Comment exposer dans les situations très contrastées?

Comment exposer dans les situations très contrastées?

On cherche tous à avoir l’exposition parfaite. Que nos photos ne soient jamais trop claires ou trop sombres. Qu’on ait toujours les réglages parfaits pour la photo parfaite, qui fonctionnent dans toutes les situations. Que l’appareil photo ne se trompe jamais.

Mais, en vérité… ce n’est pas si simple que ça. Comme vous le savez certainement, chaque situation est unique, et les réglages à utiliser pour avoir la bonne exposition le sont tout autant.

Évidemment, l’appareil photo vous donne plusieurs outils pour trouver la bonne exposition, comme l’histogramme et le posemètre.

D’ailleurs, pour en savoir plus sur l’exposition et le triangle d’exposition, ainsi que l’histogramme et le posemètre, je vous invite à aller lire mes articles à ce sujet!

Alors que d’avoir une exposition qui semble globalement bonne est un objectif atteignable pour la majorité d’entre nous, avoir du détail partout dans une image où il y a beaucoup de contraste est beaucoup plus complexe que ça en a l’air.

De plus, certaines situations particulières font en sorte que l’appareil photo se trompe à presque tous les coups.

Alors, aujourd’hui, je m’attaque aux situations qui rendent l’exposition parfaite impossible à obtenir…ou presque!

Nous allons voir pourquoi l’appareil peut se tromper, et que faire pour rectifier la situation. Nous allons aussi voir pourquoi il est parfois mieux de surexposer ou sous-exposer une photo volontairement. Puis, nous parlerons aussi de la photographie HDR (ou grande plage dynamique) pour les situations les plus complexes.
 

La plage dynamique : pourquoi votre appareil ne peut pas tout voir

La plage dynamique, c’est ce qui définit l’étendue des tons dans une scène, du plus foncé au plus pâle. La plage dynamique s’exprime en stops ou IL (pour indice de luminance).

Pour vous faire un rappel, une différence de +1 stop revient à doubler la quantité de lumière, et -1 stop à couper la lumière de moitié. Encore une fois, je vous invite à aller lire mon article sur le triangle d’exposition pour en savoir plus!

Même si les appareils modernes sont de plus en plus performants, ils ne peuvent quand même pas voir toute l’étendue des tons que nos yeux sont capables de voir.

À titre indicatif, nos appareils photo voient normalement autour de 10 stops de plage dynamique. Nos yeux, eux, en voient 24 stops! C’est énormément plus!

Alors évidemment, pour avoir une photo fidèle à ce qu’on a vu, il faut utiliser quelques stratagèmes pour tirer le meilleur des fichiers que notre appareil nous donne! Ces stratagèmes auront tous le même but : réduire la plage dynamique de la scène et contrer les erreurs de lecture d’exposition.


Comment l’appareil décide-t-il de la bonne exposition?

Avant d’expliquer comment régler les problèmes d’exposition, il faudrait en savoir un peu plus à propos de comment l’appareil décide de ce qui correspond à une bonne exposition.

En fait, l’appareil photo possède un posemètre interne qui lui permet de deviner la bonne exposition. Pour analyser l’image, l’appareil n’a aucune notion de couleurs. Il voit la scène en noir et blanc, et cherche à amener la photo à un gris 18%. Ce gris est en fait la moyenne entre les tons les plus clairs de l’image et les tons les plus foncés de l’image.

Peu importe le mode de mesure de l’exposition et peu importe si vous faites vos photos en mode priorité à l’ouverture, priorité à la vitesse, manuel, etc., l’appareil cherchera toujours à amener la zone analysée vers le gris moyen.

À quoi ça rime dans la vraie vie?

Ça veut dire que dès que vous demandez à votre appareil d’analyser une scène où il y a des éléments très pâles ou très foncés, il va se tromper.

Ça peut être lorsque vous faites une photo à contre-jour, une photo des mariés qui portent du blanc et du noir un à côté de l’autre, un paysage où vous avez des zones d’ombres et des zones très éclairées, un sujet pâle sur fond pâle, et ainsi de suite.

Voici quelques exemples. Pour ces exemples, j’ai décidé de donner un défi à mon appareil avec des photos à moitié noires, et à moitié blanches.

Dans cette photo, j’ai utilisé le mode de mesure spot, et j’ai fait la lecture d’exposition avec mon collimateur de mise au point en plein centre. L’appareil m’a donné un résultat plutôt satisfaisant. 

Maintenant, voici ce qui s’est passé lorsque j’ai fait ma lecture d’exposition sur le blanc, puis sur le noir. Ça ne va pas du tout. L’appareil a ramené vers le gris moyen dans les deux cas, et j’ai obtenu la mauvaise exposition.

résultat de mesure spot sur le blanc
résultat de la mesure spot sur le noir

Alors quelle est la solution pour éviter ce genre d’erreurs? Voici quelques pistes!


Réduire la plage dynamique dès la prise de vue


Comme nous l’avons vu précédemment, pour arriver à un bon résultat dans les cas de fort contraste, il faut réduire le contraste à la prise de vue, réduire la plage dynamique.

Pour faire cela, il faut soit réduire la luminosité des parties les plus claires, ou augmenter la luminosité des zones plus sombres! Voici quelques solutions possibles.


Utiliser un filtre gradué dans vos photos de paysage


Le filtre gradué est un morceau de verre qui est teinté seulement en partie. Il en existe de différentes densités, de plus pâle à plus foncé.

filtre gradué tenu devant l'objectif

Souvent, on utilise un filtre gradué pour assombrir un ciel trop clair dans les photos de paysages ou de coucher de soleil.

L’avantage du filtre gradué est que vous passerez moins de temps au post-traitement. Le désavantage est que vous devrez tenir le filtre gradué devant votre objectif, rendant la prise de photo à main levée un peu trop compliquée.


Utiliser un réflecteur


Si vous photographiez un sujet à l’ombre, mais que l’arrière-plan est trop clair parce qu’il est au soleil, vous pouvez utiliser un réflecteur.

Le réflecteur va vous permettre de renvoyer de la lumière du soleil vers votre sujet et de contrôler du même coup l’angle de la lumière.

 En éclairant davantage votre sujet, vous aurez une luminosité plus uniforme entre l’arrière-plan et le sujet. L’exposition sera donc plus facile à maîtriser!

Dans la première photo, j'ai fait mon exposition en utilisant la mesure spot sur le ventre du chien. Malheureusement, les parties les plus claires de l'image sont brûlées. Dans la deuxième image, j'ai fait mon exposition sur les hautes lumières pour éviter de les brûler, mais le reste de la photo est trop sombre. Finalement, en conservant les mêmes réglages que sur la deuxième photo, j'ai ajouté un réflecteur argent à gauche du petit chien pour ajouter de la luminosité. L'exposition est bonne partout.

Utiliser un flash pour déboucher les ombres

Si vous faites des photos à l’intérieur, mais que vous voulez aussi voir à l’extérieur, ou encore si vous êtres à l’ombre et que l’arrière-plan est au soleil, vous pouvez utiliser un flash pour éclaircir les zones plus sombres.

 Attention par contre! Le flash intégré de votre appareil ne vous donnera pas de très beaux résultats.

Essayez plutôt d’exposer pour que les parties plus claires ne soient pas surexposées. Puis, utilisez un flash cobra en mode TTL, que vous ferez rebondir sur une surface neutre pour avoir une lumière uniforme.

Dans la première photo, j'ai fait mon exposition en utilisant la mesure spot sur le ventre du chien. Malheureusement, les parties les plus claires de l'image sont brûlées dans ce cas aussi. Dans la deuxième image, j'ai fait mon exposition sur les hautes lumières pour éviter de les brûler, mais le reste de la photo est trop sombre. Finalement, en conservant les mêmes réglages que sur la deuxième photo, j'ai  utilisé mon flash cobra en mode TTL, en le faisant rebondir au plafond, pour ajouter de la luminosité. L'exposition est bonne partout.

Cadrer autrement

Si vous avez le soleil en pleine face, il est possible que vous ayez de la difficulté à faire votre mise au point ou à exposer correctement.

Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, où vous aurez probablement un éclairage qui est tout sauf idéal. 

Si vous voyez que c’est le cas, n’hésitez pas à vous déplacer!


Modifier la plage dynamique au traitement


Si vous faites vos photos en raw, vous savez à quel point vous avez de la latitude pour modifier l’exposition après la prise de vue!

Si vous ne l’avez jamais essayé, je vous conseille de lire mon article sur les fichiers jpeg vs les fichiers raw. Cela vous donnera certainement envie de commencer à faire vos photos en raw!

Cependant, pour faire une belle retouche de votre fichier raw et corriger la plage dynamique, vous devrez avoir toute l’information nécessaire, à la base.

Donc, il faut parfois exposer différemment que ce que notre appareil pense correct, pour exploiter au maximum la plage dynamique que notre appareil veut bien nous donner.


Exposer à droite : c’est quoi et pourquoi?


Vous avez probablement déjà entendu parler de l’expression «exposer à droite». Mais ça vient d’où? À quoi ça sert?

Exposer à droite vient du fait que pour utiliser cette technique, on tient compte de la partie à droite de notre histogramme : les hautes lumières.

Le principe est assez simple. Pour exposer à droite, il faut que les parties les plus éclairées de votre image soient aussi claires que possible, mais sans que la partie de droite de l’histogramme ne touche le côté de l’histogramme. Vous pouvez aussi activer l’avertissement des hautes lumières pour voir si certaines zones sont surexposées.

L’idée d’exposer à droite est d’avoir le plus d’information possible dans votre photo, sans jamais brûler les hautes lumières dans votre photo, parce que les hautes lumières brûlées sont IMPOSSIBLES à récupérer.

Le fait de prioriser les hautes lumières et d’éclaircir le plus possible sans rien brûler vous permettra d’avoir une photo retouchée qui sera plus «propre».

Pourquoi?

Parce qu’il y a plus d’information dans les hautes lumières que dans les ombres d’une image. Sans tomber dans un excès de technique, récupérer les ombres au traitement crée beaucoup plus de bruit numérique, et il est préférable d’avoir une photo légèrement plus claire qu’une photo avec des ombres bouchées qu’on essaie de ramener!

Pour arriver à exposer à droite, il faudra utiliser la correction d’exposition ou le mode manuel.

Voici un exemple de deux photos. L’une a été prise à une exposition normale, et l’autre en exposant à droite. Avec le traitement, ces deux images ont l’air identiques. Mais, si je zoom dans les photos, sans corriger le bruit numérique, vous voyez que la photo avec une exposition à droite a beaucoup moins de bruit!

D’ailleurs, exposer à droite ne veut pas forcément dire que votre photo sera globalement surexposée. Elle pourrait aussi être sous-exposée, dans certains cas, si les hautes lumières que vous tentez de protéger sont très claires. Si c’est le cas, il faudra que vous décidiez si certaines de ces zones claires peuvent être sacrifiées.

Ce sera le cas, entre autres, si le soleil est visible dans votre photo!


Sous-exposer volontairement une image : quand et pourquoi?

Si votre photo est très contrastée et que vous ne pouvez pas améliorer la situation avec les méthodes que j’ai mentionnées plus haut, exposer à droite est une des solutions les plus simples et les plus efficaces.

Mais, si l’écart est très grand entre les hautes lumières et les ombres, comme quand vous faites un portrait au coucher du soleil, par exemple, vous pourriez être forcé de sous-exposer de beaucoup votre photo.

Si, par exemple, il y a une partie du soleil qui est visible, et que les cheveux de votre sujet sont éclairés par-derrière, une exposition normale va les rendre complètement surexposés. Même si vous essayez de réduire l'exposition au traitement, ces zones resteront blanches.

Pour les récupérer, il faudra réduire l’exposition pour les protéger. Mais, ce faisant, vous allez sous-exposer l’image en entier. Donc, lorsque vous récupérerez les zones plus sombres, vous créerez du bruit numérique. Ce n’est pas idéal, MAIS c’est probablement préférable à une zone complètement brûlée!

L’idée est que lorsque vous faites des photos en raw, essayez de capturer votre photo pour avoir le plus d’information possible dans votre fichier, quitte à surexposer ou sous-exposer lorsque c’est nécessaire.


Quand rien ne va plus : le HDR (grande plage dynamique)

Si vous n’avez rien sous la main pour réduire la plage dynamique dans la scène dès la prise de vue, et que l’écart entre les hautes lumières et les ombres est beaucoup trop important pour tout capturer dans une même photo, vous pouvez essayer le HDR.

Le HDR, qui est un acronyme pour High Dynamique range, est une technique de photo qui permet, comme son nom le dit, de capturer une plus grande place dynamique.

En gros, pour faire un HDR, il faut capturer plusieurs images avec une exposition différente, certaines étant sous-exposées, bien exposées, et surexposées. On appelle cette méthode le bracketing.

Selon les appareils photo, il est possible de faire un bracketing d’exposition très facilement. Il suffit d’activer la fonction de bracketing automatique (AEB chez canon et BKT chez Nikon) et l’appareil changera automatiquement l’exposition entre chaque photo.

Pour voir comment utiliser le bracketing automatique de votre appareil, vous pouvez consulter une de ces vidéos!

Si votre appareil ne vous permet pas de faire un bracketing automatique, vous pouvez le faire vous-même. Il suffit d’utiliser une correction d’exposition d’abord à -3, puis à -2, à -1, à 0, plus à +1, +2 et +3.

Attention par contre, vous devez vous assurer que votre appareil ne bougera pas trop entre les photos. Un trépied est préférable.


Comment créer votre photo à grande plage dynamique?

Une fois que vos photos sont prises, vous devrez les combiner dans un logiciel de traitement d’image.

Dans Lightroom, c’est très facile à faire. Il suffit d’importer vos images de différentes expositions. Puis, sélectionnez vos images. Enfin, faites un clic droit sur l’une de vos images et cliquez sur Fusion, puis HDR. 

Vous verrez ensuite un aperçu de l’image finale. Puis, cliquez sur fusionner. Ensuite, vous pourrez ajuster votre photo pour en tirer le maximum!

Conclusion


Avoir l’exposition parfaite, ce n’est pas évident. Parfois, avoir l’exposition parfaite à la prise de vue est presque impossible.

Dans cet article, on a vu que l’appareil photo ne voit pas une plage dynamique aussi large que nos yeux. Donc, il faut utiliser quelques petits stratagèmes pour capturer le plus d’information possible dans nos photos.

 Dans un premier temps, le mieux est toujours d’essayer de réduire les écarts entre les ombres et les hautes lumières, soit avec un réflecteur, un flash, ou encore en modifiant notre composition.

Si réduire la plage dynamique n’est pas possible à la prise de vue, il faut plutôt essayer de capturer autant d’information que possible en une seule photo en exposant à droite, ou en faisant un bracketing pour faire une fusion HDR par la suite.

Bref, j’espère que cet article va vous avoir donné les outils pour maîtriser les photos très contrastées.

Comme toujours, si vous avez aimé l'article, n’hésitez pas à le partager et à me laisser vos impressions dans les commentaires!

À la prochaine, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi!