Workflow Archives - Joannie Therrien

Archives de catégorie pour \ " Workflow "

Photo Mechanic : le roi de la rapidité!

Attendre devant un fichier raw pixelisé. Attendre une importation interminable pendant que Lightroom génère des aperçus. Attendre de simplement voir vos fichiers raw avant de les trier. Attendre. 

Qu'on se le dise, attendre, personne n'aime ça. 

Je sais bien qu'on peut aller sur Facebook en attendant. Qu'on peut aller se faire un café. Mais il arrive quoi si on doit aller VITE? 

Si vous faites des photos d'évènements, du reportage, ou tout style de photo qui doit être remis le plus rapidement possible, vous savez de quoi je parle!

Cette semaine, je vous raconte comment je me suis fâchée d'attendre que Lightroom charge mes photos, et mon bonheur de découvrir mon sauveur : Photo Mechanic.

Si vous voulez dire adieu aux pertes de temps inutiles, lisez ce qui suit!


Photo Mechanic, c'est quoi?

Photo Mechanic est un logiciel et visionnement et de tri d'images. Il permet de visionner les raw en pleine résolution directement à partir de votre appareil ou votre carte mémoire, en même temps que les photos s'importent sur votre ordinateur!

Mieux encore, toujours pendant l'importation, vous pouvez appliquer une foule de données utiles à vos images ainsi que des marqueurs et étoiles qui vont se transférer dans Lightroom (ou le logiciel de traitement de votre choix)!

Bref, Photo Mechanic vous permet de gagner énormément de temps en éliminant les temps morts inutiles. Vous n'attendez jamais.

Pourquoi utiliser Photo Mechanic?


La première fois que j'ai entendu parler de Photo Mechanic, j'étais mandatée par un blogue d'art et spectacles pour couvrir la prestation d'un groupe de musique. 

Comme à l'habitude, j'ai fait mes photos durant les 3 premières chansons avec les photographes de médias beaucoup plus gros, notamment le Journal de Québec, le Journal de Montréal, le Soleil, et ainsi de suite. 

À mon grand étonnement, ceux-ci arrivaient à envoyer leurs photos aux médias alors que le spectacle n'était même pas terminé.  Des photos qui, en passant, avaient été traitées et avaient été identifiées avec toutes les informations pertinentes!!!

Je n'y comprenais rien, parce qu'il me fallait au moins 30-40 minutes juste pour charger et trier tous mes jpeg dans Lightroom...

C'est alors que j'ai découvert leur secret : Photo Mechanic. Tous les photographes de presse l'utilisaient, parce que...pas l'temps d'niaiser.

Imaginez pouvoir trier et remettre vos photos aussi vite... Imaginez ce que vous pourriez faire de tout le temps récupéré! 

Comment accélérer votre workflow grâce à Photo Mechanic


Pour un récent mariage, j'ai décidé d'essayer Photo Mechanic pour la première fois.  Croyez-moi, l'essayer, c'est l'adopter! Voici donc, étape par étape, ma façon de l'utiliser pour être très rapide!

Étape 1 : ingérer les photos

Lorsque vous connectez votre carte mémoire à votre ordinateur, la fenêtre d'ingestion va s'ouvrir automatiquement. Sinon, vous pouvez utiliser le raccourci clavier CMD (ou CTRL) - G.

À l'ouverture de la fenêtre, vous allez pouvoir choisir la source (nom de votre carte mémoire).  Ensuite, dans la case Destination Folder Roots, j'utilise le dossier images de mon ordinateur. 

Dans la fenêtre d'ingestion, j'ai aussi décidé d'automatiser le nom des dossiers pour avoir l'année, le mois et le jour, suivi du titre de la prise de vue (que vous pouvez changer dans le tableau IPTC). Si vous voulez la même chose, copiez ce code : {iptcyear4}-{iptcmonth0}-{iptcday0} – {headline}.

Je renomme aussi mes photos avec le code suivant : {iptcyear4}{iptcmonth0}{iptcday0} – {headline}_{seqn}

Si vous voulez appliquer d'autre variables, vous pouvez en trouver une liste complète sur cette page.

Pour les autres réglages, vous pouvez vous baser sur cette capture d'écran: 

Puis, avant d'ingérer les photos, il suffit d'ouvrir le panneau IPTC, et changer le headline pour que les automatisations fonctionnent! 

Le panneau IPTC

Dans le panneau IPTC,  vous pouvez entrer toutes les informations pertinentes à toutes les photos que vous allez importer. Le plus beau là-dedans, c'est qu'une fois que c'est fait, vous n'avez plus à le refaire au complet. 

Vous n'avez qu'à changer les champs concernés.

Voici une capture d'écran de mon tableau IPTC, si vous souhaitez copier ma structure!

L'avantage d'entrer vos informations de contact avec la photo est que peu importe où vos photos se trouvent sur le web, les informations vont suivre, ce qui les protège un peu plus du vol. 

C'est aussi un bon avantage pour que vos photos se référencent mieux sur les moteurs de recherche! 

Étape 2 : Trier les photos avant de les envoyer dans Lightroom

La beauté de Photo Mechanic est que toutes les métadonnées que vous ajoutez à vos images vont se transférer automatiquement à votre logiciel de traitement préféré. Si vous utilisez les libellés de couleurs ou les étoiles pour classer vos photos il faudra simplement l'indiquer dans les préférences du logiciel. 

Si vous utilisez les libellés de couleurs :

Dans l'onglet général, cliquez sur l'éclair pour changer les paramètres de libellés de couleur pour qu'ils soient cohérents avec Lightroom. Ensuite, dans l'onglet accessitility, cochez la case 0-8 sets color classes. Ainsi, les touches 0 à 8 vont ajouter des libellés de couleurs compatibles dans Lightroom.

Si vous utilisez les étoiles : 

Dans l'onglet accessitility, cochez la case 0-5 sets rating. Ainsi, les touches 0 à 5 vont ajouter des étoiles compatibles dans Lightroom.

À cette étape, j'ajoute 1 étoile pour les photos qui ont du potentiel, deux étoiles pour celles que je vais traiter et 3 étoiles pour mes favorites. 

Étape 3 : importer seulement les bonnes photos dans Lightroom


Une fois le tri effectué, je n'importe que les photos avec des étoiles dans Lightroom. 

Pour ce faire, il suffit de filtrer les images par étoiles dans Photo Mechanic. Ensuite, sélectionnez-les toutes avec le raccourci clavier CMD (ou CTRL) - A. 

Puis, ouvrez Lightroom et sa fenêtre d'importation. Glissez-déplacez les photos de Photo Mechanic à Lightroom. 

Juste avant de cliquer sur importer, cliquez  sur l'option déplacer. Puis, dans gestion des fichiers, sélectionner l'option créer des aperçus standards pour accélérer l'importation. Enfin, dans Destination, j'aime bien cocher la case dans un sous-dossier, que je nomme WORKING. Puis, je m'assure d'avoir sélectionné le dossier actuel pour que les photos aillent au bon endroit. 

De cette façon, les photos que vous avez marquées par des étoiles vont être importées dans Lightroom et déplacées dans un dossier working sur votre disque dur. Vive l'organisation!


Étape 4 : Traitez vos photos comme à l'habitude dans Lightroom!

Une fois que tout cela est fait, vous pourrez traiter vos photos comme à l'habitude! Comme les filtres et métadonnées auront suivi, vous retrouverez facilement vos préférées!

conclusion

Bref, si vous en avez marre de perdre votre temps lors de l'importation et du tri de vos images, Photo Mechanic est ma suggestion numéro 1 pour voler à votre secours! 

La beauté de Photo Mechanic est que vous pouvez trier et ajouter des marqueurs à vos photos en même temps que l'importation! Non seulement ça, mais vous évitez d'importer dans Lightroom les photos que nous ne traitez pas. 

Ainsi, le temps d'importation de Lightroom est très réduit et la taille de votre catalogue reste raisonnable! 

Pour vous procurer la licence de Photo Mechanic, visitez le site web ici : https://store.camerabits.com/products/photo-mechanic-6

Bon tri!


à propos de moi

Plusieurs années après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

5 fonctions de Lightroom que vous n’utilisez pas assez!

Avez-vous déjà eu l'impression de passer vos journées dans Lightroom tellement le traitement est long? 

Avez-vous déjà eu envie de vous résigner à faire seulement des photos en JPEG pour éviter le cauchemar du traitement qui n'aboutit pas? 

Si c'est le cas, vous allez adorer l'article de la semaine!

Cette semaine, je vous partage mes trucs pour faire vos retouches tellement rapidement, que vous vous direz «mais c'est quoi cette sorcellerie!?». 

Prêts à connaître les outils de Lightroom que nous n'utilisez pas assez? C'est
parti!


Les fonctions automatiques des réglages de base


Saviez-vous que Lightroom peut faire une partie du travail pour vous?
Eh oui!

Dans l'onglet des réglages de base, vous trouverez deux fonctions automatiques : la balance des blancs et le traitement global automatique. 

Si vous trouvez qu'il est difficile de savoir par où commencer, la première action à poser lorsque vous traitez vos photos est de tester la balance des blancs automatique. Le résultat vous surprendra! 

Si ce n'est pas tout à fait à la hauteur de vos attentes, vous pouvez aussi modifier le résultat manuellement sans problèmes. 

Ensuite, pour obtenir une photo neutre et facile à traiter, cliquez sur le bouton auto en haut à droite du panneau de tonalité. Lightroom récupérera pour vous les ombres, les hautes lumières, le contraste, etc. 

Encore une fois, vous pouvez en rester là, comme vous pouvez le retravailler à votre guise par la suite!

Le filtre gradué

Le filtre gradué est l'outil par excellence pour corriger le ciel ou faire des ajustements localisés en quelques clics.

Le filtre gradué pour corriger le ciel

Souvent, pour améliorer les couleurs du ciel, on a tendance à simplement augmenter la saturation du bleu du ciel. 

L'ennui avec cette méthode est que tout ce qui est bleu dans l'image est aussi affecté. 

Le filtre gradué vous permet de changer l'exposition du ciel, d'y ajouter du contraste ou de modifier les couleurs très facilement, sans affecter le reste. 

Le filtre gradué pour les ajustements localisés

Disons que vous avez une photo avec une zone d'ombre que vous voulez modifier sans toucher le reste de votre photo. 

Vous pouvez augmenter la luminosité dans les ombres, mais ça ne donnera pas forcément le résultat voulu. 

En fait, il y a plus de chances que votre photo se retrouve avec une apparence un peu grisâtre qui manque de contraste. 

Pour un meilleur résultat, utilisez le filtre gradué pour augmenter l'exposition dans les zones qui sont trop sombres! 

La cible de l'outil TSL

Si vous voulez changer rapidement et facilement les couleurs dans vos photos, l'onglet TSL deviendra vite votre meilleur ami.

Dans l'onglet TSL, vous pouvez facilement modifier la saturation de chaque canal de couleur séparément.

Vous pouvez aussi changer la teinte d'une couleur. Par exemple, changer un bleu pour un vert, et ainsi de suite. 

Enfin, vous pouvez changer une couleur pâle pour une couleur plus foncée avec la fonction luminance. 

Comment modifier les couleurs le plus rapidement possible  


Vous pouvez modifier les couleurs en déplaçant les curseurs, mais il existe une façon plus rapide de changer les couleurs  : la cible. 

Dans le coin en haut à gauche du panneau TSL, il y a un petit outil circulaire qui vous permet de sélectionner les couleurs sur la photo directement. 

Pour être encore plus rapide, vous pouvez l'activer avec un raccourci clavier. 

Pour modifier la saturation, utilisez le raccourci cmd opt shift S (ou control alt shift S sur PC).

Pour modifier la teinte, utilisez le raccourcis cmd opt shift H ou control alt shift H (h pour hue qui veut dire teinte). 

Enfin, pour la luminance (changer une couleur foncée pour une couleur pâle) utilisez le raccourci cmd opt shift L ou control alt shift L. 

Les paramètres prédéfinis ou preset

Si vous vous rendez compte que vous appliquez certains réglages encore et encore sur vos photos, arrêtez ce que vous faites tout de suite et lisez ce qui suit! 

Lorsque vous vous retrouvez à répéter toujours les mêmes actions,  vous perdez beaucoup de temps inutilement.

Pour aller plus vite, créez vos propres preset. Lorsque vous avez terminé d'appliquer les réglages de base à votre image, allez dans l'onglet paramètre prédéfini du panneau de gauche dans le module de développement.

Cliquez sur le + et sur créer un paramètre prédéfini.

Donnez un nom à votre preset. Automatiquement, les réglages appliqués à votre photo deviendront un préréglage que vous pourrez facilement appliquer en un clic dans le futur!

La fonction copier-coller


Si vous avez une série d'images à traiter, utilisez la fonction copier-coller! Cela vous permettra de traiter toutes les photos d'une même série avec les mêmes réglages, en un clic!

Pour ce faire, terminez les réglages sur la première photo de votre série. 

Puis, en bas dans le panneau de gauche du module de développement, cliquez sur copier.

Vous pourrez alors cocher tous les réglages que vous voulez copier sur les photos suivantes. Je vous conseille de cocher toutes les options qui ne sont pas propres à une seule photo. 

Bref, tout sauf la suppression des défauts, les réglages locaux et le recadrage. 

Puis, sélectionnez toutes les photos que vous voulez modifier, et cliquez sur coller. 

Et voilà! Vous venez de retoucher une série d'image en un clic! 


Conclusion


Bref,  il est possible de faire votre traitement photo très rapidement dans Lightroom, lorsque vous utilisez les bons outils pour faciliter votre workflow. 

Pour vous donner un point de départ, utilisez les fonctions automatiques des réglages de base. Il suffit ensuite de simplement faire de petites modifications pour vous approcher du résultat final. 

Puis, utilisez le filtre gradué pour faire des retouches localisées facilement et rapidement. C'est particulièrement intéressant pour le ciel dans vos photos à l'extérieur.

L'onglet TSL vous aidera énormément à modifier chaque couleur à votre guise. La cible de cet outil est vraiment très utile pour faire chaque modification encore plus vite. 

Enfin, les paramètres prédéfinis et la fonction copier-coller vous aideront à traiter des dizaines d'images en même temps . 

Alors est-ce que c'est trop long de traiter des images? Pas avec ces trucs!

Et vous, quels sont vos meilleurs trucs pour retoucher plus rapidement? 

J'ai hâte de lire vos commentaires!

À bientôt, et bonnes photos!  


à propos de moi

Plusieurs années après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Comment retoucher une photo sur fond blanc facilement et rapidement!

photo corpo sur fond blanc trasparent

Cette semaine, comme promis, je vous présente la fin de cette minisérie sur la photo sur fond blanc : comment retoucher une photo sur fond blanc rapidement et facilement!

Comme vous l'avez constaté dans mes articles précédents sur la photographie de gens sur fond blanc et comment photographier des objets, notre objectif devrait toujours être d'obtenir un fond bien blanc dès la prise de vue.

Par contre, ce n'est pas toujours réalisable, soit parce qu'on a simplement pas tout l'équipement nécessaire, ou pour toute autre raison. C'est possible que le fond ne soit pas entièrement blanc ou qu'on ait des ombres à enlever.

En plus, il arrive souvent qu'on doive retoucher une photo sur fond blanc simplement parce qu'on a besoin de remettre une photo sans arrière-plan (avec de la transparence).

Donc aujourd'hui, je vais vous présenter les techniques que j'utilise le plus pour retoucher une photo sur fond blanc le plus facilement et rapidement possible.

En effet, détourer les images peut être un vrai cauchemar lorsqu'il faut le faire à la main, une à une. Ce n'est pas très pratique lorsqu'on a des dizaines de photos à faire.

Alors, je vais vous parler de 3 techniques très efficaces pour retoucher une photo sur fond blanc : la sélection par plage de couleur, et l'outil éclaircir-assombrir (densité +, densité -) et l'outil niveaux. Puis, en bonus, je vous montrerai comment automatiser le tout en créant une action Photoshop!

Prêts? Allons-y!

La méthode la plus rapide pour retoucher une photo sur fond blanc : la sélection par plage de couleur!

Il existe plusieurs façons de détourer rapidement les photos sur fond uni. L'une des plus rapides est sans doute la sélection par plage de couleur! Cette méthode vous sauvera de longues minutes de détourage complexe, c'est garanti!

Étape 1 : créer un calque vide

La première étape pour détourer avec cette méthode est de commencer par créer un nouveau calque vide, sous votre calque principal. Pour y arriver, double-cliquez sur le calque d'arrière-plan pour le déverrouiller. Sinon, vous ne pourrez rien mettre en dessous. Gardez le nom Calque 0 et appuyez sur OK.

déverouiller l'arrière-plan

Ensuite, ajoutez un nouveau calque. Vous pouvez le faire en utilisant le raccourci clavier cmd (ou ctrl) shift N. Nommez-le arrière-plan, cliquez sur OK, puis déplacez le sous le calque 0.

organiser les calques


Étape 2 : effectuer la sélection par plage de couleur

Maintenant, cliquez sur le calque zéro. Puis, allez dans le menu Sélection, Plage de couleurs...

sélection plage de couleurs

Vous devriez voir apparaître une fenêtre avec un outil pipette, un menu déroulant, des curseurs et une espère de version noir et blanc de votre image.

fenêtre de l'outil place de couleurs

Dans le menu déroulant sélection, choisissez l'option pipette. Cela devrait être l'option par défaut. Puis, cliquez n'importe où sur le fond blanc de votre photo. Enfin, utilisez le curseur de tolérance jusqu'à ce que vous voyiez que votre fond blanc est bien blanc.

Étape 3 : perfectionner la sélection avec le masque de fusion

À ce point-ci, il se pourrait que des zones qui ne devraient pas être sélectionnées le soient, mais ce n'est pas grave pour le moment. Appuyez sur OK.

Maintenant, vous allez voir que tout ce qui est blanc ou presque dans votre image est sélectionné. Pour enlever ce qui est blanc de façon non destructive, nous allons créer un masque de cette sélection.

Pour ce faire, appuyez sur la touche opt (ou alt) et cliquez sur l'icône du masque en bas du panneau des calques. Cela aura pour effet de cacher tout ce qui faisait partie de votre sélection pour laisser voir le calque du dessous.

Vous allez constater qu'il reste de la transparence à certains endroits. Pour l'enlever, il faudra retravailler notre masque.

Pour mieux voir le masque, appuyez sur opt (ou alt) et cliquez sur votre masque. Vous verrez une image en noir et blanc. Petit rappel : le noir est caché, le blanc est visible. Il faut donc rendre blanches toutes les parties noires qui ne correspondent pas au fond.

afficher le masque de fusion

Pour ce faire, il suffit de peindre en blanc sur ces zones, avec un pinceau qui a une dureté et un flux de 100%

Étape 4 : finaliser la sélection avec l'outil densité + et densité -

Que se passe-t-il si vous devez peindre près du rebord et que vous avez peur de dépasser?

Il suffit d'utiliser l'outil éclaircir (densité -)! Vous pouvez le trouver dans la barre d'outils à droite, l'icône ressemble à une punaise. Vous pouvez aussi l'activer avec le raccourci clavier O. Si vous ne le trouvez pas, il pourrait être caché sous l'outil assombrir (densité +), qui est illustré par une main qui forme un o.

outil densité plus

Ensuite, dans la barre d'outils en haut, choisissez l'option tons clairs dans le menu déroulant de gamme. Cette option est géniale parce qu'elle permet de peindre grossièrement sur les zones plus claires que le fond, sans affecter les parties plus foncées. Je vous recommande d'utiliser une exposition de plus ou moins 50% pour éviter les débordements.

Si vous voyez que vous dépassez, alternez avec l'outil densité + avec la gamme tons foncés. Vous arriverez rapidement à un bon résultat!

Enfin, pour valider votre sélection, vous pouvez ajouter un calque rempli de noir sous votre sujet. Cela vous permettra de détecter rapidement les zones problématiques.

Et voilà!

Que faire lorsque vous avez un sujet blanc (ou clair)...sur fond blanc?

Lorsque vous retouchez une photo sur fond blanc, vous n'aurez pas toujours une photo aussi bien éclairée sur le fond... ni un sujet qui contraste beaucoup avec le fond!  Alors, que faire dans les situations difficiles?

Étude de cas numéro 1 : le gris sur gris

Donc, voici un exemple particulièrement difficile. Le fond est plutôt gris, le vêtement du sujet aussi. De plus, le fond a une teinte un peu chaude, comme la peau du sujet. Malgré cela, OUI c'est possible de détourer sans y aller à la main!

super gris sur fond gris

Pour réussir ce détourage, nous allons à nouveau utiliser l'outil de sélection par plage de couleur, mais nous allons l'utiliser différemment! Commencez par créer vos calques comme à l'exemple précédent. Puis, lisez ce qui suit!

La solution: tester les différentes options de l'outil plage de couleur

Je commence toujours par tester l'option de sélection avec la pipette. Cliquez à plusieurs endroits sur votre image pour obtenir le meilleur résultat possible. Pour cette image, le défi est d'affecter le t-shirt le moins possible, tout en ayant un maximum d'arrière-plan de sélectionné.

L'ennui est que, peu importe où je clique avec la pipette, l'outil sélectionne toujours un peu du t-shirt.

Nous allons donc tester une autre option. Dans le menu déroulant de sélection, essayez l'option tons clairs. Déjà, cette option me plaît plus, car quoique la peau ait été sélectionnée, les contours du sujet sont assez nets!

plage de couleur - sélection des tons clairs

Maintenant, jouez avec la tolérance pour avoir le plus de fond sélectionné possible, tout en gardant le plus de contours noirs possible avec votre sujet.

Cliquez sur OK. Et voilà! Il ne reste qu'à créer votre masque de fusion et à le corriger comme vous l'avez fait avec l'outil densité + , densité - et le pinceau!

Finaliser la sélection plus rapidement avec l'outil niveaux

Si finaliser votre sélection avec l'outil densité et le pinceau vous paraît un peu trop long, vous pouvez essayer de prendre un raccourci avec l'outil niveau. Voici comment.

D'abord, affichez votre masque en appuyant sur opt (ou alt) et en cliquant dessus. Puis, utilisez le raccourci clavier cmd (ou ctrl) L pour activer l'outil niveaux.

reviser la sélection avec l'outil niveaux

Cet outil sert principalement à affecter les différences entre les tons. Comme on veut que tout ce qui est pâle soit le plus blanc possible, et le noir, le plus noir possible, nous allons utiliser les curseurs pour les rapprocher du centre.

L'idée ici est, encore une fois, de conserver des contours aussi nets que possible. À défaut d'arriver à une sélection parfaite, vous pouvez quand même la retravailler rapidement avec les outils de densité et le pinceau par la suite!

finaliser la sélection au pinceau

Étude de cas numéro 2 : rose clair sur blanc

Pour ce sujet, la difficulté est que la casquette se trouve exactement dans la même plage de tons que l'arrière-plan, c'est-à-dire qu'ils ont à peu près la même luminosité. Donc, si on utilise l'outil plage de couleurs avec l'option tons clairs comme dans l'exemple précédent, les résultats ne seront pas du tout satisfaisants.

Nous allons donc retourner à la pipette. Cliquez sur l'arrière-plan jusqu'à ce que vous voyez une bonne différence entre la casquette et l'arrière-plan. Puis, appuyez sur OK et créez votre masque à partir de cette sélection. Nettoyez votre fond en essayant d'abord l'outil niveaux. Puis, finalisez avec les outils de densité et le pinceau.

Que faire s’il reste du détourage à faire?

Dans le cas présent, la casquette avait une ombre rose, étant donné que sa couleur se réfléchissait sur mon fond de papier. Il faudra donc terminer la sélection à la main. Cependant, il existe un outil qui nous permettra de le faire rapidement : le lasso magnétique!

Cet outil est extrêmement simple à utiliser pour sélectionner les parties à enlever. Vous pouvez le trouver dans la barre d'outils de gauche juste en dessous de l'outil lasso régulier. Son icône ressemble à celui du lasso polygonal, avec un aimant.

Cliquez sur un point près du rebord de l'objet. Puis, en tenant le bouton de la souris enfoncé (ou la point de votre stylet sur votre tablette graphique) faites glisser l'outil le plus près possible du contour, mais grossièrement. Le lasso s'y attachera de lui-même!

outil lasso magnétique

Il ne vous restera plus qu'à remplir ses zones de noir, sur votre masque. Évidemment, cet outil est un peu grossier, alors il faudra utiliser un coup de pinceau ou deux pour parfaire le contour de l'objet!

Étude de cas numéro 3 : retoucher une photo sur fond blanc...quand le sujet est blanc!

Ce cas est probablement le pire d'entre tous. La couleur est la même, les tons sont proches. Comme pour le cas précédent, nous allons tester différentes façons d'utiliser la sélection par plage de couleurs.

Comme la tuque (ou le bonnet sur vous êtes en France!) est plus pâle que le fond, je vais utiliser l'option tons clairs de l'outil. Ensuite, Il ne reste qu'à finaliser la sélection comme dans l'exemple précédent!

Automatiser la retouche sur fond blanc : créer une action dans Photoshop

Comme vous l'avez sûrement remarqué, la méthode de détourage d'une photo à l'autre reste exactement la même, à quelques petites différences près. C'est le genre de retouche qui s'automatise particulièrement bien avec une action!

Comment fonctionnent les actions Photoshop?

Les actions dans Photoshop sont en fait une série de gestes effectués dans Photoshop que l'on enregistre pendant que nous les faisons. Il suffit de commencer un enregistrement dans le logiciel, et à partir de là, Photoshop mémorise chaque geste pour pouvoir le répéter à l'infini, dans la même séquence.

Quelles sont les limites des actions Photoshop?

Cependant, comme ce seront exactement les mêmes gestes qui seront répétés d'une image à l'autre, les actions ne fonctionnent pas pour les ajustements très localisés. Elles ne fonctionnent pas non plus du moment qu'un calque ne porte pas le bon nom. C'est la raison pour laquelle les actions créées en anglais ne fonctionnent généralement pas en français : les calques s'appellent layer. C'est suffisant pour faire planter une action.

Enfin, si vous créez une action avec une sélection de plage de couleur, elle ne fonctionnera que pour une série d'images ayant un fond de la même couleur.

En tenant cela en compte, les actions créées doivent affecter les calques dans leur ensemble et être non destructives. Ça tombe bien parce que c'est  exactement ce qu'on a fait jusqu'à présent!

Photoshop dispose aussi d'une fonction de traitement par lot, qui permet d'appliquer une action à une série d'images, en cliquant simplement sur un bouton. C'est exactement ce que je vais vous enseigner, tout de suite!

Comment créer une action Photoshop pour une série d'images

Ouvrez toutes les images que vous voulez détourer dans Photoshop. Puis, sélectionnez-en une qui a un niveau de difficulté normal. Bref, une photo qui risque de présenter les mêmes contraintes que la majorité.

Avant de faire quoi que ce soit sur cette image, ouvrez le panneau des actions, qui se trouve généralement sur la barre d'outils à gauche du panneau des calques. Il est indiqué par un triangle, comme la touche Play. Pour créer une nouvelle action, cliquez sur l'icône de la petite feuille en bas à droite. Nommez votre action détourage 1, disons. Puis, cliquez sur enregistrer.

À partir de ce moment, vous verrez un cercle rouge apparaître en bas du panneau des actions pour indiquer que vous enregistrez tout ce que vous faites!

Marche à suivre pour créer une action de détourage, étape par étape

  1. Double cliquer sur le calque d'arrière-plan pour le déverrouiller et laisser le nom calque 0
  2. Avec le raccourci clavier Cmd (ou ctrl) shift N, créer un nouveau calque, nommé arrière-plan
  3. Glisser le calque arrière-plan sous le calque 0
  4. Cliquer sur le calque 0
  5. Aller au menu sélection / plage de couleur...
  6. Sélectionner l'option de sélection pipette et cliquer sur le fond de votre photo jusqu'à trouver un point qui vous donne un bon résultat
  7. Ajuster le curseur de seuil jusqu'à ce que le sujet et le fond se détachent de façon distincte et cliquer sur OK
  8. Appliquer un masque à la sélection en appuyant sur la touche Opt (ou alt) et en cliquant sur le bouton de masque au bas du panneau des calques
  9. Cliquez le masque en tenant la touche Opt (ou alt) enfoncée pour mieux voir votre masque
  10. Affichez le réglage de niveaux avec le raccourci cmd (ou ctrl) L, puis ajustez un peu les curseurs pour obtenir un peu plus de contraste dans votre sélection
  11. Retournez au panneau des actions et cliquez sur le petit carré (stop). Votre action est prête!

Évidemment, il faudra parfaire vos sélections par la suite, mais le plus gros sera déjà fait! Notez aussi que l'action ne fonctionnera pas forcément pour les cas complexes, mais en sachant comment les régler, vous pourrez refaire le détourage, le cas échéant.

Comment appliquer l'action à toutes les images

Maintenant que vous avez créé votre action, il ne reste qu'à l'appliquer à toutes les images que vous avez ouvertes dans Photoshop!

Pour ce faire, allez dans le menu fichier / automatisation / traitement par lots. Dans la fenêtre, il y a plusieurs sections à prendre en compte. Dans la section exécuter, sélectionnez l'ensemble action par défaut, puis l’action détourage 1.

Dans la section source, sélectionnez Fichiers ouverts dans le menu déroulant.

Dans la section destination, sélectionnez l'option sans dans le menu déroulant.

Puis appuyez sur OK. Votre action est maintenant en train de s'appliquer sur toutes vos photos.

Il ne vous reste plus qu'à vérifier le résultat sur toutes les photos et à faire les corrections nécessaires!

Conclusion

Bref, dans cet article, je tenais à vous enseigner la méthode de détourage qui est, à mon avis, la plus efficace dans toutes les situations pour retoucher une photo sur fond blanc.

Il s'agit de la sélection par plage de couleur, qui permet d'isoler le fond sans avoir à détourer quoi que ce soit à la main, ou presque!

La beauté de cette méthode est que, bien que nous l'ayons utilisée sur un fond blanc, elle fonctionnera aussi bien sur un fond noir ou d'une autre couleur, pourvu que, si vous utilisez une action, celle-ci ait été faite avec des photos ayant un fond de la même couleur.

J'espère que cet article vous aidera à améliorer vos retouches de photo sur fond blanc!

À la prochaine, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Comment choisir un logiciel de traitement d’image

Lightroom, Photoshop, ou autre chose? Quel logiciel choisir?

Si vous venez tout juste de commencer la photographie, peut-être que le choix d’un logiciel pour traiter vos images vous sembler très complexe.

De quoi avec-vous besoin pour commencer? Quels sont les meilleurs logiciels de traitement d’image? Quel est le mieux adapté à ce que vous voulez faire? Quels sont les logiciels qui existent? Pourquoi choisir un logiciel plutôt qu’un autre?

Ce sont toutes des questions auxquelles j’ai bien l’intention de répondre dans cet article!

Comment choisir un logiciel de traitement photo : de quoi avez vous besoin?


Il y a trois fonctions principales dont vous aurez besoin dans votre flux de travail (ou workflow) comme photographe. D’abord, le tri, le classement et le catalogage de vos images, ensuite le développement Raw et enfin, la retouche locale plus avancée. Plusieurs logiciels, payants et gratuits , existent pour compléter votre travail sur une image. Certains agissent comme logiciel spécialisé pour l’une de ces trois étapes, alors que d’autres jouent le rôle de tout-en-un.


Le tri, classement et catalogage des images


Imaginez ceci. Vous faites maintenant beaucoup de photos. Votre ordinateur en est rempli. Vous êtes submergé par une marée de dossiers et de fichiers aux noms tous semblables, et vous y retrouver est un vrai cauchemars.

Ce problème peut être évité assez simplement avec l’aide d’un bon logiciel de classement d’images. Pour en choisir un qui convienne à vos besoins, voici ce que votre logiciel de tri devrait avoir comme caractéristiques :

  • Afficher une vue d’ensemble de vos images dans une grille selon vos dossiers
  • Vous donner la possibilité de trier photos selon plusieurs critères (date, appareil et objectif utilisé, ouverture, vitesse, iso)
  • Vous permettre de choisir rapidement les images que vous souhaitez traiter et celles qui sont bonnes pour la poubelle.
  • Noter vos images pour retrouver les meilleures en quelques secondes
  • Attribuer des mots-clés pour retrouver vos photos facilement, même des mois après la prise de vue
  • Vous permettre de renommer facilement vos photos

Ces options vous seront vraiment très utile lorsque vous aurez des milliers de photos à gérer, croyez moi!


Le développement Raw


Une fois vos photos importées dans votre ordinateur, une fois qu’elles sont classées et triées correctement, il faudra les développer. Le développement Raw, c’est l’étape où vos images recevront des ajustements qui affecteront l’ensemble de vos images.

Ces ajustements sont généralement très facile à faire en bougeant des curseurs. Parmi ces réglages, on retrouve généralement la balance des blancs, l’exposition, le contraste, la saturation et la vibrance, la netteté et la réduction du bruit.

En général, le développement Raw n’impliquera pas de retouche très poussée pour enlever ou ajouter des éléments. Il ne sert qu’à ajouter de la vie à vos images, à les rendre plus fidèles à ce que vous avez vu, mais en mieux!


La retouche


La principale différence entre développement et retouche se trouve dans le fait de modifier plus que seulement la couleur, la luminosité et les contrastes d’une photo. Quand je parle de retouche, je fais référence à toutes les modifications qui n’affectent qu’une seule partie de l’image.

Lorsque vous débutez, le type de de retouche que vous ferez le plus souvent vont être assez simples. Vous ferez probablement ce genre de retouches :

  • Éclaircir et assombrir certaines zones de l’image pour ajouter de l’intérêt à votre sujet, ou modifier l’exposition dans les zones plus lumineuses
  • Enlever des petits détails dérangeant comme des petits boutons, des poussières de capteur ou des reflets d’objectif (lens flare), des détritus dans vos photos de paysage, etc.
  • Faire de petites retouches esthétiques, comme blanchir les dents, illuminer les yeux, adoucir la peau de façon minimale, etc.

À vos début, ce sont les retouches dont vous aurez besoin en général. Évidemment, lorsque vous serez à un niveau plus avancé, vous aurez des besoins plus poussés, mais commençons par le commencement, comme on dit!

Quels logiciels vous permettront de faire tout cela?


Comme je l’ai dit plus haut, certains logiciels sont spécialisés dans l’une de ces 3 tâches principales, alors que d’autres peuvent vous servir de solution pour toutes ces options!

À ce niveau, je l’avoue, j’ai vraiment un chouchou : Lightroom!

Qu’est-ce que Lightroom?


Lightroom, aussi connu sous le nom de Adobe Photoshop Lightroom est une logiciel de traitement d’images très répandu. Créé en 2006 par Adobe, ce logiciel a été conçu pour devenir une solution complète pour le travail des photographes.

De la capture à l’impression, Lightroom offre plusieurs fonctionnalités. Parmi celles-ci on retrouve la retouche non destructive, le classement et l’archivage des images, le traitement par lot, les corrections localisées, la mise en page de livres photo, l’impression et encore plus!

Ce logiciel est en quelque sorte une solution tout-en-un qui associe les avantages de Bridge, Camera Raw et Photoshop. Bref, on peut dire que Lightroom est une solution complète vraiment géniale!

À quoi sert Lightroom?


Lightroom est un outil très performant pour trier vos images, déplacer des fichiers sur votre ordinateur, créer des dossier, ajouter des mots clés et plus encore! Pour voir les performances de Lightroom pour le classement d’images, je vous suggère d’aller voir ma vidéo à ce sujet!

Lightroom est également très performant pour le traitement Raw. Il est parfait pour le traitement de base des image.

Parmi les modifications possibles, on retrouve le recadrage, la balance des blancs, le réglage de l’exposition, les ajustements dans l’histogramme, les modifications dans la courbe, la conversion en noir et blanc, suppression des petits défauts, correction des yeux rouges, les dégradés, ajustement localisés, ajout de netteté, réduction du bruit, correction de l’objectif, saturation, vibrance, et plus encore!

Si vous êtes un photographe débutant, ces fonctions combleront la plupart, voir tous vos désirs!


Quels sont les avantages de Lightroom?

Le premier avantage de Lightroom est définitivement le fait qu’il vous permet de tout faire, de la capture à l’impression, sans jamais sortir du logiciel.

Vous pouvez importer vos images sur votre ordinateur, les classer dans des dossier, les renommer, leur ajouter des mots clés, regrouper vos images par thèmes dans des collections, créer des diaporamas, imprimer des livres, publier vos images directement sur facebook…

Tout cela en plus de tous les réglages que vous pouvez faire sans jamais craindre d’abimer vos images.

En effet, Lightroom est un logiciel de traitement qui fonctionne sous un système de catalogue.

Toutes les modifications que vous faites sur une image ne sont donc pas enregistrées dans l’image elle-même, mais dans le catalogue. Cela vous permet de créer plusieurs versions de vos images, sans avoir à créer de fichiers supplémentaires dans votre ordinateur!

Enfin, l’une de mes fonctions préférées de Lightroom est sa capacité à traiter des dizaines, voir centaines de fichiers à la fois. Pour appliquer un style particulier à plusieurs dizaines de photos en un clic, il suffit de les sélectionner dans le module de bibliothèque, et de leur appliquer un paramètre prédéfini. Vous pouvez aussi simplement retoucher une photo pendant que les autres sont sélectionnées, et les réglages se mettront à jour dans toutes les images.

Combien coûte Lightroom?

Lightroom est disponible en formule abonnement avec Photoshop sur le site de Abobe pour 9,99$ USD par mois. À ce prix pour toujours avoir accès à la dernière version de ces deux logiciels, pour moi, c’est un no brainer. Parlant de photoshop, voici un peu plus d’information sur ce logiciel légendaire!

Les logiciels de retouche photo : Photoshop, maître incontesté

Pour faire des retouches plus avancées, vous aurez éventuellement besoin de logiciels plus avancés, cela va de soi. À cet égard, de tous les logiciels de retouche qui existent, Photoshop est celui que même les gens qui n’on jamais fait de photo connaissant, et ce n’est pas pour rien : il fait à peu près tout!

Qu’est-ce que Photoshop?

La réputation de Photoshop n’est plus à faire! Photoshop est désormais synonyme de retouche photo, et ce n’est pas pour rien! Alors que Photoshop a été créé d’abord pour faire des modifications très simples sur les images, Photoshop est maintenant un logiciel très performant et complet qui est utilisé autant par les photographes que les graphistes, architectes, ou quiconque ayant besoin d’un outil qui comble ses besoin créatifs!

Photoshop est un logiciel basé sur les pixels, c’est à dire que chaque pixel de l’image peut être modifié, déplacé, effacé, etc. De plus, Photoshop prend en charge les calques, les masques et autres outils de sélections perfectionnés. Il est donc possible d’ajouter les réglages par couches, pour revenir plus facilement en arrière dans les projets plus complexes.

À quoi sert Photoshop?

Photoshop est l’outil de prédilection des retoucheurs professionnels autant que les graphistes, car il permet de faire des retouches précises, d’ajouter du texte, de créer des éléments 3D, etc.

En photographie, son principal avantage est qu’il est la norme de l’industrie pour retoucher des images. Ainsi, vous pouvez trouver énormément d’informations à son sujet! Non seulement cela, mais vous pouvez créer absolument tout ce que vous voulez dans Photoshop, sans jamais craindre d’être bloqué par l’absence de certaines fonctions.

De plus, Photoshop est offert avec Camera Raw et Bridge, qui peuvent en quelque sorte remplacer Lightroom lorsqu’ils sont utilisés ensemble.
Son seul désavantage est peut-être le même que sa plus grande qualité : tellement complet qu’il peut être intimidant au début! Mais, ne vous laissez pas impressionner pour autant! Il deviendra éventuellement votre meilleur allié!

Quelques alternatives à Lightroom et Photoshop

Si, après tout cela, je ne vous ai pas convaincu d’utiliser Lightroom (non, je ne suis pas commandité par Adobe pour vous dire tout cela), il existe des alternatives gratuites et payantes à Lightroom. J’aborderai les options que je considère intéressantes. Voici les plus communes!

Les alternatives gratuites

Raw Therapee


Raw Therapee est une bonne alternative à Lightroom pour effectuer le traitement Raw. Il est bien pensé et il est facile de s’y retrouver. Il possède plusieurs fonctions de Lightroom en ce qui à trait au tri de fichiers et au développement raw. Cependant, il n’offre pas la géolocalisation, la création de diaporamas ou l’impression.

DarkTable

Darktable est, à mon avis, l’option gratuite la plus proche de Lightroom au niveau des outils possibles. La table lumineuse de Darktable est très similaire au module de bibliothèque de Lightroom et comprend la majorités des fonctions principale de tri et de classement photo, incluant les filtre de recherche, les mots clés, etc.

La chambre noire, elle, est l’endroit où on fait les ajustements du Raw. La présentation ressemble à Lightroom. Darktable a plus d’outils de développement Raw que Lightroom et offre aussi la géolocalisation, la création de diaporama et le module d’impression! Bref, si vous débutez avec Darktable, vous ne serez pas perdu si jamais vous décidez de migrer vers Lightroom.

Gimp

Gimp est une alternative gratuite assez populaire pour agir comme remplacement à Photoshop. Il possède plusieurs outils qui ressemblent à ceux de Photoshop. Il prend en charge les calques et masques de fusion et possède plusieurs outils de dessin et de sélection. Bref, il comprend plusieurs des fonctions les plus courantes de Photoshop pour les photographes.

Les alternatives payantes

Affinity Photo

Afinity Photo est un logiciel très abordable pour le nombre de fonctions qu’il offre! Il est disponible sous Mac Os et Windows, pour la modique somme de 70$. Il prend en charge à peu près tous les outils de manipulation d’image qu’offre photoshop, en plus d’inclure un module de développement Raw qui prend en charge les fichiers Raw de tous les appareils photo!

Capture One

Capture One est un excellent logiciel de traitement Raw. Créé par Phase One, c’est probablement l’un des meilleurs sur le marché. L’une de ses qualités principales vient du fait que Capture One possède des profils de couleurs pour chaque appareil photo, ce qui fait en sorte que les images affichées dans Capture One ont généralement meilleure allure en sortant de l’appareil photo.

Le logiciel possède aussi plus d’option pour corriger les couleurs que Lightroom.

Du coté des ajustements locaux, Capture One prend en charge les calques. Du côté du classement d’image, les fonctions des deux logiciels sont semblables.

Enfin, Capture One se démarque grâce à sa fiabilité pour la capture en mode connecté. Donc, si vous faites régulièrement de la photo en studio et que vous devez travailler rapidement, capture one est une bonne option! Ce logiciel est disponible en formule d'abonnement mensuel, à 20$ US par mois, ou à l'achat une seule fois de la dernière version pour 405$ canadien.

ON1 Photo raw

ON1 Photo raw offre toutes les possibilités que Lightroom, en plus de vous donner la possibilité de remplacer facilement le ciel et faire du masquage assez sophistiqué.

Non seulement cela, mais ON1 intègre parfaitement plusieurs effet de la Nik Collection en plus de vous fournir des ciels ou des arrière plan pour les remplacer dans vos photos.

Un autre avantage de ON1 est le fait que l’importation n’est pas nécessaire pour ajouter vos photos au logiciel avant de les traiter. Cela permet de commencer votre traitement plus rapidement, en plus de vous éviter les fameuses erreurs de photo introuvable. On1 photo raw est disponible pour un achat de la dernière version à 99$ pour la version "full" et 129$ pour la version "pro plus".

Photo Mechanic

Nous avons parlé de catalogage de photo, de développement raw, la retouche, etc. Mais la toute première tache que vous devez faire avant même de penser à tout cela, c'est l'importation. Et l'importation peut prendre beaucoup de temps.

Pendant l'importation, vous ne pouvez généralement pas regarder vos images à leur pleine grandeur immédiatement ni commencer à les trier et ajouter des informations sur chacune d'elles avant qu'elles soient importées.

La force de Photo Mechanic, c'est qu'il vous permet de faire tout cela très rapidement. Avant même que la photo soit dans votre ordinateur, vous l'aurez déjà regardé, sélectionnée ou supprimée et vous lui aurez ajouté des mots-clé et autres informations. Photo Mechanic peut donc vous épargner énormément de temps perdu!

Cependant, ce logiciel ne sert vraiment qu'à faire le tri initial en un éclair. Pour toute forme d'édition (a l'exception du recadrage) il faudra utiliser un autre logiciel. Celui ci est disponible à l'achat pour 150$ us.

Conclusion

Bref, avant de prendre la décision finale sur votre logiciel de traitement d'image, nous avons vu que le plus important, c'est de connaître vos besoins.

Généralement, lorsque vous débutez, vous avez besoin d'un logiciel qui vous permette de facilement trier et catalogue vos images, leur faire un traitement de base, et les imprimer ou les publier sur le web.

Le meilleur logiciel qui vous permet de faire tout cela, c'est Lightroom. Si vous souhaitez avoir plus d'option pour vos retouches et faire des modifications plus précises à vos photos, Photoshop fera votre bonheur. La bonne nouvelle, c'est que si vous n'êtes pas encore certain d'avoir besoin de Photoshop, il sera inclu avec Lightroom pour la modique somme de 10$ par mois.

Vous ne voulez pas utiliser Lightroom et Photoshop pour l'instant? Pas de problème! Si vous préférez explorer, il existe plusieurs autres logiciels qui peuvent remplacer Lightroom ainsi que Photoshop, autant parmi les logiciels gratuits que payants.

Encore une fois, tout dépend de vos besoins!

Sur ce, je vous conseille d'essayer les logiciels avant de choisir pour déterminer ce qui vous plait!

À la prochaine, et bonne retouche!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Tout sur la résolution!

Salut tout le monde! Aujourd’hui, je vous parle de résolution, taille d’impression, ppi, dpi et compagnie!    

L’idée de cet article m’est venue après plusieurs discussions animées avec mes amis du club photo.

En effet, alors que l’organisation de leur exposition de photo annuelle battait son plein, plusieurs questions quant à la résolution des photos contre la taille d’impressions ont fait surface.

Plusieurs d’entre nous, moi y compris, avons cherché à répondre à ces questions. C’est alors que je me suis rendue compte que malgré une bonne connaissance du sujet, il y avait certains points qui demeuraient flous, certaines croyances que je voulais remettre en question.

Donc, j’ai pris la décision d’écrire cet article pour résoudre la question, une fois pour toute, le plus simplement possible. J’en fais une affaire personnelle!

Donc, aujourd’hui, je vous parle de mes trouvailles. Nous allons répondre à ces questions

  • La résolution, c’est quoi?
  • Pourquoi la résolution n’a aucune importance sur un écran?
  • Quelle est la résolution minimale pour imprimer?
  • Quelle taille peut-on imprimer selon la taille de vos photos?
  • Comment redimensionner une image correctement?

Qu’est-ce que la résolution?

La résolution est un terme utilisé de façon très générale dans plusieurs domaines pour faire référence à la qualité et à la netteté d’une image sur un support donné.

On utilise la résolution pour définir la qualité d’affichage d’un téléviseur, d’un écran, ou de la qualité d’une image une fois imprimée sur papier.

On définit la qualité d’une écran de télévision ou écran d’ordinateur selon le nombre de pixels qu’ils contiennent. Par exemple, les télévisions full HD affichent 1080 pixels de haut. Les télévision 4k affichent 4000 pixels de large. Oui, j’ai bien dit 4000 pixels de large. À un certain moment, les fabricants ont décidé de changer les dimensions verticales par des dimensions horizontales. Pourquoi? Aucune idée. Mais bon, bref, à taille égale, on est d’accord pour dire que l’écran 4k semblera plus net que le full HD, n’est-ce pas?

En ce qui concerne les images elles-mêmes, elles ont également une taille en pixels. Plus il y aura de pixels dans l’image à une taille physique donnée, plus elle semblera nette et précise.

Visuellement, la résolution, à quoi ça rime?

Voici un exemple d’un cercle dessiné dans photoshop à différentes tailles en pixels. L’un d’eux fait 8 pixels de largeur, l’autre, 32 pixels de largeur, et le troisième environ 300 pixels de largeur. Si on les regarde à taille physique égale de 1 pouce de largeur, celui qui a 8 pixels de largeur a un contour en escaliers. Le deuxième semble déjà avoir des contours un peu plus rond et le troisième est un cercle parfait.

Bref, la résolution, en action, sert à cela.

Sur un écran, la résolution n’a aucune importance. Pourquoi?

Il y a beaucoup de confusion quant à la résolution en pixels par pouce sur un écran. Pendant longtemps, on a répandu l’information selon laquelle il fallait utiliser une résolution de 72 pixels par pouces sur un écran.

En réalité, sur un écran, cela n’a absolument aucune importance pour la qualité d’affichage de vos images. C’est un pur MYTHE. Comment ça se fait?

Sur un écran, le nombre de pixels visible par pouce ne change JAMAIS.

Dans l’exemple des cercles ci dessus, j’ai volontairement zoomé sur mes images dans Photoshop, pour leur donner une taille physique égale, malgré leur taille en pixels complètement différente. Dans la vraie vie, un pixel d’une image correspondra toujours à un pixel d’écran. TOUJOURS.

Pixels d'un écran en gros plan

Donc, une image de 300 pixels de largeur occupera toujours moins d’espace sur un écran qu’une image de 1000 pixels. Et dans le cas des deux images, elle n’apparaîtront jamais pixelisées.

Ainsi, lorsque vous déterminez la taille de votre image pour afficher sur le web, la seule chose qui importe, c’est sa taille en pixel. C’est tout. L’écran, automatiquement, assignera un pixel d’image à un pixel d’écran. C’est l’écran qui décide de la vraie taille physique que la personne verra.

L’importance de la résolution pour imprimer une photo

Lorsque vous imprimez des images, vous voulez obtenir une taille précise sur le papier.

Mais, les pixels de l’image, dans l’univers du papier, ne veulent absolument rien dire. On ne mesure pas le papier avec des pixels! Donc, vous allez devoir «traduire» ces pixels en pouces.

Vous pouvez prendre une image de n’importe quelle taille en pixels pour l’imprimer dans n’importe quelle taille en pouces. Mais pas sans problèmes.

Si une image est trop petite en pixels par rapport à sa taille en pouces, il y aura moins de pixels par pouce. La résolution sera plus faible, et la qualité en souffrira. Rappelez vous nos 3 cercles du départ.

Donc, pour déterminer la taille en pixel minimale requise d’une photo pour une taille d’impression donnée de bonne qualité, vous avez besoin de connaitre la résolution qu’il vous faut.

Une fois la résolution déterminée, vous allez pouvoir calculer la taille en pixels nécessaire.

Quelle est la résolution nécessaire pour une impression de bonne qualité?

La réponse qu’on entend le plus souvent sont souvent 240 dpi ou 300 dpi, selon les imprimeurs. Mais d’où viennent les fameux 300 dpi? Est-il nécessaire de toujours imprimer à 300 dpi? Voici quelques pistes…


La variable souvent ignorée : l’acuité visuelle du spectateur

On pense souvent, de façon logique, que le nombre de DPI nécessaires dépend de ce que l’imprimante imprime. Mais en réalité, lorsqu’on y pense un peu plus, le nombre de points d’encre imprimés par l’imprimante importe peu, si on n’arrive pas à les voir!

Donc, croyez le ou non, le fameux 300 dpi est en fait déterminé par l’acuité visuelle du spectateur, lorsqu’il regarde l’image à portée de main, et que sa vision est impeccable! Si sa vision est un peu moins bonne, comme la moyenne des gens, alors 240 dpi sera suffisant, à distance égale.

Plus on s’éloigne d’une image, moins on distingue la différence entre les différents points. Donc, plus on s’éloigne, moins la résolution nécessaire sera élevée.

Le calcul de la résolution minimale recommandée selon la distance de visionnement et l’acuité visuelle de quelqu’un est plutôt complexe. Donc, pour vous épargner le charabia de physique du calcul, voici un récapitulatif qui vous donnera une idée générale de la résolution nécessaire à vos projets:

Vous pouvez estimer grossièrement la distance de visionnement selon la taille de la photo une fois imprimée. Logiquement, une photo de  60 pouces de largeur ne sera pas regardée. À la même distance qu’une photo de 18 pouces de largeur.

Par contre, je tiens à dire qu’on ne peut pas avoir une trop grande résolution. On peut, par contre, en manquer. Je vous conseillerais donc d’utiliser une résolution un peu plus élevée que nécessaire, quand c’est possible.

Quelle taille d’impression peut-on obtenir selon la taille de l’image?

Jusqu’à présent, nous avons vu que pour imprimer une image dans une taille donnée (sans la redimensionner) , il faut avoir les informations suivantes :

  • La taille en pixels de la photo
  • La distance à laquelle l’image sera regardée, qui détermine la résolution nécessaire
  • La taille à laquelle vous voulez imprimer

Pour faire un exemple très simple, supposons que vous avez une image de 4000 pixels par 3000 pixels. Vous voulez l’imprimer dans un magasine, de les gens regarderont de près. Donc, vous avez besoin de, disons, 300dpi.

Pour connaitre la dimension que vous pouvez obtenir à l’impression, vous n’avez qu’à diviser un des côtés en pixels par la résolution. Dans notre exemple, si on divise 3000 pixels par 300 (dpi) on obtient 10 pouces sur le côté étroit. Donc, vous avez assez de pixels pour faire une photo qui couvre une page sans problème, peut-être deux!

Pas envie de calculer? Voici comment déterminer la taille d’impression dans photoshop et Lightroom!

Déterminer la taille d’impression maximale de l’image dans Photoshop

Pour déterminer la taille imprimable de votre photo, importez la dans Photoshop.

Puis, allez dans le menu image, puis taille de l’image.

Dans la boîte de dialogue, vous aurez l’information sur le poids du fichier, ses dimensions en pixels et sa résolution. La largeur et la hauteur, par défaut, sont affichés en pixels. La résolution en pixels par pouces sera la valeur par défaut de votre image lorsqu’elle sort de l’appareil photo.

Pour que photoshop fasse les calculs qui vous intéressent, vous devez d’abord décocher l’option rééchantillonnage. Cette option sert à redimensionner la photo, ce qu’on ne veut pas faire, pour le moment.

Maintenant, inscrivez la résolution désirée pour imprimer dans la case de résolution. Vous verrez que les dimensions en pixels ne changent pas. C’est normal. Pour connaître la dimension en pouces, changez votre unité de mesure dans le menu déroulant.

Si vous essayez de changer la résolution, vous verrez que les dimensions en pouces vont changer, sans redimensionner votre image!

Déterminer la taille d’impression maximale de l’image dans Lightroom

Si vous n’avez pas photoshop pour faire ces calculs pour vous, pas de panique! Vous pouvez faire exactement la même chose avec Lightroom (ou presque).

Dans Lightroom, choisissez votre image dans le module de bibliothèque. Puis, allez dans le module d’impression.

Lightroom fonctionne avec des tailles de papier. Donc, si vous voulez tester différentes dimensions de votre image, je vous suggère d’utiliser une taille de papier assez grande. Pour ce faire, cliquez sur le bouton mise en page dans le panneau de gauche. Dans la boite de dialogue, cliquez sur l’option gérer les tailles personnalisés dans le menu déroulant de la taille du papier. Inscrivez des nombres assez gros pour un panneau d’autoroute.

Maintenant, votre image va être vraiment petite sur le «papier». Pour jouer avec les dimensions de l’image, allez dans l’onglet disposition du panneau de droite et jouez avec les curseurs de taille de cellule.

Puis, pour afficher les dimensions en pouces de votre fichier, allez dans l’onglet repères et cochez l’option dimensions.

Maintenant, Lightroom indique les dimensions en pouces de votre image (coin supérieur gauche), mais pas sa résolution. Pourquoi? Parce que Lightroom, par défaut, redimensionne les photos pour qu’elles aient une résolution de 240 dpi. Pour empêcher Lightroom de redimensionner les images, rendez vous dans l’onglet travaux d’impression et décochez l’option résolution d’impression.

La résolution apparaîtra à coté de la taille de l’image.

Que faire si votre image est trop petite pour imprimer à la taille voulue?
 

Si votre image est trop petite pour l’imprimer à la taille désirée et à la résolution voulue, vous n’aurez pas le choix, il faudra la redimensionner! Il va falloir agrandir votre photo, sacrifier la résolution, ou trouver un compromis quelque part entre les deux.

Cependant, on ne peut pas agrandir une photo à l’infini sans jamais voir de perte de qualité. Mais, on peut limiter les dégâts avec les bonnes techniques.

Comment redimensionner une image correctement

La façon correcte de redimensionner une image pour vos agrandissements dépend de l’intensité du changement à faire. Il est toujours préférable de limiter les gros changements de dimensions. Cependant, la technologie nous offre maintenant des options intéressantes pour redimensionner sans trop détruire nos fichiers.


Redimensionner une image dans Photoshop

Peu importe le logiciel utilisé, je vous recommande de dupliquer votre image avant de la redimensionner. Ainsi, votre image originale ne sera pas affecté par l’agrandissement et gardera sa qualité originale. Dans photoshop, il suffit d’aller dans le menu image puis de cliquer sur dupliquer l’image.

Maintenant, pour redimensionner, Photoshop CC possède une option d’agrandissement qui fonctionne vraiment très bien. La fonction s’appelle Conserver les détails 2.0. Au moment d’écrire cet article, elle ne fait pas encore officiellement partie des fonctions de Photoshop CC, mais vous pouvez quand même l’utiliser si vous l’activez, à condition que votre version de photoshop soit à jour.

Pour activer cette fonction, allez dans le menu préférences, puis aperçus de technologie. Cochez l’option conserver les détails 2.0.

Maintenant, retournez à la boite de dialogue de taille de l’image. Cette fois-ci, cochez l’option rééchantillonage. Puis, dans le menu déroulant, choisissez l’option conserver les détails 2.0.

Vous verrez que cette option fait un excellent travail!

Redimensionner une image dans Ligthroom

Dans Lightroom, redimensionner une image est extrêmement simple. Il y a deux façons de procéder. Vous pouvez exporter votre image en jpeg pour l’envoyer à votre imprimeur, ou l’imprimer directement à partir de Lightroom. Notez qu’avant de redimensionner votre image vous devez l’avoir déjà recadrée.

Agrandir une image pour imprimer à partir de Lightroom

Si vous imprimez directement à partir de Lightroom, allez dans le module d’impression. Cliquez sur le bouton de mise en page dans le panneau de gauche et sélectionnez la taille de papier sur lequel vous voulez imprimer.

Puis, dans le panneau de droite, allez dans l’onglet disposition et jouez avec les curseurs de taille de cellule jusqu’à ce que votre image occupe tout l’espace.

Ensuite, cochez l’option de résolution dans l’onglet travaux d’impression et choisissez la résolution que vous désirez. Lightroom agrandira automatiquement votre photo.


Agrandir une image pour envoyer l’image à l’imprimeur


Si vous exportez votre image pour l’impression, allez dans la boite de dialogue d’exportation. Vous pouvez y accéder en appuyant sur les touches cmd shift E (ou control shift E) de votre clavier.

Dans l’onglet paramètre de fichier, sélectionnez JPEG comme format d’image, qualité 100 (pour éviter la perte de qualité due à la compression) et choisissez l’espace colorimétrique avec lequel vous photographiez.

Dans l’onglet dimensionnement de l’image, cochez l’option redimensionner. Dans le menu déroulant, choisissez bord étroit. Assurez vous que la case ne pas agrandir ne soit pas cochée.

Ensuite, assurez vous que l’unité de mesure soit en pouces. Si ce n’est pas le cas, sélectionnez la bonne unité de mesure dans le menu déroulant. Entrez la dimension voulue dans la case prévue à cet effet. Enfin, entrez la résolution désirée dans la case prévue à cet effet en vous assurant que vous êtes bel et bien en pixels par pouces.

Cliquez sur exporter, et voilà!


Conclusion


Bref, malgré que la taille et la résolution des images soit une notion plutôt complexe, il est crucial de comprendre la relation entre les deux pour être en contrôle de la qualité d’impression de nos images.

En résumé, la résolution est ce qui détermine la qualité d’affichage sur un support donné (écran ou papier). Plus il y a d’unités pour une taille physique donnée, plus l’affichage aura une bonne qualité. Pour les photos, on détermine la résolution en pixels par pouce sur un écran et en points par pouce sur le papier.

En ce qui concerne l’affichage d’une photo sur un écran, les pixels par pouce n’ont aucune importance pour la qualité. Les écrans affichent toujours un pixel de photo pour un pixel dans l’écran. Donc, seule la taille de l’image en pixels compte. L’écran se charge du reste.

C’est pour l’impression que les DPI sont importants. Il permettent de prévoir quelle sera la qualité d’impression d’une image, pour des dimensions et une distance de visionnement déterminée. Pour une image regardée de près, il est préférable d’avoir une résolution de 240 à 300 dpi. Si vos images sont très grandes, et par conséquent, seront regardées de plus loin, vous pouvez utiliser une résolution plus faible.

Je vous ai aussi montré comment calculer la taille maximale à laquelle une image peut être imprimée sans avoir à l’agrandir. Puis, je vous ai montré comment le tester dans Photoshop et dans Lightroom.

Ensuite, nous avons vu comment agrandir une photo dans photoshop, et dans Lightroom.

Et comme mot de la fin, je vous dirais que lorsque vous choisissez une image pour l’imprimer, assurez vous que l’image ait été vraiment réussie à la prise de vue, avec une quantité de bruit minimale et une bonne netteté. Ainsi, peu importe les dimensions de votre impression, et même si vous l’agrandissez, vous obtiendrez d’excellents résultats!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi!