portraits Archives - Joannie Therrien

Archives de catégorie pour \ " portraits "

Initiation aux gélatines de couleur!

montage de 3 photos côte à côte, toutes faites avec des gélatines de couleur

Avez-vous déjà utilisé des gélatines de couleur en studio? Moi, j'en raffole!

Ceux qui me connaissent le savent, je suis obsédée par les couleurs, et ça ne date pas d’hier!

Comme je l’ai raconté dans ma vidéo sur le noir et blanc (cliquez ici pour la voir), j’ai déjà un peu pété ma coche, en bon québécois, dans un des mes cours de photographie, en disant que je trouvais le noir et blanc atrocement laid et ennuyeux. J’ai appris à aimer cela depuis… mais je demeure une passionnée de couleurs et de leur impact sur nos images.

La semaine dernière, je vous ai partagé sur Instagram le résultat d’un merveilleux délire créatif que j’ai eu avec mon amie Michèle et notre modèle Nikki. Suite à cette belle expérience, Michèle m’a donné l’idée de partager mes recettes d’éclairage avec vous!

Alors aujourd’hui, je vous parle de tout ce que vous devez savoir pour vous initier à la photographie avec des gélatines de couleurs! Prêts? C’est parti!

Commencer avec les gélatines de couleur : de quoi avez-vous besoin?

D’abord, les gélatines de couleurs sont un excellent investissement. Pour entre 40 et 60 dollars, vous pouvez trouver de beaux assortiments de gélatines de plusieurs couleurs différentes.

L’avantage des gélatines est que vous pouvez non seulement changer la couleur de votre éclairage et aussi changer la couleur de votre fond, si vous avez assez d’espace.

Les deux marques les plus connues sont les marques Lee et Rosco. Vous n’êtes pas obligé d’acheter ces marques. Par contre, sachez que les acétates ou emballages plastiques de couleur sont à éviter parce qu’ils risquent de fondre avec la chaleur de vos lampes de modelage.

Si vous utilisez des flashs cobra, vous pouvez simplement découper une gélatine plus grande, ou utiliser un kit conçu spécialement pour ça. Ces ensembles viennent généralement avec des gélatines et des bandes élastiques pour attacher la gélatine sur le flash.

Ensuite, pour les accrocher à vos flashs, vous aurez besoin de quelque chose de résistant à la chaleur pour les faire tenir. Les gels que j’ai tiennent par eux-même avec mes portes de granges comme vous voyez ici.

Mais, si vous n’avez pas cet accessoire, utilisez du gaffer tape, qui est fait spécifiquement pour résister à la chaleur et bien se décoller sans laisser de résidus.

Comment utiliser les gélatines de couleur : la technique

Pour utiliser des gélatines de couleur, vous devrez au préalable connaître les bases de la photographie au flash. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à aller lire mon article sur les 3 éclairages essentiels à connaître pour votre premier studio photo.

Maintenant, la première chose à savoir à propos des gélatines de couleur est qu’elles influencent la puissance de votre flash. Si vous utilisez une couleur très saturée et très foncée, comme un bleu primaire, par exemple, vous aurez besoin de plus de puissance pour que la lumière de votre flash soit bien exposée.

Disons que votre flash, sans gélatine, doit être à 1/8 de puissance pour être bien exposée. Si vous ajoutez une gélatine foncée, comme rouge ou bleu, vous devrez peut-être augmenter la puissance de votre flash jusqu’à 1/2 environ.

Vos flashs avec une gélatine peuvent être sous-exposés et preuve aussi être surexposés! Si vous faites une photo et que vous voyez que la zone éclairée en couleur est plus pâle que la couleur de votre gélatine ou qu’il semble manquer de détail, ajustez votre flash!

Les différents usages des gélatines de couleur

Pour mes photos de la semaine dernière, j’ai utilisés les gélatines de plusieurs façon différentes. Voici comment placer votre éclairage pour obtenir des résultats semblables.

Cas numéro 1 : utiliser une gélatine pour agencer le fond

Pour cette première image, j’ai voulu créer un effet d’unité entre le bleu du fond et notre modèle.

jeune femme photographiée sur fond bleu avec un accent de couleur bleue dans es ombres

Pour cela, j’ai utilisé un bol beauté comme source d’éclairage principale, que j’ai placé environ 1 mètre plus haut que le visage de Nikki, à gauche.

diagramme d'éclairage montrant la position du bol beauté

Les bols beauté existent dans plusieurs formats. On trouve généralement ceux avec l’intérieur argent et ceux avec l’intérieur blanc. Personnellement, j’utilise le bol beauté blanc, qui donne un éclairage plus doux que celui avec l’intérieur argent.

bol beauté paul c buff blanc
bol beauté paul c buff argent

Ensuite, j’ai ajouté un nid d’abeille, qu’on appelle aussi grid, pour concentrer la lumière vers mon modèle. C’est ce qui a créé l’effet de vignette subtile dans la photo. 

trois photos côte à côte d'un bol beauté avec un nid d'abeille, sans nid d'abeille et le nid d'abeille seul

Enfin, j’ai ajouté un flash avec une gélatine bleue à droite.

Remarquez que la lumière bleue n’apparaît que dans les zones où la lumière blanche ne se rends pas, bref, les ombres. C’est la base de l’éclairage avec des gélatines. Les couleurs pures de chaque gélatine n’apparaissent que dans les ombres laissées par les autres sources d’éclairage!

diagramme d'éclairage montrant un bol beauté muni d'un nid d'abeille à gauche et d'un flash avec une gélatine bleue à droite


Cas numéro 2 : utiliser les gélatines de couleur sur le fond et dans les ombres.

Pour la deuxième image, je voulais créer un effet de couleurs sur mon fond et sur notre modèle également. C’était un gros défi parce que mon studio est assez petit et qu’il faut normalement un peu plus d’espace pour éclairer le fond et le modèle séparément.

photo d'une mannequin sur un fond bleu avec un halo orangé et un éclairage avec les ombres bleues

Pour créer l’effet, j’ai utilisé un fond blanc. Ensuite, j’ai placé un nid d’abeille et une gélatine rouge sur le premier flash. Pour éviter de le voir dans la photo, je l’ai placé en retrait à droite et je l’ai pointé vers le centre de mon fond. Comme je voulais un halo plus orangé que rouge, j’ai surexposé ce flash.

flash muni de portes de grange, d'une gélatine rouge et un nid d'abeille
diagramme d'éclairage montrant un flash muni d'une gélatine rouge pointé vers le fond

Ensuite, j’ai ajouté l’éclairage principale à 90 degrés à gauche de notre modèle, aussi haut que mon plafond le permettait. J’ai utilisé un octabox (qui est un softbox en forme d’octogone) pour avoir une lumière douce. J’ai essayé de limiter la lumière blanche qui allait vers le fond, pour l’empêcher de délaver complètement mon rouge.

diagramme d'éclairage avec un octobox à gauche, un flash avec gélatine rouge pointé vers le fond et un flash avec une gélatine bleue  à droite du modèle

Enfin, j’ai ajouté un flash avec une gélatine bleue à droite de Nikki, à environ 1 mètre de hauteur, pointé vers le haut. De cette façon, ma lumière bleue éclairait principalement les zones laissées dans l’ombre par ma lumière principale et mon halo rouge.

Malheureusement, comme mon studio est un peu petit, la lumière blanche est allée rebondir sur les murs blancs de mon studio. Cela a eu pour effet de délaver le fond.

Comme je trouvais le fond trop terne, je l’ai corrigé en post production avec l’outil dégradé dans Photoshop.

modèle devant un fond délavé
fond retouché entièrement bleu
fond avec une ébauche de dégradé orange
image finale avec le fond retouché

Cas numéro 3 : les gélatines pour détacher le sujet du fond

Pour cette troisième photo, j’ai utilisé un fond noir. J’ai aussi utilisé le bol beauté à nouveau, toujours avec le nid d’abeille pour garder mon fond le plus noir possible. Je l’ai placé à gauche, aussi haut que possible, à plus ou moins 45 degrés.

photo d'une jeune femme portant de la lingerie en dentelle photographiée devant un fond noir, les cheveux dans le vent, avec des accents rouges sur les côtés

Ensuite, pour éviter que notre modèle ait l’air de flotter dans le vide, j’ai utilisé deux flashs avec des gélatines rouges, que j’ai placé de chaque coté, à mi-chemin entre elle et le fond.

diagramme d'éclairage montrant un bol beauté à gauche et deux flashs avec des gélatines rouoges pacés au 45 arrière.

Évidemment, le rouge m’a semblé particulièrement approprié pour cette photo de type boudoir!

Conclusion

Bref, les gélatines de couleur sont un excellent outil pour ajouter de la variété dans vos photos.

En résumé, je vous ai parlé des marques de gélatines les plus populaires, ainsi que des façons les plus simples de les accrocher à vos flashs.

Ensuite, nous avons vu que les gélatines de couleurs influencent la puissance du flash et qu’il faut s’adapter en conséquence!

Puis, nous avons vu qu’il est très simple d’ajouter de la couleur avec des gélatines, en autant qu’ils n’y ait pas de lumière plus forte qui délave la couleur. Il est plus facile de faire apparaître la couleur dans les zones laissées dans l’ombre par la lumière blanche.

Si vous souhaitez donner une couleur à votre fond, assurez vous que la lumière destinée à votre sujet ne se rende pas au fond, soit en utilisant une bonne distance entre le sujet et le fond ou en plaçant votre éclairage sur le côté.

Et voilà! C’est ce qui complète cette initiation aux gélatines de couleur! Si la vidéo vous a plu, n’hésitez pas à la partager et à me laisser vos impressions dans les commentaires! À bientôt et bonnes photos! 


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

5 trucs pour capturer des portraits riches en émotions!

Imaginez ceci. Vous partez faire des portraits. Vos sujets sont un couple parfait qui vous rend presque envieux… #relationshipgoals. Dehors, la lumière est parfaite et la température est vraiment de votre côté. Vous avez vous votre objectif fixe préféré et vous réalisez des bokeh incroyables. La séance se déroule très bien et vous êtes très content. 

Arrivé devant l’ordinateur par contre, vous êtes perplexe : il manque quelque chose à vos images… mais quoi?

Qu’on soit débutant en photographie ou plus expérimenté, saisir l’émotion dans un portrait peut être vraiment difficile. Il faut arriver à penser aux poses, à l’éclairage, et à garder le sujet détendu, tout à la fois. 

Heureusement, cela n’a pas besoin d’être compliqué. Aujourd’hui, je vous donne quelques trucs pour vous amuser, exercer votre créativité et traduire de vraies émotions dans vos photos!

Le rôle du photographe dans la transmission d’un message

L’émotion perçue dans un portrait est liée directement à la vision que vous avez en créant votre portrait. En effet, vous avez le pouvoir total sur le moment où vous appuyez sur le déclencheur, ce que vous choisissez d’inclure ou non dans l’image et les directives données aux modèles.

Ainsi, il arrive que la personnalité d’un sujet semble différente en photo que ce qu’elle est dans le quotidien, ce qui n’est pas mauvais en soi.

La photographe de presse Victoria Will exprime très bien ce phénomène. Le portrait, dit-elle, ce n’est pas d’illustrer toute la personnalité de quelqu’un dans une image, mais plutôt de capturer son état d’âme à ce moment précis dans le temps. 

L’information que vous avez réussi à recueillir sur votre sujet au moment de la prise de vue changera donc forcément le résultat, de même que le décor et le contexte utilisé.

Quoi qu’il en soit, ne paniquez pas! Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de capturer l’émotion et la personnalité d’un sujet dans un portrait. La photographie est un art, et non une science! 

Pour voir ce phénomène en action, je vous invite à visionner cette vidéo virale, où un groupe de photographes reçoit des informations différentes au sujet d’une même personne. Les résultats sont incroyables!

Commencer par le commencement : la conversation

Je ne connais personne qui est automatiquement à l’aise devant l’appareil photo.

Personne. 

Pourquoi?  Soyons honnêtes, il est rare que nous ayons l’opportunité d’être photographié par quelqu’un qui sait vraiment ce qu’il fait. À l’époque des médias et de l’image, les caméras sont tournées vers nous à tout moment, que l’on soit à notre meilleur…ou pas. On se retrouve donc souvent avec des photos de soi qui nous donne envie de dire : "Mais kessé ça!?!!!"

Il est donc tout à fait normal de devenir nerveux lorsque l’appareil est tourné vers nous. De quoi ai-je l’air? Est-ce que mes cheveux sont bien placés? Ai-je quelque chose entre les dents? Mon maquillage est-il encore à point? Est-ce que mes vêtements sont corrects?

Cette conversation intérieure peut vite prendre toute la place. C’est pourquoi il est très important de discuter avec vos sujets pour éviter qu’ils deviennent envahis par ce genre de questions.

De quoi devriez-vous parler? 

Commencez par un sujet plutôt vaste et moins personnel. Bon, je ne parle pas nécessairement de discuter de la température, mais plutôt de vous intéresser à vos sujets avec des questions générales. Si vous ne savez pas de quoi discuter, regardez autour de vous pour vous inspirer.

Par exemple, si vous êtes dans un secteur particulier de la ville pour la séance, demandez à vos sujets s’ils sont déjà venus dans le coin. Demandez-leur quels sont leurs endroits préférés. Ensuite, pourquoi ne pas leur demander de vous raconter des anecdotes amusantes qu’ils ont vécues à ces endroits? 

Évidemment, gardez l’oeil collé à votre appareil pendant la conversation, et guettez les expressions de vos sujets alors qu’ils racontent leurs histoires! Vous obtiendrez de superbes mimiques propres à eux qui surprendront vos sujets! L’émotion se dégagera alors facilement de vos photos!

N’oubliez pas de donner en même temps des directives à vos sujets pour qu’ils sachent exactement comment se positionner pour être avantagés aux yeux de l’appareil photo.

Donnez à vos sujets quelque chose à faire, et surveillez leur réaction!

Parfois, le simple fait de diriger vos sujets en termes de poses ne sera pas suffisant. Il faudra trouver une façon créative d’obtenir le résultat recherché. 

Si vous photographiez un couple, vous pouvez demander à madame de détacher le premier bouton de chemise de monsieur. Alors qu’elle s’exécute, vous pouvez lancer: "juste le premier"!

Éclats de rire garantis! 

Vous pouvez demander à monsieur de sentir l’oreille de sa conjointe ou de lui chuchoter un truc idiot. Vous pourrez alors capturer des tonnes d’émotions différentes : la surprise, le rire etc. 

Si vous voulez voir des photos de couples remplies d’émotions authentiques, vous devez absolument voir le travail de Josh et Meg Shouder, de Love is a big deal.

Spécialisés dans les séances de mariage et de fiançailles, ils se sont fait connaître grâce à leur méthode Unposed. L’idée derrière cette méthode est de ne pas placer le sujets, mais plutôt d’obtenir des réactions par le jeu. Leurs photos sont magnifiques et touchantes. Vous pouvez voir plus de leurs superbes images ici

Pour raconter une histoire, utilisez l’environnement du sujet

Parfois, l’émotion dans un portrait se trouve bien au-delà de la personne elle-même. L’émotion peut se trouver dans l’éclairage, le décor, et l’ensemble des indices que vous laissez à vos spectateurs pour comprendre la personnalité de vos sujets.

Dans cette photo, le photographe Keenan Constance nous donne des indices sur la personne qu'il a photographiée grâce à la lumière et la théière. On peut présumer qu'il s'agit d'une personne de nature sereine qui pratique le yoga, par exemple. 

Si vous êtes invités à photographier vos sujets dans leur environnement, que se soit au travail ou à la maison, demandez-leur de vous faire visiter les lieux, si le temps le permet.

Durant la visite, posez des questions. Qu’est-ce qui vous a amené à aménager l’espace de cette façon? Quel est votre endroit préféré? Pourquoi utilisez-vous cette pièce la plupart du temps?

Les réponses peuvent vous surprendre et vous donner des idées d’éléments à intégrer dans vos photos pour montrer la personnalité de votre sujet. 

Lorsque vous voyez des objets intéressants, posez des questions à leur propos. Est-ce un souvenir de voyage? Une oeuvre fabriquée par son propriétaire? Une aubaine dénichée dans une vente de débarras? Les gens sont souvent très fiers de raconter ces anecdotes. Cela vous donnera alors beaucoup d’inspiration. Vous susciterez également la curiosité de vos spectateurs, qui chercheront à en apprendre plus sujet en jouant au détective!

Pour son autoportrait, le vidéaste et photographe Jakob Owens ne pouvait être plus clair quant à sa personnalité! On perçoit immédiatement sa passion pour le sport, le plein air et la production vidéo, en plus de son énergie débordante!

Faire place à la réflexion : l’émotion pure dans vos photos!

Parfois, on veut aller plus loin que les sourires et les éclats de rire. On veut que notre photo raconte réellement l’histoire de notre sujet, qu’elle transmette sa personnalité et que nos spectateurs ressentent l’émotion à travers l’image.

Pour arriver ce résultat, il faut aller plus en profondeur que les conversations à propos de la pluie et du beau temps. Pour transmettre une véritable émotion dans votre photo, il faut aller chercher l’histoire personnelle du sujet, trouver ce qui la rend unique…et s’y intéresser. Vraiment.

Par exemple, vous pouvez commencer en demandant à la personne de vous donner un conseil. Ce conseil sera probablement assez vague, du genre : vivez le moment présent. Il faudra alors inviter la personne à élaborer. Par exemple, demandez lui si il y a un moment où elle n'a pas vécu le moment présent? Cela forcera la personne à réfléchir et à vous raconter une tranche de vie qui lui est propre. Vous capturerez alors toute la sensibilité de votre sujet.

L’idée est d’entamer une conversation et d’aller de plus en plus en détail, jusqu’à ce qu’une émotion ou un moment digne d’être capturé se présente!

Si vous voulez en apprendre plus à ce propos, vous devez absolument connaître Brandon Stanton. Auteur de la série Humans of New-York, il a approché plus de 10 000 inconnus dans les rues de New-York et partout dans le monde, pour leur tirer le portrait et raconter leurs histoires.

 Je vous invite à aller regarder cette vidéo, où il explique son approche.

Conclusion

Bref, capturer une émotion sincère dans vos portraits dépend d’abord et avant tout de votre capacité à générer cette émotion au moment de la prise de vue.

Pour ce faire, vous pouvez procéder de plusieurs façons. 

Vous pouvez entamer une conversation avec vos sujets à partir de l’une de vos observations, pour ensuite les amener à vous raconter une anecdote comique. Profitez de l’occasion pour capturer leurs mimiques alors qu’ils vous racontent les événements. 

Vous pouvez aussi faire preuve d’originalité dans vos directives en termes de poses. Guidez vos sujets avec des actions qui peuvent sembler loufoques, comme souffler sur le front de son partenaire pour simuler un baiser, par exemple. Cela générera des photos candides que vos modèles chériront.

Les lieux et les accessoires utilisés dans les photos peuvent ajouter énormément d’émotion dans vos portraits. N’hésitez pas à interroger vos sujets sur leurs lieux préférés, leurs objets significatifs, etc. Ceci donnera plus d’informations à vos spectateurs pour les guider dans la compréhension de votre message! 

Enfin, certains photographes sont vraiment maîtres dans l’art de connecter avec leur sujet pour connaître leurs rêves, leurs aspirations, leurs joies et leurs douleurs. Brandon Stanton est un exemple à suivre pour créer des connexions avec ses sujets et obtenir des images magnifiques remplies d’émotions. 

Évidemment, cela fait beaucoup de choses à maîtriser! La plupart d’entre nous (moi y compris) prendront du temps pour utiliser tous ces moyens de rendre l’émotion dans nos portrait. 

Si vous avez des trucs et suggestions, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires! 

Sur ce, je vous dis à la prochaine, et bonnes photos!  


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi!