander l’avis d’un ami photographe


Vous pouvez demander à tous vos amis si votre photo est réussie. Mais s’ils ne sont pas photographes, il trouveront toutes vos images belles.

C’est bon pour l’égo, un peu moins pour développer vos talents!

 Demandez à vos amis photographe ce qu’ils pensent de votre image avant de la publier. Ainsi, ils vous donneront l’heure juste et cela vous aidera à progresser!

Conseil numéro 2 : mettre la retouche sur pause!


Si vous retouchez une image depuis de longues minutes, essayez d’arrêter votre travail, puis de recommencer le lendemain matin. Vous aurez un regard nouveau sur votre image, et vous pourrez ainsi corriger le tir, au besoin.

Conseil numéro 3 : activez et désactivez vos effets souvent!


Dans Lightroom, chaque réglage peut être activé et désactivé séparément. Chaque onglet a un interrupteur qui permet d’activer ou non votre réglage.
 
Vous pouvez aussi retourner à n’importe quelle étape de votre retouche grâce à l’onglet historique du module de développement.

Dans Photoshop, vous pouvez activer et désactiver vos réglages avec le petit oeil qui se trouve à côté de chaque calque et chaque réglage. Vous pouvez ainsi voir un avant-après de chacune des étapes de votre workflow.

Je vous conseille également de garder une copie de la photo originale sur un calque en haut de tous les autres calques. De cette façon, vous pouvez voir rapidement la différence entre la photo de départ et là où vous en êtes.

Conclusion


Bien que la retouche soit un outil formidable pour amener vos photos au prochain niveau, il peut être difficile de retoucher correctement.

Tout comme la photographie, la retouche est un art qui demande de la pratique et beaucoup de minutie pour arriver à un beau résultat.

En résumé, vous avons vu les erreurs les plus communes en retouche ainsi que des manières simples de les éviter.

D’abord, nous avons parlé de l’importance de ne pas rendre la peau floue pour enlever les imperfections. Les techniques comme la séparation de fréquence ainsi que dodge and burn son beaucoup plus appropriées pour obtenir un effet réaliste.

Ensuite, pour la retouche des yeux, l’essentiel est de toujours garder à l’esprit que le réalisme est le but ultime. Donc, il est préférable d’éviter de trop éclaircir les yeux, trop saturer l’iris ou trop foncer certaines parties de l’oeil.

Puis, j’ai aussi abordé la question de la correction des couleurs. Il est fréquent de voir des images qui ont été trop saturées de manière globale, ce qui a tendance à créer plusieurs problèmes.

Premièrement, cela peut donner un teint très étrange aux modèles. De plus, trop de saturation ajoutée peut faire en sorte de faire diminuer les détails dans certaines parties de l’image.

J’ai aussi discuté de l’importance de ne pas ajouter trop de netteté, pour éviter les halos qui trahissent automatiquement cet effet.

Finalement, je vous ai donné quelque trucs pour juger de vos images objectivement. D’abord de demander conseil à un ami photographe. Ensuite, de ne pas hésiter pour prendre des pauses lors de la retouche. Finalement, d’activer et désactiver les effets appliqués régulièrement lorsque vous êtes en train de retoucher

Bref, j’espère que cet article vous aidera à améliorer vos habiletés en retouche, tout en vous évitant l’embarras! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les écrire dans les commentaires!

Sur ce, je vous dit à la prochaine, et bonne photos! 


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

5 erreurs à éviter pour vos photos de portraits

Si vous faites des portraits depuis un moment, vous commencez certainement à avoir une bonne maîtrise de votre appareil photo. Vous avez peut-être un joli objectif à focale fixe pour vous aider à faire de beaux flous d’arrière-plan. Vous savez cadrer vos images, et les poses que vous utilisez pour vos modèles sont très réussies.

Mais, malgré tout cela, peut-être qu’il manque un petit je ne sais quoi à vos images pour qu’elles soient à la hauteur de vos attentes. Peut-être que, sans vous en rendre compte, vous commettez l’une des erreurs que je m’apprête à vous indiquer.

Soyez rassurés, même les photographes plus expérimentés font se genre d’erreurs régulièrement.

Pour vous le prouver, je vais vous montrer mes propres photos comme exemple! Je vais vous indiquer ce qu’il faut éviter et comment arriver à une solution sans trop se casser la tête. Prêt? C’est parti!

Erreur numéro 1 : les pollutions de couleur


La première erreur dont je vais vous parler est un de mes plus gros irritants. Et je vois ce genre de problème à tous les jours dans les groupes de photographes.

Honnêtement, rien ne peut autant gâcher une photo quasi parfaite que cela.

Quoi donc? Les pollutions de couleur. C’est quoi ça?

Ce sont des couleurs qui apparaissent sur le visage de vos modèles alors qu’elles n’ont pas leur place. Elles peuvent apparaître quand il y a plusieurs sources de lumière de couleur différente, ou encore quand la lumière se réfléchit sur un élément de couleur qui se trouve près de votre sujet.

Avec l’été qui arrive, vous allez probablement faire des photos dans l’herbe, et voir ensuite apparaître des taches jaunes vertes sous le menton, le nez, et les yeux de vos modèles.

Ça, c’est très mauvais, et il faut éviter cela à tout prix, au risque de donner un air étrange à vos sujets.

Je n’avais pas d’exemple de cette situation précise dans mes propres photos, mais je vais vous montrer d’autres exemples qui sont tout aussi pertinents.

Comment retoucher les pollutions de couleur dans Lightroom

Pour cette première image, je voulais créer une image ton sur ton, puisque le mur rose complémentait bien le teint de la modèle.

L’ennui est que, à l’ombre, la lumière était plutôt bleutée, ce qui avait tendance à rendre les cheveux et le chandail de la modèle trop bleus.

Vous voyez que même en ajustant un peu la balance des blancs, le bleu reste toujours là. Alors, comment faire pour l’enlever?

Dans cette situation, il n’y a rien de bleu qu’on veut conserver dans l’image. Alors, dans Lightroom, on peut simplement désaturer le bleu grâce à l’outil TSL.

Vous pouvez activer la cible en appuyant sur les touches cmd opt shift S.

Si vous trouvez que le chandail semble trop gris, vous pouvez conserver un peu de saturation, mais tenter de changer la teinte de la couleur qui dérange.

Comment retoucher les pollutions de couleur dans Photoshop

Pour la deuxième photo, c’est la réflexion de la lumière sur le mur orangé qui donne une teinte orange au visage de la modèle. Même si la balance des blancs est correcte, remarquez comme le côté droit de son visage est beaucoup trop orangé.

Si on essaie de désaturer l’orange, l’effet affectera l’image au complet, alors que c’est seulement une région précise qui nous intéresse.

Le même genre de problème survient avec les photos prises dans l’herbe, près de feuillage ou dans un sous bois. Alors, comment faire pour retoucher ça?

À mon avis, la façon la plus simple d’y arriver est d’utiliser Photoshop.

Pour enlever la pollution de couleur, créez un nouveau calque vide.

Ensuite, sélectionner l’outil pinceau. Appuyez sur la touche alt ou option pour faire apparaître la pipette. Puis, sélectionnez une couleur sur le visage qui se rapproche de la couleur que vous souhaitez utiliser pour cacher les taches de couleurs indésirables.

Ensuite, peignez la bonne couleur par-dessus les couleurs indésirables.

Enfin, changez le mode de fusion du calque pour couleur, puis ajustez l'opacité de ce calque jusqu'à ce que le résultat soit naturel.

Vous aurez peut-être besoin de faire de petites modifications, mais cela fonctionne plutôt bien en général! Voici le avant-après : 


Prévenir les pollutions de couleurs à la prise de vue

Vous pouvez aussi tout simplement éviter le problème à la prise de vue. Dans le cas de cette photo sur le mur orangé, j’ai décidé de placer la modèle dos au mur à la place. Ainsi, la pollution de couleur a disparu.

Une autre façon de faire disparaître les pollutions de couleurs est de simplement éclairer votre sujet avec un réflecteur blanc ou argent. Comme votre source de lumière sera plus forte et de couleur neutre, ce sera assez facile de faire disparaître des couleurs indésirables!

Erreur numéro deux : le teint bleu!

Le problème du teint bleu est assez fréquent pour les photos en lumière naturelle. Comme les photos sont souvent prises à l’ombre et que c’est à l’ombre que la lumière est le plus bleue, il est difficile d’y échapper. Alors, comment faire pour l’éviter?

La première étape est de prendre les photos en raw. Ensuite, au traitement dans Lightroom, utilisez l’outil de balance des blancs pour sélectionner une zone neutre. Petite astuce : pour aller plus vite, vous pouvez utiliser le raccourci clavier W. 

Dans cette photo, nous allons choisir l’arrière-plan, qui était en pierre grise. Maintenant, le teint de la modèle est mieux, mais j’aurais aimé garder un peu de bleu dans l’arrière-plan pour ajouter un contraste de couleur chaude et froide.

À la place d’appliquer mon réglage de balance des blancs sur toute l’image, je vais utiliser le pinceau correcteur pour appliquer le réglage seulement à mon sujet.

Pour accéder au pinceau correcteur, vous pouvez utiliser le raccourci clavier K. Pour savoir si le visage a une teinte assez chaude, observez le blanc des yeux de votre sujet. Si le blanc des yeux est plutôt neutre, vous êtes sur la bonne voie!

Un petit mot sur les yeux...

Parlant des yeux, j’ouvre une petite parenthèse puisque cette image est un bon exemple d’une autre erreur à éviter : les yeux flous!

Si les yeux ne sont pas nets dans un portrait, la photo est bonne pour la poubelle!

Dans ce cas-ci, la mise au point a accidentellement été faite sur la frange de cheveux à gauche.

L’un des yeux est flou et l’autre n’est pas tout à fait net non plus.

En portrait, il est conseillé de toujours faire la mise au point sur l’oeil le plus près de l’appareil.

Vous pouvez vous faciliter la vie pour les plans rapprochés en utilisant une plus petite ouverture. Ainsi, vous aurez plus de marge de manoeuvre pour une meilleure netteté!

Erreur numéro 3 : mauvais éclairage


Il ne suffit pas d’avoir une bonne exposition, une bonne balance des couleurs et un bel arrière-plan flou pour faire de beaux portraits. Il faut que la lumière avantage votre modèle! Sinon, vos efforts n’auront servi à rien!

Comment maîtriser la lumière du soleil

Dans cette première image, la lumière est beaucoup trop dure. Le soleil est très haut dans le ciel.

Même si j’ai tenté de diriger mon sujet pour qu’elle soit face au soleil pour minimiser les ombres indésirables, l’éclairage demeure beaucoup trop contrasté.

En plus, remarquez ses yeux : comme l’éclairage est beaucoup trop haut, il n’y a aucune lumière dans ses yeux, ils sont complètement noirs!

Pour adoucir la lumière, j’ai choisi d’utiliser un diffuseur. J’en ai aussi profité pour changer de point de vue pour faire disparaître les éléments d’arrière-plan et ne garder que le ciel.

 Le diffuseur a aussi fait apparaître un catchlight dans les yeux de mon sujet, ce qui est très important pour qu’il y ait de la vie dans les yeux.

Si vous n’avez pas de diffuseur, la solution la plus simple est de prendre votre sujet en photo à l’ombre ou dos au soleil. Mais attention! Vous ne serez pas toujours tiré d’affaire pour autant...

L'impact de la direction de la lumière : évitez l'éclairage du dessous!

Pour cette image, on a placé la modèle dos au soleil, mais on a fait face à un autre problème très fréquent en photo de portrait : l’éclairage du dessous.

Dans les premiers films d’horreur, les personnages effrayants étaient éclairés du dessous pour leur donner un air menaçant…et ce n’est pas pour rien. Personne n’est avantagé lorsqu’il est éclairé du dessous!

Dans le cas de cette photo, la lumière du soleil se réfléchit sur le sol en béton de couleur claire. Ceci cause un tas de problèmes.

Premièrement, le cou de la modèle est éclairé presque directement, ce qui le fait apparaître plus large que la réalité.Ensuite, ceci crée des ombres sous son nez et sous ses yeux. En plus, la couleur de cette lumière est plutôt orangée alors que le reste est plutôt bleu. Alors, que faire?

Une solution aurait été de la prendre plus à l’ombre, de la faire reculer de quelques pas. Mais, si on veut conserver la lumière dans ses cheveux, on peut prendre la photo au même endroit.

Il faut cependant couper cette lumière dérangeante. La meilleure façon d’y arriver est de placer un réflecteur noir, avec le noir vers le haut, entre la modèle et la lumière réfléchie sur le sol.

D’ailleurs, parlant de réflecteur, il arrive souvent de le placer trop bas. Lorsque le réflecteur est trop bas, la lumière du dessous apparaîtra alors que c’est précisément ce qu’on cherche à éviter!


Erreur numéro 4 : pas de catchlights, pas de vie dans les yeux!

Lorsque vous faites des photos en lumière naturelle, il peut arriver que votre source de lumière soit plutôt indirecte. Il pourrait donc manquer de lumière dans les yeux de votre modèle.

Voici un exemple.

Dans la première photo, la lumière est très douce, ce qui est très avantageux pour les gens. Mais, remarquez qu’il n’y a presque aucun reflet de lumière dans les yeux de la modèle.

J’ai donc simplement tourné autour de mon sujet jusqu’à ce qu’il y ait des reflets qui apparaissent dans ses yeux. La différence est évidente!​

Dans le cas où il n’y a aucune source de lumière assez forte pour créer de beaux catchlights, essayez d’approcher un réflecteur blanc ou argent de votre sujet.

Erreur numéro 5 : les objets qui sortent de la tête

Si vous êtes absorbé par votre séance photo, peut-être que vous oublierez de vérifier l’arrière-plan pour détecter les objets qui peuvent donner l’impression de sortir de la tête de votre modèle…

Prenez cette photo, par exemple. La lumière, l’angle, tout était parfait. Mais, la barrière en métal noir est venue tout gâcher!

Heureusement, c’était une retouche assez facile à faire dans Photoshop, avec l’outil tampon!

Voilà le résultat avant-après! Beaucoup mieux, n’est-ce pas?

Conclusion

Que vous soyez débutant ou plus avancé et peu importe l’équipement que vous avez entre les mains, les 5 erreurs dont je vous ai parlé aujourd’hui peuvent vraiment faire la différence entre une jolie photo et une photo de calibre professionnel.

En résumé, soyez attentifs à la couleur de la lumière sur votre sujet. Y a-t-il des couleurs sur la peau de votre sujet qui ne devraient pas y être? Pouvez-vous positionner votre sujet autrement? Sinon, essayez de corriger ces couleurs parasites avec un calque de couleur dans Photoshop!

Ensuite, assurez-vous que votre balance des blancs ainsi que votre traitement d’image donnent une belle couleur chaude au teint de vos modèles. Sinon, vos sujets auront l’air malades!

Puis, évitez les deux types de lumière qui désavantage tout le monde : la lumière directe du soleil de midi… et surtout, la lumière du dessous!

Assurez-vous que les yeux brillent en cherchant une source de lumière qui pourrait créer de beaux catchlights. Demandez à votre modèle de changer de position pour être en direction de la lumière ou ajoutez un réflecteur!

Enfin, évitez les éléments du décor qui pourraient «sortir» de la tête de vos modèles. Ceci évitera les distractions inutiles.

Bref, j’espère que cette vidéo va vous avoir aidé à détecter les faux pas les plus communs en photo de portrait, pour faire passer vos images à un calibre plus élevé!

Sur ce, je vous dit à la prochaine, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

5 trucs pour retoucher les yeux comme un pro!

Vous avez certainement déjà voulu améliorer les yeux dans vos portraits. Vous vous êtes probablement déjà demandé comment retoucher les yeux dans Lightroom ou dans Photoshop.

Après tout, vous déjà entendu le vieil adage qui dit que les yeux sont le miroir de l’âme, ou quelque phrase du même genre. Certains disent qu’en portrait, le regard est d’une importance capitale… et ils ont bien raison!

Si vous voulez que les yeux soient plus lumineux, faire briller les yeux, les éclaircir ou y ajouter de la lumière, vous allez adorer cet article.

Je vous dévoilerai tout! Après la lecture de cet article, vous serez en mesure de rendre le regard de vos modèles complètement envoûtant!

Comment obtenir un regard brillant, dès la prise de vue

Avant de parler de retouche, il serait bon de parler de comment obtenir un regard lumineux et vivant dès la prise de photos.

Soyez rassurés, je ne m’aventurerai pas dans un univers psychologique ou ésotérique!

Je vais plutôt vous parler de ce qui rend les yeux plus brillants : les reflets de lumière dans les yeux, aussi couramment appelés catchlights. Pour mieux comprendre, vous n’avez qu’à vous imaginer les personnages de dessins animés japonais avec leurs yeux énormes. Les catchlights, ce sont les gros points blancs dans leurs yeux.

Les yeux réfléchissent tout ce qu’il y a autour d’eux, comme des miroirs. Cependant, pour que ces reflets soient bien apparents, il faut qu’il y ait quelque chose de très lumineux dans l’environnement.

En studio, obtenir des catchlights intéressants est très simple, puisque le flash se réfléchit directement dans les yeux. Le reflet prendra la forme de ce que vous utilisez pour diffuser votre flash.

Mais, en lumière naturelle, obtenir de beaux reflets lumineux dans les yeux peut être plus difficile. Pourquoi? Parce que ce qui produit le reflet le plus lumineux dans les yeux, c’est le soleil. Or, placer le sujet face au soleil ne nous donnera pas le résultat voulu, la plupart du temps. La lumière sur le sujet sera trop forte, notre modèle va plisser les yeux, bref, une recette pour le désastre!

Alors, comment faire?

À l’intérieur, placez une source lumineuse près de votre sujet : une fenêtre, ou une porte ouverte, par exemple.

À l’extérieur, assurez-vous qu’une partie du ciel soit visible dans les yeux de votre modèle. Sinon, utilisez un réflecteur pour renvoyer de la lumière vers les yeux de votre modèle.

Mais, si malgré tout cela, vous n’êtes pas satisfait de la lumière dans les yeux de vos modèles, les logiciels de traitements voleront à votre secours! Ici, j’ai groupé mes meilleures techniques de retouche pour les yeux. Elles peuvent être utilisées toutes ensemble, ou séparément.

Premier truc pour faire retoucher les yeux : augmenter le contraste de l’iris

L’iris de l’oeil est l’endroit où les couleurs se trouvent, avec tous les détails qui sont uniques à chaque personne. Il est rempli de nervures plus pâles et plus foncées. En augmentant le contraste de l’iris, vous allez accentuer ces détails.

Augmenter le contraste de l’iris dans Lightroom

Pour augmenter le contraste de l’iris dans Lightroom, utilisez le filtre radial. Il est simple d’utilisation, flexible, et vous permet de faire vos modifications en quelques clics!

Pour accéder au filtre radial dans Lightroom, il suffit d’aller le chercher dans le panneau de droite du module de développement. Il est illustré par l’icône ronde sous l’histogramme. Vous pouvez aussi l’activer avec la touche shift+M.

Puis, encerclez l’iris de l’oeil avec le filtre radial. Assurez-vous que l’option inverser est cochée. Puis, vous pouvez ajouter du contraste avec le curseur de contraste, ou en jouant avec les curseurs de blanc, hautes lumières, ombres et noirs. La couleur peut aussi être changée avec les curseurs de saturation et de balance des blancs.

Une fois le premier réglage effectué, vous pouvez appliquer le même effet à l’autre oeil en dupliquant le filtre radial du premier oeil. Il suffit de faire un clic droit sur le point gris, de dupliquer, puis de positionner le filtre sur l’autre oeil!

Augmenter le contraste de l’iris dans Photoshop

Dans Photoshop, il y a de très nombreuses façons de s’y prendre pour ajouter du contraste.

Pour l’iris, nous allons utiliser la méthode la plus rapide pour ajouter du contraste : dupliquer le calque d’arrière-plan, et d’utiliser le mode de fusion lumière tamisée.

Comme le contraste s’applique partout, il va falloir ajouter un masque de fusion, pour appliquer l’effet seulement pour l’iris des yeux. Pour ce faire, appuyez sur la touche option ou alt, et cliquez sur le bouton masque de fusion en bas du panneau des calques.

Pour appliquer l’effet, il suffit de peindre en blanc sur le masque à l’endroit désiré.

Normalement, l’effet devrait être suffisant tel quel. Si c’est trop, il suffit de réduire l’opacité du calque. Si ce n’est pas suffisant, vous pouvez dupliquer le calque où se trouve votre effet.

Pour changer le contraste et les couleurs en même temps

Une autre façon d’augmenter le contraste de l’iris dans Photoshop est d’utiliser l’outil courbe. L’avantage de la courbe est que vous pouvez, en même temps que le contraste, modifier la couleur de l’iris, comme on l’a fait dans Lightroom.

Pour ce faire, il faut créer un calque de réglage de courbe, qui est cette icône-ci dans le panneau des réglages.

Si vous ne voyez pas le panneau des réglages, vous pouvez aller le chercher dans le petit menu des calques de réglages au bas du panneau des calques.

Pour ajouter du contraste, vous n’avez qu’à aller dans le petit menu déroulant et choisir contraste accentué. Le contraste sera très intense, mais ce n’est pas un problème puisqu’on peut modifier l’opacité du calque par la suite.

Pour la couleur, il suffit d’aller changer le canal RVB pour un autre canal. Dans Lightroom, on a ajouté un peu de bleu. Donc, on va légèrement augmenter la courbe de bleu, ainsi que la courbe de vert.

L’effet s’applique partout. Pour que notre effet ne s’applique qu’à certains endroits, il va falloir changer le masque blanc pour un masque noir. Il suffit de cliquer sur le masque et d’utiliser le raccourcis clavier cmd ou ctrl I.

Pour appliquer l’effet seulement à l’endroit désiré, on peut procéder de la même façon que tout à l’heure, en peignant en blanc sur ce masque.

L’effet est très intense alors je vais en réduire l’opacité pour le rendre un peu plus naturel.

Vous verrez qu’entre les deux méthodes, l’effet sur le contraste est assez semblable. La courbe nous aura simplement servi à changer un peu les couleurs.

Deuxième truc pour retoucher les yeux : foncer le contour de l’iris

Le contour de l’iris des yeux est souvent plus foncé que le reste de l’oeil. Pour donner un effet spectaculaire au regard, vous pouvez foncer encore plus le contour de l’iris. Ceci aura pour effet de mieux séparer l’iris du blanc de l’oeil et de faire ressortir la couleur en même temps.

Foncer le contour de l’iris dans Lightroom

Pour foncer le contour de l’iris dans Lightroom, il suffit de sélectionner le pinceau de réglages dans le haut du panneau de droite dans le module de développement. Vous pouvez aussi l’activer avec le raccourci clavier K.

Vous n’avez qu’à réduire l’exposition et peintre sur le contour de l’iris avec un rayon suffisamment petit, et voilà!

La beauté du pinceau de retouche, c’est que vous pouvez augmenter ou réduire l’exposition de l’effet, même après l’avoir appliqué.

Foncer le contour de l’iris dans Photoshop

Pour éclaircir ou assombrir n’importe quelle partie de mes photos, j’utilise la technique de Dodge and burn. Il existe plusieurs méthodes pour éclaircir et assombrir. Personnellement, j’utilise deux calques de réglages de courbe. L’un de deux calques servira à assombrir, et l’autre, à éclaircir.

La raison pour laquelle je sépare les deux, c’est que c’est 100% non destructif. On peut revenir en arrière à tout moment, grâce aux masques.

Comme nous souhaitons seulement assombrir pour le moment, nous allons commencer avec une seule courbe. Pour ce faire, il suffit de cliquer sur l’outil courbe dans le panneau de réglage. Si vous ne voyez pas cette icône, vous pouvez aussi cliquer sur l’icône de réglage au bas du panneau des calques et sélectionner la courbe.

Pour foncer l’image, il suffit de cliquer sur un point au centre de la courbe et de le tirer vers le bas.

Comme on ne veut pas que l’effet s’applique partout, nous allons remplir le masque de noir. Pour ce faire, il suffit de cliquer sur le masque, puis d’utiliser le raccourcis clavier cmd ou ctrl I.

Maintenant, vous pouvez peindre l’effet où vous voulez. Je vous recommande d’utiliser un pinceau blanc, mais à très faible opacité, autour de 10%.

On peut en profiter aussi pour foncer un peu la ligne des cils, le coin de l’oeil, comme pour ajouter un maquillage très subtil.

Il se peut que vous remarquiez une variation des couleurs avec cet ajustement. Si c’est le cas, il suffit de changer le mode de fusion du calque de courbe pour luminosité.


TROISIÈME truc pour ajouter de la vie dans les yeux : un peu plus de lumière

Pour rendre les yeux plus vivants, éclaircissez légèrement la partie inférieure de l’iris. Cet effet est subtil, mais saisissant!

Ajouter de la lumière au regard dans Lightroom

Pour ajouter de la lumière dans les yeux avec Lightroom, nous allons encore procéder avec l’outil pinceau de retouche.

Le principe est exactement le même que pour foncer le contour de l’iris. Avec le raccourci K, activez le pinceau de retouche.

Puis, augmentez l’exposition autour de 0,6. Avec un rayon assez petit, peignez dans l’iris juste au-dessus de la ligne plus foncée du contour.

Encore une fois, si l’intensité de l’effet ne vous plaît pas, vous pouvez à tout moment modifier l’exposition de votre outil.

Ajouter de la lumière au regard dans Photoshop

Pour ajouter de la lumière dans les yeux avec Photoshop, nous allons encore une fois utiliser la technique de Dodge and Burn.

Comme nous n’avons créé que la courbe plus sombre tout à l’heure, il faudra créer la courbe plus claire.

Pour ce faire, cliquez sur le réglage de courbe dans le panneau de réglages, ou allez le chercher dans le menu de réglages en bas du panneau des calques.

Sélectionnez un point central dans la courbe et tirez-le vers le haut. Encore une fois, il faudra inverser le masque pour que l’effet ne soit visible qu’aux endroits choisis, et non partout. Pour y arriver, il suffit de cliquer sur le masque, puis d’utiliser le raccourcis clavier cmd ou ctrl I.

Enfin, utilisez un pinceau blanc à faible opacité pour appliquer l’effet.  Vous pouvez en profiter pour éclaircir le coin inférieur de l’oeil, ou le blanc des yeux, ce qui m’amère au prochain point…

Quatrième truc pour retoucher les yeux : éclaircir le blanc des yeux

Souvent, le blanc des yeux peut sembler plutôt gris. Il existe plusieurs façons de le rendre plus blanc. Comme la majorité des techniques de retouche pour accomplir cela donnent généralement un effet beaucoup trop intense et donnent des yeux qui ressemblent à des yeux d’extra-terrestre, je vous suggère d’y aller avec parcimonie.

La meilleure façon de procéder, à mon avis, c’est avec le pinceau de réglage dans Lightroom, et avec les courbes dans Photoshop.

Comme nous avons déjà utilisé ces outils, je ne repasserai pas toutes les étapes en détail.

J’irai simplement avec une suggestion. N’oubliez pas que les yeux sont une boule. Par conséquent, il faut conserver cette impression de trois dimensions lors de la retouche.

Pour ce faire, peignez votre effet plutôt autour de l’iris, en y allant plus léger près des contours de l’oeil. Ainsi, le volume sera préservé.

Cinquième truc pour retoucher les yeux : enlever les veines

Ah, les petites veines dans les yeux! Elles sont si petites, et pourtant, elles peuvent réellement distraire d’un portrait qui aurait pu être absolument magnifique.

Alors, comment faire pour les enlever?

Malheureusement, le truc dont je vais vous parler ne fonctionne que dans Photoshop. Mais, croyez-moi, il est très efficace. J’ai découvert ce truc grâce à Scott Kelby. Celui-ci disait qu’après avoir utilisé l’outil tampon, l’outil correcteur et à peu près tout ce qui est possible, il a arrêté son choix sur un outil qui pourrait vous surprendre.

Il s’agit de l’outil pinceau, tout simplement. Eh oui! Le secret, c’est de sélectionner la couleur la plus près de la veine qu’on cherche à enlever avec la pipette (raccourcis clavier I). Comme les couleurs dans l’oeil varient beaucoup, vous devrez faire plusieurs sélections de couleur.

Ensuite, il suffit de peindre par dessus les veines sur un nouveau claque, à une opacité du pinceau d’environ 20%.

Lorsque vous avez terminé, vous aurez peut-être l’impression que l’oeil semble un peu trop lisse et parfait. Pour remédier à la situation, il suffit d’ajouter un peu de bruit sur le calque de retouche.

Allez dans filtre, bruit, ajout de bruit. Puis, sélectionnez un rayon d’environ 1,5 et le tour est joué!

Conclusion

Bref, dans cet article, j’ai voulu vous montrer les méthodes les plus simples et efficaces pour obtenir un regard envoûtant dans vos portraits, à tous les coups!

Plusieurs chemins sont possibles pour y arriver, mais j’ai décidé de vous montrer les manières les plus simples et rapides d’arriver à de beaux résultats.

En gros, nous avons vu que la retouche des yeux peut impliquer plusieurs retouches différentes, selon les besoins.

Les retouches que j’effectue le plus souvent sont l’ajout de contraste dans l’iris, foncer le contour de l’iris, ajouter de la lumière dans le regard, éclaircir le blanc de l’oeil et enlever les veines.

Dans Lightroom, la plupart de ces effets peuvent être réalisés  l’aide du filtre radial et du pinceau correcteur.

Dans Photoshop, il y a plusieurs options. Pour ajouter du contraste, j’utilise le mode de fusion lumière tamisée sur un duplicata de la photo. Puis, j’utilise deux courbes pour éclaircir et assombrir. Une plus claire et l'autre plus sombe. Pour retoucher les veines, je peins simplement par dessus.

Rien ne vous oblige à faire toutes ces retouches pour chaque photo. Mon but ici était de vous montrer les possibilités, pour vous permettre de choisir!

J’espère sincèrement que cet article vous aidera à donner à vos modèles un regard spectaculaire! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les écrire en commentaires!

À la prochaine, et bonne retouche!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Améliorer les couleurs de vos images grâce au color grading

Si vous vous êtes déjà demandé comment améliorer les couleurs d’une photo, vous n’êtes certainement pas seul. Mais, vous n’avez probablement rien trouvé à part quelques tutoriels sur comment régler la teinte et la saturation d’une image, ou ajouter des filtres qui ne sont pas nécessairement très attrayant. Frustrant, non?

La première fois que j’ai vu une image aux couleurs absolument sublimes, avec un contraste et un éclat bien particulier, c’est lorsque j’ai vu une publicité des action Photoshop de Greater Than Gatsby sur Facebook.

Je trouvais ses photos tellement magnifiques, presque mythiques. Et j’étais d’autant plus fascinée de voir ses photo avant et après traitement!

Je me suis donc lancée dans une quête sans relâche pour découvrir ses secrets. À force de persévérance et de discussions avec d’autres photographes, pour savoir comment sublimer mes images, j’ai fini par trouver la réponse à mes questions dans l’univers du cinéma!

La technique du color grading est utilisée par les professionnels du cinéma pour ajouter un certain look and feel (pardonnez les anglicismes) aux séquences des films pour accompagner la trame de l’histoire.

Figurez-vous que le terme color grading compte pas moins de 18 000 recherches mensuelles sur Google.

Par contre, à mon grand désespoir, il me semble qu’aucun équivalent en français n’existe pour ce terme. Pas étonnant qu’on ne trouve rien sur le sujet en français!

Mais, soyez assurés qu’après cet article, vous allez tout savoir pour améliorer les couleurs dans vos images! En passant, je vous conseille fortement d'aller voir ma vidéo Youtube. C'est un véritable cours 101 sur les couleurs : vous ne voulez pas rater ça! 

Améliorer les couleurs dans vos images grâce à la théorie des couleurs

Avant de commencer à vous expliquer comment améliorer les couleurs de vos photos, il faudrait savoir à quelles couleurs on a affaire, et quelles couleurs utiliser.

Nous allons donc faire un voyage dans le temps pour retourner à la maternelle!
Comme tous les enfants, vous avez certainement appris quelles étaient les couleurs primaires et secondaires quand vous étiez petit. On vous a certainement présenté la fameuse roue chromatique en même temps, question de vous aider à organiser votre boîte de crayons de couleur.

Petit rappel : le rouge, le jaune et le bleu sont considérés comme des couleurs primaires. Le orange, le violet et le vert sont les couleurs secondaires. Toutes les couleurs se trouvant entre les primaires et secondaires sont appelées couleurs tertiaires.

Mais, ce n’est qu’un plus plus tard qu’on vous a parlé des couleurs complémentaires, analogues et triadiques…ou pas!

Pour faire une histoire courte, les couleurs complémentaires sont celles qui sont opposées sur la roue chromatique. Les couleurs triadiques sont les couleurs qui sont situés à égale distances les unes des autres. Finalement, les couleurs analogues sont celles qui sont côte à côte sur la roue chromatique.

Pour en savoir plus sur le sujet, je vous invite à aller consulter cet article sur la théorie des couleurs.

Sachez que ces notions sont profondément ancrées en nous et nous influencent constamment. Les professionnels de l’image et du marketing le savent, et ils utilisent couramment ces notions pour nous influencer! Ils se basent sur les couleurs complémentaires, analogues et triadiques pour construire des palettes de couleur plaisantes pour les yeux qui capteront votre attention.

Et maintenant, c’est à votre tour de les utiliser pour capturer l’attention de vos spectateurs!

Comment appliquer la théorie des couleurs pour améliorer la couleur dans vos images?

C’est bien beau toute cette théorie des couleurs, mais à quoi ça rime pour VOS photos?

Lorsque vous faites des photos de portraits, vous aurez toujours une couleur chaude, à cause de la couleur de la peau. Ensuite, pour les autres couleurs dans votre photo, vous devrez penser à la palette de couleur que vous allez utiliser.

Allez-vous utiliser des couleurs complémentaires, en photographiant votre modèle devant un mur plutôt bleuté, ou des conifères par exemple? Ou allez vous plutôt utiliser des couleurs analogues en photographiant votre modèle dans un décor de couleurs plus chaudes?

Pour mieux comprendre, nous allons regarder deux exemples de photos de portrait.

Pour cette photo, nous avons un bel exemple de couleurs complémentaires. La lumière de fin de journée, plutôt orangée, a affecté la couleur du métal du wagon de train. Cela fait contraste au graffiti bleu-vert. Donc, c’est déjà une très bonne base que nous allons utiliser pour régler les couleurs.

Pour la deuxième image, tout a été prévu pour que les couleurs soient très proches les unes de autres. On appelle cette approche le ton sur ton. Donc, la palette de couleur est basée sur des couleurs analogues, comme le rose, le brun et le crème.

L’idée, lorsqu’on choisi les couleurs à accentuer ou à ajouter dans l’image, c’est d’y aller en subtilité pour que le tout demeure naturel.

Donc, vous n’avez pas besoin d’utiliser les couleurs à leur saturation maximale pour réussir votre effet. Toutes les variantes d’une couleur, de foncé à pale et de saturé à moins saturé, peut être utilisé.

Améliorer les couleurs d'une photo avec le color grading, comment ça marche?

Pour améliorer les couleurs dans vos images, il y a deux étapes : la correction des couleurs, et le color grading.

La correction des couleurs, c’est l’étape à laquelle on réglera la balance des blancs et qu’on supprimera les dominantes de couleurs. Le color grading, c’est l’étape où les images prennent vie!

Le color grading, c’est l’art d’ajouter de la couleur de façon bien précise dans les hautes lumières, les tons moyens et les ombres de votre image. En gros, on ajoute une teinte subtile à des endroits stratégique dans l’image, en tenant compte d’une palette de couleur aussi harmonieuse que possible.

Il est possible d’améliorer les couleurs de votre image avec le Color Grading dans Lightroom ainsi que dans photoshop. Nous allons voir les deux méthodes.

 

Comment retoucher les couleurs d'une image avec le color grading?

Il existe deux outils pour vous aider à faire du color grading dans Lightroom. Il y a d'abord le virage partiel, et la courbe de tonalités. Ces deux outils affectent les couleurs de façon plus générale pour le virage partiel, et un peu plus précise pour la coubre

Accentuer les couleurs avec l'outil virage partiel dans Lightroom

Nous allons commencer par construire les fondations de notre retouche de couleurs avec le virage partiel. Le virage partiel est un outil qui va vous permettre d'ajouter une teinte particulière au hautes lumières et aux ombres.

Pour y arriver,  il suffit de cliquer sur la couleur dans le rectangle à droite au dessus des curseurs, puis d'aller chercher la couleur qui nous intéresse avec la pipette.

Pour mettre en valeur la lumière dorée de cette photos, nous allons ajouter une teinte orangée dans les hautes lumières.

Vous pouvez facilement ajuster l'intensité de votre effet avec le curseur de saturation. Quand vous voyez la petite main apparaître, vous pouvez simplement faire glisser la souris pour réduire votre effet.

Pour la teinte à appliquer dans les ombres, il suffit de procéder de la même façon. Cette fois-ci, nous utiliserons un bleu foncé.

Souvent, je préfère y aller de façon très subtile avec le virage partiel, puisque c'est avec la courbe que nous allons appliquer la majorité des réglages de couleurs. Par contre, le virage partiel permet d'appliquer un effet très intense, si on le souhaite, comme dans cet exemple : 

Comment retoucher les couleurs avec la courbe de tonalité

Vous allez voir qu'il y a plusieurs façons de travailler avec la courbe.

D'abord, vous avez la couche RVB, qui va agir sur toutes les couleurs en même temps et donc, l'effet va agir plutôt au niveau de la luminosité et des contrastes. Ensuite, vous avez l'option de travailler sur chaque couche de couleur indépendamment, qui est très utile lorsque vient le temps de retoucher les couleurs.

Ajouter du contraste avec la courbe de tonalité

Avec l'outil courbe, vous pouvez facilement ajouter du contraste à votre image.

Pour ce faire, il suffit de changer l'emplacement du point le plus pâle et du point le plus foncé de la courbe. Évidemment, l'idée c'est de rester dans le bon goût et la modération. Il est toujours préférable de garder un minimum de détail dans les extrêmes, même lorsqu'on cherche à augmenter le contraste.

Voilà ce qui arrive lorsqu'on va un peu trop loin avec la courbe. N'essayez pas cela à la maison! 😉 

Appliquer un color grading avec les couches de rouge, vert et bleu de la courbe de tonalité

La courbe de chacune des couleurs fonctionne exactement de la même façon que la courbe RVB.

Les points aux extrémités vont être au point le plus foncé et au point le plus pâle. Lorsque vous changez l'empalement d'un de ces points, vous allez chercher la couleur de la courbe ou sa couleur opposée.

Disons que vous travaillez avec la courbe qui affecte le rouge. Si vous tirez la courbe vers le haut, vous augmenterez la quantité de rouge dans votre image. À l'opposé, si vous amenez la courbe vers le bas, vous enlèverez du rouge. À ce moment là, c'est le cyan, opposé du rouge, qui dominera.

Dans les ombres, on va ajouter un petit peu de cyan et dans les hautes lumières, on va ajouter un peu de rouge. Pour faire cela, on va descendre un petit peu le rouge dans les ombres, mais on va l'augmenter dans les hautes lumières.

Maintenant, on va faire le même exercice pour toutes les autres courbes de couleurs. Pour le vert, nous allons l'augmenter dans les ombres, sans toucher aux hautes lumières. Pour le bleu, nous allons l'augmenter dans les ombres, mais le diminuer dans les hautes lumières.

À ce point-ci, on a fait un énorme bout de chemin. Si on compare les images avant et après, le résultat est vraiment très intéressant. Le contraste ajouté avec la courbe RVB est vraiment accentué par les couleurs complémentaires qui viennent de s'ajouter.

Améliorer les couleurs d'une image avec Photoshop

Photoshop nous donne vraiment une panoplie de possibilités pour faire toute sortes de retouches. La retouche des couleurs ne fait pas exception! Donc,  je vais vous montrer plusieurs outils pour faire vos réglages de couleurs.

Vous pouvez utiliser tous les outils que je m'apprête à décrire ici, ou les utiliser séparément. À vrai dire, ils sont, à mon avis, tous assez puissants pour vous donner un bon résultats lorsque vous les utilisez seuls.

Modifier les couleurs d'une image avec la courbe de transfert de dégradé

Pour commencer la retouche de cette image, j'aimerais avoir un effet un peu plus mat au niveau des noirs.

Pour arriver à cet effet, je vais utiliser le réglage courbe de transfert de dégradé. Pour trouver ce réglage, il suffit de cliquer au bas du panneau de réglage, puis de prendre courbe de transfert de dégradé dans le menu qui apparaît.

Le fonctionnement de cet outil est relativement simple. À l'extrémité gauche du dégradé se trouvent les ombres, tandis que l'extrémité droite représente les hautes lumières.

Pour obtenir notre effet de noir mat, il suffit de choisir une dégradé de noir vers le blanc, puis de remplacer le noir par un gris foncé.

Vous verrez que l'image est maintenant en noir et blanc. Pour retrouver la version couleur, il suffit de réduire l'opacité de notre calque noir et blanc.

Si vous souhaitez utiliser la courbe de transfert de dégradé pour appliquer un color grading, c'est très simple. Il suffit d'appliquer la même logique qu'avec notre effet de noir mat, et le tour est joué!

Ajuster les couleurs avec l'outil balance de couleurs

L'outil balance de couleur, que vous pouvez trouver dans le panneau des réglages ou dans le menu des réglages, fonctionne un peu comme la courbe de tonalité. Toutefois, il est, à mon avis, plus facile à comprendre pour les débutants, car il est très visuel.

Avec cet outil, vous avez l'option de travailler les tons foncés, les tons moyens et les tons clairs.

Dans l'image actuelle, nous allons rendre les ombre plus violacées, les tons moyens plutôt rose orangé, et les hautes lumières plus jaunes.

Pour ce faire, il suffit de travailler les tons séparément, en faisant glisser les curseurs vers les couleurs désirées.


Ajouter la couleur de façon précise avec le calque de couleur unie

Maintenant, on va commencer à ajouter des couleurs à des endroits très précis dans l'image avec le calque de réglage couleur unie. Le but de ce calque c'est très simple, c'est qu'on remplit simplement un calque avec avec une couleur unie, puis on va pouvoir l'appliquer à des endroits très précis dans notre photo, à faible opacité.

Pour accéder au réglage de couleur unie, il suffit d'aller trouver l'icône de réglage dans le bas du panneau des claques, puis de sélectionner couleur unie.

Vous n'avez qu'à sélectionner la couleur qui vous intéresse avec la pipette. Vous verrez que la couleur a rempli l'image en entier. Alors, vous devrez baisser l'opacité du calque.

Mais, vous remarquerez que le calque s'est appliqué partout et pas seulement des zones qui vous intéressent. Alors, il va falloir dire à Photoshop de ne l'appliquer qu'à l'endroit qu'on veut.

Sélectionner les zones affectées par le calque de couleur unie avec les options de fusion

Pour choisir précisément où on veut appliquer l'effet de la couleur unie, il suffit de faire un clique droit sur le calque, et de sélectionner options de fusion.

Option de fusion vous donne la possibilité de dire à Photoshop comment vous souhaitez faire interagir votre calque de couleur avec le calque du dessous, grâce à deux curseurs. Celui du dessus représente le calque de couleur tandis que celui du bas représente le calque d'en dessous.

Si vous glissez le curseur de droite vers le centre sur la barre du dessous, vous verrez que les hautes lumières commencent à ne plus être affectées. Cependant, il y a une démarcation entre les ombres et le reste de l'image. Pour éviter cela, il suffit de séparer le curseur en deux. Ceci va indiquer à Photoshop de créer une transition entre les deux parties du curseurs.

Pour y arriver,il faut appuyer sur la touche option ou alt puis le faire glisser jusqu'à ce que le résultat soir intéressant.

Puis, il suffit de répéter ces étapes pour toute autre couleur que vous aimeriez ajouter.Vous pouvez aussi, à tout moment, ajouter un masque de fusion à votre calque pour retoucher l'endroit où vous voulez que les couleurs s'appliquent.

Voici l'image finale : 

Conclusion

En conclusion, le Color Grading est définitivement l’une des meilleures façon d’améliorer la couleur dans vos photos.

D’abord, nous avons parlé les bases de la couleur, et comment les couleurs interagissent entre elles. Pour résumer, une palette de couleurs harmonieuse sera composée de couleurs complémentaires, triadiques ou analogues.

Les couleurs complémentaires se situent à l’opposée l’une de l’autre sur la roue chromatique. Les couleurs triadiques se trouvent à distance égales l’une de l’autre sur la roue chromatique. Enfin, les couleurs analogues sont celles qui sont côté à côte sa roue des couleurs.

Lorsque vous souhaitez améliorer les couleurs dans vos photos, il faut d’abord y réfléchir à la prise de vue. Ensuite, vous pourrez accentuer l’effet dans un logiciel de traitement grâce à la technique du Color Grading.

Le color grading est une technique qui vous permet d’ajouter différentes teintes à des endroits stratégiques de votre image pour accentuer une palette de couleur harmonieuse.

Lightroom vous permet de le faire grâce au panneau virage partiel et la courbe de tonalité.

Dans photoshop, les possibilités sont infinies. On peut procéder par un calque de courbe de transfert de dégradé, un calque de réglage de balance des couleurs, ou des calques de couleur unie.

J’espère que cet article va vous avoir aidé à comprendre l’impact de la couleur dans vos images, tout en vous donnant une tonne d’inspiration.
Pour plus de tutoriels qui vont vous aider à faire de meilleures photos, visitez ma chaîne Youtube, et n’oubliez pas de vous abonner!
 
Sur ce, je vous dis à la prochaine, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

La seule technique de retouche de peau que vous devez apprendre: la séparation de fréquences!

Salut tout le monde! Aujourd’hui, je vais vous enseigner LA SEULE technique de retouche de peau que vous allez avoir  besoin d’apprendre de toute votre vie : la séparation de fréquences!

Vous avez certainement déjà regardé les magazines, en vous disant "mais comment est-ce possible?"

La peau parfaite, mais pourtant d'allure naturelle, sans cicatrices ni boutons, à la couleur parfaitement uniforme, vous intrigue et vous frustre en même temps. Après tout, vous avez essayé de reproduire cet effet, mais malgré tout vos efforts, les outils de correction trahissent votre passage.

Et si je vous disais qu'il y avait une façon d'y arriver? Un manière de faire une retouche de peau d'une grande qualité, sans laisser de traces?

Pour tout savoir sur cette technique miraculeuse, lisez la suite! Je vous garanti qu'après avoir appris la séparation de fréquence, vous ne retoucherez jamais la peau de vos modèles de la même façon!

OH! En passant, j'ai fait un tutoriel vidéo en détail pour vous permettre de voir la séparation de fréquences en action. Le voici!

Qu'est-ce que la séparation de fréquences?

Essentiellement, le but de la séparation de fréquences est de séparer les couleurs et la texture d’une image sur deux calques différents.

En photographie de portrait ou de mode, c’est une technique très utile pour retoucher la peau.

En effet, elle nous permet de traiter les problèmes de couleurs et d'ombres et lumières sur un calque, et de traiter les problèmes de texture comme les cicatrices, boutons, etc., sur un autre calque.

De cette façon, on conserve tous les détails de la peau, et la retouche est non destructive, c'est-à-dire qu'on peut à tout moment revenir en arrière sans ruiner nos efforts.

Comment séparer les "fréquences" dans photoshop : la première étape de votre retouche de peau

Pour voir comment la séparation de fréquences fonctionne, je vous ai préparé plusieurs captures d'écran. Cette technique peut sembler complexe au début, mais elle deviendra vite votre méthode préférée!

Le but de cette technique de retouche de peau, comme je vous l’ai expliqué plus tôt,  est  de séparer la couleur sur un calque et la texture sur un autre calque, pour être en mesure de faire une retouche de peau qui est non destructive et qui conserve tous les détails de la peau.

La première chose à faire pour réussir à accomplir tout cela, c’est de copier deux fois notre image de fond. La meilleur façon d'y arriver est de simplement dupliquer notre image de fond  deux fois, en utilisant la touche cmd ou ctrl J.

Maintenant, nous devons transformer le calque 1 en calque de couleur et le calque 1 copie en calque de texture. À titre de référence, renommez ces deux calques pour que ce soit plus facile de savoir lequel va servir à quoi.

Le premier va s’appeler couleur, et le deuxième, texture.

Comment créer la première "fréquence" : la couleur

Si on désactive le calque de texture pour le moment, on va s’intéresser seulement au calque de couleur.

La façon d’obtenir seulement la couleur, c’est avec la commande de flou gaussien.

Pour ce faire, allez dans le menu filtre, flou, flou gaussien.

Maintenant, notre objectif est de conserver uniquement la couleur de la peau sur notre photo. Si on enlève complètement l’effet de flou gaussien, on voit toutes les pores de peau, ainsi que les éventuels défauts.

Notre but ici est d’utiliser le flou pour camoufler tout ces petits détails-là, mais en gardant un minimum de détail dans les couleurs.

Par exemple, si on va autour de 4, on perçoit encore les petites lignes et la texture des pores, donc il faut en ajouter un peu plus. Alors, augmentez le rayon autour de 7, ou du moins, jusqu'à ce que la texture soit complètement disparue.

Par contre, on ne veut pas aller trop loin, parce qu’on veut encore avoir le contour des yeux et du visage bien distincts.

Vous allez remarquer qu'à ce stade-ci, votre photo est tout simplement floue. Il faut donc ramener la texture dans l'image...

Comment créer la deuxième "fréquence" : la texture de la peau

Pour ramener la texture, on va commencer par activer le calque que nous avons nommé "texture".

Puis, nous allons utiliser la commande appliquer une image pour conserver uniquement la texture sur ce calque. 

Pour y arriver, il faut aller dans le menu image, puis, appliquer une image.

Souvent, lorsque vous arrivez dans cette fenêtre, vous allez avoir quelque chose comme ceci:

Pour arriver au résultat recherché, il faudra changer les paramètre. Comme nous voulons baser l'opération sur le calque de couleur, il faudra le sélectionner dans le menu déroulant nommé calque.

Ensuite, conservez l'option RVB pour la couche, et choisissez l'opération soustraction.

L’idée derrière cette opération est d'utiliser le calque de couleur comme référence, pour dire à Photoshop que sur le calque de texture, nous voulons qu'il enlève tout ce qui se trouve sur le calque de couleur. Il ne nous restera que la différence entre les deux. C'est pour cette raison qu'on utilise la soustraction: on soustrait ce qu’il y a sur le calque de couleur pour avoir un résultat qui ne conserve que la texture sur le calque choisi.

Maintenant, l’opacité va rester à 100%, l’échelle est à 2 et le décalage est à 128. Ce sont toujours les mêmes données, peu importe la photo que vous retouchez.Une fois qu’on a sélectionné toutes ces données là, on va être prêts à appuyer sur OK.

Une fois la soustraction effectuée, nous avons une image complètement grise. Il faut donc retrouver notre image de base.

Pour ce faire, nous allons sélectionner notre calque de texture puis changer le mode de fusion pour aller sélectionner le mode de fusion lumière linéaire.

Si vous groupez le calque de couleur et le calque de texture et que vous appuyez sur l'oeil pour voir un avant-après, vous verrez que l'image créée en séparation de fréquence est identique à l'image de départ!

Comment retoucher la peau sur deux calques différents : la magie de la séparation de fréquences

La première étape d'une retouche avec la séparation de fréquences, c'est de traiter les problèmes de couleurs ou de transitions entre les ombres et lumières.

Pour ce faire, il faut d'abord sélectionner la zone à retoucher avec l'outil lasso. Je vous conseille d'adoucir le contour de votre sélection d'environ 20 pixels si votre zone est petite, et environ 50 pixels si elle est grande. C’est ce qui va faire que notre sélection ne sera pas trop coupée au couteau. Si vous voulez voir un aperçu de votre sélection, vous pouvez appuyer sur Q. 

Maintenant, pour s'assurer de faire une retouche non destructive,  nous allons transférer notre sélection sur un nouveau calque. C’est très simple. Quand vous avez votre endroit de sélectionné, appuyez sur la touche ctrl ou cmd J. On se retrouve donc avec uniquement notre sélection sur le nouveau calque.

Pour adoucir les transitions entre les couleurs, il faut appliquer le flou gaussien à nouveau. Allez à filtre, flou, flou gaussien.

Pour ajuster l'effet, vous n'avez qu'à faire des essais avec le curseur du rayon, jusqu'à l'obtention d'un résultat qui vous plaît.

Ensuite, vous n'avez qu'à répéter la même procédure pour toutes les zones où vous souhaitez obtenir plus d'uniformité dans les couleurs. La raison pour laquelle il est préférable de le faire pour chaque zone est que l'intensité du flou ne sera pas forcément la même selon le type de corrections que je souhaitez obtenir.

En quoi la séparation de fréquences est-elle non destructive pour la retouche de peau?

Maintenant que vous avez retouché la couleur partout où vous jugiez que c'était nécessaire, vous avez toutes les sections du visage sur plusieurs calques différents, avec des retouches de différences intensités.

Pour vous y retrouver un peu, il faut grouper tous ces calques dans un dossier. Pour ce faire, sélectionnez tous les calques et cliquez sur l'icône de dossier en bas du panneau des calques.

Le fait de grouper les calques ne sert pas qu'à faire de l'ordre dans vos calques. C'est aussi une façon formidable de modifier à l'infini la retouche effectuée. En effet, lorsque les calques sont tous dans un même groupe, vous pouvez appliquer des réglages sur l'ensemble des calques qui en font partie! 

Si, par exemple, pour une raison quelconque, en regardant votre travail, vous trouvez que vous êtes allé un peu trop loin, vous pouvez désactiver toute votre retouche pour voir un avant-après, ou tout simplement en réduire l’opacité. 

Puis, si jamais il y a des endroits qui vous font dire que, finalement, la retouche n'était pas nécessaire, vous pouvez aussi ajouter un masque à ce groupe. Quand on utilise le pinceau pour peindre du noir sur le masque, l'effet disparaît. Si on repeint en blanc, l'effet réapparaît.

Comment retoucher la texture de la peau avec la séparation de fréquences

Maintenant que la couleur de la peau est uniforme, il y a peut-être certaines imperfections à corriger au niveau de la texture : rides, boutons, etc. Pour effectuer ces retouches, il faudra s'intéresser au calque de texture.

Pour corriger la texture, utilisez l'outil correcteur. Ce qui est bien avec l’outil correcteur, c’est qu’il va prendre en compte le contenu autour de l’outil, tout en vous laissant choisir l’endroit que vous voulez utiliser comme source pour faire votre modification.

Pour réussir votre retouche, vous allez devoir vous assurer que votre outil correcteur n'affecte que le calque de texture. Sinon, vous verrez apparaître des couleurs très étranges sur votre photo, comme ceci:

Pour affecter uniquement le calque actif, vous devez sélectionner l'option calque actif dans le menu déroulant en haut de la fenêtre.

Maintenant, il ne vous reste qu'à corriger les zones problématique. Pour sélectionner la source de votre correcteur, appuyez sur alt ou opt en cliquant sur la source. Puis, cliquez sur la zone à corriger. Répétez ces étapes jusqu'à ce que vous ayez fini... et voilà!

À ce point ci, le résultat sur votre photo sera très satisfaisant. Pour voir un avant-après, vous pouvez cliquer sur l'oeil à côté du dossier contenant vos calques.

Conclusion

Vous avez vu que ce n’est pas tellement compliqué, avec la séparation de fréquence, d’arriver à un très beau résultat qui a l’air 100% naturel, qui garde tous les détails de la peau et qui nous permet de faire une retouche efficace, sans donner un effet plastique à la peau de vos modèles.

C’est pour cette raison que la séparation de fréquence est, à mon sens, la meilleure façon de retoucher la peau de vos modèles pour avoir le meilleur résultat possible.

Après avoir appris comment utiliser toute la puissance de la séparation de fréquence, je suis prête à parier que vous ne retoucherez plus jamais la peau de vos modèle de la même façon!

En résumé, nous avons vu comment dupliquer l’image sur deux calques différents.

Ensuite, en utilisant la commande de flou gaussien, vous avons créé un calque seulement avec la couleur.

Puis, avec l’outil appliquer un image, nous avons soustrait l’information du premier calque pour ne conserver que la texture.

Nous avons utilisé le mode de fusion lumière linéaire sur le calque de la texture pour retrouver notre photo originale.

Enfin, je vous ai enseigné comment travailler sur les deux calques avec l’outil correcteur et le lasso, de façon non destructive.

Naturellement, il est possible que cette technique ne soit pas toute simple pour vous dès le début. Je vous conseille de vous exercer avec plusieurs portraits. Éventuellement, la séparation de fréquence deviendra pratiquement un réflex pour vous!

D'ici là, n'hésitez pas à m'écrire dans les commentaires de cet article, par courriel ou via ma page facebook si vous avez besoin d'un coup de main! Il me fera plaisir de vous aider!

Sur ce, je vous souhaite de bonnes retouches! À bientôt! 


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Les raccourcis clavier qui transformeront votre workflow dans Lightroom!

Si vous utilisez Lightroom depuis un certain temps, vous avez probablement remarqué certaines choses. D’abord, que c’est un outil incroyablement puissant, polyvalent et tout simplement génial : une vraie machine de guerre pour le workflow!

Cependant, vous avez probablement remarqué autre chose  d’un peu moins génial… Vous cliquez. Beaucoup. Tout le temps.

Si, après le tri et le traitement de vos photos, vous avez l’impression d’être au bord de la tendinite, ne vous inquiétez pas!

Aujourd’hui, je vous parle des raccourcis clavier qui vont littéralement transformer votre workflow dans lightroom. Après la lecture de cet article, je vous garantis que vous allez accomplir plus en moins de temps…et que vous allez être vraiment content!

PSSSSSST! J'ai aussi enregistré une vidéo pour les plus visuels parmi vous! La voici! (pour la transcription, continuez à lire).

Qu’est-ce que le workflow dans Lightroom?

Avant de commencer à discuter des raccourcis clavier, il serait bon de parler d’abord d’une notion fondamentale: c’est quoi, un workflow?

Le worklow, c’est un terme anglais qui décrit une méthode de travail qu’on utilise à chaque prise de vue. Cette méthode de travail dépend de chaque photographe, selon ses préférences personnelles et de son intention par rapport à ses photos.

Le workflow d’un photographe commence par l’importation des photos sur un ordinateur. Normalement, on devrait également, à cette étape, enregistrer une copie de sauvegarde des photos en cas de problèmes. Personnellement, j’importe les photos sur mon ordinateur, et Time Machine (logiciel de sauvegarde automatique d’Apple) fait une copie de sauvegarde de mon disque dur une dizaine de fois par jour.

Ensuite, les photos seront triées : certaines seront rejetées catégoriquement, certaines nous laisseront indifférents, et d’autres seront à conserver. Dans mon cas, j’utilise les marqueurs (drapeaux) pour faire mes choix.

Puis, on choisi les photos qu’on souhaite retoucher et si un traitement plus avancé est nécessaire. Souvent, j’utilise un système d’étoiles pour choisir mes photos préférées. Une fois mon choix fait, je vais généralement régler la correction de l’objectif, le détail, la balance des blancs, le contraste et l’exposition (s’il y a lieu).

Après le traitement, on choisira d’exporter les images dans le format de notre choix, ou de les imprimer.

En quoi les raccourcis clavier peuvent changer votre vie

Apprendre les raccourcis clavier peut être chiant, je vous l’accorde. Il faut les apprendre par coeur, et chaque logiciel a ses propres raccourcis, ce qui peut vous donner un sérieux mal de tête si vous en apprenez plusieurs à la fois.

Par contre, les connaître vous fera économiser de précieuses secondes lors des étapes de votre workflow dans lightroom. Ces secondes se transformeront en minutes, et vous verrez une différence colossale sur vos délais de production!

Le changement peut sembler minime lorsque vous faites un petit shooting de portrait de temps à autre. Par contre, si vous devez trier des centaines, voir milliers de photos à la fin de votre journée de façon régulière, vous aurez besoin d’une méthode rapide et simple, pour éviter les nuits blanches! Par exemple, la photo scolaire est un créneau où avoir un workflow optimisé est absolument primordial!

Lorsque j’ai commencé dans ce métier, il me fallait parfois plus de DEUX HEURES pour trier les photos prises dans la journée. Maintenant, je m’en sors souvent en seulement 45 minutes. Bref, grâce aux raccourcis clavier, j’ai carrément DOUBLÉ l’efficacité de mon workflow dans lightroom!

Comment trier vos photos plus rapidement grâce aux raccourcis clavier

Lorsque vous triez vos photos dans Lightroom, certains raccourcis vous seront extrêmement utiles. Voici ceux que j’utilise le plus souvent, avec, entre parenthèses, mes petits trucs pour ne pas oublier le raccourci.

D’abord, la barre espace est très pratique pour regarder une photo en plus gros à partir du mode grille. En tapant encore sur la barre espace, vous pourrez zoomer dans la photo. Pour retourner au mode grille, appuyez sur la touche G (comme grille).

Pour naviguer dans la grille et regarder vos photos une à une, utilisez les flèches de votre clavier.

Pour utiliser les marqueurs (drapeau blanc, drapeau noir et sans drapeau), vous utiliserez respectivement la touche P (pour pick, qui signifie choisir), X (pour faire une croix dessus) et U (pour dire à Lightroom Ublie ça, je ne voulais pas mettre de drapeau, finalement). Pour supprimer toutes les photos marquées comme rejetées de votre ordinateur, il suffit d’appuyer sur ctrl ou cmd et delete.

Ensuite, vous pouvez ajouter des étoiles sur vos photos pour définir votre ordre de préférence. Personnellement, j’aime bien commencer avec 1 étoile, et repasser sur ma sélection en augmentant la note à chaque fois. Ainsi, je fini ma sélection avec mes ultimes favorites qui iront dans mon portfolio ou qui seront publiées. Comment ajouter des étoiles? Utilisez la touche correspondante au nombre d’étoiles que vous voulez ajouter. Par exemple, tapez sur 1 si vous voulez noter la photo avec 1 étoile, 2 pour la noter 2 étoiles et ainsi de suite.

Certaines prises de vue impliquent aussi de classer vos photos par catégories. Par exemple, en photo de graduation, j’ai souvent à classer dans des sous-dossiers les photos des enseignants, des élèves habillés avec la toge et des élèves en civil. Pour ce classement, j’utilise les libellés de couleur. Pour ajouter un libellé de couleur, utilisez les touches 6 à 9. Le 6 correspond au rouge, le 7 au jaune, le  8 au vert, le 9 au bleu.

Finalement, si vous devez appliquer un de ces critères à plusieurs photos consécutives, appuyez sur la touche shift en même temps. Cela vous permettra de passer à la photo suivante sans utiliser la souris ni les flèches!

En passant, si vous ne voulez rien oublier des raccourcis clavier du mode grille, vous pouvez aller dans le menu aide de Lightroom et cliquer sur raccourcis du module bibliothèque!

Comment accélérer le développement de vos photos dans Lightroom avec les raccourcis clavier

Pour améliorer votre workflow lors du traitement photo dans Lightroom, il existe plein de raccourcis qui vont carrément vous sauver la vie! Les voici!

D’abord, lorsque vous avez une photo de sélectionnée dans le mode grille, la façon la plus rapide d’accéder au module de développement est de simplement taper sur D (pour développer).

Ensuite, pour régler la balance des blancs sans avoir à aller chercher la pipette avec la souris, tapez simplement sur la touche W (pour White balance).

Pour recadrer facilement, appuyez sur R (pour Recadrer). J’ai longtemps cherché pour trouver la façon de changer l’orientation de la photo rapidement en recardant, alors voici mon truc : il suffit d’appuyer sur X pendant que vous êtes en mode recadrage, et le tour est joué!

Puis, si vous avez besoin de retoucher des poussières dans votre photo, ou des petits boutons, utilisez l’outil de suppression des défauts avec le raccourci Q. Je n’ai pas vraiment de truc mnémotechnique pour celui-là, je vous laisse chercher et me proposer vos idées en commentaires!

Pour voir une version avant-après de votre photo, appuyez sur la touche Y.

Enfin, comme dans le mode grille, Lightroom offre, dans le menu aide, la fenêtre des raccourcis clavier pour le module de développement!

Autres astuces géniales qui accéléreront votre workflow dans Lightroom…

Naturellement, il y a un peu moins de raccourcis clavier pour le module de développement, puisque le module est plutôt basé sur le principe des curseurs. Voici tout de même quelques conseils pour accélérer votre développement de photo dans Lightroom!

Premièrement, lorsque vous réglez les noirs, ombres, hautes lumières et blancs, utilisez l’histogramme au lieu des curseurs! Vous n’aurez pas besoin de cliquer à un endroit précis, donc vous irez beaucoup plus vite!

Ensuite, si vous voulez réinitialiser un réglage, double cliquez sur le nom du curseur. Il reviendra à zéro! Avant, je double cliquais sur le curseur comme tel, ce qui fonctionnait relativement bien, sauf sur un petit écran, où mon curseur pouvait bouger de quelques points. Plutôt frustrant.

Enfin, dans les sections courbe et TSL, il y a un outil fantastique qui se cache dans le coin gauche de la fenêtre: le réglage par glissement! Il est illustré par une cible. Cet outil vous permettra de cliquer dans votre photo pour ajuster cette partie précise. Par exemple, si vous souhaitez ajuster les rouge dans votre photo, utilisez le réglage par glissement en cliquant sur le rouge dans votre photo. Vous sauterez l’étape du curseur!

En bref

En conclusion, nous avons vu que le fait de connaître les raccourcis clavier dans Lightroom peut vous sauver énormément de temps. En effet, si vous apprenez les raccourcis clavier, vous allez pouvoir, comme moi, doubler l’efficacité de votre workflow dans lightroom.

À l’étape du tri, vous allez carrément pouvoir abandonner la souris pour rejeter les photos dont vous n’avez pas besoin, noter vos images et leur ajouter des libellés de couleur, ce qui va vous sauver un temps fou!

Puis, lors du développement, vous aurez beaucoup plus de possibilités d’éviter de vous promener entre le panneau de réglages et votre photo en utilisant les raccourcis pour accéder aux outils recadrage, balance des blancs, correcteur, etc plus encore!

Finalement, je vous ai aussi donné quelques astuces  pour vous faciliter la vie lors du traitement de vos photos. D’abord, d’utiliser l’histogramme pour régler les tons de votre image plutôt que les curseurs. Ensuite, je vous ai conseillé de cliquer sur le nom du réglage plutôt que sur le petit curseur pour le réinitialiser: cela évite les clics mal placés. Enfin, je vous ai parlé du réglage par glissement, un outil fantastique souvent oublié pour faire des réglages locaux au niveau des tons et des couleurs!

Suite à la lecture de cet article, n’hésitez pas à pratiquer ces nouvelles techniques pour accélérer votre workflow dans Lightroom!

Si vous avez des questions ou encore d’autre trucs que vous aimeriez partager, faites-moi savoir via les commentaires! Vous avez aimé cet article? Partagez-le avec vos amis!

Sur ce, je vous dis à la prochaine, et bonne photos! 


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi!