Lightroom Archives - Joannie Therrien

Archives de catégorie pour \ " Lightroom "

La photo sur fond blanc : photographier les gens

Vous souhaitez vendre vos projets d’artisanat? Vous avez une petite boutique en ligne? Vous vendez des objets sur Ebay? Votre cousin, votre frère ou votre ami est un entrepreneur? Vous faites des montages photo? Vous faites du web marketing? Vous souhaitez travailler comme photographe?

Peu importe la question à laquelle vous avez répondu oui, vous avez un point en commun.

Vous avez besoin de photos sur fond blanc, sans ombres.

Mais, avoir des photos sur un fond parfaitement blanc est beaucoup plus complexe que ça en a l’air.

Vous avez trop d’ombres, votre un fond est un peu trop gris, vous passez beaucoup trop de temps à détourer sur Photoshop ou vos résultats ne sont tout simplement pas uniformes?

Quels que soient les défis que vous avez à surmonter, faire des photos sur fond blanc ne devrait pas être compliqué!

C’est pourquoi j’ai décidé d’écrire une mini série d’articles à ce sujet!

Aujourd’hui, pour la première partie de cette série, nous allons voir comment photographier les gens sur fond blanc.

Nous allons voir exactement ce dont vous avez besoin pour réussir vos portraits ou photos de vêtements sur fond blanc dès la prise de vue!

Puis, je vous expliquerai comment éclairer votre fond et votre sujet pour les meilleurs résultats possible.

Enfin, je vous montrerai une manière très simple de traiter vos images pour rendre votre fond parfaitement blanc!

Prêts? Allons-y!

De quoi avez-vous besoin pour faire des photos sur fond blanc?


Avant d’entrer dans les détails du matériel à se procurer pour faire des photos sur fond blanc, je vous invite à consulter mon article sur comment équiper son studio photo pour pas cher. Vous y trouverez une foule d’astuces et d’aubaines pour commencer à équiper votre studio si ce n’est pas déjà fait!

Pour photographier des personnes sur fond blanc, vous aurez besoin des bons outils! Voici une petite liste du matériel que je vous conseille pour commencer à faire des photos sur fond blanc!

Le fond blanc


Votre fond peut simplement être le mur de votre salon, si celui-ci est peint en blanc, évidemment. Tant que vous ne faites pas de photo en plein pied, un simple mur blanc fera l’affaire. Si vous faites des photos en plein pied, vous aurez besoin d’un sol aussi blanc que votre mur. Sinon, bonjour le détourage complexe!

Vos murs sont tous très colorés et vous voulez faire des photos en plein pied? Vous aurez besoin de fonds en papier blanc. L’avantage du papier est qu’il est très lisse. Vous éviterez d’avoir à vous en faire avec un tissu froissé.

Les fonds de papiers se vendent généralement en deux tailles : 5 pieds ou 9 pieds.

Si vous faites des photos en plein pied, optez pour un fond de 9 pieds. Cela vous facilitera beaucoup la vie en vous donnant assez d’espace pour vos photos. Cependant, si vous ne faites que des plans rapprochés de vos sujets, un fond de 5 pieds conviendra parfaitement!


L’éclairage


Personnellement, je préfère travailler avec des flashs. Ceux-ci sont offrent généralement plus de contrôle et plus de puissance. Ils permettent d’avoir un résultat constant, en plus d’éviter le flou de mouvement dû à une vitesse d’obturation trop lente.

Quel est le type de flash idéal pour les photos sur fond blanc?


Il existe plusieurs types de flashs de vous pouvez utiliser pour réussir vos photos sur fond blanc. Que ce soit un flash de type cobra ou un plus gros flash de studio, vous pourrez obtenir de bons résultats. La différence principale se trouvera dans le prix. (Vous avez des problèmes de photos floues? Cliquez ici!)

Si vous débutez et que vous avez un budget limité, je vous suggère de vous procurer les flashs cobra yongnuo YN-560 IV. Ils sont peu chers et sont faciles à utiliser, en plus d’être faciles à transporter si vous devez installer votre matériel ailleurs que chez vous à l’occasion.


De combien de flashs avez-vous besoin?


Pour obtenir un arrière-plan parfaitement blanc, vous allez devoir éclairer le fond lui-même séparément de votre sujet. Donc, vous aurez besoin d’un minimum de deux flashs : un pour le fond, et un pour votre sujet. Sachez par contre que si vous cadrez plus large, il est possible qu’un seul flash ne soit pas suffisant pour éclairer le fond en entier. Ainsi, si votre budget le permet, avoir au moins trois flashs serait l’idéal.

Au final, le nombre de flashs nécessaire dépend directement de la taille du sujet que vous photographiez. Si vous faites un gros plan d’un visage, deux flashs suffiront. Cependant, il m’est déjà arrivé de faire des photos de famille sur fond blanc avec pas moins de CINQ flashs seulement pour éclairer le fond!


Les accessoires à avoir pour de belles photos sur fond blanc


Dans mon article à propos de comment monter son premier studio pour pas cher, j’ai parlé de nombreux accessoires à ce procurer pour équiper son studio. Je vous recommande fortement à le consulter, si vous débutez!

Voici quand même la petite liste des accessoires à avoir :

  • Les trépieds pour flashs. Vous pouvez en trouver à mini prix sur Amazon.
  • Un kit de support pour votre fond. Optionnel si vous collez votre fond de papier au mur. Personnellement, j'utilise cette pôle télescopique avec ces trépieds.
  • Des déclencheurs pour flash ou un fil Synchro flash. Si vos flashs sont munis d’un oeil magique, ils se déclencheront aussitôt qu’un autre flash s’activera. Vous pouvez donc brancher votre appareil photo à votre flash principal avec un fil Synchro flash, et tous les flashs se déclencheront. Pour éviter de s’encombrer de fils supplémentaire, je vous suggère d’avoir un émetteur pour l’appareil et un récepteur pour le flash. Je recommande la marque Vello, qui offre un bon rapport qualité-prix. 
  • Un posemètre, pour évaluer plus facilement l’exposition à utiliser pour votre sujet. Pour apprendre à utiliser un posemètre, je vous recommande cette vidéo.
  • Des modificateurs de lumière, comme des boîtes à lumière ou parapluies.


La photographie sur fond blanc : les bases à connaître


Si vous êtes nouveau dans l’univers de la photographie de studio, je vous invite fortement à consulter mon article sur les éclairages de base à connaître lorsque vous débutez en studio. J’y explique plusieurs des bases en photographie au flash. Il vous aidera à mieux comprendre certains des concepts que j’aborde ici!

Le défi avec la photo sur fond blanc est qu’en plus de se soucier de bien exposer le sujet, il faut également se préoccuper de bien exposer le fond.

Il y a 3 paramètres qui influencent l’exposition du sujet lorsqu’il est éclairé au flash : la puissance du flash, l’ouverture du diaphragme de l’appareil photo, et la distance entre le sujet et le flash.

C’est ce troisième paramètre qui rend la photographie sur fond blanc plus complexe. Logiquement, le sujet et l’arrière-plan ne peuvent pas être tous les deux à la même distance du flash. Ainsi, si le sujet est bien exposé, le fond ne pourra pas être bien exposé aussi. Donc, en utilisant un seul flash, il arrivera l’une de ces deux choses. Soit votre fond blanc deviendra gris, soit il sera presque blanc, mais vous verrez l’ombre de votre sujet dessus.

Pour éviter ces problèmes, vous devez éclairer le fond lui-même. Voici comment.


Éclairer le fond pour les plans plus serrés


Si vous faites des plans plus serrés, comme des gros plans, par exemple, placez un flash nu directement derrière votre sujet, dirigé vers le fond. Gardez au moins un mètre de distance entre le flash et le fond, pour lui donner la possibilité de couvrir un espace plus grand.

Pour déterminer la puissance du flash à utiliser, commencez par faire vos photos avec votre sujet en silhouette, sans votre éclairage principal. Ajustez votre appareil à f/8 ou f/11, 1/125 seconde, iso 100.

Puis, activez le signal de surexposition dans votre appareil photo. Cette fonction vous permettra de voir facilement les parties de votre image qui sont surexposées.

Signal de surexposition sur le
Nikon D750

Ensuite, augmentez graduellement la puissance du flash jusqu’à ce que le fond soit surexposé complètement, ou presque. L’idée est de surexposer le fond autant que possible, mais sans que la lumière ne déborde trop sur les contours de votre sujet.

Éclairage du fond à un seul flash

Si la lumière déborde sur les contours de votre sujet, votre flash de fond est trop fort.


Éclairer le fond pour les plans plus larges


Le problème lorsque vous faites des photos sur fond blanc en plan plus large est qu’il sera beaucoup plus difficile de cacher un flash derrière votre sujet. Non seulement cela, mais le flash nu a tendance à être beaucoup plus fort au centre, et beaucoup moins sur les côtés. Il sera donc très difficile de surexposer le fond de façon uniforme de cette manière.

Alors, comment faire pour éliminer le problème?

La première étape est d’utiliser deux flashs pour le fond. Placez-les de chaque côté du fond, de manière à l’éclairer avec un angle de plus ou moins 45 degrés.

Pour la première image, j'ai activé uniquement les flashs qui éclairent le fond. Comme l'intérieur de mon studio est complètement blanc, la lumière se réfléchit partout. C'est ce qui fait que je ne suis pas complètement en silhouette. Sur la deuxième image, j'ai activé mon flash principal pour être bien exposée. Ces deux images n'ont pas été retouchées.

Je vous recommande aussi d’utiliser des modificateurs de lumière, comme des softbox, par exemple, pour disperser la lumière. Ainsi, les flashs couvrent une zone plus large et votre fond sera éclairé de manière plus uniforme. De plus, les softbox agiront pour bloquer les débordements de lumière sur votre sujet.

Pour ajuster les flashs, assurez-vous qu’ils soient réglés à la même intensité. Puis, pour trouver la bonne intensité, suivez la méthode décrite au point précédent.


Éclairer le sujet avec le flash principal


Pour éclairer votre sujet avec votre 3e flash, utilisez un softbox ou un parapluie avec votre flash.

Ensuite, placez le flash directement devant votre sujet, ou légèrement de côté, et un peu plus haut que votre sujet.

Enfin, augmentez progressivement la puissance du flash principal jusqu’à ce que votre sujet vous semble être exposé correctement. Vous pourrez ajuster l’exposition au post traitement.

Cependant, je vous recommande d’utiliser un posemètre pour mesurer l’intensité de la lumière sur votre sujet, pour plus de précision.

Que faire si vous n’avez qu’un seul flash à votre disposition?


Si vous n’avez qu’un seul flash à votre disposition, obtenir le fond blanc parfait peut être un peu plus difficile, mais pas impossible. Vous devrez cependant utiliser un logiciel de traitement pour rendre le fond parfaitement blanc, ou presque! 

Pour l'image de gauche, je me suis positionnée à a peine quelques centimètres du mur et j'ai utilisé seulement mon flash principal. Sur la deuxième image, j'ai augmenté l'exposition des blancs dans Lightroom. Sur la troisième image, j'ai ramené l'exposition des hautes lumières à la normale avec l'outil pinceau correcteur.

Placez votre flash principal directement devant votre sujet, mais en hauteur. Ainsi, l’ombre de votre sujet se retrouvera derrière lui. Ajustez la puissance du flash pour que l’exposition soit appropriée.

Approchez votre sujet du fond jusqu’à ce que l’arrière-plan soit le plus pâle possible, sans laisser apparaître trop d’ombre.

Post-traitement des photos de personnes sur fond blanc


Si vous avez suivi ce guide jusqu’à présent, vos fichiers raw demanderont très peu de travail au post-traitement. Vous pourrez obtenir le fond blanc parfait seulement avec Lightroom!


Étape 1 : régler la balance des blancs


À quoi bon prendre des photos sur fond blanc, si vos blancs ne sont pas blancs?

Pour régler la balance des blancs dans Lightroom, il suffit d’utiliser l’onglet de balance des blancs dans le panneau de droite du module de développement. Essayez d’utiliser le réglage automatique. Cela fera l’affaire dans la plupart des cas. Si toutefois cela ne fonctionne pas, essayez de réajuster le tout avec les curseurs de température et de teinte.


Étape 2 : Éclaircir les blancs sans surexposer le sujet


Pour éclaircir les parties du fond qui ne seraient pas encore parfaitement blanches, utilisez le curseur des blancs dans l’onglet exposition du panneau de droite du module de développement.

Pour savoir quand vous arrêter, vous pouvez activer l’avertissement de surexposition des hautes lumières, dans Lightroom, qui se trouve en haut à droite de l’histogramme.


Étape 3 : augmenter l’exposition dans les zones plus sombres de l’image


À cette étape, j’aime beaucoup utiliser le filtre gradué.

Il suffit de le sélectionner dans le module de développement, puis d’augmenter l’exposition de l’outil.

ÉTAPE 4 : rétablir l'exposition du sujet


Après avoir augmenté les hautes lumières et l'exposition de votre image, il est possible que votre sujet soit un peu surexposé. 

Pour rétablir la situation, utiliser le pinceau de réglage de Lightroom et peignez sur votre sujet. Réduisez les hautes lumières, les blancs ou l'exposition. Testez-les et voyez ce qui fonctionne le mieux. Vous verrez les résultats en temps réel.


Conclusion


Bref, nous avons vu comment faire des photos de personnes sur fond blanc, pour avoir un minimum de retouches à faire au post-traitement.

En résumé, nous avons vu l’équipement nécessaire aux photos de studio sur fond blanc. D’abord, il vous faudra au moins de deux à 3 flashs, un fond blanc en papier de 5 ou 9 pieds selon les plans que vous souhaitez capturer, ainsi que des déclencheurs pour vos flashs et quelques accessoires.

Ensuite, nous avons vu qu’il était primordial de surexposer le fond, en ajustant les flashs avec votre sujet en silhouette. Le but est d’avoir un fond surexposé, sans que trop de lumière déborde sur votre sujet. Lorsque vous prenez des plans plus larges, je vous conseille d’utiliser des parapluies pour éclairer le fond pour mieux disperser la lumière.

Puis, lorsque le fond a été surexposé correctement, il ne reste qu’à ajuster le flash principal pour exposer votre sujet correctement.

Enfin, un traitement très simple dans Lightroom vous permettra de rendre votre fond blanc parfait. Il suffit d’ajuster la balance des blancs, d’augmenter l’exposition des blancs, et d’éclaircir les zones plus sombres avec le filtre gradué.

Comme vous aurez pu le constater, la photographie sur fond blanc est relativement simple, lorsqu’on sait comment elle fonctionne!

Si le sujet de la photographie sur fond blanc vous intéresse, particulièrement la photographie de produits pour le e-commerce, restez à l’affût! La semaine prochaine, je vous parlerai de la photographie de produit!

À bientôt, et bonnes photos! 


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Tout sur la résolution!

Salut tout le monde! Aujourd’hui, je vous parle de résolution, taille d’impression, ppi, dpi et compagnie!    

L’idée de cet article m’est venue après plusieurs discussions animées avec mes amis du club photo.

En effet, alors que l’organisation de leur exposition de photo annuelle battait son plein, plusieurs questions quant à la résolution des photos contre la taille d’impressions ont fait surface.

Plusieurs d’entre nous, moi y compris, avons cherché à répondre à ces questions. C’est alors que je me suis rendue compte que malgré une bonne connaissance du sujet, il y avait certains points qui demeuraient flous, certaines croyances que je voulais remettre en question.

Donc, j’ai pris la décision d’écrire cet article pour résoudre la question, une fois pour toute, le plus simplement possible. J’en fais une affaire personnelle!

Donc, aujourd’hui, je vous parle de mes trouvailles. Nous allons répondre à ces questions

  • La résolution, c’est quoi?
  • Pourquoi la résolution n’a aucune importance sur un écran?
  • Quelle est la résolution minimale pour imprimer?
  • Quelle taille peut-on imprimer selon la taille de vos photos?
  • Comment redimensionner une image correctement?

Qu’est-ce que la résolution?

La résolution est un terme utilisé de façon très générale dans plusieurs domaines pour faire référence à la qualité et à la netteté d’une image sur un support donné.

On utilise la résolution pour définir la qualité d’affichage d’un téléviseur, d’un écran, ou de la qualité d’une image une fois imprimée sur papier.

On définit la qualité d’une écran de télévision ou écran d’ordinateur selon le nombre de pixels qu’ils contiennent. Par exemple, les télévisions full HD affichent 1080 pixels de haut. Les télévision 4k affichent 4000 pixels de large. Oui, j’ai bien dit 4000 pixels de large. À un certain moment, les fabricants ont décidé de changer les dimensions verticales par des dimensions horizontales. Pourquoi? Aucune idée. Mais bon, bref, à taille égale, on est d’accord pour dire que l’écran 4k semblera plus net que le full HD, n’est-ce pas?

En ce qui concerne les images elles-mêmes, elles ont également une taille en pixels. Plus il y aura de pixels dans l’image à une taille physique donnée, plus elle semblera nette et précise.

Visuellement, la résolution, à quoi ça rime?

Voici un exemple d’un cercle dessiné dans photoshop à différentes tailles en pixels. L’un d’eux fait 8 pixels de largeur, l’autre, 32 pixels de largeur, et le troisième environ 300 pixels de largeur. Si on les regarde à taille physique égale de 1 pouce de largeur, celui qui a 8 pixels de largeur a un contour en escaliers. Le deuxième semble déjà avoir des contours un peu plus rond et le troisième est un cercle parfait.

Bref, la résolution, en action, sert à cela.

Sur un écran, la résolution n’a aucune importance. Pourquoi?

Il y a beaucoup de confusion quant à la résolution en pixels par pouce sur un écran. Pendant longtemps, on a répandu l’information selon laquelle il fallait utiliser une résolution de 72 pixels par pouces sur un écran.

En réalité, sur un écran, cela n’a absolument aucune importance pour la qualité d’affichage de vos images. C’est un pur MYTHE. Comment ça se fait?

Sur un écran, le nombre de pixels visible par pouce ne change JAMAIS.

Dans l’exemple des cercles ci dessus, j’ai volontairement zoomé sur mes images dans Photoshop, pour leur donner une taille physique égale, malgré leur taille en pixels complètement différente. Dans la vraie vie, un pixel d’une image correspondra toujours à un pixel d’écran. TOUJOURS.

Pixels d'un écran en gros plan

Donc, une image de 300 pixels de largeur occupera toujours moins d’espace sur un écran qu’une image de 1000 pixels. Et dans le cas des deux images, elle n’apparaîtront jamais pixelisées.

Ainsi, lorsque vous déterminez la taille de votre image pour afficher sur le web, la seule chose qui importe, c’est sa taille en pixel. C’est tout. L’écran, automatiquement, assignera un pixel d’image à un pixel d’écran. C’est l’écran qui décide de la vraie taille physique que la personne verra.

L’importance de la résolution pour imprimer une photo

Lorsque vous imprimez des images, vous voulez obtenir une taille précise sur le papier.

Mais, les pixels de l’image, dans l’univers du papier, ne veulent absolument rien dire. On ne mesure pas le papier avec des pixels! Donc, vous allez devoir «traduire» ces pixels en pouces.

Vous pouvez prendre une image de n’importe quelle taille en pixels pour l’imprimer dans n’importe quelle taille en pouces. Mais pas sans problèmes.

Si une image est trop petite en pixels par rapport à sa taille en pouces, il y aura moins de pixels par pouce. La résolution sera plus faible, et la qualité en souffrira. Rappelez vous nos 3 cercles du départ.

Donc, pour déterminer la taille en pixel minimale requise d’une photo pour une taille d’impression donnée de bonne qualité, vous avez besoin de connaitre la résolution qu’il vous faut.

Une fois la résolution déterminée, vous allez pouvoir calculer la taille en pixels nécessaire.

Quelle est la résolution nécessaire pour une impression de bonne qualité?

La réponse qu’on entend le plus souvent sont souvent 240 dpi ou 300 dpi, selon les imprimeurs. Mais d’où viennent les fameux 300 dpi? Est-il nécessaire de toujours imprimer à 300 dpi? Voici quelques pistes…


La variable souvent ignorée : l’acuité visuelle du spectateur

On pense souvent, de façon logique, que le nombre de DPI nécessaires dépend de ce que l’imprimante imprime. Mais en réalité, lorsqu’on y pense un peu plus, le nombre de points d’encre imprimés par l’imprimante importe peu, si on n’arrive pas à les voir!

Donc, croyez le ou non, le fameux 300 dpi est en fait déterminé par l’acuité visuelle du spectateur, lorsqu’il regarde l’image à portée de main, et que sa vision est impeccable! Si sa vision est un peu moins bonne, comme la moyenne des gens, alors 240 dpi sera suffisant, à distance égale.

Plus on s’éloigne d’une image, moins on distingue la différence entre les différents points. Donc, plus on s’éloigne, moins la résolution nécessaire sera élevée.

Le calcul de la résolution minimale recommandée selon la distance de visionnement et l’acuité visuelle de quelqu’un est plutôt complexe. Donc, pour vous épargner le charabia de physique du calcul, voici un récapitulatif qui vous donnera une idée générale de la résolution nécessaire à vos projets:

Vous pouvez estimer grossièrement la distance de visionnement selon la taille de la photo une fois imprimée. Logiquement, une photo de  60 pouces de largeur ne sera pas regardée. À la même distance qu’une photo de 18 pouces de largeur.

Par contre, je tiens à dire qu’on ne peut pas avoir une trop grande résolution. On peut, par contre, en manquer. Je vous conseillerais donc d’utiliser une résolution un peu plus élevée que nécessaire, quand c’est possible.

Quelle taille d’impression peut-on obtenir selon la taille de l’image?

Jusqu’à présent, nous avons vu que pour imprimer une image dans une taille donnée (sans la redimensionner) , il faut avoir les informations suivantes :

  • La taille en pixels de la photo
  • La distance à laquelle l’image sera regardée, qui détermine la résolution nécessaire
  • La taille à laquelle vous voulez imprimer

Pour faire un exemple très simple, supposons que vous avez une image de 4000 pixels par 3000 pixels. Vous voulez l’imprimer dans un magasine, de les gens regarderont de près. Donc, vous avez besoin de, disons, 300dpi.

Pour connaitre la dimension que vous pouvez obtenir à l’impression, vous n’avez qu’à diviser un des côtés en pixels par la résolution. Dans notre exemple, si on divise 3000 pixels par 300 (dpi) on obtient 10 pouces sur le côté étroit. Donc, vous avez assez de pixels pour faire une photo qui couvre une page sans problème, peut-être deux!

Pas envie de calculer? Voici comment déterminer la taille d’impression dans photoshop et Lightroom!

Déterminer la taille d’impression maximale de l’image dans Photoshop

Pour déterminer la taille imprimable de votre photo, importez la dans Photoshop.

Puis, allez dans le menu image, puis taille de l’image.

Dans la boîte de dialogue, vous aurez l’information sur le poids du fichier, ses dimensions en pixels et sa résolution. La largeur et la hauteur, par défaut, sont affichés en pixels. La résolution en pixels par pouces sera la valeur par défaut de votre image lorsqu’elle sort de l’appareil photo.

Pour que photoshop fasse les calculs qui vous intéressent, vous devez d’abord décocher l’option rééchantillonnage. Cette option sert à redimensionner la photo, ce qu’on ne veut pas faire, pour le moment.

Maintenant, inscrivez la résolution désirée pour imprimer dans la case de résolution. Vous verrez que les dimensions en pixels ne changent pas. C’est normal. Pour connaître la dimension en pouces, changez votre unité de mesure dans le menu déroulant.

Si vous essayez de changer la résolution, vous verrez que les dimensions en pouces vont changer, sans redimensionner votre image!

Déterminer la taille d’impression maximale de l’image dans Lightroom

Si vous n’avez pas photoshop pour faire ces calculs pour vous, pas de panique! Vous pouvez faire exactement la même chose avec Lightroom (ou presque).

Dans Lightroom, choisissez votre image dans le module de bibliothèque. Puis, allez dans le module d’impression.

Lightroom fonctionne avec des tailles de papier. Donc, si vous voulez tester différentes dimensions de votre image, je vous suggère d’utiliser une taille de papier assez grande. Pour ce faire, cliquez sur le bouton mise en page dans le panneau de gauche. Dans la boite de dialogue, cliquez sur l’option gérer les tailles personnalisés dans le menu déroulant de la taille du papier. Inscrivez des nombres assez gros pour un panneau d’autoroute.

Maintenant, votre image va être vraiment petite sur le «papier». Pour jouer avec les dimensions de l’image, allez dans l’onglet disposition du panneau de droite et jouez avec les curseurs de taille de cellule.

Puis, pour afficher les dimensions en pouces de votre fichier, allez dans l’onglet repères et cochez l’option dimensions.

Maintenant, Lightroom indique les dimensions en pouces de votre image (coin supérieur gauche), mais pas sa résolution. Pourquoi? Parce que Lightroom, par défaut, redimensionne les photos pour qu’elles aient une résolution de 240 dpi. Pour empêcher Lightroom de redimensionner les images, rendez vous dans l’onglet travaux d’impression et décochez l’option résolution d’impression.

La résolution apparaîtra à coté de la taille de l’image.

Que faire si votre image est trop petite pour imprimer à la taille voulue?
 

Si votre image est trop petite pour l’imprimer à la taille désirée et à la résolution voulue, vous n’aurez pas le choix, il faudra la redimensionner! Il va falloir agrandir votre photo, sacrifier la résolution, ou trouver un compromis quelque part entre les deux.

Cependant, on ne peut pas agrandir une photo à l’infini sans jamais voir de perte de qualité. Mais, on peut limiter les dégâts avec les bonnes techniques.

Comment redimensionner une image correctement

La façon correcte de redimensionner une image pour vos agrandissements dépend de l’intensité du changement à faire. Il est toujours préférable de limiter les gros changements de dimensions. Cependant, la technologie nous offre maintenant des options intéressantes pour redimensionner sans trop détruire nos fichiers.


Redimensionner une image dans Photoshop

Peu importe le logiciel utilisé, je vous recommande de dupliquer votre image avant de la redimensionner. Ainsi, votre image originale ne sera pas affecté par l’agrandissement et gardera sa qualité originale. Dans photoshop, il suffit d’aller dans le menu image puis de cliquer sur dupliquer l’image.

Maintenant, pour redimensionner, Photoshop CC possède une option d’agrandissement qui fonctionne vraiment très bien. La fonction s’appelle Conserver les détails 2.0. Au moment d’écrire cet article, elle ne fait pas encore officiellement partie des fonctions de Photoshop CC, mais vous pouvez quand même l’utiliser si vous l’activez, à condition que votre version de photoshop soit à jour.

Pour activer cette fonction, allez dans le menu préférences, puis aperçus de technologie. Cochez l’option conserver les détails 2.0.

Maintenant, retournez à la boite de dialogue de taille de l’image. Cette fois-ci, cochez l’option rééchantillonage. Puis, dans le menu déroulant, choisissez l’option conserver les détails 2.0.

Vous verrez que cette option fait un excellent travail!

Redimensionner une image dans Ligthroom

Dans Lightroom, redimensionner une image est extrêmement simple. Il y a deux façons de procéder. Vous pouvez exporter votre image en jpeg pour l’envoyer à votre imprimeur, ou l’imprimer directement à partir de Lightroom. Notez qu’avant de redimensionner votre image vous devez l’avoir déjà recadrée.

Agrandir une image pour imprimer à partir de Lightroom

Si vous imprimez directement à partir de Lightroom, allez dans le module d’impression. Cliquez sur le bouton de mise en page dans le panneau de gauche et sélectionnez la taille de papier sur lequel vous voulez imprimer.

Puis, dans le panneau de droite, allez dans l’onglet disposition et jouez avec les curseurs de taille de cellule jusqu’à ce que votre image occupe tout l’espace.

Ensuite, cochez l’option de résolution dans l’onglet travaux d’impression et choisissez la résolution que vous désirez. Lightroom agrandira automatiquement votre photo.


Agrandir une image pour envoyer l’image à l’imprimeur


Si vous exportez votre image pour l’impression, allez dans la boite de dialogue d’exportation. Vous pouvez y accéder en appuyant sur les touches cmd shift E (ou control shift E) de votre clavier.

Dans l’onglet paramètre de fichier, sélectionnez JPEG comme format d’image, qualité 100 (pour éviter la perte de qualité due à la compression) et choisissez l’espace colorimétrique avec lequel vous photographiez.

Dans l’onglet dimensionnement de l’image, cochez l’option redimensionner. Dans le menu déroulant, choisissez bord étroit. Assurez vous que la case ne pas agrandir ne soit pas cochée.

Ensuite, assurez vous que l’unité de mesure soit en pouces. Si ce n’est pas le cas, sélectionnez la bonne unité de mesure dans le menu déroulant. Entrez la dimension voulue dans la case prévue à cet effet. Enfin, entrez la résolution désirée dans la case prévue à cet effet en vous assurant que vous êtes bel et bien en pixels par pouces.

Cliquez sur exporter, et voilà!


Conclusion


Bref, malgré que la taille et la résolution des images soit une notion plutôt complexe, il est crucial de comprendre la relation entre les deux pour être en contrôle de la qualité d’impression de nos images.

En résumé, la résolution est ce qui détermine la qualité d’affichage sur un support donné (écran ou papier). Plus il y a d’unités pour une taille physique donnée, plus l’affichage aura une bonne qualité. Pour les photos, on détermine la résolution en pixels par pouce sur un écran et en points par pouce sur le papier.

En ce qui concerne l’affichage d’une photo sur un écran, les pixels par pouce n’ont aucune importance pour la qualité. Les écrans affichent toujours un pixel de photo pour un pixel dans l’écran. Donc, seule la taille de l’image en pixels compte. L’écran se charge du reste.

C’est pour l’impression que les DPI sont importants. Il permettent de prévoir quelle sera la qualité d’impression d’une image, pour des dimensions et une distance de visionnement déterminée. Pour une image regardée de près, il est préférable d’avoir une résolution de 240 à 300 dpi. Si vos images sont très grandes, et par conséquent, seront regardées de plus loin, vous pouvez utiliser une résolution plus faible.

Je vous ai aussi montré comment calculer la taille maximale à laquelle une image peut être imprimée sans avoir à l’agrandir. Puis, je vous ai montré comment le tester dans Photoshop et dans Lightroom.

Ensuite, nous avons vu comment agrandir une photo dans photoshop, et dans Lightroom.

Et comme mot de la fin, je vous dirais que lorsque vous choisissez une image pour l’imprimer, assurez vous que l’image ait été vraiment réussie à la prise de vue, avec une quantité de bruit minimale et une bonne netteté. Ainsi, peu importe les dimensions de votre impression, et même si vous l’agrandissez, vous obtiendrez d’excellents résultats!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi! 

Améliorer les couleurs de vos images grâce au color grading

Si vous vous êtes déjà demandé comment améliorer les couleurs d’une photo, vous n’êtes certainement pas seul. Mais, vous n’avez probablement rien trouvé à part quelques tutoriels sur comment régler la teinte et la saturation d’une image, ou ajouter des filtres qui ne sont pas nécessairement très attrayant. Frustrant, non?

La première fois que j’ai vu une image aux couleurs absolument sublimes, avec un contraste et un éclat bien particulier, c’est lorsque j’ai vu une publicité des action Photoshop de Greater Than Gatsby sur Facebook.

Je trouvais ses photos tellement magnifiques, presque mythiques. Et j’étais d’autant plus fascinée de voir ses photo avant et après traitement!

Je me suis donc lancée dans une quête sans relâche pour découvrir ses secrets. À force de persévérance et de discussions avec d’autres photographes, pour savoir comment sublimer mes images, j’ai fini par trouver la réponse à mes questions dans l’univers du cinéma!

La technique du color grading est utilisée par les professionnels du cinéma pour ajouter un certain look and feel (pardonnez les anglicismes) aux séquences des films pour accompagner la trame de l’histoire.

Figurez-vous que le terme color grading compte pas moins de 18 000 recherches mensuelles sur Google.

Par contre, à mon grand désespoir, il me semble qu’aucun équivalent en français n’existe pour ce terme. Pas étonnant qu’on ne trouve rien sur le sujet en français!

Mais, soyez assurés qu’après cet article, vous allez tout savoir pour améliorer les couleurs dans vos images! En passant, je vous conseille fortement d'aller voir ma vidéo Youtube. C'est un véritable cours 101 sur les couleurs : vous ne voulez pas rater ça! 

Améliorer les couleurs dans vos images grâce à la théorie des couleurs

Avant de commencer à vous expliquer comment améliorer les couleurs de vos photos, il faudrait savoir à quelles couleurs on a affaire, et quelles couleurs utiliser.

Nous allons donc faire un voyage dans le temps pour retourner à la maternelle!
Comme tous les enfants, vous avez certainement appris quelles étaient les couleurs primaires et secondaires quand vous étiez petit. On vous a certainement présenté la fameuse roue chromatique en même temps, question de vous aider à organiser votre boîte de crayons de couleur.

Petit rappel : le rouge, le jaune et le bleu sont considérés comme des couleurs primaires. Le orange, le violet et le vert sont les couleurs secondaires. Toutes les couleurs se trouvant entre les primaires et secondaires sont appelées couleurs tertiaires.

Mais, ce n’est qu’un plus plus tard qu’on vous a parlé des couleurs complémentaires, analogues et triadiques…ou pas!

Pour faire une histoire courte, les couleurs complémentaires sont celles qui sont opposées sur la roue chromatique. Les couleurs triadiques sont les couleurs qui sont situés à égale distances les unes des autres. Finalement, les couleurs analogues sont celles qui sont côte à côte sur la roue chromatique.

Pour en savoir plus sur le sujet, je vous invite à aller consulter cet article sur la théorie des couleurs.

Sachez que ces notions sont profondément ancrées en nous et nous influencent constamment. Les professionnels de l’image et du marketing le savent, et ils utilisent couramment ces notions pour nous influencer! Ils se basent sur les couleurs complémentaires, analogues et triadiques pour construire des palettes de couleur plaisantes pour les yeux qui capteront votre attention.

Et maintenant, c’est à votre tour de les utiliser pour capturer l’attention de vos spectateurs!

Comment appliquer la théorie des couleurs pour améliorer la couleur dans vos images?

C’est bien beau toute cette théorie des couleurs, mais à quoi ça rime pour VOS photos?

Lorsque vous faites des photos de portraits, vous aurez toujours une couleur chaude, à cause de la couleur de la peau. Ensuite, pour les autres couleurs dans votre photo, vous devrez penser à la palette de couleur que vous allez utiliser.

Allez-vous utiliser des couleurs complémentaires, en photographiant votre modèle devant un mur plutôt bleuté, ou des conifères par exemple? Ou allez vous plutôt utiliser des couleurs analogues en photographiant votre modèle dans un décor de couleurs plus chaudes?

Pour mieux comprendre, nous allons regarder deux exemples de photos de portrait.

Pour cette photo, nous avons un bel exemple de couleurs complémentaires. La lumière de fin de journée, plutôt orangée, a affecté la couleur du métal du wagon de train. Cela fait contraste au graffiti bleu-vert. Donc, c’est déjà une très bonne base que nous allons utiliser pour régler les couleurs.

Pour la deuxième image, tout a été prévu pour que les couleurs soient très proches les unes de autres. On appelle cette approche le ton sur ton. Donc, la palette de couleur est basée sur des couleurs analogues, comme le rose, le brun et le crème.

L’idée, lorsqu’on choisi les couleurs à accentuer ou à ajouter dans l’image, c’est d’y aller en subtilité pour que le tout demeure naturel.

Donc, vous n’avez pas besoin d’utiliser les couleurs à leur saturation maximale pour réussir votre effet. Toutes les variantes d’une couleur, de foncé à pale et de saturé à moins saturé, peut être utilisé.

Améliorer les couleurs d'une photo avec le color grading, comment ça marche?

Pour améliorer les couleurs dans vos images, il y a deux étapes : la correction des couleurs, et le color grading.

La correction des couleurs, c’est l’étape à laquelle on réglera la balance des blancs et qu’on supprimera les dominantes de couleurs. Le color grading, c’est l’étape où les images prennent vie!

Le color grading, c’est l’art d’ajouter de la couleur de façon bien précise dans les hautes lumières, les tons moyens et les ombres de votre image. En gros, on ajoute une teinte subtile à des endroits stratégique dans l’image, en tenant compte d’une palette de couleur aussi harmonieuse que possible.

Il est possible d’améliorer les couleurs de votre image avec le Color Grading dans Lightroom ainsi que dans photoshop. Nous allons voir les deux méthodes.

 

Comment retoucher les couleurs d'une image avec le color grading?

Il existe deux outils pour vous aider à faire du color grading dans Lightroom. Il y a d'abord le virage partiel, et la courbe de tonalités. Ces deux outils affectent les couleurs de façon plus générale pour le virage partiel, et un peu plus précise pour la coubre

Accentuer les couleurs avec l'outil virage partiel dans Lightroom

Nous allons commencer par construire les fondations de notre retouche de couleurs avec le virage partiel. Le virage partiel est un outil qui va vous permettre d'ajouter une teinte particulière au hautes lumières et aux ombres.

Pour y arriver,  il suffit de cliquer sur la couleur dans le rectangle à droite au dessus des curseurs, puis d'aller chercher la couleur qui nous intéresse avec la pipette.

Pour mettre en valeur la lumière dorée de cette photos, nous allons ajouter une teinte orangée dans les hautes lumières.

Vous pouvez facilement ajuster l'intensité de votre effet avec le curseur de saturation. Quand vous voyez la petite main apparaître, vous pouvez simplement faire glisser la souris pour réduire votre effet.

Pour la teinte à appliquer dans les ombres, il suffit de procéder de la même façon. Cette fois-ci, nous utiliserons un bleu foncé.

Souvent, je préfère y aller de façon très subtile avec le virage partiel, puisque c'est avec la courbe que nous allons appliquer la majorité des réglages de couleurs. Par contre, le virage partiel permet d'appliquer un effet très intense, si on le souhaite, comme dans cet exemple : 

Comment retoucher les couleurs avec la courbe de tonalité

Vous allez voir qu'il y a plusieurs façons de travailler avec la courbe.

D'abord, vous avez la couche RVB, qui va agir sur toutes les couleurs en même temps et donc, l'effet va agir plutôt au niveau de la luminosité et des contrastes. Ensuite, vous avez l'option de travailler sur chaque couche de couleur indépendamment, qui est très utile lorsque vient le temps de retoucher les couleurs.

Ajouter du contraste avec la courbe de tonalité

Avec l'outil courbe, vous pouvez facilement ajouter du contraste à votre image.

Pour ce faire, il suffit de changer l'emplacement du point le plus pâle et du point le plus foncé de la courbe. Évidemment, l'idée c'est de rester dans le bon goût et la modération. Il est toujours préférable de garder un minimum de détail dans les extrêmes, même lorsqu'on cherche à augmenter le contraste.

Voilà ce qui arrive lorsqu'on va un peu trop loin avec la courbe. N'essayez pas cela à la maison! 😉 

Appliquer un color grading avec les couches de rouge, vert et bleu de la courbe de tonalité

La courbe de chacune des couleurs fonctionne exactement de la même façon que la courbe RVB.

Les points aux extrémités vont être au point le plus foncé et au point le plus pâle. Lorsque vous changez l'empalement d'un de ces points, vous allez chercher la couleur de la courbe ou sa couleur opposée.

Disons que vous travaillez avec la courbe qui affecte le rouge. Si vous tirez la courbe vers le haut, vous augmenterez la quantité de rouge dans votre image. À l'opposé, si vous amenez la courbe vers le bas, vous enlèverez du rouge. À ce moment là, c'est le cyan, opposé du rouge, qui dominera.

Dans les ombres, on va ajouter un petit peu de cyan et dans les hautes lumières, on va ajouter un peu de rouge. Pour faire cela, on va descendre un petit peu le rouge dans les ombres, mais on va l'augmenter dans les hautes lumières.

Maintenant, on va faire le même exercice pour toutes les autres courbes de couleurs. Pour le vert, nous allons l'augmenter dans les ombres, sans toucher aux hautes lumières. Pour le bleu, nous allons l'augmenter dans les ombres, mais le diminuer dans les hautes lumières.

À ce point-ci, on a fait un énorme bout de chemin. Si on compare les images avant et après, le résultat est vraiment très intéressant. Le contraste ajouté avec la courbe RVB est vraiment accentué par les couleurs complémentaires qui viennent de s'ajouter.

Améliorer les couleurs d'une image avec Photoshop

Photoshop nous donne vraiment une panoplie de possibilités pour faire toute sortes de retouches. La retouche des couleurs ne fait pas exception! Donc,  je vais vous montrer plusieurs outils pour faire vos réglages de couleurs.

Vous pouvez utiliser tous les outils que je m'apprête à décrire ici, ou les utiliser séparément. À vrai dire, ils sont, à mon avis, tous assez puissants pour vous donner un bon résultats lorsque vous les utilisez seuls.

Modifier les couleurs d'une image avec la courbe de transfert de dégradé

Pour commencer la retouche de cette image, j'aimerais avoir un effet un peu plus mat au niveau des noirs.

Pour arriver à cet effet, je vais utiliser le réglage courbe de transfert de dégradé. Pour trouver ce réglage, il suffit de cliquer au bas du panneau de réglage, puis de prendre courbe de transfert de dégradé dans le menu qui apparaît.

Le fonctionnement de cet outil est relativement simple. À l'extrémité gauche du dégradé se trouvent les ombres, tandis que l'extrémité droite représente les hautes lumières.

Pour obtenir notre effet de noir mat, il suffit de choisir une dégradé de noir vers le blanc, puis de remplacer le noir par un gris foncé.

Vous verrez que l'image est maintenant en noir et blanc. Pour retrouver la version couleur, il suffit de réduire l'opacité de notre calque noir et blanc.

Si vous souhaitez utiliser la courbe de transfert de dégradé pour appliquer un color grading, c'est très simple. Il suffit d'appliquer la même logique qu'avec notre effet de noir mat, et le tour est joué!

Ajuster les couleurs avec l'outil balance de couleurs

L'outil balance de couleur, que vous pouvez trouver dans le panneau des réglages ou dans le menu des réglages, fonctionne un peu comme la courbe de tonalité. Toutefois, il est, à mon avis, plus facile à comprendre pour les débutants, car il est très visuel.

Avec cet outil, vous avez l'option de travailler les tons foncés, les tons moyens et les tons clairs.

Dans l'image actuelle, nous allons rendre les ombre plus violacées, les tons moyens plutôt rose orangé, et les hautes lumières plus jaunes.

Pour ce faire, il suffit de travailler les tons séparément, en faisant glisser les curseurs vers les couleurs désirées.


Ajouter la couleur de façon précise avec le calque de couleur unie

Maintenant, on va commencer à ajouter des couleurs à des endroits très précis dans l'image avec le calque de réglage couleur unie. Le but de ce calque c'est très simple, c'est qu'on remplit simplement un calque avec avec une couleur unie, puis on va pouvoir l'appliquer à des endroits très précis dans notre photo, à faible opacité.

Pour accéder au réglage de couleur unie, il suffit d'aller trouver l'icône de réglage dans le bas du panneau des claques, puis de sélectionner couleur unie.

Vous n'avez qu'à sélectionner la couleur qui vous intéresse avec la pipette. Vous verrez que la couleur a rempli l'image en entier. Alors, vous devrez baisser l'opacité du calque.

Mais, vous remarquerez que le calque s'est appliqué partout et pas seulement des zones qui vous intéressent. Alors, il va falloir dire à Photoshop de ne l'appliquer qu'à l'endroit qu'on veut.

Sélectionner les zones affectées par le calque de couleur unie avec les options de fusion

Pour choisir précisément où on veut appliquer l'effet de la couleur unie, il suffit de faire un clique droit sur le calque, et de sélectionner options de fusion.

Option de fusion vous donne la possibilité de dire à Photoshop comment vous souhaitez faire interagir votre calque de couleur avec le calque du dessous, grâce à deux curseurs. Celui du dessus représente le calque de couleur tandis que celui du bas représente le calque d'en dessous.

Si vous glissez le curseur de droite vers le centre sur la barre du dessous, vous verrez que les hautes lumières commencent à ne plus être affectées. Cependant, il y a une démarcation entre les ombres et le reste de l'image. Pour éviter cela, il suffit de séparer le curseur en deux. Ceci va indiquer à Photoshop de créer une transition entre les deux parties du curseurs.

Pour y arriver,il faut appuyer sur la touche option ou alt puis le faire glisser jusqu'à ce que le résultat soir intéressant.

Puis, il suffit de répéter ces étapes pour toute autre couleur que vous aimeriez ajouter.Vous pouvez aussi, à tout moment, ajouter un masque de fusion à votre calque pour retoucher l'endroit où vous voulez que les couleurs s'appliquent.

Voici l'image finale : 

Conclusion

En conclusion, le Color Grading est définitivement l’une des meilleures façon d’améliorer la couleur dans vos photos.

D’abord, nous avons parlé les bases de la couleur, et comment les couleurs interagissent entre elles. Pour résumer, une palette de couleurs harmonieuse sera composée de couleurs complémentaires, triadiques ou analogues.

Les couleurs complémentaires se situent à l’opposée l’une de l’autre sur la roue chromatique. Les couleurs triadiques se trouvent à distance égales l’une de l’autre sur la roue chromatique. Enfin, les couleurs analogues sont celles qui sont côté à côte sa roue des couleurs.

Lorsque vous souhaitez améliorer les couleurs dans vos photos, il faut d’abord y réfléchir à la prise de vue. Ensuite, vous pourrez accentuer l’effet dans un logiciel de traitement grâce à la technique du Color Grading.

Le color grading est une technique qui vous permet d’ajouter différentes teintes à des endroits stratégiques de votre image pour accentuer une palette de couleur harmonieuse.

Lightroom vous permet de le faire grâce au panneau virage partiel et la courbe de tonalité.

Dans photoshop, les possibilités sont infinies. On peut procéder par un calque de courbe de transfert de dégradé, un calque de réglage de balance des couleurs, ou des calques de couleur unie.

J’espère que cet article va vous avoir aidé à comprendre l’impact de la couleur dans vos images, tout en vous donnant une tonne d’inspiration.
Pour plus de tutoriels qui vont vous aider à faire de meilleures photos, visitez ma chaîne Youtube, et n’oubliez pas de vous abonner!
 
Sur ce, je vous dis à la prochaine, et bonnes photos!


à propos de moi

Trois ans après la fin de mes études en photo, je suis toujours aussi passionnée. J’ai pratiqué la photographie dans de nombreux créneaux, du portrait à l’événementiel en passant par l’immobilier, la mode, le mariage, les bals de finissants et la photographie scolaire. J’ai été publiée sur des sites d’actualité musicale, en plus de photographier pour des catalogues de vêtements, de faire vendre des maisons, de travailler dans un studio de portrait et de photographier les élèves du primaire et du secondaire dans tout le Québec. Maintenant, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre, afin que la photographie devienne accessible à tous et qu’elle vous fasse sentir aussi vivant que moi!