Uncategorized Archives - Joannie Therrien

Archives de catégorie pour \ " Uncategorized "

Les 5 plus gros mythes sur Photoshop qui t’empêchent d’atteindre ton plein potentiel

Depuis que j’enseigne la photographie, j’ai entendu énormément de commentaires de gens qui ne veulent toucher à Photoshop sous aucun prétexte. Je comprends ça.

Le web est rempli de commentaires de gens qui ont essayé d’utiliser Photoshop et qui ont eu de mauvais résultats. Ensuite, ils disent à qui veut l’entendre à quel point Photoshop est horrible! Ça, c’est décourageant et ça ne donne pas envie de s’y mettre. 

Par contre, il y a un gros problème avec ça. Sans Photoshop, on ne peut simplement pas atteindre le plein potentiel de nos photos ou rendre notre workflow optimal. Point. 

Alors, aujourd’hui, j’avais envie d’écrire sur les plus gros mythes sur Photoshop, afin de t’aider à apprivoiser la bête une fois pour toutes et abandonner les croyances qui t’en empêchent. C’est parti!  

Mythe numéro 1 : Photoshop, c'est vraiment compliqué


Tu cliques sur un outil, 3 autres apparaissent. Tu cliques sur ta photo pour retoucher quelque chose, un message d’erreur apparaît. Tu recommences, encore pareil. Les outils que l’instructeur utilise dans sa vidéo YouTube ne sont nulle part sur ton écran. Etc. Etc. Etc.

Si ça t’arrive, tu n’es pas seul. Même qu’au moment même où tu lis ces lignes, je parie que c’est en train d’arriver à quelqu’un.

Mais ce n’est pas parce que Photoshop est si complexe que ça. En réalité, Photoshop peut être très simple. 

La vraie raison pourquoi photoshop semble compliqué...et comment le simplifier

Le problème, c’est que la plupart des gens ne l’abordent pas de la bonne manière. Ils pensent qu’il faut simplement cliquer sur quelque chose pour l’effacer, le déplacer, le transformer. Ils pensent qu’une retouche est censée se faire en une seule étape avec un outil magique caché quelque part. 

Mais inévitablement, quand on essaie de tout faire en une seule étape, ça ne marche jamais. 

Ensuite, ils pensent qu’on peut passer l’étape d’apprendre le fonctionnement de base du logiciel avant de sauter dans les retouches. Qu’ils peuvent juste aller voir un tutoriel sur YouTube pour retoucher un truc précis et suivre les étapes. Ça, c’est un désastre assuré!

Pourquoi? Parce que la plupart des instructeurs passent par des chemins vraiment complexes avec des outils compliqués que tu n'utiliseras probablement plus jamais, sans t’expliquer les bases les plus fondamentales. Donc tu n'arrives pas à maîtriser quoi que ce soit. 

Les 6 outils qui vont faire la plus grosse différence

Je te garantis une chose. Tu peux devenir un maître de la retouche de portrait dans Photoshop en connaissant juste SIX outils et fonctions. SIX. 

Les voici :

  1. L’outil Pinceau
  2. L’outil correcteur et correcteur localisé
  3. L’outil tampon
  4. Le fonctionnement des calques
  5. Le fonctionnement des calques de réglages
  6. Le fonctionnement des masques

Si tu comprends bien le fonctionnement de chacun de ces outils et fonctions, je te promets que tout va bien aller pour retoucher au moins 80 à 90% des choses qui t’énervent dans tes photos et avoir de magnifiques résultats.

Mythe numéro 2 : Photoshop, c'est vraiment cher 


Plusieurs me disent qu’ils n’ont pas envie de s’abonner au logiciel et payer un montant par mois. Après tout, quand on consulte le site web d’Adobe, Photoshop est affiché à 28$ canadiens par mois. Cela fait cher assez rapidement, et je comprends.

Toutefois, plusieurs ne le savent pas, mais il existe une formule spéciale exprès pour les photographes, à seulement 13$ canadiens par mois. La formule comprend toutes les mises à jour de Photoshop, Lightroom Classic, Lightroom mobile, Photoshop express pour mobile, en plus de plein de bonus intéressants.

Parmi mes bonus préférés, on retrouve Adobe Portfolio, qui permet de se créer un beau site web pour afficher son travail complètement gratuitement, ainsi que Creative Cloud express, qui ressemble énormément à Canva. 

Petite démonstration d'Adobe portfolio, qui est gratuit avec ton abonnement à Creative cloud!

Dans le passé, acheter la dernière version de Lightroom coûtait environ 100$ par an, et Photoshop environ 600$. 

Avec tous les ajouts du forfait Creative Cloud pour la photographe, de payer 156$ canadiens par an pour avoir toujours la dernière version des logiciels les plus utilisés par les pros de l’industrie, ça semble bien peu en comparaison…surtout qu’on peut annuler l’abonnement à tout moment si on n’en a plus besoin.

Alors, pourquoi se contenter d’autres logiciels moins performants pour éviter de s’abonner? 

Mythe numéro 3 : Je n’ai pas besoin de Photoshop pour faire de belles photos, je veux juste faire des corrections mineures


Lightroom Classic est maintenant très puissant. Pour quelqu’un qui n’a que des retouches globales à faire, ou seulement de toutes petites retouches très mineures, Lightroom peut tout à fait convenir.

Je le crois sincèrement. J’ai d’ailleurs créé une formation complète sur la retouche de portrait en utilisant seulement Lightroom, exprès pour les gens qui n’ont pas envie de s’aventurer dans Photoshop, que tu peux voir en cliquant ici.

Lightroom ne peut pas tout faire : ce que Photoshop fait mieux...


Qu’est-ce qui arrive si on doit retoucher une distraction plus importante? Que faire si on a une retouche un peu plus complexe? 

Lightroom ne peut tout simplement pas remplacer un visage dans une photo de groupe, enlever efficacement les mauvais plis dans les vêtements, changer entièrement un arrière-plan, enlever un reflet de lunette, etc.

Si on essaie de faire ce genre de retouche, on ne trouvera dans Lightroom que de la frustration, et beaucoup de ralentissement de l’ordinateur. 

Bref, tu auras compris que Lightroom, bien que très efficace pour la plupart des retouches qu’on doit faire tous les jours, il faut apprendre Photoshop pour sauver des photos qui seraient bonnes pour la poubelle autrement. 

En plus, comme mentionné au point précédent, que tu aies Lightroom seulement ou Lightroom ET Photoshop…c’est le même prix!

Mythe numéro 4 : Retoucher dans Photoshop, c’est beaucoup trop long


Je vais y aller avec une métaphore. Qu’est-ce qui va plus vite? Construire la charpente d’une maison avec un simple marteau et des clous ou apprendre comment manoeuvrer une cloueuse pneumatique? 

Oui, tu vas pouvoir construire la maison avec ton marteau et tes clous, mais ça va prendre une éternité. La cloueuse, elle, ira beaucoup plus vite, même si elle demande un temps d’adaptation et plus de prudence au début.

Avec Photoshop, c’est pareil. Tu as à ta disposition plein d’outils pour faire les retouches que tu veux. Il y a mille et une façons d’arriver à ton but. 

Par contre, pour 10 façons de faire, il y en a 7-8 qui ne sont pas terribles…et elles sont lentes et compliquées! 

Mon conseil : réfère-toi à des pros qui connaissent le logiciel par cœur pour connaître les façons les plus efficaces de faire les choses. Crois-moi, ça peut être très simple, surtout si tu connais bien les 6 outils et fonctions que j’ai nommés au point 1!

Mythe numéro 5 : Photoshop dénature les gens! Je n’ai pas envie que mes sujets aient l’air d’avoir la peau en plastique!

Comme dans toute chose, tout est une question de dosage. Il existe des méthodes de retouche de peau, par exemple, qui rendent la peau beaucoup trop lisse et floue. 

Un petit peu trop d’intensité sur l’effet, et WOUPS on l'échappe. 

Si tu as peur de faire des retouches qui donnent ce genre de résultat un peu trop artificiel, je te comprends! Par contre, on peut éviter cela en changeant nos méthodes de retouche!

Pour bien retoucher sans que ce soit trop, il faut utiliser les bonnes techniques!


Il existe des méthodes qui respectent beaucoup plus les détails de la photo pour accentuer et parfaire ce qui est déjà là… plutôt que de tout bousiller.

Par exemple, la séparation de fréquences est une technique de retouche de peau très populaire puisqu’elle donne généralement de bons résultats rapidement. Par contre, il est facile d’en faire trop en ajoutant trop de flou. 

Bien que c’était ma méthode préférée lorsque j’ai débuté ce blogue (tu peux d’ailleurs trouver mon tuto à ce sujet ici), je préconise plutôt la méthode de dodge and burn désormais pour égaliser le teint sans rendre la peau floue et sans détails. 

Cette méthode consiste à éclaircir les zones trop foncées et rendre plus sombres les zones trop claires. En minimisant les écarts entre les couleurs, on obtient un teint plus harmonieux…mais sans effacer la texture qui fait de nous des…HUMAINS.

TLDR : Alors, comment on fait pour apprivoiser Photoshop?

D’abord, il faut aborder Photoshop comme un outil puissant pour la retouche d’image, qui peut carrément faire de petits miracles… et non comme un gros monstre qui n’attend que le bon moment pour faire exploser nos ordinateurs. 

La formule d’Adobe Creative Cloud pour la photographie à 13$ par mois est très accessible et avantageuse pour tout ce qu’elle contient, donc on peut s'y mettre à peu de frais et cesser les paiements si on change d’avis.

Ensuite,  au lieu de chercher des tutoriels de qualité variable sur le web et de se lancer dans la gueule du loup les yeux fermés, il vaut mieux apprendre les outils et fonctions les plus essentiels et leur fonctionnement avec une bonne formation structurée donnée par de vrais experts.

En ayant des bases solides, on évite les erreurs irritantes qui nous ralentissent dans notre travail et on bâti notre confiance une étape à la fois, dans la bonne séquence. 

Pour cela, je recommande ma formation Les essentiels de Photoshop, une formation de 11h de vidéos pour maîtriser le logiciel le plus puissant du monde, afin que tu puisses retoucher avec confiance sans frustration!

En plus, si tu bloques, mon équipe et moi sommes là pour t’aider à continuer! 

Au plaisir de t’accompagner dans tes belles retouches! 

À bientôt, 

Ton inspiratrice


à propos de moi

Je m'appelle Joannie Therrien. Ma mission? Inspirer les photographes passionnés de portrait à créer des photos dont ils sont fiers, se sentir accomplis dans leur art et affirmer leur créativité.

Photographe professionnelle depuis 2015, mais passionnée de photo depuis bien plus longtemps, j'ai touché à environ tous les créneaux photo imaginables, avant de découvrir une passion encore plus grande : l'enseignement! Pour te donner une idée, chacun de mes contrats se transformait en une cours de photographie 101 pour mes clients...qui devaient me trouver un peu intense!  

C'est ainsi que désormais, plusieurs photographes me choisissent comme mentor à cause de mon approche honnête, simple, factuelle et surtout, humaine. Parce qu’être photographe, c’est bien plus que de peser sur un piton : c'est mon oxygène.

Comment réussir ses photos à l’heure bleue

L 'heure bleue fait partie des moments à surveiller pour prendre de superbes photos.

Récemment, je vous ai partagé mes meilleurs trucs et astuces pour réussir vos photos à l’heure dorée et au coucher du soleil.

La popularité de l’heure dorée est compréhensible : belles couleurs chaudes et ambiance romantique sont au rendez-vous. Mais il y a un désavantage à utiliser l’heure dorée : tout le monde le fait!

L’heure bleue, elle, est souvent oubliée. Pourtant, c’est une occasion rêvée pour les amateurs de photo de paysage et photo urbaine d’avoir une ambiance particulière et mystérieuse, en plus de capter des photos hors de l’ordinaire.

Mais qu'est-ce que l'heure bleue et comment en tirer le meilleur? 

Cette semaine, je vous partage mes meilleurs conseils pour faire de superbes photos à l’heure bleue!

Qu’est-ce L'heure bleue?

L'heure bleue est l'heure de la journée qui précède le lever du soleil et qui suit le coucher du soleil.

Durant l’heure bleue, le ciel prend une couleur bleue beaucoup plus foncée et saturée que durant la journée.

Malgré son nom, l'heure bleue n'est pas vraiment une heure. Sa durée exacte dépend de votre latitude, de la période de l'année et des conditions météo.

Elle peut durer entre 30 et 40 minutes et arrive généralement plus ou moins 15 minutes après que le soleil ait disparu derrière l’horizon.

Pour mieux prévoir l’heure bleue, vous pouvez consulter le site  https://www.bluehoursite.com/.

pourquoi prendre des photos pendant l'heure bleue?

Il y a de nombreuses raisons pourquoi l'heure bleue est un excellent moment de la journée pour la photographie.

L'heure bleue est moins populaire 


Peu de gens prennent des photos à l'heure bleue par rapport au lever et au coucher du soleil.

Cela vous donne la possibilité de capturer des images uniques et de photographier des lieux populaires sans que la foule soit problématique.

L'Heure bleue fait ressortir l'émotion différemment 


L'heure bleue est un excellent moyen de transmettre certaines émotions dans vos photos qui pourraient être difficiles à capturer autrement. 

Les images de l'heure bleue sont généralement sombres et contrastées. La couleur bleue porte également sa propre signification: sérénité, tristesse, paix, etc.

Ces émotions ne fonctionnent pas pour chaque photo, mais si votre scène exige l'obscurité et les tons bleus, il est difficile de battre cette heure de la journée.

L'HEURE BLEUE permet d'harmoniser les couleurs plus facilement


L’heure bleue vous facilite la vie pour harmoniser les couleurs de vos photos.

 Alors qu’à d’autres moments de la journée, vous devez porter attention aux couleurs des éléments dans votre image, l’heure bleue enlève cet élément de l’équation.

Le paysage devient entièrement bleu en nature, tandis que les lumières de la ville vous donnent de beaux contrastes chaud-froid.

Le cheval de la photo du haut semble avoir d’étranges proportions : sa tête semble énorme en relation avec le reste de son corps. C’est à cause de la focale utilisée (environ 16 à 18 millimètres). Pour réussir à photographier la grue en entier sur l’image du bas sans introduire d’éléments superflus, il fallait avoir recours à une très grand angle tout en restant près du sujet. Focale utilisée : 20 millimètres.

Quel genre de photos peut-on faire à l'heure bleue?

Les portraits artistiques à l'heure bleue

Comme l’heure bleue est un moment parfait pour évoquer certaines émotions, vous pouvez en profiter pour faire des portraits avec une signification plus profonde que le traditionnel visage souriant.

Essayez de faire des photos avec beaucoup d’espace, une expression plus sérieuse, ou encore avec des accessoires qui évoquent le mystère ou l’irréel.

LES paysages À L'HEURE BLEUE

L’allure monochrome de l’heure bleue donne un effet intéressant sur les photos de paysages.

De plus, comme l’intensité de la lumière ambiante est plus forte que la nuit, c’est un bon moment pour intégrer la lune dans vos photos sans qu’elle n’ait l’allure d’un gros point blanc.

LES Photos urbaines immobilières À L'HEURE BLEUE

Durant l’heure bleue, il arrive un moment où la lumière artificielle des bâtiments et la lumière ambiante arrivent à la même intensité pour quelques minutes.

C’est donc le moment idéal pour photographier les bâtiments dans leur environnement avec tous les détails, mais sans surexposer l’éclairage artificiel.

Pour réussir votre prise de vue, arrivez sur les lieux avant le coucher du soleil afin de décider de votre cadrage au préalable et ajuster progressivement vos réglages jusqu’au moment propice.

Techniques et réglages pour l'heure bleue

Pour réussir vos photos à l’heure bleue, vous devrez faire face à certains défis techniques. Voici quelques trucs et astuces à garder en tête.

La balance des blancs

Pour avoir des couleurs fidèles à ce que vous voyez, vous devrez régler votre balance des blancs.

Si vous utilisez le format RAW, vous pouvez rester en mode de balance des blancs automatique, puisque vous pourrez régler les couleurs au traitement.

Si vous êtes en JPEG, le mieux est de faire des tests et de sélectionner le meilleur réglage de balance des blancs. Pour une photo très bleue, vous pouvez utiliser le mode lumière du jour.

Sinon, le mode ombragé peut donner de bons résultats.


L'ouverture 

Pour les portraits et les plans rapprochés, un arrière-plan flou est souvent préférable. Pour avoir un fond flou, il suffit d’utiliser une grande ouverture (f/petit chiffre).

Pour les photos de paysages ou de ville, utilisez plutôt une petite ouverture (f/grand chiffre). En bonus, une petite ouverture donne un effet d’étoile aux lampadaires dans les photos urbaines.


LE temps de pose

Dépendant le résultat recherché, votre temps de pose (ou vitesse d’obturation) sera plus ou moins lent.

Pour les photos  de paysage, c’est le moment idéal d’utiliser des vitesses de plusieurs secondes pour capturer le mouvement de l’eau ou des nuages.

Pour les photos urbaines, l’usage d’une vitesse lente permet de rendre les passants dans les rues presque invisibles.

Si vous utilisez des temps de pose très longs, n’oubliez pas votre trépied!

Pour les portraits, par contre, tentez de garder une vitesse de 1/15 seconde et plus. Même si vous êtes sur trépied et que votre sujet ne bouge pas, le simple mouvement de la respiration ou le clignement des yeux peut causer du flou de mouvement.

L'iso à l'heure bleue

Normalement, l’ISO devrait demeurer le plus bas possible. Toutefois, le manque de lumière pourrait vous forcer à l’augmenter un peu.

Selon la marque et modèle de votre appareil, l’ISO maximum où vous pourrez aller avant de voir trop de bruit numérique va varier.

Une bonne pratique est de tester votre ISO à la maison avant votre prise de vue.

Pour ce faire, choisissez un mode de prise de vue semi-automatique et prenez une série d’images en augmentant l'ISO à chaque fois. Regardez ensuite les photos à l’ordinateur pour décider quelle sera la limite acceptable pour vous.

Vous saurez ensuite quel ISO vous pouvez utiliser avant d’être dans une zone dangereuse!

Dans ces deux images, j’ai utilisé une focale d’environ 24mm. Dans les deux cas, le grand angle m’a permis de donner de l’information au spectateur sur le contexte de chaque situation. En haut, le tournage d’un vidéoclip. En bas, une séance de signature d’autographes.

Même si la taille du kiwi est restée la même dans ces 4 photos, la taille des bananes a beaucoup changé entre la première et la dernière image. Je vous promet qu’aucun des objets n’a bougé! En fait, ces différences sont entièrement créées par la focale utilisée. De haut en bas : 24mm, 35mm, 50mm, 200mm. 

Pour terminer


Bref, si vous décidez d’aller faire des photos à la fin de la journée ou au coucher du soleil, ne quittez pas les lieux du shooting tout de suite!

En effet, après le coucher du soleil, l’heure bleue fait son apparition, vous donnant de magnifiques opportunités.

Que ce soit pour avoir des images uniques, une ambiance particulière ou des harmonies de couleur présentées sur un plateau d’argent, vous serez servi.

Si vous planifiez bien votre séance, gardez l’oeil sur vos réglages et portez attention à votre composition, vous allez réussir de superbes images.

Envie de relever le défi? Rendez-vous sur le Lab des Photographes Inspirés pour partager vos meilleures photos!

J’ai hâte de voir vos belles images!

À bientôt,

Votre inspiratrice

Joannie


à propos de moi

Plusieurs années après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Recyclez vos fonds de studio en emballage cadeau chic et original!

Au moment d’écrire cet article, Noël arrive très rapidement! Et dans les derniers jours avant Noël, il se passe généralement 3 choses : on prépare le réveillon, on fait les achats de dernière minute… et on emballe des cadeaux!

Vous manquez de papier d’emballage? Votre papier d’emballage traditionnel n’est pas assez grand? Vous cherchez une idée pour un emballage cadeau chic et original?

La solution se trouve dans votre studio photo : vos fonds de papiers sont l’emballage parfait! 

Cette année, plutôt que de courir les magasins pour trouver l’emballage idéal, j’ai décidé de réutiliser mes fonds de papier usés. 

Si vous voulez apprendre à faire un emballage cadeau à la mode, digne de Pinterest, qui impressionnera petits et grands (en plus de respecter l’environnement) lisez ce qui suit! Si vous préférez la vidéo, vous pourrez voir les étapes sur Youtube!

PS : Vous n’avez pas de studio ni de fond en papier à recycler? Vous pouvez le remplacer par du papier kraft pour un effet semblable! 


Un emballage cadeau digne des magazines : ce dont vous avez besoin


Pour réaliser l’emballage cadeau que je vous propose aujourd’hui, vous aurez besoin des articles suivants : 

  • Un morceau de votre fond de papier à recycler
  • Un ruban à mesurer
  • Un fusil à colle chaude
  • Des ciseaux et/ou un couteau exacto
  • De la ficelle de chanvre ou de jute pour un effet rustique
  • De la peinture acrylique liquide et un pinceau plat assez large 
  • Des décorations pour vos cadeaux. J’ai choisi des branches décoratives de Noël du magasin à 1$, mais vous pouvez aussi utiliser des ornements de Noël à accrocher sur la ficelle! Utilisez votre créativité! 


Étape 1 : coupez votre nouveau papier cadeau


Commencez par couper votre fond de studio en papier pour enlever la partie usée. Il est préférable d’utiliser un couteau exacto. Ainsi, la coupe sera plus rapide et vous pourrez faire une coupe plus droite. 

Comme votre papier est sale du côté utilisé pour les photos, il faudra cacher cette face du papier. Étendez votre papier par terre et examinez-en l’endos. Choisissez une section du papier qui n’est pas trop sale. C’est ce côté qui sera visible. 

Placez votre boîte cadeau sur le papier pour déterminer approximativement la quantité de papier nécessaire. Vous pouvez finir la découpe au ciseau pour faire de belles lignes droites. Essayez de garder juste assez de papier pour faire vos pointes aux extrémités. Comme le papier est très épais, less is more! 


Étape 2 : mesurez votre papier


À la première étape, vous aurez certainement remarqué que le papier de studio est beaucoup plus rigide que le papier traditionnel. 

Si vous tentez d’emballer vos cadeaux de la façon habituelle, vous risquez d’avoir un peu de mal! 

Je vous conseille donc de mesurer les faces de votre boîte au préalable et de plier votre papier où les arrêtes se trouvent. Ainsi, le papier sera plus serré sur la boîte et vous obtiendrez un meilleur résultat. 


Étape 3 : collez et ajustez!


Commencez par coller l’extrémité du papier sous la boîte cadeau avec le fusil à colle chaude. 

J’utilise la colle pour éviter de laisser des morceaux de ruban adhésif visibles. Même si la colle n’est pas sèche à 100% dès le départ, ce n’est pas grave. Si vous avez plié le papier aux arrêtes à l’étape précédente, il n’y aura pas de tension sur le papier, et donc aucun risque que ça décolle.

Une fois que le tour de la boîte est emballé, il faudra créer les jolies pointes aux extrémités. 

Comme votre papier d’emballage est très rigide et épais, je vous conseille de couper le papier aux 4 coins. Rabattez et collez les côtés gauche et droit. 

Puis, pour les pointes, pliez d’abord le carton à l’envers sur la boîte. Puis, pliez vos triangles vers l’intérieur et collez- les, parce que le carton rigide tend à vouloir se déplier!) 

Enfin, rabattez et collez vos pointes sur la boîte.


Étape 4 : créer un effet avec la peinture


Pour mes cadeaux, j’ai utilisé de la peinture blanche pour donner l’illusion de neige qui serait tombée sur mes boîtes. 

Mais, dans cet exemple, je vais utiliser de la peinture noire puisque mon papier usé est blanc! 

Placez votre cadeau sur du papier journal (ou le reste de fond en papier que vous n’utiliserez pas). 

Pour créer l’effet de gouttelettes de peinture, trempez votre pinceau plat dans la peinture. Appliquez la peinture généreusement.

Passez votre doigt à travers les poils du pinceau pour créer les éclaboussures. 


Étape 5 : ajoutez les décorations


Attendez quelques minutes que la peinture sèche. 

Ensuite, vous pourrez ajouter les décorations de votre choix. Personnellement, j’ai coupé les branches de décorations avec des pinces. 

Puis, j’ai d’abord collé mes décorations sur les boîtes.

Enfin, j’ai ajouté de la corde de jute par dessus, pour créer un effet rustique. 


Conclusion


Bref, j’espère que cet article vous aura donné une bonne dose d’inspiration pour emballer des cadeaux qui se feront remarquer durant les fêtes, en plus de donner une deuxième vie à vos fonds de studio usés! 

N’hésitez pas à me partager vos résultats! 

À bientôt, et joyeuses fêtes! 


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Close Bitnami banner
Bitnami