éclairage Archives - Joannie Therrien

Archives de catégorie pour \ " éclairage "

Des portraits envoûtants grâce à l’éclairage Rembrandt

La lumière. C'est l'un des éléments les plus importants à maîtriser pour devenir un photographe accompli. Pas pour rien que le mot photographie vient des mots grecs photos (qui utilise la lumière) et graphien (peindre, dessiner, écrire).

Bien avant la photographie, l'art de l'éclairage permettait déjà aux artistes visuels d'atteindre des sommets de célébrité. Parmi ceux ci, on retrouve l'un des peintres les plus connus de l'époque Baroque : Rembrandt.

Imaginez maintenant connaître et maîtriser les secrets de ce peintre portraitiste célèbre pour élever la qualité de vos portraits, même sans avoir d'équipement de studio.

C'est exactement ce que je vous propose dans cet article, dans lequel nous allons voir comment utiliser la lumière comme Rembrandt!

C'est qui, Rembrandt?

Rembrandt (1606-1669) est un artiste peintre néerlandais. Il est connu comme l'un des plus grands peintres de l'histoire de la peinture, particulièrement de l'époque Baroque

Il a réalisé au cours de sa vie plus de 400 peinture, en majorité des portraits et  autoportraits, ainsi que des scènes bibliques.

Rembrandt est reconnu spécialement pour son usage d'un éclairage contrasté et ses jeux d'ombre et lumière, ainsi que sa façon de montrer la compassion et l'humanité, qui ressortent dans l'expression de ses personnages.

autoportrait de rembrandt

Autoportrait aux deux cercles est une peinture à l'huile du peintre hollandais Rembrandt réalisée entre 1665 et 1669 et aujourd'hui exposée à la Kenwood House de Londres.

Comment Rembrandt éclairait-il ses portraits?


Rembrant est particulièrement reconnu pour sa façon d'éclairer ses sujets. Tellement que type d'éclairage qu'il utilisait porte maintenant son nom et est reconnu par quiconque s'intéresse à l'étude de la lumière. 

Mais comment éclairait-il ses sujets? À quoi ressemble l'éclairage Rembrandt? Comment fait-on pour le reconnaître? 

Caractéristiques de l'éclairage Rembrandt


En observant les peintures de Rembrandt, on constate une constance dans son éclairage.

L'une des caractéristiques les plus faciles à remarquer est sans doute le triangle inversé sous l'oeil du sujet, du côté ombragé du visage. 

En observant quelques unes de ses peintures, on constate rapidement la tendance! 

Rembrandt van Rijn, A Polish Nobleman, 1637

Rembrandt van Rijn: Kökspigan, 1654

Rembrandt van Rijn:  Lucretia, 1654

Le studio de Rembrandt


Le studio du peintre célèbre, qu'on peut visiter au musée de la maison de Rembrandt, à Amsterdam, nous donne beaucoup d'indices sur l'éclairage qu'il utilisait. 

Les petites fenêtres situées en hauteur à 90 degrés de ses sujets étaient idéales pour obtenir la direction de la lumière qui a fait son succès. 

Rembrandt's studio, par  Stuart Maxwell, 2011

Comment recréer l'éclairage Rembrandt


Jusqu'à présent, on a appris que : 

  1. Rembrandt positionne la lumière de façon à créer un triangle de lumière inversée sous l'oeil de ses sujets du côté ombragé
  2. Le studio de Rembrant était éclairé principalement avec de petites fenêtres situées plutôt en hauteur

Donc, on peut conclure que pour reproduire l'éclairage de Rembrandt, il faut d'abord avoir une source de lumière relativement douce de taille moyenne placée en hauteur par rapport au sujet sans autre source de lumière du côté opposé.

Puis, on doit travailler sur la position du sujet pour créer le petit (ou moyen, ou gros) triangle inversé sous l'oeil.

Choisir sa source de lumière pour l'éclairage Rembrandt


Pour obtenir la lumière douce et contrasté de l'éclairage Rembrandt, il suffit d'utiliser la lumière provenant d'une fenêtre, ou d'un softbox en studio. Tant que la source d'éclairage est de taille moyenne, l'éclairage sera idéal.

Comment placer l'éclairage pour obtenir un Rembrandt


Pour  créer le triangle sous l'oeil de votre sujet, il faut placer la source de lumière de sorte que l'ombre du nez s'allonge vers le bas et de côté pour aller toucher à la partie ombragée de la joue.

Donc, la source de lumière doit être suffisamment haute et latérale. Comme la plupart de nos fenêtres sont plutôt basses, un bon truc est d'asseoir le modèle au sol, les épaules à 90 degrés de la fenêtre. 

Il suffit ensuite de lui faire tourner la tête ou de le faire avancer ou reculer pour obtenir la bonne forme d'éclairage.

Le principle est semblable en studio. Placez le softbox (ou parapluie) le plus haut possible dans votre studio, environ à 90 degrés de votre modèle. Assoyez votre sujet. Puis, ajustez la position de votre sujet ou de votre flash pour obtenir le Rembrandt.

Voici quelques exemples d'éclairages Rembrandt créés en studio et un aperçu du placement de l'éclairage : 

Conclusion


Rembrant est l'un des peintres les plus acclamés de son époque. Son travail sur la lumière et l'expression de ses sujets est acclamé partout dans le monde par les amateurs d'art visuel.

Ainsi, pour obtenir des portraits dramatiques et envoûtants, vous pouvez vous inspirer de l'oeuvre de Rembrandt pour recréer l'éclairage qui porte son nom.

Pour ce faire, il suffit d'avoir une source de lumière douce de taille moyenne suffisamment haute et de placer le sujet plus ou moins à 90 degrés de la lumière, pour ensuite s'ajuster. 

Envie de relever le défi? Rendez-vous sur le Lab des photographes inspirés et partagez vos images avec la communauté. Vous courrez la chance de voir vos photos être présentés durant un de mes live!  

Sur ce, je vous dit à bientôt et au plaisir de voir vos oeuvres!

Votre inspiratrice,

Joannie


à propos de moi

Plusieurs années après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Comment réussir son autoportrait!

J'adore les autoportraits. Ils sont une excellente occasion de tester nos connaissances, expérimenter de nouveaux éclairages et nouveaux concepts et se voir autrement.

En bonus, on se retrouve avec de super portraits exactement comme on voulait, parce qu'on n'est jamais mieux servi que par soi-même. 

Cela dit, l'autoportrait amène son lot de défis. Faire la mise au point correctement, cadrer et composer les images et avoir une belle pose n'a rien de facile quand on joue à la fois le rôle du photographe et du modèle. 

C'est pourquoi, dans cet article, je vous partage mes trucs et astuces pour faire votre auto portrait plus facilement!

Défi technologique : comment se voir avant la photo, déclencher à distance et faire la mise au point correctement


On ne peut pas avoir un bon cadrage si on ne peut pas se voir avant ou pendant la prise de vue. De placer un miroir devant vous ne sera tout simplement suffisant. Pourquoi? Parce que l'appareil photo ne voit pas comme nous. L'angle de vue, la perspective ainsi que le cadrage ne seront pas représenté dans le miroir. 

Le déclenchement est aussi un défi. On pense immédiatement au retardateur, mais celui-ci peut s'avérer inefficace. Sur plusieurs appareils, la mise au point se fait lorsqu'on appuie sur le déclencheur, ce qui sera inutile si vous n'êtes pas en position. 

Finalement, comment s'assurer une mise au point impeccable? Les heureux propriétaire des appareils sans miroir avec détection des yeux seront comblés, mais pour les autres, on fait quoi?

Voici les possibilités.

Option numéro 1 : Utiliser votre téléphone avec le wi-fi de votre appareil


Si vous avez un appareil photo qui a la fonction wi-fi, utiliser l'application du fabricant avec votre téléphone intelligent peut vous aider à avoir un aperçu de votre photo et déclencher votre appareil à distance. Certains appareils vont aussi capables de faire la mise au point où vous touchez votre écran. Vous pouvez aussi utiliser l'appareil en live view et activer la détection du visage ou des yeux si votre appareil le permet.

Si vous avez un appareil Nikon, vous pouvez utiliser l'application Nikon WMU. Chez Canon, il y a l'application Camera Connect

Je dois toutefois vous prévenir que l'application de Nikon a usé ma patience à un point tel que je l'ai abandonnée complètement. Difficultés de connexion, instabilité, usage excessif de la batterie de l'appareil photo et de l'appareil mobile, et qualité d'affichage ordinaire ont suffit à me fâcher. Je l'ai essayé de nouveau pendant l'écriture de cet article et...surprise, ça a chié.

En souhaitant que vous n'aurez pas les mêmes problèmes que moi! Essayez-le avec votre appareil!  Lorsque l'application fonctionne bien, c'est tout simplement génial!

Option numéro 2 : Brancher l'appareil dans un écran, déclencher avec une télécommande


C'est la solution que j'utilise. Avec un câble hdmi, je branche l'appareil dans un écran d'ordinateur 27 pouces que je peux faire pivoter en vertical ou horizontal selon la composition souhaitée. Peu importe la distance à laquelle je me trouve, je peux prévoir la composition et la mise au point très facilement. Par contre, c'est peu pratique en dehors du studio et potentiellement couteux.

Pour le déclenchement, j'utilise la télécommande Nikon ML-L13, pour laquelle il existe plein d'imitations très abordable comme celle ci : https://amzn.to/2JKgLwj. L'avantage de cette télécommande, c'est qu'elle est petite et facile à cacher dans la paume de votre main pendant la photo.

Finalement, il y a la question de la mise au point. Comme mon appareil fonctionne très mal pour faire la mise au point en live view, je fais souvent la mise au point manuellement sur un trépied d'éclairage à l'endroit où je prévois m'installer, puis je m'arrange pour rester toujours à la même distance de l'appareil photo. Si vous choisissez de faire cela, je vous conseille d'utiliser une petite ouverture pour vous donner plus de jeu pour la profondeur de champ.

Vous pouvez aussi mettre l'appareil en mise au point automatique, ce qui fonctionnera suffisamment bien si vous êtes bien éclairé et que la mise au point en live view de votre appareil fonctionne convenablement.

autoportrait dans une piscine d'eau noire avec une peau blanche cadavérique

Pour cette photo, j'avais la tête placée vers le beauty dish et les pieds vers les écrans qui étaient sur la table. Je pouvais ainsi voir le résultat en direct (on voit d'ailleurs le reflet du flash dans l'eau sur l'écran de gauche). J'ai déclenché avec la télécommande, qui est cachée dans ma main gauche.

Option numéro 3 : La capture en mode connecté


L'avantage de cette option, c'est que vous pouvez importer vos images dans votre ordinateur à mesure et avoir un aperçu de votre traitement final. Si vous travaillez avec un portable, vous pouvez placer l'ordinateur près de vous et déclencher avec la barre espace du clavier. Par contre, vous ne pourrez pas voir le résultat avant la photo. Vous ferez donc plus de déclenchements.

Pour utiliser la capture en mode connecté, vous aurez besoin d'un logiciel de traitement raw, comme Lightroom ou Capture One. Personnellement, j'utilise Capture One puisqu'il est beaucoup plus rapide que Lightroom pour importer les images. 

Puis vous aurez aussi besoin d'un fil usb à usb mini. Il y en a souvent un qui vient avec votre appareil photo. Sinon, vous pouvez trouver le câble dont vous avez besoin chez Tether Tools ou sur Amazon.

DÉFI créatif : comment créer un autoportrait mémorable


Pour réussir votre autoportrait, vous pouvez conceptualiser votre shooting à l'avance afin de penser au résultat final. Parmi les éléments à prévoir, il y a l'émotion et les couleurs, l'éclairage, la pose et les vêtements et accessoires.

Les couleurs


Les couleurs utilisées vont main dans la main avec les accessoires que vous utiliserez ainsi que le décor. Allez-vous utiliser des couleurs vives ou plus neutres? Des couleurs complémentaires ou semblables? 

L'inspiration pour la palette de couleur peut venir d'une pièce de vêtement, de l'environnement choisi, ou encore d'une photo qui n'a rien à voir avec le portrait. 

Par exemple, c'est une photo de design d'intérieur qui m'a inspiré les couleurs pour cet autoportrait!

autoportrait dans le style d'un éditorial de mode, dans l'eau turquoise avec un maquillage orange

Pour cet autoportrait, c'est le rouge à lèvres mauve qui a été la première inspiration.

autoportrait inspiré d'un publicité de rouge à lèvre violet

L'éclairage


Si votre photo est prise en lumière naturelle, vous aurez peut-être besoin de planifier votre séance en fonction de l'état de la lumière naturelle selon les moments de la journée.

Par exemple, si vous souhaitez prendre la photo à l'extérieur, il se pourrait que vous ayez besoin d'attendre la fin de la journée. Vous pouvez planifier votre séance à l'avance en faisant quelques tests la veille de votre prise de vue.

Si vous faites plutôt une séance en studio, ce sera plus facile si vous possédez des flashs avec une lampe de modelage ou un éclairage continu. Ainsi, vous pourrez prévoir l'éclairage final pendant la prise des photos.

Finalement, un autoportrait a les mêmes exigences pour l'éclairage que n'importe quel type de portrait. Un éclairage plus latéral aura tendance à faire ressortir les défauts de la peau tandis qu'un éclairage plus frontal ou à 45 degrés sera généralement plus avantageux.

Il serait aussi préférable d'avoir une lumière douce, par exemple la lumière d'une journée nuageuse, la lumière provenant d'une fenêtre, ou encore la lumière modifié par un soft Box en studio.

Exemple, pour cette auto portrait, j'ai simplement utiliser un soft Box à l'avant à 45° ainsi qu'un éclairage pour les cheveux derrière moi.

autoportrait sur find gris neutre et maquillage intense

Les vêtements


Parfois, on peut baser une séance entière sur le vêtement porté pendant la séance.

En effet, nous avons tous (enfin, les filles surtout!) des pièces de vêtements que nous gardons pour des occasions spéciales mais qui, dans la réalité, ne sont pas faciles à porter ou à agencer.

Un autoportrait et le moment parfait pour utiliser ces vêtements là.

Pour cette photo, j'ai utilisé un body suit qui me faisait penser à un justaucorps de danse. Ainsi, tout le concept tournait autour d'une coiffure, d'un maquillage et d'une pose qui rappelait une danseuse de ballet.

autoportrait inspiré de la danse classique avec un bodysuit noir et un chignon de ballerine

La pose


Lorsqu'on fait un autoportrait, cela peut prendre une éternité lorsqu'on doit changer constamment de pose, surtout si notre appareil photo a de la difficulté à faire la mise au point.

Ça peut être un défi de taille également lorsque l'espace est limité et lorsqu'on doit constamment changer le cadrage. Un remède à ce problème est d'avoir une idée claire du concept qu'on veut réaliser et de savoir déjà quel type de cadrage et de pose on souhaite avoir.

Par exemple, cette photo a été inspiré d'une publicité de produits capillaires. Je voulais m'inspirer de l'éclairage et de la pose dans la publicité pour en faire ma propre version.

Il y avait aussi certaines restrictions techniques pour cette photo. Entre autres, avant de faire le montage pour les cheveux, il était plus facile pour moi de me prendre de profil afin de pouvoir voir le résultat final dans mon écran en même temps que je prenais la photo. Je m'assurais ainsi que mes cheveux restaient dans le cadrage.

autoportrait de profil mettant en valeur une queue de cheval qui vole en l'air et une retouche esthétique avancée

Conclusion


Bref, créer un autoportrait mémorable comporte son lot de défi, à commencer par la technologie. L'une des meilleures options demeure d'utiliser l'application mobile du fabricant pour déclencher, faire la mise au point et avoir un aperçu de la photo finale à partir de votre téléphone.

Si votre appareil n'a pas la fonction wi-fi, vous pouvez également utiliser un écran et une télécommande à distance, ou encore utiliser la capture en mode connecté de Lightroom ou Capture One

Ensuite, tout portrait réussi nécessite un bel éclairage et une certaine recherche esthétique. Pensez à votre pose, concept et accessoires à l'avance pour un résultat impeccable! 

Enfin, certains logiciels peuvent vous aider à prévoir votre éclairage à l'avance, comme Set a Light de Elixxier. C'est d'ailleurs le logiciel que j'ai utilisé pour les simulations d'éclairage dans cet article. Vous pouvez trouver la version d'essai ici: ​https://www.elixxier.com/​​​

Maintenant que je vous ai donné mes trucs et astuces, oserez-vous relever le défi? Partagez votre autoportrait dans le Lab des Photographes inspirés!


à propos de moi

Plusieurs années après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Les 5 erreurs d’éclairage qui gâchent vos portraits!

Certains photographes semblent être de vrais magiciens. Leurs photos sont parfaites à tous les coups. Comment font-ils? Est-ce leur équipement? Non! Leur façon de retoucher leurs images? En partie. Leur cadrage? Aussi! 

Mais, on oublie souvent un élément capital dans l'équation : l'éclairage. 

Les maîtres photographes portraitistes sont aussi des maîtres de la lumière. Ils savent comment éclairer leurs sujets pour les rendre encore plus beaux. Non seulement ça, mais ils savent aussi éviter les faux pas en éclairage qui gâchent les portraits instantanément! 

Alors, cette semaine, je vous parle des 5 pires erreurs d'éclairage en portrait. Nous allons voir comment les identifier, et surtout, comment y remédier! 

Erreur numéro 1 : la source d'éclairage est trop haute

Si vous avez déjà fait des photos en plein soleil de midi, vous savez de quoi je parle! 

Comme le soleil est haut, juste au-dessus de la tête des sujets ou presque, le soleil éclaire le front, le nez et les pommettes de vos sujets, mais laisse leurs yeux dans le noir total. C'est ce que j'appelle le look raton laveur! 

Dans ce cas, les yeux ne sont pas illuminés et le visage est bariolé de lignes d'ombres trop marquées. 

D'ailleurs, ce genre d'effet peut se manifester avec n'importe quelle source de lumière trop haute : un luminaire au plafond, un puits de lumière dans la maison, le ciel au-dessus d'une longue ruelle, ou un flash mal positionné! 

Lorsque la source de lumière est trop haute,  ​les yeux se retrouvent dans le noir...

La solution à un éclairage trop haut
 

Premièrement, tentez de changer la position de vos sujets en relation avec la source de lumière. Essayez de leur faire incliner la tête vers la lumière. Sinon, cherchez un endroit couvert pour bénéficier d'un éclairage plus facile à contrôler. 

Si vous pouvez changer l'angle de votre éclairage parce que vous utilisez de la lumière artificielle, n'hésitez pas! 

Pour éliminer le problème de l'éclairage trop haut, essayez de faire placer votre sujet plus en direction de la lumière... ou à l'opposé!

Erreur numéro 2 : La source de lumière est trop basse


Ce problème est très fréquent lorsque vous faites des photos à l'extérieur. 

Le soleil se réfléchit sur le trottoir, la rue ou une surface pâle quelconque. 

Ainsi, vous éclairez votre sujet par-dessous. 

Résultat : les ombres se retrouvent à des endroits inhabituels sur le visage de vos sujets, notamment au-dessus de la lèvre, sur le nez et au-dessus des pommettes, ce qui n'est pas flatteur du tout. 

Lorsque la source de lumière est trop basse, on se retrouve avec un éclairage anormal qui n'avantagent pas nos sujets!

Ce genre de problème survient aussi lorsque vous utilisez un réflecteur argenté que vous positionnez trop bas. Pour voir l'effet, je vous recommande cette vidéo:

Comment remédier à l'éclairage trop bas?

Lorsque vous remarquez que la lumière se réfléchit sur une surface pâle, causant un éclairage par dessous, essayez d'empêcher la réflexion. 

Par exemple, si la lumière se réfléchit au sol, déposez-y quelque chose de noir pour absorber la lumière. Ça peut être un tissu, un manteau ou le côté noir de votre réflecteur. 

Si la lumière se réfléchit sur un comptoir, essayez d'y déposer un napperon. 

Si c'est à cause de votre réflecteur, changez-en la position, soit en l'amenant plus en hauteur pour changer l'angle de la lumière. 

Si vous placez votre réflecteur plus haut, les ombres et lumières seront plus naturels. Bon. Je sais que mon exemple n'est pas idéal compte tenu le fait que je tenais le réflecteur moi-même... mais vous comprenez l'idée! 

Erreur numéro 3 : l'éclairage est trop frontal

L'éclairage trop frontal est le problème typique du flash intégré de l'appareil photo... et des photos de passeport! 

L'éclairage se trouve exactement à la même hauteur que le sujet, en plus d'être de face complètement. 

Résultat : il n'y a aucune ombre sur le visage. Ainsi, le visage de votre sujet semble complètement plat, sans aucun volume. 

Personne n'est avantagé par la lumière du flash direct de l'appareil! 

Comment éliminer l'éclairage trop frontal?

Si vous utilisez le flash intégré de votre appareil, éteignez-le. 

Besoin d'éclairage d'appoint pour les situations d'éclairage plus faible? Préférez un flash cobra possédant une tête rotative.

Cela vous permettra de faire rebondir la lumière au plafond, et cela aura pour effet de changer la direction de la lumière et de la rendre plus douce! 

La même photo, prise avec un flash cobra pointé vers le plafond blanc. La lumière se réfléchit sur le plafond, devenant ainsi plus douce et mieux dirigée!

Erreur numéro 4 : l'éclairage est inégal

Cette situation se produit souvent lorsque vous faites des photos de votre sujet à l'ombre d'un arbre et que la lumière passe à travers les feuilles. 

Ceci crée un éclairage inégal et très contrasté. Résultat : votre sujet se retrouve avec des taches surexposées sur le visage. 

Sous l'ombre de l'arbre, la lumière fait des taches sur le sujet, ce qui fait en sorte de surexposer certaines zones et d'en sous-exposer d'autres.

Comment éliminer l'éclairage inégal?

D'abord, si c'est possible, essayez de placer les parties éclairées à des endroits stratégiques. Par exemple, exposez pour les parties plus éclairées, et placez la lumière vis-à-vis les yeux de votre sujet.

Sinon, utilisez un réflecteur pour atténuer les parties trop claires.

Si vous n'avez pas de réflecteur, tournez votre sujet dos à la lumière. Ainsi, peu importe les taches, elles n'affecteront pas négativement votre sujet!

Une fois tournée dans la direction opposée, je profite encore de la lumière plus douce à l'ombre de l'arbre, Cependant, je me suis débarrassée des taches de lumières, qui sont maintenant dans mon dos!

Erreur numéro 5 : vous avez des sources de lumières de couleurs différentes

Avez-vous déjà eu l'impression que la lumière sur votre sujet était de différentes couleurs? Que votre sujet à la moitié du visage orange sur vos photos? 

Ceci arrive souvent lorsque vous faites des photos à l'intérieur et que vous utilisez à la fois la lumière du jour et la lumière artificielle.

Ça arrive aussi en studio, lorsque vos flashs sont réglés à faible intensité et que les luminaires de votre studio sont allumés.

Enfin, si vous utilisez un flash cobra en même temps qu'un éclairage artificiel, vous aurez aussi des problèmes.

Comme ces deux (ou trois, ou quatre) sources de lumière ont une couleur différente, aucun réglage de balance des blancs ne vous permet d'égaliser tout cela, et la couleur n'est jamais vraiment à point.

La lampe de chevet, beaucoup plus orangée que la lumière du jour venant de la fenêtre, donne un aspect orangé au visage.

Comment éliminer les problèmes de couleurs d'éclairage?

La première solution est de simplement éliminer les lumières parasites. Si vous êtes à l'intérieur et que vous utilisez la lumière d'une fenêtre, éteignez l'éclairage artificiel de la pièce. En studio, éteignez les lumières pour n'utiliser que vos flashs.

Si vous utilisez un flash cobra à l'intérieur, placez une gélatine correctrice sur votre flash pour que la couleur du flash soit la même que la lumière ambiante!

SAns la lampe de chevet, l'éclairage est plus cohérent!

Conclusion

Bref, l'art de l'éclairage est une discipline à part entière qui nécessite beaucoup d'attention.

Lorsqu'on est distrait par les réglages, le cadrage et les poses, ce n'est pas facile d'identifier et de corriger les problèmes d'éclairage.

Cela dit, dans cet article, je vous ai parlé des 5 erreurs les plus fréquentes en éclairage, ainsi que comment les identifier et les corriger. 

Si vous appliquez tous ces trucs, vous verrez une nette amélioration dans vos photos! 

Sur ce, je vous dis à bientôt, et bonnes photos!


à propos de moi

Plusieurs années après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Comment réussir ses portraits en plein soleil!

Avez-vous déjà été nerveux de faire des photos de portrait en plein soleil? Si oui, je vous comprends. La lumière ultra dure, les expressions crispées, les yeux de raton laveur... rien de très inspirant. 

Qu'on se le dise, les photographes ne sont pas de grands fans de la lumière directe du soleil. Mais, ça ne veut pas dire qu'il faut attendre les journées nuageuses pour faire des photos! 

Donc, aujourd'hui, je vous donne mes meilleurs trucs pour réussir ses portraits en plein soleil. 

J'ai déjà donné une partie de mes explications dans un de mes Facebook Live, mais pour ceux qui voudraient le revoir, c'est par ici! 

Truc numéro 1 : tournez les gens dos au soleil

Personne n'est très mignon avec le soleil dans les yeux. Éblouis par le soleil, les gens vont avoir les yeux à moitié fermés et le visage crispé. En plus, il y a de bonnes chances que le soleil, très haut dans le ciel, fasse de l'ombre sur les yeux des gens, causant ainsi les fameux yeux de raton laveur.

Pour se débarrasser de tous ces problèmes là, il suffit de placer les gens dos au soleil, tout simplement! 

Le soleil va donc créer une lumière de découpage dans les cheveux de vos sujets au lieu de les éclairer directement. 

Par contre, il se peut que l'arrière plan devienne plus clair dans ce genre de situation, parce que lors des journées ensoleillées, les zones d'ombres sont beaucoup plus sombres que les parties éclairées. 

Pour éviter cela et vous faciliter la vie au traitement, vous pouvez soit sous-exposer légèrement votre photo ou utiliser un réflecteur. Pour plus de détails à ce sujet, je vous invite à aller lire mon article sur c​omment réussir ses photos dans les situations de fort contraste!

Pour cette photo, j'ai placé notre modèle dos au soleil. Puis, avec un réflecteur argent, j'ai renvoyé  de la lumière du soleil vers elle, pour que la luminosité soit plus uniforme.

Changer la pose pour modifier la direction de la lumière

La lumière du soleil n'est pas toujours atroce! Pour certains types de photos, comme les photos de mode entre autres, une lumière dure et contrastée peut être très intéressante. 

Par exemple, pour cette photo, j'ai simplement fait lever la tête vers le ciel pour que les ombres et lumières aient l'effet que je voulais.

Vous pouvez aussi faire asseoir ou coucher vos sujet au sol et les photographier en plongée! 

Truc numéro 2 : allez à l'ombre! 

Lorsque c'est possible, placer vos sujets à l'ombre va vous rendre la tâche plus facile pour contrôler la direction de la lumière. 

En effet, comme vous aurez une lumière indirecte, l'éclairage sera plus doux, et vous pourrez positionner votre sujet pour avoir l'effet que vous voulez. 

Parfois, les zone d'ombre seront sous les feuilles des arbres. C'est une très bonne option. Par contre, il va falloir faire attention aux tâches de lumières qui apparaissent sur le visage. 

Si cela vous arrive, faites simplement bouger un peu votre sujet jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus. 

(sans retouches) Pour cette photo, j'ai placé notre modèle à l'ombre sous les feuilles des arbres. Il y a un peu de soleil que s'est faufilé pour arriver sur sa poitrine. Mais au moins, en la déplaçant légèrement, nous avons évité que ces taches de lumières n'arrivent sur son visage.

Truc numéro 3 : utilisez un diffuseur


Les diffuseurs sont souvent fait en tissus blanc translucide. On peut en bricoler avec plusieurs choses, comme des draps blancs, rideaux de douche, et ainsi de suite.

Mais la meilleure solution reste le diffuseur qui est souvent inclus dans les réflecteurs 5 en 1 qu'on trouve à bas prix sur les sites comme Wish ou Amazon.

Le seul désavantage de cette option est que c'est presque impossible de tenir un diffuseur et de faire des photos en même temps. 

Il vous faudra donc un assistant.  Si vous n'avez personne pour vous aider, il existe des diffuseurs triangulaires avec une poignée que vous pouvez tenir à une main. La poignée peut aussi se visser sur un trépied d'éclairage.

Une autre option intéressante est d'utiliser un parapluie blanc translucide, qu'on utilise habituellement en studio. Il a la même capacité de diffusion, mais le manche le rend facile à tenir (qui qu'il n'y a pas trop de vent!). 

Vous pouvez demander à votre sujet de tenir le parapluie et cadrer plus serré pour éviter de voir le parapluie dans le cadrage. 

Conclusion


Bref,  même si la lumière du soleil, en plein après-midi, est loin d'être optimale, ce n'est pas une raison pour s'empêcher de faire de beaux portraits! 

Que ce soit pour des photos de familles, des photos de vacances ou de voyages, le bal de graduation de votre fille, ou un super shooting de mode, le soleil peut être votre allié, avec quelques petits trucs! 

Lorsque vous irez faire des photos pendant un après-midi ensoleillé, pensez à tourner vos sujets dos au soleil, à les placer à l'ombre ou à apporter un diffuseur! Vos photos seront beaucoup plus réussies de cette façon! 

Si vous voulez avoir encore plus de bons trucs pour avoir des photos bien réussies dans toutes les conditions, je vous recommande le livre Shooting in Sh*tty Light de Lindsay Adler. Malgré qu'il soit en anglais, c'est vraiment un ouvrage exceptionnel! Vous pouvez le trouver ici.

Sur ce, je vous dit à la prochaine, et bonnes photos! 


à propos de moi

Plusieurs années après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Softbox, parapluie, beauty dish… lequel choisir et pourquoi!

crédit photo Sam McGhee sur unsplash

Si vous débutez en photographie de studio, vous allez être confronté à un choix difficile. En effet, débuter en photographie de studio implique de se procurer de l'équipement parfois coûteux, et le choisir n'est pas toujours une partie de plaisir!

En effet, le nombre d'accessoires sur le marché est plutôt assommant. Il y en a énormément, de tous les types et de tous les prix.

Alors, inévitablement, vous vous poserez LA fameuse question : softbox, parapluie ou beauty dish? Lequel choisir? À quoi ça sert?

Pas de panique! Aujourd'hui, je vous enseignerai tout ce qu'il faut savoir sur la lumière et les différents modificateurs de lumière. Vous allez apprendre les principales différences entre les différents modificateurs ainsi que le résultat qu'ils ont sur vos photos.

En bonus, je vous montre une série d'images pour voir les différences dans la vraie vie!

Prêts? C'est parti!

À quoi servent les modificateurs de lumière comme les parapluies et les softbox?

La lumière est notre principal outil en photographie, exactement comme la peinture pour un peintre. Pas de lumière, pas de photo.

Même si cela peut paraître évident, le rôle que la lumière a à jouer pour la réussite d'une photo est souvent sous-estimé.

Vous pouvez avoir le sujet le plus extraordinaire qui soit, avoir tout planifié, avoir le meilleur équipement, votre photo peut être très ordinaire si la lumière n'a pas été prise en compte.

Lorsqu'on parle de la lumière, il y a 3 éléments qui entrent en ligne de compte: la force de la lumière, la direction de la lumière, et la qualité de la lumière.

Les modificateurs de lumière : un outil pour contrôler la qualité de la lumière!

Quand on parle de qualité de la lumière, on fait surtout référence à son aspect, si elle est douce ou dure.

La lumière dure, c'est comme la lumière du soleil. Les ombres sont noires et marquées. La lumière douce, elle, ressemble plus à la lumière d'une journée nuageuse : les ombres sont moins foncées et plus estompées.

Selon le sujet photographié en studio (ou même à l'extérieur) vous aurez besoin de prendre contrôle de la qualité de la lumière. Et la façon de la contrôler, c'est d'utiliser le bon accessoire pour obtenir le résultat que vous avez imaginé.

Qu'est-ce qui rend la lumière douce ou dure?

Il y a principalement deux choses qui influencent si la lumière est douche ou dure :

  1. La taille de la source de lumière par rapport au sujet
  2. La diffusion de la lumière

Plus la source de lumière est grosse, plus la lumière est douce

Avez-vous déjà fait des photos avec le flash intégré de votre appareil? Probablement que oui! Et comme vous l'aurez probablement constaté, la lumière qu'il nous donne est très dure. C'est parce que le flash intégré de l'appareil est minuscule!

Par contre, si vous utilisez un flash cobra et que vous faites rebondir votre flash sur un plafond, votre nouvelle source de lumière devient le plafond. C'est donc beaucoup plus gros, et la lumière devient beaucoup plus douce.

Le principe est le même si vous utilisez un accessoire plus gros pour diffuser la lumière. À même distance de votre sujet, un softbox plus gros donnera une lumière plus douce qu'un softbox identique, mais plus petit.

Par contre, la distance entre la source de lumière et le sujet a aussi un impact sur sa taille relativement au sujet. Pensons au soleil entre autres. Il est énorme. Pourtant, sa lumière est dure. Pourquoi? Parce qu'en étant très loin de nous, il est petit par rapport à nous.

En studio, vous avez beau avoir le parapluie le plus énorme du monde, s'il est très loin, la lumière ne sera pas aussi douce!

Crédit photo : Randy Fath sur unsplash

Diffuser la lumière pour l'adoucir

Lorsque le temps est couvert, la lumière est plus douce parce que les nuages diffusent la lumière. En studio, le même concept s'applique avec les accessoires.

Si vous utilisez un flash nu, c'est un peu comme utiliser la lumière directe du soleil. Votre source de lumière est petite, et vous n'avez rien pour la diffuser. Par contre, du moment qu'une couche de tissus se retrouve entre le flash et le sujet, la lumière est plus diffuse. Plus il y a de couches entre le flash et le sujet, plus ce sera diffus!

Quel accessoire choisir?

Le choix de votre accessoire de studio préféré dépendra principalement de votre budget, et aussi de la qualité de lumière que vous cherchez à avoir. Si vous faites beaucoup de photo de portrait, vous serez probablement attiré vers les accessoires qui donnent une lumière plus douce.

Si vous faites de la photo de mode, vous serez plus intéressé par un éclairage un peu plus dur, qui laisse place au détail, pour le maquillage, entre autres.

Cher ou pas cher? Est-ce vraiment important?

Autant être honnête, quand vous débutez, acheter l'accessoire le plus cher ne vous sera d'aucune utilité. Oui, les accessoires plus chers sont plus durables et souvent plus pratiques, mais il est bon de ne pas trop investir au début, pour essayer sans se ruiner. D'autant plus qu'un prix plus élevé amène souvent des fonctionnalités qui sont pratiques, mais pas forcément essentielles.

Par exemple, j'adore les softbox Paul C Buff parce qu'ils se montent plus facilement. Cependant, cette fonction ne serait pas très utile pour quelqu'un qui n'a jamais besoin de démonter son équipement!

À force d'utiliser certains accessoires, vous développerez des préférences. Quand vous saurez ce que vous aimez le plus et ce que vous utilisez le plus souvent, vous serez en mesure d'investir dans un accessoire de qualité en sachant pour quoi vous payez!

Évidemment, vos préférences auront un lien direct avec le genre de photo que vous faites le plus souvent!

L'ami des petits budgets : le parapluie

Les parapluies ont plusieurs avantages, surtout lorsqu'on débute en photographie de studio. Ils sont économiques, peu encombrants et faciles à monter et à démonter. De plus, pas besoin de se casser la tête à savoir si le parapluie pourra être utilisé avec la source de lumière qu'on a : c'est plutôt universel!

Un autre avantage des parapluies est que vous pouvez en avoir de très grands parapluies pour beaucoup moins cher qu'un softbox de taille équivalente!

On retrouve 3 types de parapluies :

  1. Les parapluies blancs translucides. On placera alors le flash pour que la lumière passe au travers du parapluie, ce qui la rend plus diffuse.
  2. Les parapluies réfléchissants argent ou blancs. Dans ce cas, le flash sera pointé vers l'intérieur du parapluie, dans le sens opposé au sujet. Ainsi, la lumière se réfléchit dans le parapluie et devient plus grosse. Par contre, elle n'est pas diffusée en tant que telle. Ce type d'éclairage sera plus contrasté que le parapluie translucide.
  3. Les parapluies réfléchissants avec diffuseur. Ces parapluies sont exactement comme les parapluies réfléchissants, mais avec en plus une couche de tissus diffuseur. C'est pratiquement le croisement d'un parapluie et d'un softbox.

Les parapluies ont par contre certains désavantages. D'abord, comme ils sont ronds, il ont tendance à envoyer de la lumière partout, ce qui rend l'éclairage un peu plus difficile à contrôler! Ensuite, les baleines des parapluies ainsi que la tête de flash sont souvent visibles dans les yeux des sujets ou sur les objets réfléchissants, ce qui est moins intéressant.

Portrait éclairé avec un parapluie argent
Portrait éclairé avec un parapluie blanc translucide

Pour la première photo, j'ai utilisé un parapluie argent. La lumière est plutôt dure. Pour la deuxième photo, j'ai utilisé un parapluie blanc translucide. L'éclairage est plus doux. 

Pour un éclairage doux et facile à contrôler, utilisez un softbox!

Généralement plus dispendieux que les parapluies, les softbox ont plusieurs avantages.

Le premier est que comme ils ont souvent deux panneaux de tissus diffuseur, ils produisent un éclairage plus doux.

Ensuite, leur forme rectangulaire (quoiqu'il y a aussi des softbox en forme d'octogone) rend la lumière plus facile à diriger. Vous pourrez plus facilement concentrer la lumière sur votre sujet.

Finalement, les softbox se réfléchissent en forme de rectangle complètement blanc, ce qui vous rendra la tâche énormément plus simple pour les photos de produits, surtout ceux qui sont très réfléchissants.

Vous trouverez des softbox rectangulaires, étroits (aussi appelés stripbox) et en forme d'octogone (aussi appelés octobox). La forme à choisir dépendra de votre usage. Vous devrez aussi vous assurer que le softbox que vous achetez a la bonne monture pour votre flash.

portrait pris avec un softbox 32 par 40 pouces
portrait pris avec un stripbox 10 par 36 pouces
portrait pris avec un octobox

Pour la première photo, j'ai utilisé un softbox de 32 par 40 pouces. La deuxième photo a été faite avec un strip bos de 10 par 36 pouces. Le fait qu'il soit plus petit crée une lumière plus dure. Remarquez aussi le reflet plus étroit dans les yeux. Finalement, la 3e photo a été faire avec un octobox. Le résultat est semblable au softbox rectangulaire, mais avec un reflet rond dans les yeux. 

Le bol beauté ou beauty dish : pour une lumière bien définie

Un bol beauté, aussi appelé beauty dish, est un modificateur de lumière en métal en forme de cercle.

Son fonctionnement est simple. On le place sur la tête de flash. Puis, une plaque de métal devant le flash renvoie  la lumière vers le fond du bol beauté. La lumière est ainsi redirigée vers le sujet, comme avec un parapluie. La principale caractéristique de la lumière d'un beauty dish est qu'elle est relativement douce, mais laisse quand même place aux détails, ce qui en fait le choix par excellence pour les photos de beauté et maquillage!

On trouve habituellement deux ou trois tailles différentes de bols beauté, soit environ 16 pouces, 22 pouces et 27 pouces. La taille du beauty dish a un impact sur la qualité de la lumière. Plus il est gros, plus la lumière sera douce, à distance égale du sujet.

Il existe des bols beauté de différentes finitions. Certains ont l'intérieur argent, d'autres ont l'intérieur blanc. La différence entre les deux est que le bol beauté argent produit une lumière un peu plus dure et contrastée que le beauty dish blanc.

bol beauté avec nid d'abeille

Ce qui est bien avec les bols beauté est qu'ils sont très polyvalents. Vous pouvez les utiliser seuls, ou y ajouter des accessoires! Par exemple, vous pouvez y ajouter un nid d'abeille pour concentrer la lumière sur votre sujet. Vous pouvez aussi y ajouter un tissu diffuseur pour le transformer en softbox rond!

portrait pris avec un bol beauté
portrait pris avec un bol beauté et nid d'abeille
portrait pris avec un bol beauté et nid diffuseur

Pour la première photo, j'ai utilisé mon beauty dish blanc. Sut la deuxième photo, j'ai ajouté le nid d'abeille pour concentrer la lumière, ce qui a créé l'effet de vignette dans la photo. Sur la 3e photo, j'ai enlevé le nid d'abeille et j'ai mis le diffuseur sur le bol beauté. Le résultat ressemble à l'octobox mentionné plus haut.

Les autres accessoires à connaître

Si les parapluies, softbox et beauty dish sont les principaux accessoires d'éclairage à connaître, il y a d'autres accessoires intéressants! En voici quelques-uns!

Les panneaux diffuseur

Les panneaux diffuseur existent dans plusieurs formes et plusieurs tailles différentes. Vous pouvez trouver des réflecteurs multi-usages qui vont avoir les côtés réfléchissants et un diffuseur également. C'est très pratique pour les photos à l'extérieur lorsque vous devez adoucir la lumière du soleil.

Il y a aussi de grands panneaux diffuseurs rectangulaires que vous pouvez utiliser pour diffuser n'importe quel flash de studio. C'est une option très intéressante lorsque vous voulez avoir une lumière douce sans dépenser pour un softbox.

joannie tenant un diffuseur rond durant une séance de portrait

Les V-Flats

Il s'agit de gros panneaux en foamcore blanc ou noir qu'on assemble pour former un V. La plupart des photographes en ont des blancs, qui agissent comme réflecteurs, ou noirs, qui contrôlent les débordements de lumière.

En studio, ils sont très pratiques parce qu'ils tiennent tout seuls.

Dans cette vidéo, vous pouvez voir comment faire vos prores v-flats pour vraiment pas cher!

Les nids d'abeille

Les nids d'abeilles sont des accessoires circulaires avec des alvéoles. Ces alvéoles servent à concentrer la lumière. Plus les alvéoles sont petites, plus le cercle de lumière est concentré. On les utilise souvent pour créer un halo sur le fond derrière le sujet, ou encore éclairer de petites parties des sujets séparément.

nid d'abeille devant un flash équipé d'une gélatine rouge et de portes de grange

Conclusion

Bref, dans cet article, nous avons vu qu'avant de choisir un modificateur de lumière, il faut connaître les principales caractéristiques de la lumière qu'on veut avoir, et ce qui peut nous donner les résultats voulus.

En gros, pour avoir une lumière très diffuse, vous aurez besoin d'un modificateur de lumière de grande taille en rapport avec le sujet. Ensuite, la forme et les matériaux de votre accessoire influencent aussi le résultat.

Voici, en ordre de la lumière la plus dure vers la plus douce, à taille égale :

  • flash nu
  • beauty dish argent
  • parapluie argent
  • beauty dish blanc
  • parapluie blanc (réfléchi)
  • parapluie blanc (translucide)
  • parapluie blanc ou argent (réfléchi) avec diffuseur devant
  • Softbox ou beauty dish avec diffuseur

J'espère que cet article vous aura aidé à faire le choix du bon accessoire pour vos besoins. Comme toujours, si vous avez des questions, n'hésitez pas à me les écrire en commentaires!

À bientôt, et bonnes photos!


à propos de moi

4 ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Comment exposer dans les situations très contrastées?

On cherche tous à avoir l’exposition parfaite. Que nos photos ne soient jamais trop claires ou trop sombres. Qu’on ait toujours les réglages parfaits pour la photo parfaite, qui fonctionnent dans toutes les situations. Que l’appareil photo ne se trompe jamais.

Mais, en vérité… ce n’est pas si simple que ça. Comme vous le savez certainement, chaque situation est unique, et les réglages à utiliser pour avoir la bonne exposition le sont tout autant.

Évidemment, l’appareil photo vous donne plusieurs outils pour trouver la bonne exposition, comme l’histogramme et le posemètre.

D’ailleurs, pour en savoir plus sur l’exposition et le triangle d’exposition, ainsi que l’histogramme et le posemètre, je vous invite à aller lire mes articles à ce sujet!

Alors que d’avoir une exposition qui semble globalement bonne est un objectif atteignable pour la majorité d’entre nous, avoir du détail partout dans une image où il y a beaucoup de contraste est beaucoup plus complexe que ça en a l’air.

De plus, certaines situations particulières font en sorte que l’appareil photo se trompe à presque tous les coups.

Alors, aujourd’hui, je m’attaque aux situations qui rendent l’exposition parfaite impossible à obtenir…ou presque!

Nous allons voir pourquoi l’appareil peut se tromper, et que faire pour rectifier la situation. Nous allons aussi voir pourquoi il est parfois mieux de surexposer ou sous-exposer une photo volontairement. Puis, nous parlerons aussi de la photographie HDR (ou grande plage dynamique) pour les situations les plus complexes.
 

La plage dynamique : pourquoi votre appareil ne peut pas tout voir

La plage dynamique, c’est ce qui définit l’étendue des tons dans une scène, du plus foncé au plus pâle. La plage dynamique s’exprime en stops ou IL (pour indice de luminance).

Pour vous faire un rappel, une différence de +1 stop revient à doubler la quantité de lumière, et -1 stop à couper la lumière de moitié. Encore une fois, je vous invite à aller lire mon article sur le triangle d’exposition pour en savoir plus!

Même si les appareils modernes sont de plus en plus performants, ils ne peuvent quand même pas voir toute l’étendue des tons que nos yeux sont capables de voir.

À titre indicatif, nos appareils photo voient normalement autour de 10 stops de plage dynamique. Nos yeux, eux, en voient 24 stops! C’est énormément plus!

Alors évidemment, pour avoir une photo fidèle à ce qu’on a vu, il faut utiliser quelques stratagèmes pour tirer le meilleur des fichiers que notre appareil nous donne! Ces stratagèmes auront tous le même but : réduire la plage dynamique de la scène et contrer les erreurs de lecture d’exposition.


Comment l’appareil décide-t-il de la bonne exposition?

Avant d’expliquer comment régler les problèmes d’exposition, il faudrait en savoir un peu plus à propos de comment l’appareil décide de ce qui correspond à une bonne exposition.

En fait, l’appareil photo possède un posemètre interne qui lui permet de deviner la bonne exposition. Pour analyser l’image, l’appareil n’a aucune notion de couleurs. Il voit la scène en noir et blanc, et cherche à amener la photo à un gris 18%. Ce gris est en fait la moyenne entre les tons les plus clairs de l’image et les tons les plus foncés de l’image.

Peu importe le mode de mesure de l’exposition et peu importe si vous faites vos photos en mode priorité à l’ouverture, priorité à la vitesse, manuel, etc., l’appareil cherchera toujours à amener la zone analysée vers le gris moyen.

À quoi ça rime dans la vraie vie?

Ça veut dire que dès que vous demandez à votre appareil d’analyser une scène où il y a des éléments très pâles ou très foncés, il va se tromper.

Ça peut être lorsque vous faites une photo à contre-jour, une photo des mariés qui portent du blanc et du noir un à côté de l’autre, un paysage où vous avez des zones d’ombres et des zones très éclairées, un sujet pâle sur fond pâle, et ainsi de suite.

Voici quelques exemples. Pour ces exemples, j’ai décidé de donner un défi à mon appareil avec des photos à moitié noires, et à moitié blanches.

Dans cette photo, j’ai utilisé le mode de mesure spot, et j’ai fait la lecture d’exposition avec mon collimateur de mise au point en plein centre. L’appareil m’a donné un résultat plutôt satisfaisant. 

Maintenant, voici ce qui s’est passé lorsque j’ai fait ma lecture d’exposition sur le blanc, puis sur le noir. Ça ne va pas du tout. L’appareil a ramené vers le gris moyen dans les deux cas, et j’ai obtenu la mauvaise exposition.

résultat de mesure spot sur le blanc
résultat de la mesure spot sur le noir

Alors quelle est la solution pour éviter ce genre d’erreurs? Voici quelques pistes!


Réduire la plage dynamique dès la prise de vue


Comme nous l’avons vu précédemment, pour arriver à un bon résultat dans les cas de fort contraste, il faut réduire le contraste à la prise de vue, réduire la plage dynamique.

Pour faire cela, il faut soit réduire la luminosité des parties les plus claires, ou augmenter la luminosité des zones plus sombres! Voici quelques solutions possibles.


Utiliser un filtre gradué dans vos photos de paysage


Le filtre gradué est un morceau de verre qui est teinté seulement en partie. Il en existe de différentes densités, de plus pâle à plus foncé.

filtre gradué tenu devant l'objectif

Souvent, on utilise un filtre gradué pour assombrir un ciel trop clair dans les photos de paysages ou de coucher de soleil.

L’avantage du filtre gradué est que vous passerez moins de temps au post-traitement. Le désavantage est que vous devrez tenir le filtre gradué devant votre objectif, rendant la prise de photo à main levée un peu trop compliquée.


Utiliser un réflecteur


Si vous photographiez un sujet à l’ombre, mais que l’arrière-plan est trop clair parce qu’il est au soleil, vous pouvez utiliser un réflecteur.

Le réflecteur va vous permettre de renvoyer de la lumière du soleil vers votre sujet et de contrôler du même coup l’angle de la lumière.

 En éclairant davantage votre sujet, vous aurez une luminosité plus uniforme entre l’arrière-plan et le sujet. L’exposition sera donc plus facile à maîtriser!

Dans la première photo, j'ai fait mon exposition en utilisant la mesure spot sur le ventre du chien. Malheureusement, les parties les plus claires de l'image sont brûlées. Dans la deuxième image, j'ai fait mon exposition sur les hautes lumières pour éviter de les brûler, mais le reste de la photo est trop sombre. Finalement, en conservant les mêmes réglages que sur la deuxième photo, j'ai ajouté un réflecteur argent à gauche du petit chien pour ajouter de la luminosité. L'exposition est bonne partout.

Utiliser un flash pour déboucher les ombres

Si vous faites des photos à l’intérieur, mais que vous voulez aussi voir à l’extérieur, ou encore si vous êtres à l’ombre et que l’arrière-plan est au soleil, vous pouvez utiliser un flash pour éclaircir les zones plus sombres.

 Attention par contre! Le flash intégré de votre appareil ne vous donnera pas de très beaux résultats.

Essayez plutôt d’exposer pour que les parties plus claires ne soient pas surexposées. Puis, utilisez un flash cobra en mode TTL, que vous ferez rebondir sur une surface neutre pour avoir une lumière uniforme.

Dans la première photo, j'ai fait mon exposition en utilisant la mesure spot sur le ventre du chien. Malheureusement, les parties les plus claires de l'image sont brûlées dans ce cas aussi. Dans la deuxième image, j'ai fait mon exposition sur les hautes lumières pour éviter de les brûler, mais le reste de la photo est trop sombre. Finalement, en conservant les mêmes réglages que sur la deuxième photo, j'ai  utilisé mon flash cobra en mode TTL, en le faisant rebondir au plafond, pour ajouter de la luminosité. L'exposition est bonne partout.

Cadrer autrement

Si vous avez le soleil en pleine face, il est possible que vous ayez de la difficulté à faire votre mise au point ou à exposer correctement.

Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, où vous aurez probablement un éclairage qui est tout sauf idéal. 

Si vous voyez que c’est le cas, n’hésitez pas à vous déplacer!


Modifier la plage dynamique au traitement


Si vous faites vos photos en raw, vous savez à quel point vous avez de la latitude pour modifier l’exposition après la prise de vue!

Si vous ne l’avez jamais essayé, je vous conseille de lire mon article sur les fichiers jpeg vs les fichiers raw. Cela vous donnera certainement envie de commencer à faire vos photos en raw!

Cependant, pour faire une belle retouche de votre fichier raw et corriger la plage dynamique, vous devrez avoir toute l’information nécessaire, à la base.

Donc, il faut parfois exposer différemment que ce que notre appareil pense correct, pour exploiter au maximum la plage dynamique que notre appareil veut bien nous donner.


Exposer à droite : c’est quoi et pourquoi?


Vous avez probablement déjà entendu parler de l’expression «exposer à droite». Mais ça vient d’où? À quoi ça sert?

Exposer à droite vient du fait que pour utiliser cette technique, on tient compte de la partie à droite de notre histogramme : les hautes lumières.

Le principe est assez simple. Pour exposer à droite, il faut que les parties les plus éclairées de votre image soient aussi claires que possible, mais sans que la partie de droite de l’histogramme ne touche le côté de l’histogramme. Vous pouvez aussi activer l’avertissement des hautes lumières pour voir si certaines zones sont surexposées.

L’idée d’exposer à droite est d’avoir le plus d’information possible dans votre photo, sans jamais brûler les hautes lumières dans votre photo, parce que les hautes lumières brûlées sont IMPOSSIBLES à récupérer.

Le fait de prioriser les hautes lumières et d’éclaircir le plus possible sans rien brûler vous permettra d’avoir une photo retouchée qui sera plus «propre».

Pourquoi?

Parce qu’il y a plus d’information dans les hautes lumières que dans les ombres d’une image. Sans tomber dans un excès de technique, récupérer les ombres au traitement crée beaucoup plus de bruit numérique, et il est préférable d’avoir une photo légèrement plus claire qu’une photo avec des ombres bouchées qu’on essaie de ramener!

Pour arriver à exposer à droite, il faudra utiliser la correction d’exposition ou le mode manuel.

Voici un exemple de deux photos. L’une a été prise à une exposition normale, et l’autre en exposant à droite. Avec le traitement, ces deux images ont l’air identiques. Mais, si je zoom dans les photos, sans corriger le bruit numérique, vous voyez que la photo avec une exposition à droite a beaucoup moins de bruit!

D’ailleurs, exposer à droite ne veut pas forcément dire que votre photo sera globalement surexposée. Elle pourrait aussi être sous-exposée, dans certains cas, si les hautes lumières que vous tentez de protéger sont très claires. Si c’est le cas, il faudra que vous décidiez si certaines de ces zones claires peuvent être sacrifiées.

Ce sera le cas, entre autres, si le soleil est visible dans votre photo!


Sous-exposer volontairement une image : quand et pourquoi?

Si votre photo est très contrastée et que vous ne pouvez pas améliorer la situation avec les méthodes que j’ai mentionnées plus haut, exposer à droite est une des solutions les plus simples et les plus efficaces.

Mais, si l’écart est très grand entre les hautes lumières et les ombres, comme quand vous faites un portrait au coucher du soleil, par exemple, vous pourriez être forcé de sous-exposer de beaucoup votre photo.

Si, par exemple, il y a une partie du soleil qui est visible, et que les cheveux de votre sujet sont éclairés par-derrière, une exposition normale va les rendre complètement surexposés. Même si vous essayez de réduire l'exposition au traitement, ces zones resteront blanches.

Pour les récupérer, il faudra réduire l’exposition pour les protéger. Mais, ce faisant, vous allez sous-exposer l’image en entier. Donc, lorsque vous récupérerez les zones plus sombres, vous créerez du bruit numérique. Ce n’est pas idéal, MAIS c’est probablement préférable à une zone complètement brûlée!

L’idée est que lorsque vous faites des photos en raw, essayez de capturer votre photo pour avoir le plus d’information possible dans votre fichier, quitte à surexposer ou sous-exposer lorsque c’est nécessaire.


Quand rien ne va plus : le HDR (grande plage dynamique)

Si vous n’avez rien sous la main pour réduire la plage dynamique dans la scène dès la prise de vue, et que l’écart entre les hautes lumières et les ombres est beaucoup trop important pour tout capturer dans une même photo, vous pouvez essayer le HDR.

Le HDR, qui est un acronyme pour High Dynamique range, est une technique de photo qui permet, comme son nom le dit, de capturer une plus grande place dynamique.

En gros, pour faire un HDR, il faut capturer plusieurs images avec une exposition différente, certaines étant sous-exposées, bien exposées, et surexposées. On appelle cette méthode le bracketing.

Selon les appareils photo, il est possible de faire un bracketing d’exposition très facilement. Il suffit d’activer la fonction de bracketing automatique (AEB chez canon et BKT chez Nikon) et l’appareil changera automatiquement l’exposition entre chaque photo.

Pour voir comment utiliser le bracketing automatique de votre appareil, vous pouvez consulter une de ces vidéos!

Si votre appareil ne vous permet pas de faire un bracketing automatique, vous pouvez le faire vous-même. Il suffit d’utiliser une correction d’exposition d’abord à -3, puis à -2, à -1, à 0, plus à +1, +2 et +3.

Attention par contre, vous devez vous assurer que votre appareil ne bougera pas trop entre les photos. Un trépied est préférable.


Comment créer votre photo à grande plage dynamique?

Une fois que vos photos sont prises, vous devrez les combiner dans un logiciel de traitement d’image.

Dans Lightroom, c’est très facile à faire. Il suffit d’importer vos images de différentes expositions. Puis, sélectionnez vos images. Enfin, faites un clic droit sur l’une de vos images et cliquez sur Fusion, puis HDR. 

Vous verrez ensuite un aperçu de l’image finale. Puis, cliquez sur fusionner. Ensuite, vous pourrez ajuster votre photo pour en tirer le maximum!

Conclusion


Avoir l’exposition parfaite, ce n’est pas évident. Parfois, avoir l’exposition parfaite à la prise de vue est presque impossible.

Dans cet article, on a vu que l’appareil photo ne voit pas une plage dynamique aussi large que nos yeux. Donc, il faut utiliser quelques petits stratagèmes pour capturer le plus d’information possible dans nos photos.

 Dans un premier temps, le mieux est toujours d’essayer de réduire les écarts entre les ombres et les hautes lumières, soit avec un réflecteur, un flash, ou encore en modifiant notre composition.

Si réduire la plage dynamique n’est pas possible à la prise de vue, il faut plutôt essayer de capturer autant d’information que possible en une seule photo en exposant à droite, ou en faisant un bracketing pour faire une fusion HDR par la suite.

Bref, j’espère que cet article va vous avoir donné les outils pour maîtriser les photos très contrastées.

Comme toujours, si vous avez aimé l'article, n’hésitez pas à le partager et à me laisser vos impressions dans les commentaires!

À la prochaine, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Réussissez vos photos en faible lumière en 5 étapes!

Comment faire des photos en faible lumière? On le sait, quand il fait très sombre, faire de bonnes photos peut être assez complexe. On a souvent des photos floues, de mauvaise qualité, ou mal exposées.

Récemment, mon amie Julie m’est arrivée avec un bon défi. En effet, Julie est une artiste maquilleuse et voulait des photos de ses oeuvres. Mais en plus des maquillages traditionnels, elle offre aussi un type de maquillage hors de l’ordinaire : le maquillage blacklight.

Ce maquillage ne se voit pas avec un éclairage normal et n’est visible que sous un éclairage UV. Mais, vous le savez sans doute, le blacklight n’est certainement pas un éclairage idéal pour faire des photos. En fait, avec le blacklight, on est presque dans l’obscurité totale. Tellement qu’en plus d’utiliser mon fond de studio noir, j’ai dû le coller par-dessus la fenêtre de mon studio pour qu’aucune lumière extérieure ne puisse entrer!

Alors, comment ai-je fait pour arriver à faire les photos dans de telles conditions? Voici comment y arriver!

Étape 1 : Utilisez le mode manuel

Lorsque vous faites des photos en faible lumière, votre appareil n’arrivera pas à prendre les bonnes décisions au niveau des différents paramètres et vous risquez de rater votre photo. Ce qui risque le plus d’arriver, c’est que votre appareil surexpose la photo parce que le fond noir lui fait croire que le sujet au complet est sous exposé, comme sur cette photo.

Donc, pour éviter cela, vous allez devoir décider de l’ouverture, de la vitesse et de l’ISO vous-même en travaillant avec le mode manuel.

Étape 2 : choisissez la bonne ouverture

L’ouverture est le paramètre que vous devriez régler en premier lorsque vous faites des photos en faible lumière. Pourquoi? Parce que c’est la façon la plus sûre d’obtenir le plus de lumière possible dans vos photos sans risquer d’avoir du flou de mouvement ou une perte de qualité. Pour en savoir plus sur l’ouverture, allez voir cette vidéo.

Pour les photos du maquillage, j’ai utilisé mon objectif 70-200 à son ouverture maximale, c’est à dire, f/2.8. Si votre objectif ne vous permet pas de vous rendre à d’aussi grandes ouvertures, pas de panique! Vous pourrez compenser avec les autres réglages ensuite!

Étape 3 : choisissez la bonne vitesse d’obturation

Après avoir choisi l’ouverture la plus grande possible, vous allez devoir choisir la bonne vitesse d’obturation.

Pour en savoir plus sur la vitesse d’obturation, allez voir cette vidéo!

Vous devrez choisir une vitesse qui vous permet de prendre votre photo sans avoir de flou de mouvement.

À cette étape, si vous photographiez un sujet immobile, placez votre appareil sur un trépied. De cette façon, vous allez pouvoir utiliser des vitesses plus lentes sans que le mouvement de vos mains ne soit un problème. Pour ma photo, j’ai utilisé une vitesse de 1/30 seconde, sur trépied.

Si je n’avais pas utilisé de trépied, j’aurais pu me retrouver avec une photo comme ça…

Ou pire, comme ça : 

Comme Julie ne bougeait pratiquement pas, une vitesse de 1/30 était suffisante. Par contre, une vitesse plus basse faisait en sorte qu’un simple battement de cils causait du flou. Voici un exemple de photo que j’ai pris sur trépied, à 1/10 seconde:

Bref, la vitesse à utiliser en faible lumière dépendra de votre sujet. Commencez autour de 1/60 de seconde. Si vous avez du flou, augmentez la vitesse jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. Si vous n’avez pas de flou, essayez des vitesses plus basses jusqu’à ce que vous ayez du flou, puis gardez la vitesse limite la plus lente possible où vous n’avez pas de flou.


Étape 4 : choisissez un iso plus élevé pour les photos en faible lumière

L’iso, c’est ce qui contrôle la sensibilité du capteur de l’appareil photo à la lumière. Normalement, on recommande de garder l’iso le plus bas possible, pour éviter qu’il y ait des petits points dans nos photos, qu’on appelle du bruit numérique.

Mais, quand on est aux limites de l’ouverture possible de notre objectif et que la vitesse est déjà la plus lente possible pour éviter le flou, mais que la photo est encore trop sombre, il faut monter l’iso.

Dans la situation présente, j’ai augmenté l’iso jusqu’à 5000. Pour savoir où m’arrêter pour avoir la bonne exposition, j’ai activé l’avertissement des hautes lumières. Dès que l’avertissement s’est allumé dans les parties plus brillantes du maquillage, j’ai arrêté d’augmenter l’iso.

Maintenant, est-ce qu’il y a du bruit dans la photo. Absolument. Si je vous montre la photo de plus près, vous allez percevoir les petits points dans l’image.

Mais comme je le dis toujours, la photographie est un monde de compromis. Dans ce cas-ci, on n’avait pas le choix! Si jamais vous êtes confrontés à utiliser un iso plus élevé, vous pouvez utiliser la réduction du bruit dans Lightroom. Comme le démontre la prochaine photo, on peut s'en tirer à bon compte quand même!

Étape 5 : choisissez la bonne balance des blancs

La balance des blancs, c’est ce qui sert à avoir les bonnes couleurs dans nos photos selon la couleur de l’éclairage dans la scène.

Le blacklight étant une lumière naturellement bleue, je ne voulais pas perdre cet aspect, sans non plus l’exagérer.

J’ai donc testé les preset de balance des blancs ombragé, nuageux, flash et lumière du jour.

J’ai finalement arrêté mon choix sur lumière du jour, que j’ai modifié légèrement au traitement dans Lightroom.

Conclusion

Bref, dans cet article, je vous ai expliqué tout ce qu’il faut savoir pour réussir ses photos lorsqu’il fait très sombre.

Pour y arriver, il faut faire ses photos en mode manuel, choisir l’ouverture la plus grande possible, utiliser une vitesse aussi lente que possible sans avoir de flou, et compenser avec l’ISO, qu’on augmente graduellement jusqu’à ce que l’exposition soit bonne.

Pour déterminer la bonne exposition, votre meilleur outil sera l’avertissement des hautes lumières, qui clignotera lorsque les parties plus claires de l’image seront surexposées. À ce moment-là il va falloir réduire l’ISO d’un cran.

Et voilà! C’est déjà tout pour cet article à propos de comment réussir ses photos en faible lumière! J’espère que ces conseils vous auront aidé à conquérir les situations extrêmes. Si vous avez aimé l'article, n’hésitez pas à me laisser vos impressions dans les commentaires!

Sur ce, je vous dis à la prochaine, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Initiation aux gélatines de couleur!

montage de 3 photos côte à côte, toutes faites avec des gélatines de couleur

Avez-vous déjà utilisé des gélatines de couleur en studio? Moi, j'en raffole!

Ceux qui me connaissent le savent, je suis obsédée par les couleurs, et ça ne date pas d’hier!

Comme je l’ai raconté dans ma vidéo sur le noir et blanc (cliquez ici pour la voir), j’ai déjà un peu pété ma coche, en bon québécois, dans un des mes cours de photographie, en disant que je trouvais le noir et blanc atrocement laid et ennuyeux. J’ai appris à aimer cela depuis… mais je demeure une passionnée de couleurs et de leur impact sur nos images.

La semaine dernière, je vous ai partagé sur Instagram le résultat d’un merveilleux délire créatif que j’ai eu avec mon amie Michèle et notre modèle Nikki. Suite à cette belle expérience, Michèle m’a donné l’idée de partager mes recettes d’éclairage avec vous!

Alors aujourd’hui, je vous parle de tout ce que vous devez savoir pour vous initier à la photographie avec des gélatines de couleurs! Prêts? C’est parti!

Commencer avec les gélatines de couleur : de quoi avez-vous besoin?

D’abord, les gélatines de couleurs sont un excellent investissement. Pour entre 40 et 60 dollars, vous pouvez trouver de beaux assortiments de gélatines de plusieurs couleurs différentes.

L’avantage des gélatines est que vous pouvez non seulement changer la couleur de votre éclairage et aussi changer la couleur de votre fond, si vous avez assez d’espace.

Les deux marques les plus connues sont les marques Lee et Rosco. Vous n’êtes pas obligé d’acheter ces marques. Par contre, sachez que les acétates ou emballages plastiques de couleur sont à éviter parce qu’ils risquent de fondre avec la chaleur de vos lampes de modelage.

Si vous utilisez des flashs cobra, vous pouvez simplement découper une gélatine plus grande, ou utiliser un kit conçu spécialement pour ça. Ces ensembles viennent généralement avec des gélatines et des bandes élastiques pour attacher la gélatine sur le flash.

Ensuite, pour les accrocher à vos flashs, vous aurez besoin de quelque chose de résistant à la chaleur pour les faire tenir. Les gels que j’ai tiennent par eux-même avec mes portes de granges comme vous voyez ici.

Mais, si vous n’avez pas cet accessoire, utilisez du gaffer tape, qui est fait spécifiquement pour résister à la chaleur et bien se décoller sans laisser de résidus.

Comment utiliser les gélatines de couleur : la technique

Pour utiliser des gélatines de couleur, vous devrez au préalable connaître les bases de la photographie au flash. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à aller lire mon article sur les 3 éclairages essentiels à connaître pour votre premier studio photo.

Maintenant, la première chose à savoir à propos des gélatines de couleur est qu’elles influencent la puissance de votre flash. Si vous utilisez une couleur très saturée et très foncée, comme un bleu primaire, par exemple, vous aurez besoin de plus de puissance pour que la lumière de votre flash soit bien exposée.

Disons que votre flash, sans gélatine, doit être à 1/8 de puissance pour être bien exposée. Si vous ajoutez une gélatine foncée, comme rouge ou bleu, vous devrez peut-être augmenter la puissance de votre flash jusqu’à 1/2 environ.

Vos flashs avec une gélatine peuvent être sous-exposés et preuve aussi être surexposés! Si vous faites une photo et que vous voyez que la zone éclairée en couleur est plus pâle que la couleur de votre gélatine ou qu’il semble manquer de détail, ajustez votre flash!

Les différents usages des gélatines de couleur

Pour mes photos de la semaine dernière, j’ai utilisés les gélatines de plusieurs façon différentes. Voici comment placer votre éclairage pour obtenir des résultats semblables.

Cas numéro 1 : utiliser une gélatine pour agencer le fond

Pour cette première image, j’ai voulu créer un effet d’unité entre le bleu du fond et notre modèle.

jeune femme photographiée sur fond bleu avec un accent de couleur bleue dans es ombres

Pour cela, j’ai utilisé un bol beauté comme source d’éclairage principale, que j’ai placé environ 1 mètre plus haut que le visage de Nikki, à gauche.

diagramme d'éclairage montrant la position du bol beauté

Les bols beauté existent dans plusieurs formats. On trouve généralement ceux avec l’intérieur argent et ceux avec l’intérieur blanc. Personnellement, j’utilise le bol beauté blanc, qui donne un éclairage plus doux que celui avec l’intérieur argent.

bol beauté paul c buff blanc
bol beauté paul c buff argent

Ensuite, j’ai ajouté un nid d’abeille, qu’on appelle aussi grid, pour concentrer la lumière vers mon modèle. C’est ce qui a créé l’effet de vignette subtile dans la photo. 

trois photos côte à côte d'un bol beauté avec un nid d'abeille, sans nid d'abeille et le nid d'abeille seul

Enfin, j’ai ajouté un flash avec une gélatine bleue à droite.

Remarquez que la lumière bleue n’apparaît que dans les zones où la lumière blanche ne se rends pas, bref, les ombres. C’est la base de l’éclairage avec des gélatines. Les couleurs pures de chaque gélatine n’apparaissent que dans les ombres laissées par les autres sources d’éclairage!

diagramme d'éclairage montrant un bol beauté muni d'un nid d'abeille à gauche et d'un flash avec une gélatine bleue à droite


Cas numéro 2 : utiliser les gélatines de couleur sur le fond et dans les ombres.

Pour la deuxième image, je voulais créer un effet de couleurs sur mon fond et sur notre modèle également. C’était un gros défi parce que mon studio est assez petit et qu’il faut normalement un peu plus d’espace pour éclairer le fond et le modèle séparément.

photo d'une mannequin sur un fond bleu avec un halo orangé et un éclairage avec les ombres bleues

Pour créer l’effet, j’ai utilisé un fond blanc. Ensuite, j’ai placé un nid d’abeille et une gélatine rouge sur le premier flash. Pour éviter de le voir dans la photo, je l’ai placé en retrait à droite et je l’ai pointé vers le centre de mon fond. Comme je voulais un halo plus orangé que rouge, j’ai surexposé ce flash.

flash muni de portes de grange, d'une gélatine rouge et un nid d'abeille
diagramme d'éclairage montrant un flash muni d'une gélatine rouge pointé vers le fond

Ensuite, j’ai ajouté l’éclairage principale à 90 degrés à gauche de notre modèle, aussi haut que mon plafond le permettait. J’ai utilisé un octabox (qui est un softbox en forme d’octogone) pour avoir une lumière douce. J’ai essayé de limiter la lumière blanche qui allait vers le fond, pour l’empêcher de délaver complètement mon rouge.

diagramme d'éclairage avec un octobox à gauche, un flash avec gélatine rouge pointé vers le fond et un flash avec une gélatine bleue  à droite du modèle

Enfin, j’ai ajouté un flash avec une gélatine bleue à droite de Nikki, à environ 1 mètre de hauteur, pointé vers le haut. De cette façon, ma lumière bleue éclairait principalement les zones laissées dans l’ombre par ma lumière principale et mon halo rouge.

Malheureusement, comme mon studio est un peu petit, la lumière blanche est allée rebondir sur les murs blancs de mon studio. Cela a eu pour effet de délaver le fond.

Comme je trouvais le fond trop terne, je l’ai corrigé en post production avec l’outil dégradé dans Photoshop.

modèle devant un fond délavé
fond retouché entièrement bleu
fond avec une ébauche de dégradé orange
image finale avec le fond retouché

Cas numéro 3 : les gélatines pour détacher le sujet du fond

Pour cette troisième photo, j’ai utilisé un fond noir. J’ai aussi utilisé le bol beauté à nouveau, toujours avec le nid d’abeille pour garder mon fond le plus noir possible. Je l’ai placé à gauche, aussi haut que possible, à plus ou moins 45 degrés.

photo d'une jeune femme portant de la lingerie en dentelle photographiée devant un fond noir, les cheveux dans le vent, avec des accents rouges sur les côtés

Ensuite, pour éviter que notre modèle ait l’air de flotter dans le vide, j’ai utilisé deux flashs avec des gélatines rouges, que j’ai placé de chaque coté, à mi-chemin entre elle et le fond.

diagramme d'éclairage montrant un bol beauté à gauche et deux flashs avec des gélatines rouoges pacés au 45 arrière.

Évidemment, le rouge m’a semblé particulièrement approprié pour cette photo de type boudoir!

Conclusion

Bref, les gélatines de couleur sont un excellent outil pour ajouter de la variété dans vos photos.

En résumé, je vous ai parlé des marques de gélatines les plus populaires, ainsi que des façons les plus simples de les accrocher à vos flashs.

Ensuite, nous avons vu que les gélatines de couleurs influencent la puissance du flash et qu’il faut s’adapter en conséquence!

Puis, nous avons vu qu’il est très simple d’ajouter de la couleur avec des gélatines, en autant qu’ils n’y ait pas de lumière plus forte qui délave la couleur. Il est plus facile de faire apparaître la couleur dans les zones laissées dans l’ombre par la lumière blanche.

Si vous souhaitez donner une couleur à votre fond, assurez vous que la lumière destinée à votre sujet ne se rende pas au fond, soit en utilisant une bonne distance entre le sujet et le fond ou en plaçant votre éclairage sur le côté.

Et voilà! C’est ce qui complète cette initiation aux gélatines de couleur! Si la vidéo vous a plu, n’hésitez pas à la partager et à me laisser vos impressions dans les commentaires! À bientôt et bonnes photos! 


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

7 trucs de pro pour éviter les reflets de lunettes

femme avec des lunettes remplies de reflets dans un éclairage tamisé

Ahhhhhh les reflets dans les lunettes...

Avez vous déjà eu des problèmes de reflets dans les lunettes quand vous faites des portraits? Si vous avez déjà photographié des gens, la réponse est assurément OUI.
 
Que vous fassiez des photos en lumière naturelle ou en studio, vous devrez, tôt ou tard, trouver des solutions pour éliminer ces fichus reflets. Et quand on ne sait pas comment s’en débarrasser dès la prise de vue, retoucher des reflets de lunettes sera assurément un véritable CAUCHEMAR!

enfant qui prend son petit déjeuner et qui porte des lunettes avec des gros yeux


Essayer de redessiner les motifs uniques dans l’iris de quelqu’un lorsqu’ils sont cachés derrière une tache blanche est un gros défi, même pour les retoucheurs les plus chevronnés.
 
Mais alors, comment faire pour les éviter? Doit-on faire enlever leurs lunettes à tous nos sujets? Absolument pas! En fait, je vous ai préparé aujourd’hui un guide complet pour dire bye bye aux reflets dans les lunettes!

Pour connaître tous mes lisez ce qui suit!

Pourquoi les gens ont des reflets dans leurs lunettes


Typiquement, les reflets qui apparaissent sur les surfaces transparentes sont là parce qu’il y a un objet plus lumineux d’un côté que de l’autre de la surface.

Par exemple, s’il fait noir dans votre maison, mais qu’il fait clair dehors, alors vous verrez des reflets dans les fenêtres. Si le fond d’un lac est sombre, le ciel, qui est plus clair, se réfléchit sur l’eau.

image symétrique d'une montage qui se réfléchit dans l'eau transparente d'un lac

Crédit photo Christian Holzinger sur Unsplash


Le même phénomène se produit sur les lunettes. Comme votre source de lumière est plus claire que les yeux et la peau de votre sujet, les reflets apparaissent.

Mais si avoir une source de lumière est important pour avoir un regard lumineux, comment fait-on pour ne pas avoir de reflets de lunettes? Voici quelques solutions.

Solution numéro 1 : changez d’angle!


Si votre sujet regarde vers la lumière, il y aura un beau catchlight dans ses yeux, mais il y aura aussi, fort probablement, des reflets dans ses lunettes.

Pour l’éliminer, il suffit, bien souvent, de faire des petits ajustements dans l’angle de l’appareil par rapport au sujet.

Essayez de prendre votre photo légèrement en plongée (au-dessus) ou en contre-plongée (en dessous) et vous pourriez être surpris du résultat.

Essayez aussi de vous déplacer légèrement vers la gauche ou vers la droite, si c’est possible. De cette façon, le reflet changera de position par rapport à l’appareil, et vous pourrez l’atténuer ou le faire carrément disparaître!

Pour cette photo, j’avais des reflets dans les lunettes de mon sujet. Pour les éliminer, je me suis simplement déplacé vers la gauche, et hop! Le reflet est disparu!

portrait d'un jeune homme en studio qui a des reflets dans ses lunettes
photo d'un jeune homme en studio sans reflets de lunettes


Pour ce deuxième exemple, mon modèle avait un gros reflet dans les yeux à cause de la position de sa tête. Comme je ne pouvais pas déplacer mon flash, je lui ai fait baisser le menton, et le problème s’est réglé tout de suite!

portrait sur fond noir d'un jeune homme avec reflets dans ses lunettes
photo d'un jeune homme sur fond noir sans reflets de lunettes

Solution numéro 2 : modifiez l’angle des lunettes elles-mêmes!


Si vous ne pouvez pas vous déplacer ou changer votre angle parce que vous cherchez à avoir un résultat bien précis au niveau du cadrage, essayez d’ajuster la position des lunettes sur le visage de votre sujet.

Pour ce faire, demandez à votre sujet de faire remonter la branche de ses lunettes sur ses oreilles.

Ainsi, les verres des lunettes se retrouveront inclinés vers le bas.

Cela va vous donner un bon coup de pouce pour éviter que la lumière s’y réfléchisse directement.

un garçon à la peau noir avec un éclairage et un habillement coloré baisse ses lunettes sur le bout de son nez


Solution numéro 3 : placez votre sujet à contre-jour!

Si les deux premiers trucs que j’ai mentionnés ne fonctionnent pas du tout, vous pouvez essayer de faire faire demi-tour à votre sujet.

En plaçant la source de lumière derrière la personne, vous vous assurerez qu’il n’y aura pas de reflets… tant que vous n’avez pas un réflecteur pour renvoyer la lumière directement vers le sujet!

Ce truc fonctionne particulièrement bien si vous photographiez un groupe de personnes qui ont toutes des lunettes et que la lumière naturelle devient trop difficile à gérer!


Solution numéro 4 : déplacez la source de lumière!


Si vous utilisez un flash de studio ou un réflecteur, vous vous faciliterez déjà beaucoup la vie!

Pourquoi? Parce que dans la majorité des cas, votre problème de reflet pour être résolu en déplaçant tout simplement votre éclairage.

Si vous utilisez un parapluie ou un softbox en studio, placez-le plus haut et inclinez-le légèrement vers l’avant. Vous pouvez faire la même chose si vous utilisez un réflecteur!

Si votre plafond de studio est bas et que vous êtes limités en hauteur, essayez d’utiliser les trucs numéro 1 et 2 pour corriger la situation!

Si jamais vous utilisez le flash intégré de votre appareil photo, il se peut que vous n’arriviez tout simplement pas à vous débarrasser des reflets, puisque la source de lumière est attachée directement à votre appareil.

Si vous devez utiliser un flash sur votre appareil, à l’intérieur, privilégiez un flash cobra. Pointez la tête du flash vers le plafond. La source de lumière proviendra donc du plafond au lieu de l’appareil directement.

S’il reste des reflets, essayez de placer votre main ou un morceau de carton ou de mousse opaque sur le devant du flash.


Comment retoucher des reflets de lunettes?


La façon de retoucher des reflets dans les lunettes dépend du type de reflet que vous avez. Certains reflets sont plus intenses et plus opaques que d’autres. Certains reflets ont une teinte particulière, d’autres non. Voici quelques solutions pour les différents types de reflets.


Le facile : corriger un voile dans les lunettes.

Dans cette image, mon sujet regardait vers la lumière, qui débordait sur le mur blanc de mon studio. Sans que ce soit un reflet direct, on dirait qu’il y a une espèce de voile blanc devant ses yeux. 

lunettes avec un voila blanc

Heureusement, retoucher cela est très facile. Il suffit d’ajouter simplement du contraste à cet endroit précis.

Pour ce faire, je vais utiliser le pinceau de retouche de Lightroom. Je vais augmenter le contraste. Tout le reste va rester à zéro.

pinceau de retouche avec contraste dans Lightroom
ajout de contraste dans Lightroom

Il ne reste qu’à peindre sur les verres des lunettes et ajuster l’intensité du contraste.

Et voilà!

L’intermédiaire : retoucher un reflet coloré


Si vous avez un reflet dans les lunettes qui n’est pas opaque, mais qui a une teinte de couleur, votre retouche se fera en deux temps. Je vous conseille de retoucher d’abord la couleur, et ensuite le reflet.

La façon la plus simple de corriger les couleurs localement est d’utiliser un calque en mode de fusion couleur dans Photoshop.

Pour ce faire, ouvrez votre image dans Photoshop. Ensuite, créez un nouveau calque vide. Puis changez le mode de fusion pour couleur.

mode de fusion couleur dans Photoshop


Ensuite, avec l’outil pinceau, vous devrez peindre la bonne couleur par-dessus les parties affectées.

Pour choisir la bonne couleur, appuyez sur ALT ou OPT pour faire apparaître la pipette et cliquez sur la couleur que vous voulez copier.

échantillonnage de couleur avec la pipette dans Photoshop

Puis, avec une opacité à environ 30 pour cent, peignez par dessus les zones affectées.

Si vous avez dépassé, il faudra appliquer un masque de fusion pour effacer certaines parties de l’effet.

lunettes avec correction des couleurs


Ça se peut que vous ayez à faire quelques essais et erreurs pour avoir des couleurs qui semblent logiques.
 
Ensuite, créez un nouveau calque vide. Vous utiliserez celui-ci pour corriger les lignes de contour du reflet qui pourraient rester.
 
Faites des essais avec l’outil pièce. 

retouche d'un reflet de lunettes avec l'outil pièce

Si vous voyez qu’il semble rester un voile dans les lunettes, vous pouvez utiliser la même technique qu’on a utilisée dans Lightroom, mais avec le filtre de luminosité et contraste dans Photoshop.

ajout de contraste avec le calque de réglage luminosité/contraste dans Photoshop
ajout de contraste avec le calque de réglage luminosité/contraste dans Photoshop
ajout de contraste avec le calque de réglage luminosité/contraste dans Photoshop

Le difficile : le reflet blanc opaque.


Avant de commencer cette retouche, je tiens à dire qu’il sera parfois quasi impossible de retoucher ce type de reflet parfaitement. Par contre, si votre sujet était de face, vous avez de bonnes chances de vous en sortir avec un usage rusé de l’outil tampon et quelques sélections!

La première chose à faire est d’ouvrir la photo dans Photoshop. Créez un nouveau calque vide.

Ensuite, sélectionnez l’outil tampon. Puis, allez au menu Fenêtre et choisissez source de duplication. Ce panneau est très utile parce que vous pouvez inverser le sens de ce que vous dupliquez! C’est exactement ce que tous allons faire.

source de duplication

Cliquez sur l’icône rectangulaire qui a une flèche au-dessus à côté de la lettre L (pour Lenght). Ensuite, échantillonnez l’oeil qui n’a pas de reflet, puis copiez-le de l’autre côté. Si ce n’est pas parfait, vous devrez procéder autrement.

panneau source de duplication
échantillon de l'outil tampon inversé sur le sens horizontal avec le panneau source de duplication

La deuxième option est de copier l’oeil qui est correct au complet, puis de transformer la sélection pour que ça s’assemble bien.

Pour ce faire, je vais sélectionner le bon oeil avec la sélection rectangulaire (raccourci clavier M).

Ensuite, je vais ajouter un contour progressif à ma sélection. Pour faire cela, allez dans la barre d’outils en haut à gauche et entrez un nombre de pixels. Je vais utiliser 10.

Puis, je vais sélectionner le bon oeil. Enfin, je vais le dupliquer sur un nouveau calque avec le raccourci clavier CMD J.

sélection rectangulaire avec 10 pixels de contour progressif

Maintenant, il faut transformer ce nouvel oeil.

D’abord, il faut l’inverser de sens pour qu’il corresponde à l’autre oeil. Appuyez sur la touche cmd ou ctrl T. Vous verrez qu’il y a maintenant une sorte de sélection autour de l’oeil. Faites un clic droit et cliquez sur symétrie axe horizontal.

Maintenant, déplacez l’oeil par-dessus celui que vous voulez remplacer.

symétrie axe horizontal
positionnement de l'oeil après la transformation


Réduisez l’opacité pour essayer de bien le positionner. Maintenant, vous verrez que ça a l’air très bizarre. Vous allez devoir le déformer un peu pour que tout s'aligne bien.

Appuyez à nouveau sur le raccourci cmd T. Dans la barre d’outils en haut de la fenêtre, environ au centre, vous allez voir trois symboles. Cliquez sur le premier des trois, celui qui ressemble à un encadré courbe. C’est l’outil de déformation.

Maintenant, jouez avec les différents points jusqu’à ce que la sélection semble bien alignée avec l’oeil original.

icône de l'outil déformation
outil de déformation

Enfin, ajoutez un masque de fusion sur ce calque et peignez seulement là où c’est nécessaire pour cacher le reflet.
 
Terminez avec l’outil correcteur, l’outil tampon ou l’outil pièce si nécessaire.
Vous pouvez répéter la même opération pour un autre reflet!

correction avec l'outil pièce

Conclusion


En conclusion, les reflets dans les lunettes peuvent être un vrai cauchemar pour un photographe.
 
Heureusement, il existe plusieurs trucs que vous pouvez utiliser pour vous en débarrasser dès la prise de vue.

En effet, vous pouvez changer l’angle de votre appareil par rapport au sujet ou lui faire incliner la tête. Vous pouvez aussi lui faire positionner ses lunettes autrement. Ensuite, si cela ne fonctionne pas, vous pouvez prendre votre photo à contre-jour!

Si vous faites des photos au flash, changer la position du flash par rapport au sujet vous aidera beaucoup. En règle générale, le meilleur truc est de simplement remonter le flash un peu plus haut.

Si vous faites des photos au flash cobra, pointez-le vers le plafond et bloquez la lumière sur le devant!

Enfin, si tous ces trucs n’ont pas fonctionné, ou que vous avez des reflets parce que vous avez pris une photo en vitesse, pas de panique! Référez-vous à mes trucs de pros pour retoucher les lunettes en restant zen!

J’espère que cet article vous a plu! Si c’est le cas, partagez-le et laissez moi vos impressions en commentaires!

Sur ce, je vous dis à la prochaine, et bonne photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Tout sur la photo de produits : équipement, éclairage et plus!

Salut à tous!  Cette semaine, on parle d’un sujet qui plaira assurément à tous les artisans, marketeurs et entrepreneurs : la photographie de produit! Si vous avez une boutique en ligne sur Etsy, Amazon, eBay ou votre propre site, lisez ce qui suit!

Cet article fait partie d’une série d’articles sur la photographie sur fond blanc. La semaine dernière, nous avons parlé de photographier les gens sur fond blanc. Si vous l’avez raté, vous pouvez le lire ici, et aller voir mon live Facebook à ce sujet!

Cette semaine, on élève le jeu d’un cran. Nous allons parler des défis que présente la photographie de produit.

On va parler des objectifs à atteindre en photographiant des objets.

Nous allons voir quel matériel utiliser (appareil photo, objectifs, éclairage, accessoires, etc.).

Nous allons aussi parler des particularités de certains matériaux et comment arriver à un bel éclairage pour ces objets.

Finalement, je vous montrerai comment construite un éclairage avec plusieurs études de cas!

Prets? Allons-y!


Dans l’oeil du photographe : comment prendre les bonnes décisions en photographie de produits


Lorsque vous photographiez des objets, votre but est de présenter votre sujet de la façon la plus réelle possible, tout en racontant une histoire à son propos.

Qu’est-ce que je veux dire par là?

Disons que vous photographiez un superbe sac à main rouge fait de cuir haut de gamme. Vous devez, dans un premier temps, vous assurer que le rouge sera rendu correctement. Puis, vous devez aussi éclairer le sujet de manière à montrer la texture de ce cuir. En effet, le matériau en dit beaucoup sur la qualité de l’objet.

Est-ce qu’il y a des détails particuliers sur cet objet qui le rendent attrayant? Par exemple, si ce sac à main est assemblé et cousu à la main, faire un plan rapproché des coutures peut être un ajout intéressant à votre série d’images.

Pensez aussi à qui s’adresse cet objet. Pensez à la dame qui le porterait. Comment serait-elle habillée? Quel pourrait être son style? Quelle palette de couleur lui parlerait? Vous pouvez utiliser les réponses à ces questions pour faire une photo pour mettre le sac à main en contexte!


Le coffre à outils du photographe de produits : de quoi avez-vous besoin?


Au niveau technique, la photographie de produit demande essentiellement des photos bien nettes, sans distorsion, avec une représentation le plus juste possible de la réalité. Alors, quels sont les outils nécessaires pour cela?


Quel appareil photo utiliser pour la photographie de produits? 


Ah, la question qui tue! La réponse courte à cette question est simplement qu’il est possible de faire de belles photos de produits avec n’importe quel appareil photo, que vous ayez un capteur aps-c, plein capteur… ou moyen format!

Les principales différences entre ces trois types d’appareils se trouvent au niveau du rendu de l’image en raw. Plus le capteur est gros, plus l’image sera nette et plus les couleurs seront bien rendues, en plus d’avoir un impact sur la richesse des tons. Souvent, un plus petit capteur va vous donner un peu plus de travail au traitement, mais ne vous empêchera pas forcément d’avoir de très bons résultats, surtout si vous ne publiez les photos que sur le web.

Quels objectifs doit-on utiliser pour la photographie de produits? 


Comme vous souhaitez avoir des photos très nettes pour les photos de produits, les objectifs à focale fixe sont la meilleure solution. Ils ont aussi l’avantage d’être abordables.

Si vous avez un capteur aps-c, un 35mm est un excellent choix.

Pour les pleins capteurs, un 50mm sera un bon choix également, puisque cette focale se rapproche le plus de comment vos yeux perçoivent le monde. Le plus beau dans tout cela, c’est que vous n’avez pas besoin d’avoir une très grande ouverture, puisque vous utiliserez une ouverture d’environ f/11 pour un maximum de netteté.

Il y a deux raisons pour lesquelles je parle d’une focale normale. La première est que c’est une focale qui, une fois positionnée à bonne distance du sujet, va donner une très bonne netteté. Plus la focale est élevée, plus la zone de mise au point sera courte.

Mais, à 50 mm, c’est une focale courte, alors aucun problème! La deuxième raison est que si vous gardez votre appareil à bonne distance de votre sujet, un objectif à focale normale causera peu de déformations. Et la bonne nouvelle, c’est que cette focale est disponible sur les objectifs de kit. Merveilleux, n’est-ce pas?

Les accessoires utiles en photo de produits


Pour construire de petits décors et supporter les produits à photographier, il y a quelques accessoires qui peuvent être très utiles. En voici quelques-uns :

  • une table pliante
  • Des feuilles de Plexiglas transparent pour obtenir de beaux reflets
  • Des fonds en papier de 5 et 9 pieds. Les plus communs sont le noir, blanc et gris
  • Des morceaux de foam core blanc et noir, qui peuvent agir comme réflecteurs
  • Des pièces de MDF. Faciles à peindre de la couleur de votre choix, vous pouvez les utiliser pour construire un petit présentoir aux couleurs de votre entreprise ou celle de votre client.
  • Des pinces, du ruban adhésif
  • Des linges microfibre et gants de tissus pour éviter les poussières et empreinte de doigts sur les objets luisants
  • Un trépied

L’éclairage pour la photographie de produits sur fond blanc

Lorsque vous débutez, vous pouvez commencer par un kit d’éclairage continu, qui vous permettra de plus facilement voir l’effet de la lumière sur vos objets. L’éclairage typique en photo de produits demande 3 lumières : 1 ou 2 qui éclairent le fond (si vous avez besoin d’un fond parfaitement uniforme) et 1 qui éclairera l’objet, souvent d’au-dessus. Je vous recommande fortement l’usage de softbox pour bien contrôler votre éclairage. Très souvent, on utilise sensiblement la même installation de base que pour la photographie de gens sur fond blanc. Nous verrons le tout en détail un peu plus loin!

La technique en photo de produits : les bases à connaître pour des photos réussies! 

Les techniques d’éclairage en photo de produit peuvent sembler complexes. Cependant, il est possible de s’en tirer sans trop de casse-tête! Voici, étape par étape, mes trucs pour des photos de produit réussies!

Étape 1 : comment régler l’appareil pour les photos de produits

Placez votre appareil sur un trépied. Gardez une distance assez grande entre l’appareil et votre objet pour éviter les déformations. Jouez avec la hauteur et l’angle de l’appareil pour trouver la position qui sera la meilleure pour représenter l’objet.

Pour les réglages, utilisez la vitesse de synchronisation de votre appareil (entre 1/125 et 1/200 de seconde) si vous utilisez des flashs. Si vous utilisez des lumières continues, vous pouvez utiliser une vitesse plus lente.

Utilisez une petite ouverture comme f/11, par exemple. Enfin, gardez votre iso le plus bas possible.

Étape 2 : comment régler l’éclairage 


La méthode décrite dans l’article de la semaine dernière, à propos de comment photographier les gens sur fond blanc, est la plus facile. Il est toujours plus simple d’éclairer d’abord le fond, pour ensuite se concentrer sur le sujet.

Éclairer le fond convenablement

Pour obtenir un fond blanc, la façon de procéder dépend de la taille de l’objet. Si vous photographiez un objet assez gros, utilisez deux softbox pointés vers le fond.

Il n’est pas obligatoire de surexposer complètement le fond immédiatement. En effet, l’éclairage principal se place, la plupart du temps, au-dessus du sujet, sur une girafe. Ainsi, le flash principal éclaire du même coup le fond.

Si votre objet est trop sombre sur le devant, vous devrez ajouter un flash ou un réflecteur pour redistribuer la lumière convenablement.

Par contre, si vous photographiez un objet de plus petite taille, sur une table, il est possible d’utiliser uniquement la source principale et un réflecteur. Comme l’éclairage sera plus près du fond en plus d’être au-dessus du sujet, vous n’aurez pas à vous soucier des ombres.

Pour ajouter de l’intérêt au sujet, ajoutez un morceau de Plexiglas sous le sujet. Vous obtiendrez ainsi une belle réflexion.

Régler votre source d'éclairage principale

Ensuite, l’éclairage principal devra être ajusté pour avoir la bonne luminosité sur votre sujet. Selon la texture du sujet, s’il est mat ou brillant, et sa forme, il est possible qu’un éclairage dur soit préférable à un éclairage diffus. Essayez les deux, et vous verrez lequel vous plaît le plus.

Ajouter de la lumière avec des réflecteurs

Enfin, lorsque l’éclairage du fond et l’éclairage principal sont réglés, il vous faudra probablement un peu plus de lumière à certains endroits. C’est là que les réflecteurs deviendront utiles!

Ils peuvent être des morceaux de foam core blanc, des feuilles de papier, du papier d'aluminium, etc. Avec eux, vous pourrez ajouter des points d'intérêt sur votre sujet et y ajouter de belles lignes.

Notez bien que les pièces d'équipement que je décris ici sont celles que j'utilise. Cependant, au lieu d'un softbox monté sur une girafe, vous pouvez utiliser un matériau diffuseur au-dessus du sujet, comme un morceau de rideau de douche, du papier parchemin, ou encore utiliser une tente à lumière.


Déterminer le type d'éclairage selon le matériau de l'objet : behind the scenes

Pour rédiger cet article, j'ai eu la chance de collaborer avec Yves Langlois, artisan. Il fabrique de superbes coffres en bois et des stylos et plumes personnalisés. Ces objets présentaient de beaux défis, et j'ai cru bon de vous partager exactement comment ils ont été photographiés!

Cas numéro 1 : éclairer un coffre en bois

Lorsqu'on éclaire un objet en bois, il faut porter attention aux nervures du bois. Pour les mettre en valeur, il faut souvent utiliser un éclairage qui générera plus de contraste. Ainsi, un éclairage plus dur est plus approprié dans ces cas-là.

La première étape a été de placer le coffre sur une table sur laquelle j'avais déposé une feuille de plexiglas. Vous pouvez trouver ces panneaux d'acrylique à bas prix dans les quincailleries.

Ensuite, j'ai allumé les soft box qui éclairaient le fond et j'ai augmenté la puissance jusqu'à obtenir un fond presque blanc.

À ce point-ci, j'ai placé un flash nu sur une girafe au-dessus du coffre pour éclairer le dessus avec une lumière directe. Par contre, l'éclairage était peu puissant pour éviter de surexposer l'objet et la lumière provenant du fond empêchait de bien le percevoir.

Puis, j'ai ajouté un panneau de foam core blanc sur le devant à droite pour éclairer le devant du coffre.

Comme il manquait un peu de lumière à gauche, j'ai utilisé un morceau de papier d'aluminium pour envoyer une lumière directe sur les nervures du bois

Pour régler le problème de pollution lumineuse, nous avons placé un carton noir derrière le coffre pour bloquer la lumière provenant du fond.

Enfin, je trouvais qu'il manquait de lumière dans le noeud à l'avant du coffre, nous avons utilisé le morceau de papier d'aluminium pour rendre les détails plus évidents.

Il aura donc fallu 5 photos pour accomplir le résultat final. En photo de produit, pour tout réussir en une seule photo, il faut souvent beaucoup d'équipement. Lorsqu'on est plus limité à ce niveau, Photoshop devient très utile!

Cas numéro 2 : le coffre à montres

Pour le coffre à montres, nous avons procédé de la même façon que pour l'objet précédent, à quelques exceptions près.

D'abord, pour éclairer l'intérieur du couvercle, nous avons utilisé le réflecteur blanc sur toute la longueur du coffre, en prenant soin de le placer dans un angle qui ne cacherait pas l'objectif de l'appareil.

Puis, comme je trouvais le reflet de la montre un peu distrayant, j'ai décidé de prendre un photo sans la montre pour me donner la chance de contrôler le reflet en préservant la texture du bois à la retouche.

Comme le rebord du couvercle était complètement surexposé sur fond blanc, nous avons ajouté le carton noir pour bloquer la lumière du fond et récupérer cette partie à la retouche.

Enfin, comme le noeud devant le coffre était un trou noir, j'ai utilisé le papier d'aluminium pour l'éclairer sur une autre photo, que j'ai ensuite combinée à notre image.

Cas numéro 3 : Les plumes

Pour les plumes, nous avons utilisé un éclairage assez semblable à celui des coffres. Par contre, comme le matériau était plus luisant, le flash nu se réfléchissait dans les objets. Nous avons donc utilisé un softbox sur la girafe pour créer la ligne blanche sur le dessus de la plume.

Puis, comme l'artisan aime les fonds noirs, qui donnent un aspect plus chic, nous avons placé un carton noir sous le plexiglas, et un autre derrière la plume.

Cependant, avec le fond noir, nous avons perdu le contour de la plume. Nous avons donc enlevé le carton noir pour laisser la lumière du fond envelopper la plume, faisant apparaître les contours.

Enfin, j'ai combiné les deux images dans Photoshop.

Conclusion

Bref, pour réussir ses photos de produits, il ne faut pas avoir peur de faire des essais et erreurs, d'observer comment la lumière réagit sur le sujet et de faire des ajustements en cours de route.

La première étape lorsque vous photographiez des produits est de penser à leur usage, au matériau et comment traduire le tout en photo. Ensuite, équipé d'un nombre suffisant de flashs ou de lumières continues, ou du moins, un grand nombre de réflecteurs, vous arriverez à de très beaux résultats!

Ne vous laissez pas impressionner, amusez-vous et n'hésitez pas à construire votre éclairage petit à petit.

Enfin, je n'ai pas parlé de retouche dans cet article, puisque le prochain article y sera entièrement consacré! Vous verrez comment combiner des images ensemble, faire du détourage de façon efficace et rendre vos arrière-plans parfaits! C'est un rendez-vous!

Sur ce, n'hésitez pas à me poser vos questions dans les commentaires! À bientôt, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi!